#115 - Du 10 f´┐Żvrier au 01 mars 2009

Actu Entretiens Zoom Portraits Extraits

  Wallace post mortem  
  Un buzz pour rien (ou pas grand chose)  
  C'est le Printemps ! (rires)  
  Un ruban pour J.K. Rowling  
  Orgueil, pr´┐Żjug´┐Żs et Zombies  
  Bruno de Cessole obtient deux magots  
  L'´┐Żcrivain am´┐Żricain John Updike est mort  
  Marcel Schneider est mort  
  Rambaud jug´┐Ż incorrect  
  Des citrons pour Orange ?  

inscription
d´┐Żsinscription
 
America, come home !

Que se passait-il ´┐Ż Vincennes le week-end du 1er octobre ? Une invasion ? Plut´┐Żt un d´┐Żbarquement en r´┐Żgle d´┐Żoutre atlantique. Troisi´┐Żme ´┐Żdition du festival America oblige, ´┐Żcrivains des deux Am´┐Żriques ont investi les alentours du terminus de la ligne 1 du m´┐Żtro pour nous inviter ´┐Ż d´┐Żcouvrir leurs oeuvres. Et accessoirement, dissiper quelques malentendus.

Qui l´┐Żeut cru, c´┐Żest bien gr´┐Żce aux Am´┐Żricains ´┐Ż g´┐Żographiquement parlant, ni le Canada ni le Mexique ne manquant ´┐Ż l´┐Żappel ´┐Ż que le petit monde parisien de l´┐Ż´┐Żdition s´┐Żest vu transport´┐Ż le temps d´┐Żun week-end ´┐Ż Vincennes. Pourquoi Vincennes d´┐Żailleurs ?
´┐Ż Parce que j´┐Ży habite ´┐Ż, r´┐Żpond sans calcul Philip de la Croix, pr´┐Żsident et co-fondateur du festival, dont c´┐Żest la troisi´┐Żme ´┐Żdition. Le choix des auteurs invit´┐Żs s´┐Żest fait apparemment sans plus d´┐Żarri´┐Żre-pens´┐Żes. ´┐Ż Notre s´┐Żlection est forc´┐Żment subjective, c´┐Żest la vision que nous avons de la litt´┐Żrature am´┐Żricaine qui est repr´┐Żsent´┐Że ´┐Ż Vincennes ´┐Ż, avoue-t-il. Tout cet ´┐Żdifice repose donc sur une certaine id´┐Że de la litt´┐Żrature´┐Ż et de l´┐Żind´┐Żpendance intellectuelle. 60% d´┐Żautofinancement, 40 % d´┐Żaides et´┐Ż 100 % de b´┐Żn´┐Żvolat de la part de l´┐Żorganisation. Ainsi qu´┐Żun jury de c´┐Żl´┐Żbres anonymes qui tiennent ´┐Ż le rester ´┐Ż pression des ´┐Żditeurs oblige ´┐Ż compos´┐Ż de traducteurs ou de journalistes sp´┐Żcialis´┐Żs, entre autres. Voil´┐Ż la formule.

Qu´┐Żon se rassure n´┐Żanmoins : sans strass, America ne ressemble pas pour autant ´┐Ż une f´┐Żte patronale. Il y avait la salle des congr´┐Żs, l´┐Żh´┐Żtel de ville et un petit pas plus loin, le Magic mirror, un chapiteau en dur qui accueillait notamment une s´┐Żrie de lectures en VO par les auteurs. A l´┐Żhonneur cette ann´┐Że, le Canada. De quoi d´┐Żsinhiber les anglophones niveau LV2 quant ´┐Ż leur accent, sans oublier qu´┐Żil y avait les Mexicains ! Pas de quoi faire une v´┐Żritable tour de Babel mais d´┐Żj´┐Ż un brassage de cultures et quelques ´┐Żchanges ´┐Żloquents. Rien de mieux que le caf´┐Ż litt´┐Żraire pour s´┐Żen convaincre. Et du cin´┐Żma, sans qui le rayonnement de la culture US ne serait pas grand-chose. Au second niveau de l´┐Żh´┐Żtel de ville, confortablement attabl´┐Ż devant un verre, on ´┐Żtait libre d´┐Ż´┐Żcouter, quasiment toutes les heures, trois ou quatre ´┐Żcrivains r´┐Żunis autour d´┐Żune th´┐Żmatique commune.
L´┐Żambiance ´┐Żtait plus au n´┐Żgoce sous les chapiteaux qui tenaient lieu de mini salon du livre, offrant un choix du grand fond de litt´┐Żrature am´┐Żricaine propos´┐Że par les ´┐Żditeurs fran´┐Żais. On regrettera en revanche l´┐Żabsence de leurs coll´┐Żgues am´┐Żricains. De quoi permettre aux festivaliers de faire leurs emplettes et m´┐Żme se faire d´┐Żdicacer un livre par un des nombreux auteurs pr´┐Żsents lors de la soir´┐Że du samedi. On y vit notamment Chuck Palahniuk marquer d´┐Żun tampon ´┐Ż prison library ´┐Ż une page sur trois de son dernier roman Haunted (A l´┐Żestomac, en VF). La nuit am´┐Żricaine, comme l´┐Żont baptis´┐Że les organisateurs´┐Ż M´┐Żme si les ´┐Żcrivains n´┐Ż´┐Żtaient pas ´┐Ż Vincennes pour faire du cin´┐Żma.

