#115 - Du 10 f´┐Żvrier au 01 mars 2009

Actu Entretiens Zoom Portraits Extraits

  Un buzz pour rien (ou pas grand chose)  
  C'est le Printemps ! (rires)  
  Un ruban pour J.K. Rowling  
  Orgueil, pr´┐Żjug´┐Żs et Zombies  
  Bruno de Cessole obtient deux magots  
  L'´┐Żcrivain am´┐Żricain John Updike est mort  
  Marcel Schneider est mort  
  Rambaud jug´┐Ż incorrect  
  Des citrons pour Orange ?  
  Mort d'Harold Pinter  

inscription
d´┐Żsinscription
 
Maintenant, je suis le gars qu'a failli avoir le Goncourt !

On le suit depuis le d´┐Żbut, c´┐Żest donc avec plaisir qu´┐Żon s´┐Żentretient avec Olivier Adam, 33 ans, cinq romans, et pas la langue dans sa poche : quand maturit´┐Ż rime avec sagacit´┐Ż, n´┐Żen d´┐Żplaise aux jur´┐Żs de l´┐Żh´┐Żtel Drouot.

Vendredi 9 novembre, un matin clair dans le 6´┐Żme arrondissement. On retrouve un Olivier Adam f´┐Żbrile, encore sous le coup du presque Goncourt, heureux d´┐Żavoir bient´┐Żt fini sa rentr´┐Że ´┐Ż ´┐Ż je vais enfin pouvoir passer plus de deux jours avec ma famille ´┐Ż. En marchant vers le caf´┐Ż tranquille o´┐Ż on passera deux heures, il ´┐Żvoque une rentr´┐Że ´┐Ż rock and roll ´┐Ż. A cause de la promo bien s´┐Żr, les radios, les t´┐Żl´┐Żs - ´┐Ż je d´┐Żteste ´┐Ża ´┐Ż - mais aussi une pression nouvelle et grandissante notamment gr´┐Żce au succ´┐Żs de l´┐Żadaptation au cin´┐Żma de Je vais bien ne t´┐Żen fais pas.
´┐Ż Cette ann´┐Że j´┐Żai bien senti d´┐Żs mai-juin que mon livre faisait partie des attendus. J´┐Ż´┐Żtais ´┐Ż la fois un outsider - je suis publi´┐Ż ´┐Ż l´┐ŻOlivier pas chez Gallimard ou Flammarion et je n´┐Żen vends pas des tonnes comme Nothomb ou Claudel - et un poids lourd : on parlait de moi pour les prix donc la presse, qu´┐Żelle n´┐Żaime ou pas mon livre, devait prendre position. ´┐Ż Alors prise de position il y a eu, parfois tr´┐Żs violente. Olivier Adam fait pourtant partie de ces auteurs port´┐Żs en g´┐Żn´┐Żral par les libraires et la presse, tr´┐Żs aim´┐Ż de son public. Cette fois, il a fallu faire face ´┐Ż des r´┐Żactions ´┐Żpidermiques, bizarrement pas autour de l´┐Żimmigration
clandestine ´┐Ż quel journaliste aurait os´┐Ż porter le d´┐Żbat l´┐Ż-dessus ? demande-t-il ´┐Ż mais sur le milieu, sur le personnage lui-m´┐Żme. ´┐Ż On m´┐Ża accus´┐Ż de mis´┐Żrabilisme, de ´┐Ż popularisme ´┐Ż : ce sont les m´┐Żmes reproches qu´┐Żon fait ´┐Ż Ken Loach alors ´┐Ża me flatte plut´┐Żt ! ´┐Ż. Ce qui l´┐Ża le plus d´┐Żrang´┐Ż ´┐Ż et on le comprend ´┐Ż c´┐Żest de lire dans des journaux (le Figaro pour ne pas le citer) que l´┐Żintelligence, la lucidit´┐Ż du personnage sont ´┐Ż en inad´┐Żquation avec son milieu social ´┐Ż. Ce que cela montre de la r´┐Żmanence ´┐Ż un naturalisme pittoresque fa´┐Żon Deschiens, ´┐Ża l´┐Żemmerde. Pire encore, on a brocard´┐Ż le langage de son h´┐Żro´┐Żne qui parlerait trop bien pour ses origines ! comment ne pas parler alors de ´┐Ż racisme de classe ´┐Ż ?

