#115 - Du 10 f´┐Żvrier au 01 mars 2009

Actu Entretiens Zoom Portraits Extraits

  Un buzz pour rien (ou pas grand chose)  
  C'est le Printemps ! (rires)  
  Un ruban pour J.K. Rowling  
  Orgueil, pr´┐Żjug´┐Żs et Zombies  
  Bruno de Cessole obtient deux magots  
  L'´┐Żcrivain am´┐Żricain John Updike est mort  
  Marcel Schneider est mort  
  Rambaud jug´┐Ż incorrect  
  Des citrons pour Orange ?  
  Mort d'Harold Pinter  

inscription
d´┐Żsinscription
 
Portrait de Nicolas Rey

C'est bizarre, ce type, on a l´┐Żimpression qu´┐Żon ne le conna´┐Żtra jamais en d´┐Żpit de toutes les facettes que son travail permet d´┐Żappr´┐Żhender. Pas un hasard, si Nicolas Rey par Nicolas Rey ´┐Ża donne "Je suis un ´┐Żlectron libre." Comment l´┐Żattraper, dans ces conditions, le situer quelque part et le soumettre ´┐Ż analyse ? Serait-il comme un Besson sympathisant communiste et star du Figaro ("On se fiche du support, du moment que tu ´┐Żcris ce que tu penses !").



"D'habitude, c'est dr´┐Żle, mais lorsqu'on m'´┐Żcrit, je ne ressens rien." Chroniqueur-journaliste-´┐Żcrivain, s´┐Żducteur nonchalant, il est de ces ´┐Żl´┐Żgants press´┐Żs de mourir qui ne prennent pas le temps de recevoir. Rey, roi de tendres et ´┐Żcres nuits toujours tr´┐Żs parisiennes, se fiche au fond pas mal de ce que certaines langues peuvent penser de ses lettres de noblesse litt´┐Żraires. Il pr´┐Żf´┐Żre construire, m´┐Żme des ch´┐Żteaux de sable parce que c´┐Żest de toute fa´┐Żon plus po´┐Żtique et plus rapide, donner et ´┐Żcrire, provoquer sans pr´┐Żtendre apporter de pierre r´┐Żvolutionnaire quelconque ´┐Ż un ´┐Żdifice qui n´┐Żest fait que de papier.



Apr´┐Żs Treize minutes, M´┐Żmoire courte ´┐Żtait attendu : il a couronn´┐Ż son jeune auteur. Puis le troisi´┐Żme, avec entre-temps le Figaro, Cultures et D´┐Żpendances, Zurban, le Flore´┐Ż L´┐Żimportant n'est pas o´┐Ż, ni combien, ni en quelle ann´┐Że. On le sait, Nicolas a du talent m´┐Żme s'il fait partie de ces branch´┐Żs pas toujours tr´┐Żs audacieux ; non, l´┐Żessentiel est plut´┐Żt dans le condens´┐Ż de ces trois livres : cette m´┐Żtaphore fil´┐Że qui semble retracer l´┐Ż´┐Żvolution d´┐Żun ´┐Żtre que le sourire en coin ne quitte pas un seul instant. Sourit-il encore, Nicolas ?


Si jeune et d´┐Żj´┐Ż sur la voie d´┐Żune "sagesse" qui ne trompe personne, espi´┐Żgle et malgr´┐Ż tout pourvu d´┐Żune facult´┐Ż de recul sur soi. Bien que brille dans ses prunelles le souvenir des mutineries pass´┐Żes, il parvient ´┐Ż nous troubler, ce prince qui a troqu´┐Ż la chevelure glamour pour celle, parsem´┐Że de m´┐Żches blanches, du roi courtis´┐Ż et plein d´┐Żassurance. Car si cet archimondain jolipunk a largement festoy´┐Ż, on sent dans son corps fatigu´┐Ż et exp´┐Żriment´┐Ż une douleur des plus fatales et contemporaines : celle qui ressent l´┐Ż´┐Żge d´┐Żfiler. Nostalgie, mais gr´┐Żce et qui´┐Żtude pour encaisser les ann´┐Żes qui volent, pour apprendre ´┐Ż aimer la na´┐Żvet´┐Ż et la fra´┐Żcheur des d´┐Żbuts. Son dos vo´┐Żt´┐Ż abrite de grandes admirations adolescentes : C´┐Żline, Mc Inerney, Salinger ou Dustan, "quand il ´┐Żcrivait encore de beaux bouquins". Est-ce ´┐Ż dire que le plus beau livre serait le premier ?



