#115 - Du 10 f´┐Żvrier au 01 mars 2009

Actu Entretiens Zoom Portraits Extraits

  Un buzz pour rien (ou pas grand chose)  
  C'est le Printemps ! (rires)  
  Un ruban pour J.K. Rowling  
  Orgueil, pr´┐Żjug´┐Żs et Zombies  
  Bruno de Cessole obtient deux magots  
  L'´┐Żcrivain am´┐Żricain John Updike est mort  
  Marcel Schneider est mort  
  Rambaud jug´┐Ż incorrect  
  Des citrons pour Orange ?  
  Mort d'Harold Pinter  

inscription
d´┐Żsinscription
 
Florian Zeller ´┐Ż Julien Parme, ou l´┐Żadolescence romanesque d´┐Żune maturit´┐Ż litt´┐Żraire

" La maladie de l'adolescence est de ne pas savoir ce que l'on veut et de le vouloir cependant ´┐Ż tout prix " (Gabriel Matzneff, Le D´┐Żfi) pourrait parfaitement caract´┐Żriser l´┐Żobstination et les piaffements d´┐Żimpatience du personnage du nouveau roman de Florian Zeller.

Julien Parme vient d´┐Żatteindre ses quatorze printemps. Fougueux, rebelle et incompris, misanthrope inconscient parce qu´┐Żil est d´┐Ż´┐Żu par la vie depuis qu´┐Żil est en ´┐Żge de r´┐Żfl´┐Żchir au sens du mot libert´┐Ż, son quotidien est rythm´┐Ż par les fugues, les soir´┐Żes o´┐Ż celui qui boit le plus sera forc´┐Żment le plus viril, et les engueulades. Avec sa m´┐Żre, remari´┐Że ´┐Ż un beau-p´┐Żre qu´┐Żil m´┐Żprise cordialement. Avec sa pimb´┐Żche de demi-s´┐Żur, petite bourgeoise en herbe qu´┐Żil martyrise. Avec l´┐Żautorit´┐Ż scolaire. Pour ses proches, c´┐Żest un gar´┐Żon irrattrapable. Mais c´┐Żest surtout un gar´┐Żon p´┐Żtri de soif d´┐Żind´┐Żpendance, ´┐Żcoeur´┐Ż par le manque de fantaisie des adultes, pestant contre le monde entier. Julien est donc envoy´┐Ż ´┐Ż Saint-Di´┐Ż, parce qu´┐Żil a fugu´┐Ż et commis une longue s´┐Żrie de b´┐Żtises qu´┐Żil va se faire un plaisir de raconter au lecteur, l´┐Żinterpellant avec la douce arrogance de ceux qui n´┐Żont pas encore v´┐Żcu.

Puis je me suis dit : " C´┐Żest dingue quand m´┐Żme, de la croiser comme ´┐Ża au milieu de la nuit. En plein milieu de Paris. C´┐Żest vraiment un dr´┐Żle de hasard´┐Ż" C´┐Żest vrai, quand on y pense : c´┐Ż´┐Żtait dingue. Mais le hasard, moi, j´┐Ży crois pas. Et La Fontaine, est-ce qu´┐Żil y croyait, lui, au hasard ? je me suis demand´┐Ż en reprenant ma route. Sans doute que non. En tant qu´┐Ż´┐Żcrivain je veux dire. Il devait surtout croire au destin, je pense. Comme moi. De toute fa´┐Żon la plupart du temps, c´┐Żest facile : La Fontaine et moi, on est d´┐Żaccord sur tout. Surtout lui.

