#115 - Du 10 f´┐Żvrier au 01 mars 2009

Actu Entretiens Zoom Portraits Extraits

  Un buzz pour rien (ou pas grand chose)  
  C'est le Printemps ! (rires)  
  Un ruban pour J.K. Rowling  
  Orgueil, pr´┐Żjug´┐Żs et Zombies  
  Bruno de Cessole obtient deux magots  
  L'´┐Żcrivain am´┐Żricain John Updike est mort  
  Marcel Schneider est mort  
  Rambaud jug´┐Ż incorrect  
  Des citrons pour Orange ?  
  Mort d'Harold Pinter  

inscription
d´┐Żsinscription
 
L'art de la s´┐Żduction

Quelque part entre fiction passionnelle, intrigue ´┐Ż l´┐Żeau de rose et drame franc et brutal, Ether de Franck Resplandy permettrait presque au genre romanesque de se renouveler. Portrait d´┐Żun auteur romantique et investi dans son art´┐Ż


Le regard est pr´┐Żcis, le sourire constant, la voix pleine d´┐Żintonations. Franck Resplandy s´┐Żanime quand on parle d´┐ŻEther, son dernier roman. Une ´┐Żuvre digne de la s´┐Żrie des Harlequin ? ´┐Ż J´┐Żai effectivement repris un certain nombre d´┐Żarch´┐Żtypes, comme celui de l´┐Żhomme brun et myst´┐Żrieux, photographe qui plus est, et venu d´┐Żun milieu social ´┐Żlev´┐Ż Mais aussi la jeune provinciale, infirmi´┐Żre de son ´┐Żtat, d´┐Żorigine modeste´┐Ż ´┐Ż Jusqu´┐Ż´┐Ż ce que la jeune femme se mette ´┐Ż ´┐Ż fantasmer comme une folle ´┐Ż sur cet illustre inconnu, lequel jaillit de nulle part comme un diable de sa bo´┐Żte.
A partir de s´┐Żrieux st´┐Żr´┐Żotypes, Franck Resplandy a donc choisi de construire une ´┐Żuvre-fantasme, qui pourrait servir ´┐Ż bien des ´┐Żmes souffrant du mal de vivre amoureux. Sauf que les clich´┐Żs, dans ce roman, n´┐Żont pas la vie dure : et l´┐Żon bascule tr´┐Żs vite dans un univers entier d´┐Żenfermement psychologique, de souffrance auto-inflig´┐Że et de mal-´┐Żtre´┐Ż M´┐Żme s´┐Żil est question de bien plus encore. ´┐Ż Cette noirceur permet ´┐Ż conduire ces deux ´┐Żtres sur la voie de la solitude, la seule issue qu´┐Żils aient dans ce contexte´┐Ż Il y a un exc´┐Żs, de la blessure jusqu´┐Ż´┐Ż la mort. ´┐Ż
Tortur´┐Ż, Franck Resplandy ? En aucune fa´┐Żon ! L´┐Żhomme est enjou´┐Ż, s´┐Żr de lui et visiblement passionn´┐Ż par les enjeux de l´┐Ż´┐Żcriture. S´┐Żil n´┐Żest pas un roman tout ´┐Ż fait joyeux, Ether n´┐Żen est pas moins une formidable mise en ab´┐Żme des sentiments et de l´┐Żintuition f´┐Żminine, sans jamais tomber dans le lyrisme facile. Une question s´┐Żimpose toutefois : comment avoir su restituer aussi bien la psychologie f´┐Żminine ? ´┐Ż Cet homme, ´┐Ż un certain moment, n´┐Żexiste qu´┐Ż´┐Ż travers les yeux de l´┐Żinfirmi´┐Żre : il devient alors ce qu´┐Żelle veut bien voir. Ce type ne fera jamais partie de sa vie, de toute ´┐Żvidence. Je me suis simplement install´┐Ż dans sa bulle ´┐Ż elle, et il n´┐Ży a plus eu un seul d´┐Żtail de l´┐Żintrigue qui m´┐Ża ´┐Żchapp´┐Ż : j´┐Żavais alors une vision tr´┐Żs claire de l´┐Żensemble.´┐Ż
Loin des ´┐Żcrits ´┐Ż ´┐Ż la mode de chez nous ´┐Ż, qui se tournent souvent vers l´┐Żauto-fiction et les r´┐Żcits de vie, Resplandy se place donc volontiers dans l´┐Żart de la conception, et de la cr´┐Żation. ´┐Ż La partie r´┐Żdaction, dans l´┐Ż´┐Żlaboration d´┐Żun roman, n´┐Żest pas la partie la plus agr´┐Żable´┐Ż Ce que j´┐Żaime, c´┐Żest concevoir. Pour ´┐Ż Ether ´┐Ż, j´┐Żai ´┐Żcrit environ trois pages par jour ; une le matin, une le midi, une le soir. Il n´┐Ży avait rien ´┐Ż ajouter, rien ´┐Ż retirer : j´┐Żavais une conscience tr´┐Żs aigu´┐Ż des contraintes, d´┐Żun point de vue technique. L´┐Żutilisation du style indirect, l´┐Żabsence totale de noms pour les personnages´┐Ż J´┐Żutilise souvent la m´┐Żtaphore de l´┐Żentonnoir : il fallait que les mots finissent par sortir de ce conduit tr´┐Żs ´┐Żtroit. Ce qui peut s´┐Żav´┐Żrer assez douloureux´┐Ż ´┐Ż
Sortir de soi, essayer de s´┐Żduire et de charmer, Franck Resplandy s´┐Ży emploie ; il semblerait m´┐Żme que ´┐Ża fonctionne. A l´┐Żimage du photographe de son histoire, il cultiverait presque un myst´┐Żre ´┐Ż percer ; ´┐Ż celle de son h´┐Żro´┐Żne, il entretiendrait une exp´┐Żrience r´┐Żfl´┐Żchie de la vie, et une vie int´┐Żrieure apparemment tr´┐Żs riche.
Sortir de soi ´┐Ż Lors d´┐Żune premi´┐Żre parution, il y a quelques ann´┐Żes, Ether portait le titre Ex corpore : ´┐Ż Dans les deux cas, il y a l´┐Żid´┐Że de ´┐Ż sortir du corps ´┐Ż. On peut alors ´┐Żvoquer la fin de l´┐Żhistoire, avec cette dimension presque mystique de leur relation´┐Ż Lorsque j´┐Żai repris ce roman, apr´┐Żs plusieurs ann´┐Żes, j´┐Żai r´┐Żalis´┐Ż que rien n´┐Żavait vieilli. J´┐Żai eu cette bonne surprise. Et finalement, dans Ether, chacun y verra un peu ce qu´┐Żil veut : certains y trouveront une ´┐Ż simple ´┐Ż histoire d´┐Żamour, que je consid´┐Żre moi comme plut´┐Żt anecdotique, tandis que d´┐Żautres iront un peu plus loin´┐Ż C´┐Żest vrai que j´┐Żaime ´┐Żtre compris, d´┐Żune mani´┐Żre g´┐Żn´┐Żrale. Par un minimum de gens.´┐Ż