Et le Goncourt rat´┐Ż ? Favori depuis septembre, la pilule n´┐Ża pas du ´┐Żtre facile. Et de fait, m´┐Żme s´┐Żil est loin d´┐Ż´┐Żtre dans la contestation fa´┐Żon Christophe Donner avec le Renaudot, il reste assez tranchant ´┐Ż Quand il y a comme ´┐Ża un blocage entre deux titres, c´┐Żest le plus consensuel qui l´┐Żemporte ´┐Ż. Il n´┐Żest cependant pas question d´┐Żun Goncourt indigne, mais soyons clair, au 14´┐Żme tour, il y avait trois jur´┐Żs contre lui, quand les trois autres ne soutenaient vraiment ni l´┐Żun ni l´┐Żautre. Parmi les premiers, Fran´┐Żois Nourrissier qui ´┐Ż n´┐Żest pas exactement r´┐Żput´┐Ż pour ´┐Żtre d´┐Żextr´┐Żme gauche ! ´┐Ż Un choix aussi litt´┐Żraire que politique, pense-t-il donc : on appr´┐Żcie sa franchise. D´┐Ż´┐Żu du coup de ce manque de reconnaissance ? Il n´┐Żest pas question de reconnaissance mais plut´┐Żt de pragmatisme, ´┐Ż savoir l´┐Żeffet d´┐Żun prix sur les ventes. ´┐Ż Avec Falaises ou A l´┐Żabri de rien, on est entre 50 000 et 80 000 ventes, correspondant aux gens qui s´┐Żint´┐Żressent ´┐Ż litt´┐Żrature contemporaine. Un prix permet d´┐Żacc´┐Żder au plus grand nombre. Le cas de Je vais bien´┐Ż est de fait probant : film vu par un million de personnes, le livre est pass´┐Ż de 5000 ventes au d´┐Żpart ´┐Ż 200 000 !" Pour le Goncourt, c´┐Żest surtout pour la maison d´┐Ż´┐Żdition, l´┐ŻOlivier, que la d´┐Żception fut grande : ´┐Ż J´┐Ży ´┐Żtais lundi quand j´┐Żai re´┐Żu le coup de fil m´┐Żannon´┐Żant que Gilles Leroy ´┐Żtait le laur´┐Żat. Quand j´┐Żai lev´┐Ż la t´┐Żte et vu la t´┐Żte des gens, j´┐Żai eu l´┐Żimpression d´┐Ż´┐Żtre l´┐Ż´┐Żl´┐Żve qui vient de rater son bac ! ´┐Ż. Quant ´┐Ż lui, s´┐Żil n´┐Ża pas r´┐Żalis´┐Ż tout de suite, il l´┐Ża finalement v´┐Żcu comme un non-´┐Żv´┐Żnement, m´┐Żme si pour la presse, l´┐Żentourage, c´┐Żen est un ´┐Ż A Saint-Malo o´┐Ż j´┐Żhabite, quand les gens me croisent, j´┐Żentends souvent "H´┐Ż, c´┐Żest pas le gars qui a failli avoir le Goncourt ?" ! ´┐Ż