Florian Zeller a compos´┐Ż ici un texte superbe sur l´┐Żadolescence, pour les adultes. Le r´┐Żcit de ces quelques journ´┐Żes de la vie d´┐Żun m´┐Żme errant dans Paris pour fuir les sanctions et ires parentales, anim´┐Ż par le d´┐Żsir de passer du temps avec celle que son c´┐Żur a ´┐Żlu ´┐Ż la jolie Mathilde. On se prend ´┐Ż aimer ce garnement certain d´┐Żavoir s´┐Żduit sa prof de fran´┐Żais, qui rivalise avec l´┐Żami Marco pour avoir l´┐Żair genre, disserte sur le sens de la vie et trouve odieuse l´┐Żindiff´┐Żrence avec laquelle le traite son entourage. Tous l´┐Żignorent, mais Julien est un grand ´┐Żcrivain. Tiens, il va m´┐Żme s´┐Ży mettre demain. Que sa gouaille et son c´┐Żt´┐Ż cr´┐Żneur ne vous trompent pas.

Julien comme Sorel, Parme comme la Chartreuse. Zeller s´┐Żamuse avec les noms, invente une Mathilde version ann´┐Żes 2000, assume une filiation avec le h´┐Żros de L´┐ŻAttrape-c´┐Żur . Julien pourrait ´┐Żgalement ´┐Żtre le Bandini de La route de Los Angeles et, pourquoi pas, le double en plus jeune mais tout aussi effront´┐Ż de Henry Miller lorsqu´┐Żil se raconte dans Sexus. Tous ont en commun la tentation de se croire promis de fabuleux destins. Glandeurs ´┐Żm´┐Żrites, mythomanes et m´┐Żgalos : des qualit´┐Żs que l´┐Żon pardonne plus facilement ´┐Ż la jeunesse, encore que. Tout est dans le ton. Et l´┐Żoralit´┐Ż utilis´┐Że par Zeller, rompant ainsi d´┐Żlib´┐Żr´┐Żment avec la veine n´┐Żo-romantique ou n´┐Żo-hussarde qui impr´┐Żgnaient ses pr´┐Żc´┐Żdents livres, rel´┐Żve autant du bel exercice de style qu´┐Żelle souligne l´┐Żintelligence narrative de ce roman. La cavalcade physique et int´┐Żrieure de Julien, on y croit. Tout comme on s´┐Żamuse du propos toujours alerte et intransigeant de Julien.

Les Champs, c´┐Żest pas du tout ce qu´┐Żon croit. Je voudrais pas trop faire de citations pour ´┐Żtaler ma culture, mais quelqu´┐Żun a dit, un ´┐Żcrivain polonais du si´┐Żcle dernier, que c´┐Ż´┐Żtait la plus belle avenue du monde. Je ne suis pas du tout d´┐Żaccord avec lui. Mais ´┐Ż mon avis, celui qui a dit ´┐Ża, le Polonais, il ´┐Żtait aussi de mon avis, m´┐Żme s´┐Żil a ´┐Żcrit l´┐Żinverse. Seulement, il s´┐Żest dit que si tout le monde r´┐Żp´┐Żtait ´┐Ża, on serait d´┐Żbarrass´┐Żs des Japonais et des ploucs. Parce que, forc´┐Żment, les Japonais et les ploucs, vous leur dites que c´┐Żest la plus belle avenue du monde, tout de suite ils rappliquent. C´┐Żest comme un r´┐Żflexe. Et du coup, on peut se promener tranquilles dans les endroits bien plus jolis de Paris sans ´┐Żtre d´┐Żrang´┐Ż par eux. Par exemple Saint-Sulpice.

