#115 - Du 10 f´┐Żvrier au 01 mars 2009

Actu Entretiens Zoom Portraits Extraits

  Wallace post mortem  
  Un buzz pour rien (ou pas grand chose)  
  C'est le Printemps ! (rires)  
  Un ruban pour J.K. Rowling  
  Orgueil, pr´┐Żjug´┐Żs et Zombies  
  Bruno de Cessole obtient deux magots  
  L'´┐Żcrivain am´┐Żricain John Updike est mort  
  Marcel Schneider est mort  
  Rambaud jug´┐Ż incorrect  
  Des citrons pour Orange ?  

inscription
d´┐Żsinscription
 
La Maman et la putain


23 mai 2003,
Paris,

S´┐Żquence 1
Int´┐Żrieur jour.
Alexandre ´┐Ż Gilberte : - Je te parle de r´┐Żve et d´┐Żj´┐Ż tu me r´┐Żponds par ´┐Ż cauchemar ´┐Ż.
Car la vie n´┐Żest qu´┐Żun songe, Alexandre.

Enceinte de lui, Gilberte vient de d´┐Żcider de le quitter pour se marier avec son avorteur. Elle d´┐Żcide d´┐Żabandonner ce dandy dilettante, compagnon de la prude Marie, qui observe les passants depuis les terrasses du Saint-Germain-des-Pr´┐Żs de l´┐Żapr´┐Żs-68, qui s´┐Żest fait bousculer par un monde press´┐Ż dans sa course vers on ne sait o´┐Ż, qui bient´┐Żt rencontrera V´┐Żronika l´┐Żinfirmi´┐Żre, lib´┐Żr´┐Że dans sa parole comme elle l´┐Żest au lit. Alexandre, m´┐Żlancolique qui grimace devant la glace pour accentuer sa douleur, qui ne veut pas devenir un autre alors que toutes ces femmes gravitant autour de lui seraient pr´┐Żtes ´┐Ż le changer, lui ; mais elles n´┐Ży arriveront pas, elles ; parce qu´┐Żil souffre, lui : ´┐Ż Le jour o´┐Ż je ne souffrirai plus, c´┐Żest que je serai devenu un autre. Et je n´┐Żai pas envie de devenir un autre ´┐Ż r´┐Żpond-il ´┐Ż la proustienne Gilberte. Romantique malheureux qui trouve dans la souffrance l´┐Żacm´┐Ż de l´┐Żexistence, entre Marie et V´┐Żronika. Entre la maman et la putain. Personnage de bobines ´┐Ż l´┐Żimage d´┐Żun r´┐Żalisateur de film : Jean Eustache, mort huit ans apr´┐Żs l´┐Żexhibition de ce ´┐Ż triple ´┐Ż sur les ´┐Żcrans, final trip d´┐Żun couple ´┐Ż trois.

Et pourtant. Dans cet appartement du 10´┐Żme arrondissement de Paris, le 23 mai 2003, Alexandre, Marie, V´┐Żronika prennent corps dans la parole de Mehdi Belhaj Kacem, de Magaly Godemaine, d´┐ŻAudrey Vernon (com´┐Żdienne ex-prisonni´┐Żre d´┐Żune cha´┐Żne crypt´┐Że, nouvelle infirmi´┐Żre lib´┐Żr´┐Że). Dans cet appartement d´┐Żbute la lecture du sc´┐Żnario de La Maman et la putain, ´┐Ż l´┐Żintiative de Laurence R´┐Żmila et d´┐ŻEmmanuel Caron (journalistes-´┐Żcrivains).

Lecture, la vie en verbes

Prendre corps, hic et nunc, plus de moteur, pas d´┐Żaction, mais la lecture sur les lieux-m´┐Żmes de tournage du long m´┐Żtrage, en respect de la parole d´┐ŻEustache pour qui son ´┐Żuvre tourn´┐Że dans d´┐Żautres lieux aurait ´┐Żt´┐Ż un autre film. Suivant Alexandre dans son errance entre ses femmes, c´┐Żest le texte qui entre en actes ´┐Ż quatre lieux diff´┐Żrents du 10´┐Żme arrondissement (deux appartements, un bout de trottoir devant l´┐Żh´┐Żpital, une galerie d´┐Żart qui jouxte le caf´┐Ż Valmy). Les passants nous regardent´┐Ż regardent des gens qui regardent trois personnes qui regardent un livre. Car telle peut ´┐Żtre la vision´┐Ż Mais l´┐Żint´┐Żr´┐Żt y est. Et ´┐Ż si les films apprennent ´┐Ż vivre ´┐Ż selon Alexandre, la lecture permet de comprendre. Si le film utilise l´┐Żimage comme ´┐Ż anti-accommodement ´┐Ż du sc´┐Żnario, la lecture donne toute sa force ´┐Ż la qualit´┐Ż litt´┐Żraire des dialogues et ´┐Ż la r´┐Żflexion inh´┐Żrente aux r´┐Żpliques. Car La Maman et la Putain est maternellement un texte o´┐Ż la po´┐Żsie dans l´┐Żexpression des personnages surprend encore aujourd´┐Żhui. Marie vouvoie Alexandre. V´┐Żronika vouvoie Alexandre. Marie et V´┐Żronika se tutoient´┐Ż et la maman semble plus proche de la putain que de son prot´┐Żg´┐Ż. Pourtant Alexandre baise Marie et V´┐Żronika. Marie et V´┐Żronika, donc, se catalysent.