Etats des lieux
Pass´┐Ż la question qui f´┐Żche, on revient ´┐Ż l´┐Żessentiel, le livre. Ce qu´┐Żon a toujours aim´┐Ż de ses romans ´┐Ż et ´┐Ż ce qu´┐Żon vient d´┐Żentendre, on diff´┐Żre d´┐Żune partie de la presse ! ´┐Ż c´┐Żest justement sa facult´┐Ż de parler de la France pavillonnaire, la France du milieu, celle qui a assez d´┐Żargent pour se payer un micro-ondes ´┐Ż No´┐Żl mais pas pour partir en vacances, On aime sa fa´┐Żon de la faire vivre avec une telle justesse qu´┐Żil n´┐Żest pas rare qu´┐Żelle provoque un ´┐Żcho intime. Il encha´┐Żne imm´┐Żdiatement ´┐Ż Un truc politique pr´┐Żsent ´┐Ż gauche comme ´┐Ż droite, c´┐Żest le m´┐Żpris affich´┐Ż pour la France moyenne. Moi je ne me sens pas de m´┐Żrite particulier au sens o´┐Ż comme bien des auteurs, je parle de ce que je connais. Ceci dit, peu d´┐Żauteurs sont issus des classes moyennes, et souvent, si c´┐Żest le cas, ils sont dans le rejet. Heureux d´┐Żen ´┐Żtre sortis, ils brocardent ce milieu en en faisant un endroit laid o´┐Ż les gens passent leurs journ´┐Żes avachis devant la t´┐Żl´┐Ż ´┐Ż. Lui est loin de cette d´┐Żmarche, il veut avant tout ´┐Żviter le cynisme, l´┐Żironie, le clich´┐Ż ´┐Ż J´┐Żessaie de prouver que le commun n´┐Żest pas synonyme de rien ´┐Ż. Une volont´┐Ż politique derri´┐Żre ce d´┐Żsir ? Oui, ´┐Żthique m´┐Żme si on admet que la litt´┐Żrature doit dire quelque chose de la soci´┐Żt´┐Ż fran´┐Żaise : ´┐Ż On se cr´┐Żve un ´┐Żil en ne traitant pas plus souvent les questions ´┐Żconomiques et sociales de notre pays ´┐Ż. Pour lui, l´┐Żintime et le politique, le psychologique et le sociologique ont voix de citer dans le roman contemporain. Il faut dire le c´┐Żur de la France, son noyau dur lequel est justement cette France moyenne, en parler sans la glorifier mais sans la m´┐Żpriser. Notre auteur est peu convaincu par ses confr´┐Żres dont il trouve les tentatives sociales trop limit´┐Żes ´┐Ż ceux qui ont les choses entre leurs mains. ´┐Ż Je suis plus int´┐Żress´┐Ż sur les gens qui regardent la t´┐Żl´┐Ż que par ceux qui la font ´┐Ż. Et d´┐Żen r´┐Żf´┐Żrer au cin´┐Żma mondial, ´┐Ż la litt´┐Żrature anglo-saxonne o´┐Ż parler de la soci´┐Żt´┐Ż n´┐Żest pas synonyme de "faire du social" : ´┐Ż Personne n´┐Ża jamais dit de Carver qu´┐Żil fait du social quand il parle de ch´┐Żmeurs ou de chauffeur de taxi ´┐Ż. Citant Camus, Adam revient sur le lien ´┐Żvident entre faits intimes et la fa´┐Żon dont ils s´┐Żinscrivent
dans l´┐Ż´┐Żpoque, le lieu, la situation sociale de chacun. Ainsi de sa derni´┐Żre h´┐Żro´┐Żne, Marie.

