#115 - Du 10 f´┐Żvrier au 01 mars 2009

Actu Entretiens Zoom Portraits Extraits

  Un buzz pour rien (ou pas grand chose)  
  C'est le Printemps ! (rires)  
  Un ruban pour J.K. Rowling  
  Orgueil, pr´┐Żjug´┐Żs et Zombies  
  Bruno de Cessole obtient deux magots  
  L'´┐Żcrivain am´┐Żricain John Updike est mort  
  Marcel Schneider est mort  
  Rambaud jug´┐Ż incorrect  
  Des citrons pour Orange ?  
  Mort d'Harold Pinter  

inscription
d´┐Żsinscription
 
Portrait de Fran´┐Żois Rivi´┐Żre

L´┐Żimpasse est pav´┐Że, l´┐Żimmeuble est calme et les quelques piles de livres sur le palier annoncent un homme boulimique de lettres. Biographe, essayiste, romancier, auteur de bandes dessin´┐Żes, collaborateur ´┐Ż Lib´┐Żration, Fran´┐Żois Rivi´┐Żre ouvre la porte. Derri´┐Żre elle, des biblioth´┐Żques d´┐Żbordantes, mais aussi des revues (le dernier Vanity Fair tra´┐Żne sur le canap´┐Ż) et quelques disques (la bande originale de Mulholland Drive sur la sono). Fran´┐Żois Rivi´┐Żre, la cinquantaine et des poussi´┐Żres, s´┐Żabreuve ´┐Ż la source des arts. Pour avoir ´┐Żcrit une petite s´┐Żrie de policiers, on pourrait trouver dans ses murs tous les indices d´┐Żune curiosit´┐Ż de "d´┐Żtective", mais ce serait ne pas avoir compris le moteur de l´┐Ż´┐Żcrivain. Car s´┐Żil occupe la responsabilit´┐Ż de conseiller litt´┐Żraire aux ´┐Żditions du Masque, Rivi´┐Żre r´┐Żprouve l'herm´┐Żtisme de la critique litt´┐Żraire ´┐Ż propos des polars, avouant avoir "pris un risque en ´┐Żtant dans le mauvais genre". Pourtant, ce n'est pas faute d'avoir signer quelques romans "purs" (Fabriques, Profanations ou Tabou, au Seuil). Un malentendu qui ne fait que rappeler celui qu´┐Ża connu tout au long de sa carri´┐Żre Mary Patricia Plangman, alias Patricia Highsmith. La ressemblance n´┐Żest pas fortuite : il vient de faire para´┐Żtre la premi´┐Żre biographie de cette texane sauvage et travailleuse.

N´┐Że en 1921, le parcours de cette derni´┐Żre commence aux c´┐Żt´┐Żs de Truman Capote. Admirant la description de son coll´┐Żgue (De sang froid), elle en devient l´┐Żamie. Elle s´┐Żinstalle ´┐Ż New York, et ne tarde pas ´┐Ż publier une nouvelle, L´┐ŻH´┐Żro´┐Żne, dans la revue branch´┐Że Harper´┐Żs Bazaar. Elle a 23 ans. Ses accointances avec la peinture (elle-m´┐Żme pensa un temps faire carri´┐Żre dans le dessin), les nuits new-yorkaises et les esth´┐Żtes de tout poil nourrissent son apprentissage de la libert´┐Ż ; ´┐Ż l´┐Żoppos´┐Ż de son enfance puritaine qui ne cessera pourtant de la hanter. S´┐Żensuit une vie faite d´┐ŻEurope, de lectures (Poe, Dosto´┐Żevski, James ou Wilde). Ses droits de L´┐ŻInconnu du Nord-Express (1950) sont rachet´┐Żs par Hitchkock, on traduit ses romans ´┐Ż l´┐Ż´┐Żtranger et l´┐Ż´┐Żcrivain jusqu´┐Żalors ´┐Ż fauch´┐Ż et d´┐Żvor´┐Ż d´┐Żambition ´┐Ż se frottera maintes fois les yeux pour croire, oui croire, aux adoubements des plus grands, ´┐Ż l´┐Żexemple de Graham Greene. Ce dernier pr´┐Żfacera son premier recueil de nouvelles, L´┐ŻAmateur d´┐Żescargots : ´┐Ż Patricia Highsmith est la po´┐Żtesse de l´┐Żappr´┐Żhension plut´┐Żt que de la peur ´┐Ż. Voil´┐Ż ce qu´┐Żil fallait : le discernement d´┐Żun ´┐Żcrivain, un grand, pour ne pas r´┐Żduire les livres de cette future alcoolique (Les Eaux d´┐Żrob´┐Żes, Le Meurtrier, Ce mal ´┐Żtrange ou Le Cri du hibou) ´┐Ż de simples romans noirs. A l´┐Żappui de sa correspondance in´┐Żdite avec son ´┐Żditeur fran´┐Żais de l´┐Ż´┐Żpoque, Rivi´┐Żre d´┐Żcrypte la pente d'Un long et merveilleux suicide que Highsmith n'a cess´┐Ż de suivre. En r´┐Żsulte une ´┐Żpop´┐Że riche que Fran´┐Żois Rivi´┐Żre raccorde ´┐Ż cette phrase gigantesque de Tennesse Williams : "Nous ne serons jamais heureux, mais nous aurons une vie passionnante." Pour ne faire que pr´┐Żcipiter davantage la fin de Patricia, les d´┐Żboires surviendront et l´┐Żauteur vivra, pour reprendre les mots de Rivi´┐Żre, assis derri´┐Żre son bureau en bois fonc´┐Ż, "l´┐Żexil dans l´┐Żexil".