Alexandre ´┐Ż Marie
- Quand je fais l´┐Żamour avec vous, je ne pense qu´┐Ż´┐Ż la mort, ´┐Ż la terre, ´┐Ż la cendre´┐Ż
Marie
- Alors vous faites l´┐Żamour avec la mort.
Alexandre
- Pourquoi ? Vous voyez des rivi´┐Żres, des cascades ruisselantes ?

Le ton juste sans jouer. Mais avec, parfois, quelques regards ´┐Żgar´┐Żs: le com´┐Żdien se ma´┐Żtrise mais ne peut aller parfois contre sa nature. Le spectateur s´┐Żessuie les mains ; il a chaud. Les s´┐Żquences d´┐Żfilent, les heures aussi. La fin de la lecture, comme l´┐Żaboutissement du film, se d´┐Żroule au Flore. Oui, Madame, la place est libre´┐Ż C´┐Żest vrai qu´┐Żil y a beaucoup de monde´┐Ż Je vous en prie, servez-vous dans mon paquet ; j´┐Żai du feu aussi.

Si tu ne vas pas au r´┐Żel, le r´┐Żel viendra ´┐Ż toi

La lecture reprend son cours et Dantec y prend sa part, venu l´┐Ż pour Belhaj Kacem qu´┐Żil tient, dans ses P´┐Żriph´┐Żriques, pour un grand auteur. Les trois lecteurs sont cloisonn´┐Żs sur le rebord de la fen´┐Żtre, comme prisonniers de la lecture, comme pris par les personnages. Chacun termine son paquet qu´┐Żil a poisseusement fum´┐Ż. Il faudra quelques ann´┐Żes pour s´┐Żen remettre, du tabac comme du texte, du papier roul´┐Ż comme de celui prononc´┐Ż. Face ´┐Ż cette maman et ´┐Ż cette putain aussi noires que nos poumons : se foutre par la fen´┐Żtre ou se tra´┐Żner un cancer. Au premier ´┐Żtage du Flore, difficile d´┐Żouvrir les fen´┐Żtres ; alors va pour le cancer.

Fin de la derni´┐Żre s´┐Żquence. Silence. Applaudissements. Il ´┐Żtait assis ´┐Ż c´┐Żt´┐Ż depuis le d´┐Żbut et se tourne vers nous et nos quelques bi´┐Żres plus tard. On est pr´┐Żts ´┐Ż partager or c´┐Żest lui qui apporte, t´┐Żmoin attentif d´┐Żun texte port´┐Ż, acteur passionn´┐Ż de cette histoire emport´┐Że. Lui, Ren´┐Ż Biaggi, camarade de vie d´┐Żun Eustache bouscul´┐Ż par les seventies. Alexandre, c´┐Ż´┐Żtait lui. ´┐Ż l´┐Żimparfait. Un destin nourri d´┐Żamertume.

Parfois, le hasard des rencontres prend tout son sens dans les passions communes. Le Flore se vide. Chacun retrouve son quotidien, avec quelques r´┐Żtrospections conjugales. Malmen´┐Ż par un apr´┐Żs-midi de lecture, de mal-´┐Żtre. Beaucoup trop pour la moyenne des spectateurs. Ce n´┐Żest pas faux. Mais choisissez de vous tromper. Seule l´┐Żerreur, en art, trouve sa r´┐Żcompense.