Desperate housewife
Justement Marie, parlons-en. Elle nous touche dans A l´┐Żabri de rien, m´┐Żre au foyer ´┐Ż la d´┐Żrive, incapable de sortir de sa d´┐Żpression malgr´┐Ż le soutien de sa famille. ´┐Ż Marie, c´┐Żest d´┐Żabord la porte qui claque, celle du matin quand le mari est au travail, les enfants ´┐Ż l´┐Ż´┐Żcole, celle qui la laisse seule face ´┐Ż son vide existentiel. ´┐Ż La relation avec son mari est d´┐Żailleurs fragile : elle se sent redevable parce qu´┐Żil l´┐Ża ramass´┐Że ´┐Ż un moment o´┐Ż ´┐Ża n´┐Żallait pas, et lui s´┐Żimpose d´┐Żs qu´┐Żelle tombe, semblant presque ne pas supporter qu´┐Żelle puisse aller bien. Comme le personnage de la m´┐Żre dans Falaises, Marie ne se sent vivante qu´┐Żen pr´┐Żsence de ses enfants. Mais quand l´┐Żenfant grandit, il faut bien affronter le silence et le temps qu´┐Żil laisse derri´┐Żre lui. Vivant ´┐Ż Calais o´┐Ż des centaines de r´┐Żfugi´┐Żs ont ´┐Żt´┐Ż livr´┐Żs ´┐Ż la mis´┐Żre apr´┐Żs la fermeture du centre de Sangatte, Marie se plonge dans l´┐Żaide aux r´┐Żfugi´┐Żs. Comme beaucoup de b´┐Żn´┐Żvoles, elle a peu de moyens mais du temps ´┐Ż revendre. Adam rench´┐Żrit ´┐Ż La question du temps est essentiel dans le b´┐Żn´┐Żvolat, surtout dans les zones p´┐Żri-urbaines o´┐Ż il y a peu d´┐Żactivit´┐Ż culturelle : que fait-on si on n´┐Ża pas d´┐Żargent ´┐Ż aller d´┐Żpenser au centre commercial ? ´┐Ż. Ce personnage fort, partag´┐Ż entre ses propres failles et une volont´┐Ż de bien faire, l´┐Ż´┐Żcrivain l´┐Ża imagin´┐Ż en lisant notamment Allan Warner et Blonde de Joyce Carol Oates, consacr´┐Ż ´┐Ż Marylin Monroe ´┐Ż qui a bizarrement d´┐Żtermin´┐Ż beaucoup de Marie ´┐Ż. Et puis bien s´┐Żr il y a un peu d´┐ŻOlivier Adam dans Marie : ´┐Ż Comme Antoine dans Poids l´┐Żger, Marie est un peu extr´┐Żme, j´┐Żai toujours aim´┐Ż les personnages qui sont trop ceci ou pas assez cela. ´┐Ż Il revient plut´┐Żt content sur les nombreuses lectures qu´┐Żon lui a faites du roman, portrait de femme, roman social, un parcours de sainte la´┐Żque, une ´┐Żtude de la d´┐Żpression´┐Ż Pourquoi pas ? ´┐Ż Marie se d´┐Żbat surtout contre une vie trop d´┐Żtermin´┐Że en allant chercher "autre chose". Elle a perdu le fil de sa vie mais va le retrouver dans l´┐Żengagement, l´┐Ż´┐Żnergie du combat, la solidarit´┐Ż, l´┐Żaide aux autres ´┐Ż. On l´┐Żattrape au vol : ´┐Ż propos des ´┐Ż autres ´┐Ż, c´┐Żest un des premiers livres o´┐Ż il quitte la sph´┐Żre intime pour s´┐Żemparer d´┐Żun fait d´┐Żactualit´┐Ż pr´┐Żgnante, hasard ou d´┐Żsir ? ´┐Ż Attention, j´┐Żai toujours travaill´┐Ż dans l´┐Żid´┐Że d´┐Żun intime d´┐Żbouchant sur du collectif. Apr´┐Żs Falaises ´┐Żcrit comme une fin de cycle, qui mettait en avant l´┐Żid´┐Że d´┐Żen finir avec le
pass´┐Ż pour se consacrer au pr´┐Żsent, je savais bien que j´┐Żallais devoir aller vers le monde, puisque le pr´┐Żsent c´┐Żest ce qu´┐Żon a sous les yeux ´┐Ż
.