Il est bient´┐Żt treize heures et la plaque Rue Jean Cocteau accol´┐Że au frigo n´┐Ża pas boug´┐Ż. L´┐Żger silence pour compl´┐Żter quelques notes. La voix de Fran´┐Żois Rivi´┐Żre reprend : " La solitude est une chose que les ´┐Żcrivains ont besoin de se fabriquer". Highsmith, elle, cr´┐Ż´┐Ż son c´┐Żl´┐Żbre personnage de Ripley qui occupera, avec l´┐Żalcool, son "ennui et sa tristesse". A la crois´┐Że de James Dean et de Capote, Tom Ripley sera sublim´┐Ż par le grand ´┐Żcran. Highsmith, une fois de plus, est adapt´┐Że au cin´┐Żma par Ren´┐Ż Cl´┐Żment qui tournera Plein Soleil avec Alain Delon et Maurice Ronet. La page et les strass se maintiendront malgr´┐Ż tout ´┐Ż distance. "Si elle avait gard´┐Ż sa confiance litt´┐Żraire des d´┐Żbuts, elle aurait pu avoir un itin´┐Żraire proche de celui de Fran´┐Żoise Sagan, mais un oc´┐Żan les s´┐Żpare", observe Rivi´┐Żre. Deux cultures diff´┐Żrentes. Et m´┐Żme si Highsmith s´┐Żest r´┐Żjouie des mondanit´┐Żs et du style ampoul´┐Ż et clinquant de Marguerite Yourcenar, son milieu modeste n´┐Ża eu de cesse de revenir ´┐Ż la charge. Elle v´┐Żcut "le monde comme une menace permanente", pr´┐Żcise le biographe, "avec une contradiction tr´┐Żs forte entre son mode de vie et son attitude litt´┐Żraire".

L´┐Żaventure n´┐Żen reste pas moins passionnante, et, sous la plume de l'´┐Żcrivain parisien, ´┐Żtonnamment accessible aux non-initi´┐Żs. Fran´┐Żois et Patricia ont fouill´┐Ż (et pour l´┐Żun, fouille encore) l´┐Żespace vacant entre le roman noir et le roman tout court. Puisque pour tous deux, dixit Highsmith, "les romans policiers [les] ennuient", attardons-nous un peu l´┐Ż o´┐Ż il y a, semble-t-il, litt´┐Żrature. Un long et merveilleux suicide est une somme romanesque plus qu´┐Żune accumulation de dates. Il y a "regard", comme l´┐Żannonce le sous-titre. Un regard retravaill´┐Ż par l'´┐Żcrivain-journaliste qui l'a connue. Car le plus beau, dans cette histoire, c´┐Żest que les deux personnages se sont crois´┐Żs ´┐Ż plusieurs reprises.


Avant de partir, le ma´┐Żtre de maison sort de sa biblioth´┐Żque quelques exemplaires sign´┐Żs par la d´┐Żfunte. Une ´┐Żcriture petite, haletante et perturb´┐Że. Une ´┐Żcriture que Rivi´┐Żre scrute encore avec soin pour que vivent encore un peu de style, d´┐Żaudace et d´┐Żanglophilie.


Un long et merveilleux suicide, Fran´┐Żois Rivi´┐Żre
Calmann-L´┐Żvy, 266 pages, 17,2 ´┐Ż



Par Ariel Kenig

 
Jean Cocteau 
Jérôme Lambert 
Arnaud Cathrine 
Jonathan Ames 
Pavel Hak 
Arno Bertina  
Max Monnehay  
Céline Minard  
Alain Foix  
Philippe Labro  
François Rivière  
Jean-Pierre Cescosse  
Grégoire Hetzel  
Patrick Besson  
Vincent Borel  
Nicolas Rey  
Eric Pessan  
Chlo´┐Ż Delaume  
David Foenkinos  
Catherine Cusset  
Serge Joncour  
Viencent Ravalec  
Gabriel Matzneff  
Philippe Besson  
Eric Faye  
Pierre Vavasseur  
Fred Vargas  
Nora Hamdi  
Florian Zeller  
Aurore Guitry  
 
Victoria Bedos  
 
Franck Resplandy  
Alex D. Jestaire  
Charly Delwart  
Olivia Rosenthal  
Olivier Adam  
Cyril Montana  
Christophe Paviot  
Martin Page  
 
Bertrand Schefer  
 
  ARCHIVES
 
contact | © 2000-2009  Zone littéraire |