Auteur, linguiste, dessinateur...
Loin d´┐Ż´┐Żtre opaque, l´┐Ż´┐Żuvre de Franck Resplandy ne se limite pas ´┐Ż l´┐Ż´┐Żcriture de fiction. Auteur de L´┐ŻEtonnant voyage des mots fran´┐Żais dans les langues ´┐Żtrang´┐Żres, l´┐Żauteur s´┐Żillustre dans la linguistique et nous propose une travers´┐Że g´┐Żniale des mots fran´┐Żais employ´┐Żs un peu partout dans le monde : un v´┐Żritable r´┐Żgal de lecture´┐Ż De plus, loin de se cantonner ´┐Ż l´┐Ż´┐Żcriture tout court, notre auteur d´┐Żcline son go´┐Żt de la cr´┐Żation avec le dessin. Une autre fa´┐Żon de manier le crayon, en quelque sorte. Ses croquis, qui ont entre autres figur´┐Ż sur le site du journal Marianne, t´┐Żmoignent tous d´┐Żun humour tourn´┐Ż vers la r´┐Żflexion. A quand, donc, un album r´┐Żunissant quelques uns de ces dessins ? ´┐Ż Un projet est en cours : une ´┐Żuvre de dessin, de pure cr´┐Żation, sur des planches en noir et blanc´┐Ż et d´┐Żpourvue de texte. Suivre une histoire de bout en bout sans avoir recours ´┐Ż la bulle ou ´┐Ż la l´┐Żgende, c´┐Żest int´┐Żressant ! Je me suis beaucoup impliqu´┐Ż dans ce travail. ´┐Ż
On l´┐Żaura compris : le moteur de Franck Resplandy, c´┐Żest la cr´┐Żation. ´┐Ż Qu´┐Żil s´┐Żagisse de l´┐Ż´┐Żcriture ou du dessin, je suis pour la plus grande simplicit´┐Ż qui peut aller vers la plus grande profondeur´┐Ż On peut ainsi produire des choses sophistiqu´┐Żes, sur le plan de l´┐Żimagination. Mais essayer d´┐Żen mettre plein la vue, faire des phrases alambiqu´┐Żes, employer des expressions qui sont dans l´┐Żair du temps, ou cr´┐Żer des phrases sans verbe´┐Ż Je ne vois pas trop l´┐Żint´┐Żr´┐Żt. ´┐Ż
Loin de se satisfaire de la facilit´┐Ż, Resplandy ´┐Żuvre donc pour satisfaire l´┐Żhistoire en elle-m´┐Żme : il ´┐Żcrit dans la pr´┐Żcision du d´┐Żtail, et dessine dans le souci de l´┐Ż´┐Żconomie : ´┐Ż Dans le dessin, j´┐Żaime le trait : je suis un partisan de ce qu´┐Żon appelle la ´┐Ż ligne claire ´┐Ż. Sans ombres, et m´┐Żme sans couleurs, on peut tout exprimer. ´┐Ż On peut m´┐Żme devenir po´┐Żte´┐Ż

Julien Canaux

Photos S´┐Żbastien Dolidon

 
Jean Cocteau 
Jérôme Lambert 
Arnaud Cathrine 
Jonathan Ames 
Pavel Hak 
Arno Bertina  
Max Monnehay  
Céline Minard  
Alain Foix  
Philippe Labro  
François Rivière  
Jean-Pierre Cescosse  
Grégoire Hetzel  
Patrick Besson  
Vincent Borel  
Nicolas Rey  
Eric Pessan  
Chlo´┐Ż Delaume  
David Foenkinos  
Catherine Cusset  
Serge Joncour  
Viencent Ravalec  
Gabriel Matzneff  
Philippe Besson  
Eric Faye  
Pierre Vavasseur  
Fred Vargas  
Nora Hamdi  
Florian Zeller  
Aurore Guitry  
 
Victoria Bedos  
 
Franck Resplandy  
Alex D. Jestaire  
Charly Delwart  
Olivia Rosenthal  
Olivier Adam  
Cyril Montana  
Christophe Paviot  
Martin Page  
 
Bertrand Schefer  
 
  ARCHIVES
 
contact | © 2000-2009  Zone littéraire |