La question humaine
Adam fait partie de ces heureux ´┐Żcrivains dont le livre fini par s´┐Żimposer, travaill´┐Ż par la n´┐Żcessit´┐Ż inconsciente de parler d´┐Żun personnage, un lieu, un sujet. En tant que citoyen, il y a tous les jours des choses qui le mettent hors de lui mais ´┐Ż il y a une diff´┐Żrence entre lire dans les journaux et voir les choses ´┐Ż. Ici en l´┐Żoccurrence, suivant un atelier d´┐Ż´┐Żcriture avec des ´┐Żl´┐Żves de Calais, il a assist´┐Ż troiq ans de suite ´┐Ż l´┐Ż´┐Żvolution de la situation. La premi´┐Żre ann´┐Że il y avait un camp, puis plus, sa curiosit´┐Ż a grandi, l´┐Ż´┐Żl´┐Żment d´┐Żclencheur de l´┐Żacte d´┐Ż´┐Żcriture ´┐Żtant sa pr´┐Żsence lors d´┐Żune intervention de CRS venant d´┐Żloger tr´┐Żs violemment des r´┐Żfugi´┐Żs. L´┐Ż´┐Żcrivain se fait virulent, emport´┐Ż par la gravit´┐Ż de son sujet, de ce qu´┐Żil a vu et entendu. ´┐Ż L´┐Żint´┐Żr´┐Żt intellectuel ou l´┐Żengagement politique ne suffisent pas ´┐Ż s´┐Żengager dans l´┐Ż´┐Żcriture de ce genre d´┐Żhistoire. Il faut l´┐Żavoir c´┐Żtoy´┐Ż
personnellement d´┐Żune fa´┐Żon ou d´┐Żune autre
´┐Ż. On ´┐Żvoque le retour de roman du r´┐Żel ces derniers mois, l´┐Żabandon d´┐Żun certain nombrilisme mais Adam se r´┐Żcrit : ´┐Ż Je ne crois pas qu´┐Żil s´┐Żagisse d´┐Żun opportunisme de la part des ´┐Żcrivains, je pense qu´┐Żil y a plut´┐Żt une certaine urgence ´┐Ż dire, induite par l´┐Ż´┐Żpoque politique que l´┐Żon vit ´┐Ż. L´┐Żheure tourne, on abandonne avec regret la question politique pour une ultime virage cin´┐Żma : apr´┐Żs le raz de mar´┐Że de Je vais bien´┐Ż , dont il a cosign´┐Ż le sc´┐Żnario avec Philippe Lioret, songe-t-il ´┐Ż passer derri´┐Żre la cam´┐Żra ? Pas vraiment mais beaucoup d´┐Żaccointance avec le cin´┐Żma quand m´┐Żme !
Il y a d´┐Żabord le t´┐Żl´┐Żfilm tir´┐Ż d´┐ŻA l´┐Żabri de rien, dont il co-signe le sc´┐Żnario avec Jean-Pierre Am´┐Żris, un ami fid´┐Żle depuis son adaptation de Poids l´┐Żger, ´┐Ż malgr´┐Ż un ´┐Żchec commercial cuisant ! ´┐Ż. Diffus´┐Ż sur France 3 le 22 novembre sous le titre Maman est folle, en r´┐Żf´┐Żrence ´┐Ż une chanson de William Sheller, il avait d´┐Żabord ´┐Żt´┐Ż refus´┐Ż au cin´┐Żma. Adam est assez fier qu´┐Żune cha´┐Żne nationale ait pris finalement le risque de le financer. Il parle aussi du travail d´┐ŻAm´┐Żris " qui a proc´┐Żd´┐Ż ´┐Ż une v´┐Żritable enqu´┐Żte sur place, il a pris le relais, me permettant d´┐Żactualiser la situation sur laquelle j´┐Ż´┐Żcrivais ´┐Ż .
Il a aussi aid´┐Ż ´┐Ż l´┐Ż´┐Żcriture du prochain long m´┐Żtrage d´┐ŻAlain Raouste, L´┐Ż´┐Żt´┐Ż indien en salles en janvier 2008, ´┐Ż une exp´┐Żrience passionnante car si c´┐Żest le film auquel j´┐Żai le moins collabor´┐Ż, c´┐Żest celui dont je me sens le plus proche esth´┐Żtiquement. ´┐Ż Enfin, une nouvelle collaboration avec Philippe Lioret, sur Welcolm. ´┐Ż Je me mets au service de ce qu´┐Żil fait, de sa d´┐Żmarche artistique, sans revendiquer ma propre cin´┐Żmatographie ´┐Ż. Lioret travaille dans l´┐Żid´┐Że d´┐Żune mise en sc´┐Żne qui ne doit pas se voir, dans l´┐Żidentification du spectateur, quand pour notre auteur, la part d´┐Żopacit´┐Ż des personnages reste
primordiale. Dans le cas de Je vais bien... Lioret s´┐Żest ainsi r´┐Żappropri´┐Ż toute l´┐Żhistoire ´┐Ż C´┐Żest un paradoxe : vous ´┐Żtes sc´┐Żnariste mais vous ne d´┐Żtenez pas le langage. C´┐Żest le pouvoir du r´┐Żalisateur ´┐Ż. Et de conclure ´┐Ż Si je r´┐Żalisais mes films, ce ne serait pas passionnant pour tout le monde ! ´┐Ż.

 
Jean Cocteau 
Jérôme Lambert 
Arnaud Cathrine 
Jonathan Ames 
Pavel Hak 
Arno Bertina  
Max Monnehay  
Céline Minard  
Alain Foix  
Philippe Labro  
François Rivière  
Jean-Pierre Cescosse  
Grégoire Hetzel  
Patrick Besson  
Vincent Borel  
Nicolas Rey  
Eric Pessan  
Chlo´┐Ż Delaume  
David Foenkinos  
Catherine Cusset  
Serge Joncour  
Viencent Ravalec  
Gabriel Matzneff  
Philippe Besson  
Eric Faye  
Pierre Vavasseur  
Fred Vargas  
Nora Hamdi  
Florian Zeller  
Aurore Guitry  
 
Victoria Bedos  
 
Franck Resplandy  
Alex D. Jestaire  
Charly Delwart  
Olivia Rosenthal  
Olivier Adam  
Cyril Montana  
Christophe Paviot  
Martin Page  
 
Bertrand Schefer  
 
  ARCHIVES
 
contact | © 2000-2009  Zone littéraire |