#102 - Du 01 septembre au 20 septembre 2007

Actu Entretiens Zoom Portraits Extraits

  Prix Wepler: la s´┐Żlection  
  Goncourt: deuxi´┐Żme tour  
  Cr´┐Żation du prix Kadhafi international de litt´┐Żrature (d´┐Żmocratique?)  
  Quant au M´┐Żdicis...  
  Le cru Renaudot 2007  
  Goncourt : demandez la premi´┐Żre s´┐Żlection !  
  Goncourt en course  
  Fareheit 451 ´┐Ż Lagrasse, suite  
  Umbral parmi les ombres  
  Zizanie chez P.O.L  

inscription
d´┐Żsinscription
 
Les Miscellan´┐Żes de Mr Berr´┐Żby


La maison Allia f´┐Żte ses 25 ans. Il en aura fallu moins ´┐Ż G´┐Żrard Berr´┐Żby, son fondateur et directeur, pour effacer la marque de c´┐Żramique sanitaire du m´┐Żme nom et assoir une maison d´┐Ż´┐Żdition au catalogue de plus de 400 titres. D´┐Żailleurs Allia en latin ne signifie t-il pas ´┐Ż diff´┐Żrent ´┐Ż. Entretien´┐Ż

A pr´┐Żs de 25 ans, ´┐Ż quoi ressemble Allia aujourd´┐Żhui ?

Allia est comme un label de disques. On ne conna´┐Żt pas un nouveau groupe qui sort un album, mais on se dit que la maison en a sorti d´┐Żautres qui ´┐Żtaient bons, donc il faut le d´┐Żcouvrir. ´┐Ża, c´┐Żest vraiment important. Il y a un travail de connexion qui am´┐Żne les lecteurs ´┐Ż un autre domaine qu´┐Żils ne connaissent pas.

Comment avez-vous construit cette maison ?

A la cr´┐Żation d´┐ŻAllia, en 1982, j´┐Żai publi´┐Ż un volume. D´┐Żs 1992, j´┐Żai publi´┐Ż douze livres par an pour passer ensuite ´┐Ż 15 puis 20 et 25 tr´┐Żs vite. Il y a une existence juridique de la maison depuis 25 ans mais l´┐Żexistence r´┐Żelle se situe plut´┐Żt en 1990 quand j´┐Żai publi´┐Ż un premier in´┐Żdit, Le Temps du sida, de Michel Bounan. Les choses se sont faites au fur et ´┐Ż mesure, mais je n´┐Żavais aucune ligne sinon celle de publier ce que je voulais. Editer ´┐Ż travers Allia reste une d´┐Żmarche personnelle tout ´┐Ż fait subjective et une d´┐Żmarche entrepreneuriale. Il y a beaucoup d´┐Ż´┐Żditeurs sur la place, qui font un tr´┐Żs bon travail, mais qui sont des ´┐Żditeurs salari´┐Żs. Quand on est salari´┐Ż, on se doit de maintenir, ´┐Ż travers sa politique ´┐Żditoriale, un certain nombre d´┐Ż´┐Żquilibres internes et externes ´┐Ż la maison d´┐Ż´┐Żdition. Ici, je le dis d´┐Żune mani´┐Żre un peu provocatrice, c´┐Żest le r´┐Żgne du n´┐Żimporte quoi. Je n´┐Żai pas d´┐Ż´┐Żquilibre ´┐Ż r´┐Żaliser. La question ´┐Żconomique est primordiale, mais je n´┐Żai pas ´┐Ż chercher de consensus avec qui que ce soit. C´┐Żest comme je veux, avec les auteurs que je veux. Quand on pense qu´┐Żen France, 60 ´┐Ż 70 % des ouvrages sont publi´┐Żs ´┐Ż travers un syst´┐Żme de r´┐Żseaux, de cooptations, de relations´┐ŻJe ne suis pas capable de faire quelque chose si je ne le sens pas. C´┐Żest tr´┐Żs injuste mais il y a des gens dont la plume ne me revient pas. Quand j´┐Żacquiers les droits d´┐Żun Nick Toshes qui ´┐Żcrit Hellfire, la biographie de Jerry Lee Lewis que je fais traduire, je ne dis pas qu´┐Żil a fait un travail de recherche philologique extr´┐Żmement rigoureux, mais il a une ´┐Żcriture compl´┐Żtement hallucin´┐Że qui me fait plonger.

Publier des textes aussi vari´┐Żs tout en gardant une grande coh´┐Żrence dans le catalogue est-il viable ?

Evidemment je suis confront´┐Ż au probl´┐Żme de l´┐Żargent. Je n´┐Żai jamais compris la s´┐Żparation, typiquement fran´┐Żaise, entre les choses nobles et les choses vulgaires, entre les choses propres et les choses sales. C'est-´┐Ż-dire les livres et l´┐Żargent. Pour ´┐Żtre tr´┐Żs clair, il n´┐Ży a chez moi aucune s´┐Żparation. Je trouve que les probl´┐Żmes d´┐Żargent ne sont absolument pas sales. Etre ´┐Żditeur, c´┐Żest ´┐Żtre commer´┐Żant. Si on veut ´┐Żtre un ´┐Żditeur ind´┐Żpendant, il faut avoir une capacit´┐Ż commerciale. Vendre un livre est quelque chose de tr´┐Żs important. J´┐Żai pour mission de trouver des lecteurs aux livres que j´┐Ż´┐Żdite. Par exemple, pour Ars Grammatica, de David Bessis, je me bats comme un lion et au final cet excellent livre trouve son public.