Pour l´┐Żamour de l´┐ŻArt

´┐Ż Je rappelle que les auteurs ne sont pas pay´┐Żs pour venir ici alors que le moindre s´┐Żminaire ou lecture publique aux Etats-Unis est r´┐Żtribu´┐Że. L´┐Żesprit du festival n´┐Żest pas de leur offrir ce standing, je crois que tous l´┐Żont compris. La plupart de ceux qui ne sont pas l´┐Ż le sont pour des impossibilit´┐Żs mat´┐Żrielles. John Irving a eu un emp´┐Żchement familial et Jim Harrison est malheureusement tr´┐Żs malade ´┐Ż, note Philip de la Croix. Quoiqu´┐Żil en soit, les auteurs n´┐Żont tout de m´┐Żme pas dormi sous les ponts. En marge de l´┐Żinauguration officielle ´┐Ż l´┐Żh´┐Żtel de ville, c´┐Żest dans la r´┐Żsidence de l´┐Żambassadeur des Etats-Unis, un luxueux palais de la rue du faubourg Saint-Honor´┐Ż, qu´┐Żils ont ´┐Żt´┐Ż re´┐Żus en marge du festival. Honor´┐Żs d´┐Żautant plus qu´┐Żun m´┐Żtro sp´┐Żcial leur avait ´┐Żt´┐Ż affr´┐Żt´┐Ż en leur honneur, desservant seulement la station Concorde : non stop depuis Vincennes, champagne et musique en sus ! Malgr´┐Ż ces quelques paillettes, qu´┐Żest ce qui pousse un auteur am´┐Żricain ´┐Ż venir en France ? Philip de la Croix a sa petite id´┐Że : ´┐Ż Ca les bluffe d´┐Ż´┐Żtre consid´┐Żr´┐Żs comme des artistes ´┐Ż. Et, malgr´┐Ż la reconnaissance internationale, ils sont moins globe trotters que l´┐Żon pourrait penser ´┐Ż Quelqu´┐Żun comme David Wallace(l´┐Żauteur de Big fish, magistralement adapt´┐Ż par Tim Burton, NDLR) n´┐Ż´┐Żtait pas venu en France depuis 25 ans ´┐Ż, ajoute le pr´┐Żsident du festival. Quoi qu´┐Żon puisse en penser la France reste l´┐Ż´┐Żtalon-m´┐Żtre de la reconnaissance artistique.

"So romantic", soupirent alors touristes comme ´┐Żcrivains ? Plus compliqu´┐Ż que cela : la politique s´┐Żen m´┐Żle quelque peu. ´┐Ż C´┐Ż´┐Żtait ´┐Żtonnant, t´┐Żmoigne le pr´┐Żsident d'America, en 2002-2003, la plupart des ´┐Żcrivains qui venaient ici voulaient
prendre la nationalit´┐Ż fran´┐Żaise. C´┐Żest moins le cas maintenant, mais il faut bien avouer que l´┐ŻAm´┐Żrique de Bush n´┐Żest pas intellectuelle. Le risque d´┐Ż´┐Żtre instrumentalis´┐Ż existe ´┐Żvidemment, j´┐Żen suis conscient mais je me pr´┐Żf´┐Żre en casque bleu qu´┐Żen Rambo!
. Le temps de la litt´┐Żrature n´┐Żest en effet pas le temps de la politique et l´┐Żart a apparemment le don d´┐Żaplanir les diff´┐Żrends : ´┐Ż Pour les ´┐Żcrivains new-yorkais, la question ne se pose pas, mais d´┐Żautres ´┐Żcrivains originaires d´┐Żautres ´┐Żtats sont ´┐Żtonn´┐Żs qu´┐Żon ne les d´┐Żteste pas ! ´┐Ż

Different strokes

De politique, il fut donc question, en particulier du c´┐Żt´┐Ż du club de la presse. En ce dimanche apr´┐Żs-midi, il affichait complet avec 300 personnes : Nancy Huston, Margaret Atwood et Ken Kalfus y questionn´┐Żrent l´┐ŻAm´┐Żrique. Ou comment faire le deuil, litt´┐Żrature aidant, et passer le cap du 11 septembre. Il aura fallu cinq ans : Extr´┐Żmement fort et incroyablement pr´┐Żs, de Jonathan Safran Foer ou le r´┐Żcent film d´┐ŻOliver Stone World trade center n´┐Żosent que maintenant traiter frontalement du nine-eleven. Alors que ces images de mort ne faisaient que nous fr´┐Żler auparavant.

