#115 - Du 10 f´┐Żvrier au 01 mars 2009

Actu Entretiens Zoom Portraits Extraits

  Un buzz pour rien (ou pas grand chose)  
  C'est le Printemps ! (rires)  
  Un ruban pour J.K. Rowling  
  Orgueil, pr´┐Żjug´┐Żs et Zombies  
  Bruno de Cessole obtient deux magots  
  L'´┐Żcrivain am´┐Żricain John Updike est mort  
  Marcel Schneider est mort  
  Rambaud jug´┐Ż incorrect  
  Des citrons pour Orange ?  
  Mort d'Harold Pinter  

inscription
d´┐Żsinscription
 
´┐Ż la fronti´┐Żre de l'aube?

L´┐Ż´┐Żge d´┐Żor serait-il de retour ? Il marque en tout cas l´┐Żentr´┐Że en litt´┐Żrature de Bertrand Schefer. Philosophe et traducteur, entre autres, il nous a confi´┐Ż, en ´┐Żclectique ´┐Żclair´┐Ż, sa conception de l´┐Ż´┐Żcriture, de la litt´┐Żrature et d´┐Żautres arts.

L´┐Ż´┐Żge d´┐Żor . n´┐Żest pas seulement un film des ann´┐Żes trente. C´┐Żest aussi le premier roman de Bertrand Schefer, sorti en pleine rentr´┐Że litt´┐Żraire de septembre 2008. Exercice ardu s´┐Żil en est de faire valoir sa voix parmi les centaines d´┐Żautres mises en avant, d´┐Żcortiqu´┐Żes et auscult´┐Żes ´┐Ż chaque saison. Mais Bertrand Schefer n´┐Żen est pas ´┐Ż son premier d´┐Żfi. C´┐Żest ´┐Ż lui que l´┐Żon doit la traduction, in´┐Żdite en fran´┐Żais jusqu´┐Żen 2003, du Zibaldone de Leopardi. Une exp´┐Żrience aussi enrichissante que schizophr´┐Żne : ´┐Ż traduire au jour le jour pendant pr´┐Żs de sept ans le journal de ce philosophe italien du XVIII´┐Ż si´┐Żcle, il y a de quoi perdre prise avec son ´┐Żpoque. Et sa langue. Apr´┐Żs cette colossale immersion, il lui a donc fallu apprendre ´┐Ż se r´┐Żapproprier sa vie et cr´┐Żer sa propre voix. C´┐Żest par l´┐Ż´┐Żcriture que Bertrand Schefer a d´┐Żcid´┐Ż de r´┐Żpondre ´┐Ż ce double d´┐Żfi. Un passage de la traduction ´┐Ż l´┐Ż´┐Żcriture qui n´┐Żest pas si anodin puisque dans un cas comme dans l´┐Żautre, c´┐Żest avant tout de langue qu´┐Żil est question. Au millier de pages du journal-monument, il oppose la petite centaine de pages de L´┐Ż´┐Żge d´┐Żor . Une apparence fluette qui pourrait laisser croire qu´┐Żil s´┐Żagit d´┐Żun texte l´┐Żger quand il est en r´┐Żalit´┐Ż dense et cisel´┐Ż. Tout est question de gamme, de ton et de proportion. L´┐Ż´┐Żge d´┐Żor ´┐Żchappe en effet ´┐Ż tout ´┐Żtiquetage lapidaire. D´┐Żs les premi´┐Żres pages, on est saisi par une langue aussi pr´┐Żcise qu´┐Żimag´┐Że. Quant ´┐Ż la narration, elle est pr´┐Żsente, mais suffisamment d´┐Żconstruite pour nous entra´┐Żner dans des m´┐Żandres d´┐Żune histoire qu´┐Żil va nous appartenir de reconstituer nous-m´┐Żmes, ´┐Ż rebours de toute chronologie lin´┐Żaire. L´┐Żappellation de roman est-elle d´┐Żs lors r´┐Żellement valable ? Les lecteurs