Charles Patin O´┐ŻCoohoon et Olivier Stroh




+ de Belhaj Kacem

Quand, en 1992, son premier texte para´┐Żt dans la revue L´┐ŻImmature, Mehdi Belhaj Kacem se pr´┐Żsente ainsi : ´┐Ż Maigre. Responsable d´┐Żune ou peut-´┐Żtre deux d´┐Żpressions nerveuses. Se lie avec des groupes d´┐Żamis moins vite qu´┐Żil ne se f´┐Żche avec eux. Aimerait savoir si le go´┐Żt de l´┐Żinsurrection persiste encore quelque part dans le monde. Y sera port´┐Ż disparu ou l´┐Żabattra. ´┐Ż ´┐Żcrivain franco-tunisien, n´┐Ż en 1973, il vit ´┐Ż Tunis jusqu´┐Ż´┐Ż l´┐Ż´┐Żge de 13 ans, ´┐Żcrit Cancer ´┐Ż celui de 17 ans, et prend conscience du v´┐Żritable enjeu de l´┐Ż´┐Żcriture ´┐Ż l´┐Ż´┐Żge o´┐Ż d´┐Żautres ne prennent pas. Plus qu´┐Żune ext´┐Żriorisation, l´┐Żentreprise litt´┐Żraire est une arme. Conf´┐Żre le texte expuls´┐Ż dans l´┐Żurgence de l´┐Żentre-deux-tours pr´┐Żsidentiels : La Chute de la d´┐Żmocratie m´┐Żdiatico-parlementaire, br´┐Żlant pamphlet au sujet du Le Pen engendr´┐Ż, d´┐Żun Le Pen comme enfant l´┐Żgitime d´┐Żun syst´┐Żme qui le berce.

´┐Żlev´┐Ż dans sa jeunesse par Lautr´┐Żamont, tandis que Nietzsche veille, entre Le Festin nu et Les Ma´┐Żtres anciens´┐Ż tels seront ses ´┐Ż modes d´┐Żemploi ´┐Ż de la vie telle qu´┐Żelle se donne. Paraissent ensuite 1993 en 1994 et Vie et mort d´┐ŻIr´┐Żne Lepic en 1996, o´┐Ż la joie ponctue l´┐Żhumour quand la violence se fait avide. Une apparition au cin´┐Żma plus tard dans le r´┐Żle d´┐Żun ´┐Żcrivain antipathique et pr´┐Żtentieux (le sien ?) dans En avoir ou pas de La´┐Żtitia Masson, il publie L´┐ŻAnt´┐Żforme en 1997. Ni essai, ni roman, o´┐Ż comment la d´┐Żcomposition physique se fond dans la d´┐Żsagr´┐Żgation cellulaire de notre civilisation et r´┐Żv´┐Żle la marginalit´┐Ż de toute une g´┐Żn´┐Żration. Le 23 mai 2003, il lit Alexandre, dans La Maman et la Putain, redonnant le r´┐Żle tenu jadis par L´┐Żaud, dans une diction si diff´┐Żrente. Mais avec un ton qui ne lui semble peut-´┐Żtre pas si ´┐Żtranger.



 
F´┐Żte du livre : vus ´┐Ż la t´┐Żl´┐Ż 
America, come home ! 
Ca reste entre nous... 
Huit auteurs dans la Zone 
Short Cuts 
Max Jacob, la croix et son ombre 
Prix Interalli´┐Ż : entretien avec Serge Lentz 
Short Cuts Part II 
l'amour, romans 
L'hermaphrodisme en litt´┐Żrature 
Le choix des ´┐Żditeurs 
Par petit bout 
Swimming Pool 
L'Aventure c'est l'Aventure ! 
Un si´┐Żcle de modernit´┐Ż chinoise 
Sagan dans son temps 
Que reste-t-il des nouveaux r´┐Żacs ? 
Exposition Fran´┐Żois-Marie Banier 
Bordel n´┐Ż1 
Match Point, Houellebecq vs Weyergans 
Destins crois´┐Żs 
Shorts Cuts 
Entre chiens et loups 
La Maman et la putain 
Holy Lola 
Feuilles d'automne : qu'elle ´┐Żtait dor´┐Że ma rentr´┐Że 
La litt´┐Żrature am´┐Żricaine pour les nuls 
Ta m´┐Żre dans un livre ! 
Les cin´┐Żcrivains 
Fantasmes XXXLettres 
USA 2008, la campagne litt´┐Żraire 
Lettre ´┐Ż France 
Saint-Malo, sous les toits du monde. 
Le Marathon des Mots 
En compagnie des livres 
Des chiffres et quelques lettres 
. 
Les prix 2006 
Prix du 15 minutes plus tard : nouveau et d´┐Żj´┐Ż collector ! 
La soir´┐Że de remise du Prix Wepler 
Les Etonnants voyageurs ´┐Ż l'assaut de la francophonie 
Borges ressuscit´┐Ż ! 
Genre humain 
La raison du plus fort 
Ouvrez le terroir-caisse ! 
France fiction 
Belles ´┐Żtrang´┐Żres 
Auteurs dans la Zone 
Prix 2007 : que fait la police ? 
Coups d'essai, coup de ma´┐Żtre 
Les auteurs dans la Zone 
´┐Żcrivains de tous les pays, rassemblez-vous ! 
Short Cuts 
Beautiful people 
Entre Zonards 
  ARCHIVES
 
contact | © 2000-2009  Zone littéraire |