Les Fran´┐Żais ont en revanche bien senti les vents de sarcasmes qui ont suivi le d´┐Żbut de la guerre en Irak. Histoire d´┐Żamiti´┐Ż contrari´┐Że. ´┐Ż Certains imb´┐Żciles peuvent bien vider quelques bouteilles de vin, nous n´┐Żavons jamais br´┐Żl´┐Ż un seul de leurs livres ´┐Ż, remarque Philip de la Croix. Sur bien des points, litt´┐Żrature fran´┐Żaise et am´┐Żricaine joue aux s´┐Żurs ennemies : artistes maudits contre artisans m´┐Żdits. Les ricains, si originaux et subversifs, sont souvent le produit de master classes, d´┐Żateliers ´┐Ż talents. Le style s´┐Żapprend, se fa´┐Żonne. Et se vend, bien s´┐Żr. Le paradoxe ne se r´┐Żsume pas ´┐Ż la confrontation chambre de bonne contre Best western mais les pratiques am´┐Żricaines ne manqueraient pas de choquer en France. Certains ´┐Żcrivains, Tom Clancy ou Michael Crichton pour ne pas les citer, d´┐Żl´┐Żguent tout ou partie de la documentation de leurs technothrillers ´┐Ż une soci´┐Żt´┐Ż sp´┐Żcialis´┐Że, qui leur fournit cl´┐Żs en main du plus petit d´┐Żtail jusqu´┐Ż´┐Ż la trame g´┐Żn´┐Żrale de leur futur blockbuster. Amiti´┐Ż contrari´┐Że et paradoxale, donc. Mais amiti´┐Ż tout de m´┐Żme ! On ne va pas se f´┐Żcher en attendant la Troisi´┐Żme´┐Ż

Laurence Bourgeon & Laurent Simon

Laurent Simon



 
F´┐Żte du livre : vus ´┐Ż la t´┐Żl´┐Ż 
America, come home ! 
Ca reste entre nous... 
Huit auteurs dans la Zone 
Short Cuts 
Max Jacob, la croix et son ombre 
Prix Interalli´┐Ż : entretien avec Serge Lentz 
Short Cuts Part II 
l'amour, romans 
L'hermaphrodisme en litt´┐Żrature 
Le choix des ´┐Żditeurs 
Par petit bout 
Swimming Pool 
L'Aventure c'est l'Aventure ! 
Un si´┐Żcle de modernit´┐Ż chinoise 
Sagan dans son temps 
Que reste-t-il des nouveaux r´┐Żacs ? 
Exposition Fran´┐Żois-Marie Banier 
Bordel n´┐Ż1 
Match Point, Houellebecq vs Weyergans 
Destins crois´┐Żs 
Shorts Cuts 
Entre chiens et loups 
La Maman et la putain 
Holy Lola 
Feuilles d'automne : qu'elle ´┐Żtait dor´┐Że ma rentr´┐Że 
La litt´┐Żrature am´┐Żricaine pour les nuls 
Ta m´┐Żre dans un livre ! 
Les cin´┐Żcrivains 
Fantasmes XXXLettres 
USA 2008, la campagne litt´┐Żraire 
Lettre ´┐Ż France 
Saint-Malo, sous les toits du monde. 
Le Marathon des Mots 
En compagnie des livres 
Des chiffres et quelques lettres 
. 
Les prix 2006 
Prix du 15 minutes plus tard : nouveau et d´┐Żj´┐Ż collector ! 
La soir´┐Że de remise du Prix Wepler 
Les Etonnants voyageurs ´┐Ż l'assaut de la francophonie 
Borges ressuscit´┐Ż ! 
Genre humain 
La raison du plus fort 
Ouvrez le terroir-caisse ! 
France fiction 
Belles ´┐Żtrang´┐Żres 
Auteurs dans la Zone 
Prix 2007 : que fait la police ? 
Coups d'essai, coup de ma´┐Żtre 
Les auteurs dans la Zone 
´┐Żcrivains de tous les pays, rassemblez-vous ! 
Short Cuts 
Beautiful people 
Entre Zonards 
  ARCHIVES
 
contact | © 2000-2009  Zone littéraire |