en qu´┐Żte de pure distraction fictionnelle seront certainement quelque peu d´┐Żrout´┐Żs, ´┐Ż ce qui est le but du jeu ´┐Ż. Les autres suivront les pas et les d´┐Żambulations urbaines de son personnage principal, tant´┐Żt agac´┐Żs, tant´┐Żt attendris, mais forc´┐Żment marqu´┐Żs par les images et les sensations v´┐Żhicul´┐Żes. Et si l´┐Żon tient ´┐Ż donner une d´┐Żfinition ´┐Ż ce texte, le meilleur moyen est d´┐Żinterroger son auteur.
´┐Ż suivre partiellement le cheminement d´┐Żun adolescent vers l´┐Ż´┐Żge adulte, on songe par moments au parcours d´┐Żun roman de formation. Trop charg´┐Że de tradition litt´┐Żraire, et donc largement galvaud´┐Że, une telle notion est n´┐Żanmoins rapidement ´┐Żvacu´┐Że. Il serait bien plut´┐Żt question de ´┐Ż d´┐Żformation´┐Ż. Loin d´┐Żassener la moindre le´┐Żon, la moindre morale, ce livre ´┐Żtudie ´┐Ż la m´┐Żtamorphose pas toujours visible d´┐Żun personnage pris ´┐Ż diff´┐Żrents moments de sa vie. ´┐Ż R´┐Żcit d´┐Żune d´┐Żroute, il est ´┐Ż repli´┐Ż sur lui-m´┐Żme ´┐Ż, requ´┐Żrant une ´┐Ż ou plusieurs - lectures attentives qui permettront d´┐Ży d´┐Żtecter diff´┐Żrentes atmosph´┐Żres pourvoyeuses d´┐Żexp´┐Żriences r´┐Żp´┐Żtitives bien plus que de le´┐Żons. Pas d´┐Ż´┐Żducation donc. Mais encore moins d´┐Żautofiction. La proposition est balay´┐Że d´┐Żembl´┐Że tant c´┐Żest en opposition ´┐Ż cette tendance ´┐Ż consid´┐Żr´┐Że comme un effondrement - qu´┐Żil se situe. Ce qui ne signifie pas qu´┐Żil n´┐Ża rien ´┐Ż voir avec ses personnages. Il est ´┐Ż d´┐Żaccord avec tout ce qu´┐Żil ´┐Żcrit ´┐Ż. Mais le but n´┐Ż´┐Żtait absolument pas de raconter sa jeunesse ´┐Ż la fin des ann´┐Żes 1970. ´┐Ż L´┐Żid´┐Że n´┐Ż´┐Żtait pas de fixer une ´┐Żpoque. C´┐Żest la raison pour laquelle j´┐Żai choisi un titre d´┐Żlib´┐Żr´┐Żment d´┐Żli´┐Ż d´┐Żune ´┐Żpoque, qui parle d´┐Żun pass´┐Ż tr´┐Żs ancien ou d´┐Żun futur tr´┐Żs lointain. ´┐Ż Hors du temps ou au c´┐Żur du temps. Tel est d´┐Żailleurs le propos central de ce roman construit sur des flash-back, tendu entre un id´┐Żal r´┐Żvolu et un futur encore nimb´┐Ż d´┐Żespoir. .´┐Ż Les signes du temps ne m´┐Żint´┐Żressent pas ´┐Ż. Et pour cause, ´┐Ż l´┐Żexception de la mention quasi anecdotique d´┐Żun t´┐Żl´┐Żphone portable ou d´┐Żun Eurostar, nulle chronologie n´┐Żest v´┐Żritablement d´┐Żpos´┐Że ni aucune ´┐Żpoque clairement marqu´┐Że. Car l´┐Ż n´┐Żest pas l´┐Żessentiel. Dans ce texte ´┐Ż repli´┐Ż, au sens de Leibniz ´┐Ż, Bertrand Schefer s´┐Żattache ´┐Ż l´┐Żentre-deux, au passage. Quant ´┐Ż l´┐Żespace, il est appr´┐Żhend´┐Ż sur le mode de la fuite, ses personnages ne parvenant jamais ´┐Ż se fixer, cherchant dans chaque lieu un ailleurs, mais toujours dans la