Se cache derri´┐Żre Zeller un ´┐Żpatant parcours. Un premier roman ´┐Ż l´┐Ż´┐Żge de 22 ans, Neiges artificielles (2001), pour lequel il re´┐Żoit la bourse Ecrivain de la Fondation Lagard´┐Żre. Suivront Les Amants du n'importe quoi, La Fascination du pire (prix Interalli´┐Ż 2004). Et Florian ne r´┐Żcolte pas les honneurs que sur la sc´┐Żne litt´┐Żraire. Ses deux pi´┐Żces de th´┐Ż´┐Żtre, L'Autre (d´┐ŻAnnick Blancheteau, mont´┐Że aux Mathurins) et Le Man´┐Żge (de Nicolas Brian´┐Żon, avec Marine Delterme et Nicolas Vaude au Petit Montparnasse) lui valent un succ´┐Żs critique m´┐Żrit´┐Ż. Si tu mourais, sa prochaine pi´┐Żce, se situe dans la continuit´┐Ż des pr´┐Żc´┐Żdentes. Au centre des pr´┐Żoccupations, le couple et les faux-semblants. Une veuve cherche ´┐Ż comprendre qui ´┐Żtait r´┐Żellement son mari. Enqu´┐Żte, doutes, suspense savamment m´┐Żnag´┐Ż : cette femme s´┐Żengage dans un m´┐Żandre de r´┐Żv´┐Żlations dangereuses. A quel prix se n´┐Żgocie la v´┐Żrit´┐Ż, et la v´┐Żrit´┐Ż peut-elle exister sans le fantasme et l´┐Żimaginaire, tels sont les points soulev´┐Żs dans un chass´┐Ż-crois´┐Ż de pr´┐Żsent et de flash-back, de d´┐Żcouvertes et d´┐Żillusions.

Julien Parme se voit Nobel ´┐Ż 20 ans. Un critique du Point voit Florian Zeller Goncourt ´┐Ż trente. Tout est question d´┐Ż´┐Żge. Ecrire sur l´┐Żadolescence donc, parce que c´┐Żest en ´┐Żtant adulte que l´┐Żon prend suffisamment de distance avec l´┐Ż´┐Żge ingrat pour rire de son c´┐Żt´┐Ż grotesque, pour s´┐Ż´┐Żmouvoir de sa dimension tragique. Peut-´┐Żtre aussi parce que l´┐Żadolescence, comme le disait si po´┐Żtiquement Hafid Haggoune, est le temps o´┐Ż il faut choisir entre vivre et mourir . Manifestement, adolescent, Zeller a choisi de vivre, et de vivre pour une grande ´┐Żuvre d´┐Ż´┐Żcrivain et de dramaturge. La sienne. Au rebours de certains d´┐Żtracteurs, de ceux que l´┐Żambition et le talent font grincer des dents, saluons l´┐Ż´┐Żnergie et le labeur que notre jeune auteur de 27 ans y consacre, de m´┐Żme que les solides premi´┐Żres pierres de cet ´┐Żdifice qu´┐Żil s´┐Żest jur´┐Ż de construire.


Elodie Polo

Julien Parme
Editions Flammarion, 260 pages, 17 euros


Si tu mourais
Mise en sc´┐Żne de Michel Fagadau
Avec Catherine Frot, Robin Renucci, Bruno Putzulu, Chlo´┐Ż Lambert.
De 15 ´┐Ż 50 euros - Du mardi au samedi ´┐Ż 21h, les samedis et dimanches ´┐Ż 16h30 - Com´┐Żdie des Champs-Elys´┐Żes, 15 avenue Montaigne, 75008 Paris - Renseignements : 01.53.23.99.19

 
Jean Cocteau 
Jérôme Lambert 
Arnaud Cathrine 
Jonathan Ames 
Pavel Hak 
Arno Bertina  
Max Monnehay  
Céline Minard  
Alain Foix  
Philippe Labro  
François Rivière  
Jean-Pierre Cescosse  
Grégoire Hetzel  
Patrick Besson  
Vincent Borel  
Nicolas Rey  
Eric Pessan  
Chlo´┐Ż Delaume  
David Foenkinos  
Catherine Cusset  
Serge Joncour  
Viencent Ravalec  
Gabriel Matzneff  
Philippe Besson  
Eric Faye  
Pierre Vavasseur  
Fred Vargas  
Nora Hamdi  
Florian Zeller  
Aurore Guitry  
 
Victoria Bedos  
 
Franck Resplandy  
Alex D. Jestaire  
Charly Delwart  
Olivia Rosenthal  
Olivier Adam  
Cyril Montana  
Christophe Paviot  
Martin Page  
 
Bertrand Schefer  
 
  ARCHIVES
 
contact | © 2000-2009  Zone littéraire |