Que dit-il du troisi´┐Żme donc ? D´┐Żabord, il a tout compris ´┐Ż la litt´┐Żrature : il remercie. Nicolas Rey remercie Eric Laurrent, son correcteur. "Il m´┐Ża ´┐Żvit´┐Ż la catastrophe. Quand on a la t´┐Żte dans un texte, on finit par ne plus voir les erreurs, les conneries. Et dans Un d´┐Żbut prometteur (titre du 3e, ndlr) il y en avait ! Eric ne m´┐Żche pas ses mots, mais il a raison d´┐Ż´┐Żtre s´┐Żv´┐Żre´┐Ż"



Ce qu´┐Żen disent les autres ? On est forc´┐Ż de constater que les bonnes critiques s'amoncellent, louant la progression du petit auteur qui, d´┐Żune voix tr´┐Żs personnelle, a fini par d´┐Żbusquer ses propres accents, sinc´┐Żres, empreints de m´┐Żtamorphose. Treize Minutes et M´┐Żmoire Courte ne s'oublient pas, bien s´┐Żr : la force de la vingtaine, les pleurs attendrissants d'un jeune homme pas m´┐Żchant. "Je commen´┐Żais ´┐Ż chialer pour un rien. D´┐Żs que je voyais un type aux cheveux blancs dans la rue, par exemple. Je pensais ´┐Ż mon p´┐Żre. Mon p´┐Żre est un type bien. [...] Mon p´┐Żre a tellement d'amour pour nous que l'on pourrait vivre encore pendant des si´┐Żcles entiers". Mais deux ans apr´┐Żs, Nicolas Rey, la plume plus forte et le cheveu plus t´┐Żnu, reviennent en force. Avec une pertinence d´┐Żautant plus robuste qu´┐Żelle s´┐Żest d´┐Żbarrass´┐Że des pr´┐Żtentions de la vingtaine.



Paradoxalement, cette plus grande maturit´┐Ż nous parvient ´┐Żnonc´┐Że et v´┐Żcue dans la peau d´┐Żun lyc´┐Żen, Henri, qui observe le monde des adultes et celui de son fr´┐Żre Martin en particulier. Martin vient de se faire larguer par la femme de sa vie dont il attendait un enfant, et revient compl´┐Żtement ruin´┐Ż vivre dans la maison familiale ´┐Ż pardon, dans une caravane au fond du jardin. Le p´┐Żre, quitt´┐Ż par le path´┐Żtique st´┐Żr´┐Żotype de l´┐Ż´┐Żternelle gamine de plus de quarante ans qu´┐Ż´┐Żtait son ´┐Żpouse, a fait une croix sur sa virilit´┐Ż et pleure de ne plus savoir que r´┐Żpondre ´┐Ż ses fils. Lassitude et d´┐Żsillusions, le navire coule joyeusement ´┐Ż un sentiment de d´┐Żj´┐Ż vu chez Nicolas Rey ´┐Ż, mais cette fois les rats ne s´┐Żen vont plus. Voil´┐Ż peut-´┐Żtre la seule chose que l´┐Żon retiendra de ce roman de noyade dr´┐Żle et d´┐Żsesp´┐Żr´┐Że : les rats ne quittent pas toujours le navire. Ainsi ce narrateur-spectateur, ce personnage bien atteint par la vie et ´┐Ż priori plus fragile car plus jeune, console les pr´┐Żc´┐Żdents et consolide ses a´┐Żn´┐Żs. En bref, le regard adulte d´┐Żun enfant sur les gamineries des adultes. En bref, l´┐Ż´┐Żge est une foutaise.