ville. Elle est la v´┐Żritable ´┐Ż matrice ´┐Ż dans la mesure o´┐Ż elle repr´┐Żsente un ´┐Ż labyrinthe. Une fois que l´┐Żon est dedans, on peut essayer de la quitter pour d´┐Żautres villes mais on retrouvera toujours le m´┐Żme syst´┐Żme un peu carc´┐Żral. En m´┐Żme temps, c´┐Żest ´┐Ż l´┐Żint´┐Żrieur de cela qu´┐Żon trouve sa libert´┐Ż. ´┐Ż Plus encore que d´┐Żun ailleurs g´┐Żographique, c´┐Żest sur un ´┐Ż horizon int´┐Żrieur ´┐Ż qu´┐Żil se penche : ´┐Ż comment redessiner la ville ´┐Ż l´┐Żint´┐Żrieur de soi. ´┐Ż
Plus appropri´┐Ż encore serait donc le mot ´┐Ż fable ´┐Ż. B´┐Żtie sur une succession de moments rarement chronologiques, elle permet de saisir l´┐Żin´┐Żvitable instabilit´┐Ż r´┐Żsultant du passage d´┐Żune ´┐Żpoque ´┐Ż une autre, d´┐Żun ´┐Żge ´┐Ż un autre : ces ´┐Ż purs moments de creux ´┐Ż bien plus d´┐Żcisifs dans une existence que toute le´┐Żon doctorale.
On semble br´┐Żler lorsque l´┐Żon ´┐Żvoque le terme de po´┐Żsie. ´┐Ż Un po´┐Żme en prose, au sens de Baudelaire ou d´┐ŻAloysius Bertrand ´┐Ż, serait effectivement l´┐Żexpression la plus juste s´┐Żil fallait vraiment accoler une ´┐Żtiquette ´┐Ż ce texte.
Un texte exp´┐Żrimental par certains abords donc. Le qualificatif ´┐Ż assum´┐Ż ´┐Ż ne doit pas effrayer. Bertrand Schefer ne cherche pas ´┐Ż prendre le lecteur par la main mais ´┐Ż le pousser dans ses retranchements. Car ce qui l´┐Żint´┐Żresse n´┐Żest pas d´┐Żalimenter le grand r´┐Żservoir de fiction, domaine dans lequel le cin´┐Żma r´┐Żpond ´┐Ż 90% de nos besoins, mais bien de voir dans quelle mesure la litt´┐Żrature a encore un r´┐Żle ´┐Ż jouer : ´┐Ż Voir si la litt´┐Żrature est encore un espace perceptif, un peu comme un certain cin´┐Żma, ax´┐Ż sur les perceptions, les sensations, et qui abandonne l´┐Żid´┐Że d´┐Żun sc´┐Żnario assez vite ´┐Ż .
´┐Ż la crois´┐Że des ´┐Żges, L´┐Ż´┐Żge d´┐Żor est en effet aussi ´┐Ż la crois´┐Że des arts. Ce r´┐Żcit doit autant ´┐Ż de grands ma´┐Żtres litt´┐Żraires (ses r´┐Żf´┐Żrences vont de Lord Jim de Joseph Conrad ´┐Ż Tropiques de Nathalie Sarraute, en passant par L´┐Żamour fou de Breton) qu´┐Ż´┐Ż ceux du 7´┐Żme art. Ce n´┐Żest pas pour rien que Bertrand Schefer a utilis´┐Ż le titre que Luis Bu´┐Żuel avait donn´┐Ż ´┐Ż l´┐Żun de ses films r´┐Żalis´┐Ż en 1930, consid´┐Żr´┐Ż comme un des ´┐Żl´┐Żments fondateurs du courant du surr´┐Żalisme. Il consid´┐Żre volontiers son livre comme ´┐Ż travers´┐Ż par le cin´┐Żma ´┐Ż. S´┐Żil n´┐Ży a jamais consciemment pens´┐Ż pendant la r´┐Żdaction, les ombres de Robert Bresson et de Philippe Garrel planent ind´┐Żniablement sur son travail, d´┐Żlimitant ainsi une certaine ´┐Ż communaut´┐Ż d´┐Żesprit ´┐Ż ´┐Ż laquelle il appartiendrait.

Reprenons donc : L´┐Ż´┐Żge d´┐Żor n´┐Żest pas un roman d´┐Ż´┐Żducation, encore moins une autofiction, ni un roman tel qu´┐Żon le con´┐Żoit dans sa dimension la plus lin´┐Żaire ´┐Ż. S´┐Żil ne requiert pas de mise en condition particuli´┐Żre, il est toutefois fortement d´┐Żconseill´┐Ż d´┐Żen entreprendre la lecture dans le m´┐Żtro, au risque de passer ´┐Ż c´┐Żt´┐Ż des sensations qu´┐Żil ´┐Żvoque et fait surgir et de manquer les pi´┐Żces n´┐Żcessaires ´┐Ż la reconstitution du puzzle final´┐Ż L´┐Ż´┐Żge d´┐Żor peut sembler hors du temps, effa´┐Żant volontairement toutes les traces de son ´┐Żpoque pour mieux refl´┐Żter un entre-deux toujours flottant, que chacun a la charge de se r´┐Żapproprier pour occuper du temps avant de s´┐Ż´┐Żtaler dans l´┐Żespace ? Peut-´┐Żtre. C´┐Żest ce qui fait une partie de sa richesse. En revanche pour Bertrand Schefer, pas de doute : il appartient bien ´┐Ż son ´┐Żpoque et ne cesse d´┐Żen explorer les diff´┐Żrentes voies d´┐Żexpression. Apr´┐Żs l´┐Żexp´┐Żrience de la traduction, pour l´┐Żinstant mise entre parenth´┐Żses, et celle de la litt´┐Żrature, c´┐Żest au cin´┐Żma qu´┐Żil a l´┐Żintention de se confronter (il a d´┐Żj´┐Ż collabor´┐Ż ´┐Ż l´┐Żexposition con´┐Żue par Val´┐Żrie Mr´┐Żjen au Mus´┐Że du Jeu de Paume au printemps 2008). Prochain rendez-vous sur les ´┐Żcrans donc.

Laurence Bourgeon
Photo: S´┐Żbastien Dolidon

 
Jean Cocteau 
Jérôme Lambert 
Arnaud Cathrine 
Jonathan Ames 
Pavel Hak 
Arno Bertina  
Max Monnehay  
Céline Minard  
Alain Foix  
Philippe Labro  
François Rivière  
Jean-Pierre Cescosse  
Grégoire Hetzel  
Patrick Besson  
Vincent Borel  
Nicolas Rey  
Eric Pessan  
Chlo´┐Ż Delaume  
David Foenkinos  
Catherine Cusset  
Serge Joncour  
Viencent Ravalec  
Gabriel Matzneff  
Philippe Besson  
Eric Faye  
Pierre Vavasseur  
Fred Vargas  
Nora Hamdi  
Florian Zeller  
Aurore Guitry  
 
Victoria Bedos  
 
Franck Resplandy  
Alex D. Jestaire  
Charly Delwart  
Olivia Rosenthal  
Olivier Adam  
Cyril Montana  
Christophe Paviot  
Martin Page  
 
Bertrand Schefer  
 
  ARCHIVES
 
contact | © 2000-2009  Zone littéraire |