A travers cette histoire de r´┐Żles invers´┐Żs, il semble que la m´┐Żtamorphose, observable depuis l´┐Żext´┐Żrieur, soit valid´┐Że par la signature du concern´┐Ż. Qui se serait r´┐Żsolu ´┐Ż regarder le monde, ´┐Ż ´┐Żtre grand, ´┐Ż rester fort car on le devient plus rarement. A Paris, l´┐Ż o´┐Ż "le plus surprenant reste les quelques personnes qui arrivent encore ´┐Ż s'endormir sans barrette de Lexomil", il a trouv´┐Ż le courage de continuer. Mais qu´┐Żest-ce qui a chang´┐Ż ? On ne saurait trouver d´┐Żexemple r´┐Żellement explicite. Barrettes de strass, s´┐Żances de baise, alcool continu, et la "fatigue" comme "moindre des choses"´┐Ż Nicolas Rey pense qu´┐Żil devrait probablement se calmer m´┐Żme si apr´┐Żs tout, ´┐Ża n'est pas n´┐Żcessaire ´┐Ż et il change, tout en changeant peu. Cramer son encre avant qu'elle ne s´┐Żche, ce n'est rien d'autre que du romantisme. Nicolas ne s'en excuse pas, c´┐Żest un vrai romantique qui en cr´┐Żvera sans doute.



"Encore ? Et puis quoi encore ?" Page dans Voici, gueule sur ´┐Żcran, soir´┐Żes parisiennes... "Encore ? Et puis quoi encore ?" Des mimiques.



Increvable, Nicolas. "Au fond, les pauvres, les b´┐Żtes, les animaux, les r´┐Żfractaires, la belle et dangereuse moiti´┐Ż du monde." Au fond, le fauve, le pr´┐Żtre, le char d'assaut, l'air d'un killer, la belle et dangereuse moiti´┐Ż du mensonge. Au fond de lui, un souffle. Jusqu'´┐Ż ce que les lumi´┐Żres s'´┐Żteignent. Car en effet, un jour, Nicolas Rey va mourir. Normalement. Ni crash ni overdose. Sans rock. Et nous resterons sans doute ind´┐Żcemment frustr´┐Żs. Et ce jour-l´┐Ż, il faudra apprendre ´┐Ż aimer la gr´┐Żce qu'il aura ´┐Żparpill´┐Że, toute sa vie. Et parce qu'il m´┐Żrite un lieu tranquille, on l'enfouira ´┐Ż Montmartre. "Le repos est important lorsque la jeunesse est derri´┐Żre soi." Et l´┐Żon s´┐Żen souviendra comme d´┐Żun ´┐Żtre qui a toujours rigol´┐Ż et pri´┐Ż en pensant ´┐Ż l´┐Żintemporalit´┐Ż.



Un D´┐Żbut Prometteur, Nicolas Rey
Ed. Au Diable Vauvert
206 pages, 15´┐Ż


Par J.L.N. et Ariel Kenig

 
Jean Cocteau 
Jérôme Lambert 
Arnaud Cathrine 
Jonathan Ames 
Pavel Hak 
Arno Bertina  
Max Monnehay  
Céline Minard  
Alain Foix  
Philippe Labro  
François Rivière  
Jean-Pierre Cescosse  
Grégoire Hetzel  
Patrick Besson  
Vincent Borel  
Nicolas Rey  
Eric Pessan  
Chlo´┐Ż Delaume  
David Foenkinos  
Catherine Cusset  
Serge Joncour  
Viencent Ravalec  
Gabriel Matzneff  
Philippe Besson  
Eric Faye  
Pierre Vavasseur  
Fred Vargas  
Nora Hamdi  
Florian Zeller  
Aurore Guitry  
 
Victoria Bedos  
 
Franck Resplandy  
Alex D. Jestaire  
Charly Delwart  
Olivia Rosenthal  
Olivier Adam  
Cyril Montana  
Christophe Paviot  
Martin Page  
 
Bertrand Schefer  
 
  ARCHIVES
 
contact | © 2000-2009  Zone littéraire |