Quelle est la politique d´┐ŻAllia en ce qui concerne ses auteurs ?

Chez Allia, on refuse de publier un auteur qui a d´┐Żj´┐Ż ´┐Żt´┐Ż publi´┐Ż dans une autre maison. A une ou deux exceptions pr´┐Żs, mon catalogue contemporain n´┐Żest constitu´┐Ż que d´┐Żauteurs dont j´┐Żai ´┐Żdit´┐Ż le premier livre. Et je suis d´┐Żcid´┐Ż ´┐Ż syst´┐Żmatiser cette politique. Les contrats sont tr´┐Żs simples, ce sont les contrats de la Soci´┐Żt´┐Ż des Gens de Lettres. Il n´┐Ży a pas d´┐Ż´┐Ż-valoir ´┐Ż la signature du contrat. Je ne signe que sur manuscrit achev´┐Ż et pour un seul livre.

Ce qui est plut´┐Żt in´┐Żdit dans l´┐Ż´┐Żdition´┐Ż

Certains vont dire que chez Allia, ce sont des escrocs, ils payent mal´┐Ż Evidemment, quand je prends une premi´┐Żre traduction, je la paye moins cher que celle d´┐Żun traducteur confirm´┐Ż. La deuxi´┐Żme un peu plus ch´┐Żre et ´┐Ż la troisi´┐Żme, il rejoint le tarif normal. Pourquoi ? Parce que lorsqu´┐Żon a affaire ´┐Ż une premi´┐Żre traduction, il y a un travail de relecture voire de r´┐Ż´┐Żcriture ´┐Ż effectuer et c´┐Żest ´┐Żgalement l´┐Żoccasion de lancer les traducteurs.


O´┐Ż vous situez-vous par rapport aux maisons sp´┐Żcialis´┐Żes dans les textes philosophiques ? Comment voient-elle le succ´┐Żs d´┐ŻAllia ?

Quand on publie Leopardi ou Pic de la Mirandolle, on constate l´┐Żopposition fonci´┐Żre, th´┐Żorique et analytique, intellectuelle et morale avec ce que font les autres. Nous essayons de montrer les choses de mani´┐Żre diff´┐Żrente, simplement on ne fait pas de d´┐Żclaration publique, on publie des livres. Par exemple, il y a quelques ann´┐Żes, nous avons publi´┐Ż un sinologue suisse, Jean Fran´┐Żois Billeter, qui n´┐Ż´┐Żtait absolument pas connu. Et puis cet auteur a commenc´┐Ż ´┐Ż prendre du poids, nous avons naturellement publi´┐Ż ses deux livres suivants. Je le retrouve un jour et il me dit qu´┐Żil y a un sinologue fran´┐Żais qui commence ´┐Ż l´┐Żagacer. Mais qu´┐Żon ne peut rien dire sur lui puisque Fran´┐Żois Jullien est une institution. Quelques mois plus tard nous sortons Contre Fran´┐Żois Jullien. Ce dernier choisit de r´┐Żpondre dans un livre, sans finesse aucune, et passe ´┐Ż c´┐Żt´┐Ż de la pol´┐Żmique. Cette r´┐Żponse para´┐Żt dans la collection L´┐ŻOrdre philosophique au ´┐Żditions du Seuil, dirig´┐Ż par Barbara Cassin et Alain Badiou. On s´┐Żaper´┐Żoit que le travail de publication sur la philosophie chinoise que nous faisons s´┐Żoppose ´┐Ż celui d´┐Żune certaine intelligentsia parisienne. On a choisi Jean-Fran´┐Żois Billeter presque en contrebande et maintenant ´┐Ża fout un bordel pas possible sur la place. Il doit y avoir quelque part quelque chose de pourri l´┐Ż-dedans pour provoquer de telles r´┐Żactions...
Revenons ´┐Ż Leopardi : quand on a publi´┐Ż Zibaldone, la pr´┐Żface faisait dix pages et ´┐Żtait faite par un jeune homme de 30 ans, Bertrand Schefer. A l´┐Ż´┐Żpoque, on nous a dit qu´┐Żen principe, pour faire cette pr´┐Żface, il fallait prendre le directeur du d´┐Żpartement italien de la Sorbonne. Ecrire une pr´┐Żface, ce n´┐Żest pas un pr´┐Żtexte au couronnement d´┐Żune carri´┐Żre.

Vous incarnez une opposition ´┐Ż la mainmise de certains universitaires´┐Ż

Je publie un livre de Marx, Critique de l´┐Ż´┐Żconomie politique qui est un texte de jeunesse. Dans les ann´┐Żes 60, des institutions comme Althusser, Ranci´┐Żre, Balibar se proposaient de ´┐Ż lire le Capital ´┐Ż en le ch´┐Żtrant de la premi´┐Żre partie du chapitre consacr´┐Ż au Caract´┐Żre f´┐Żtiche de la marchandise. Partie qui servit ´┐Ż Guy Debord pour forger sa notion de ´┐Ż spectacle ´┐Ż. Ces gens voulaient enlever ce chapitre pour pr´┐Żsenter un Marx adulte d´┐Żbarrass´┐Ż des influences h´┐Żg´┐Żliennes´┐Ż On leur trouve une certaine autorit´┐Ż, des positions que nous tentons de faire tomber. Je ne d´┐Żclare de guerre ´┐Ż personne mais je veux faire les choses autrement.

Faire les choses autrement c´┐Żest aussi lancer une collection d´┐Ż´┐Żcrits philosophiques ´┐Ż faible co´┐Żt ?

Quand on a commenc´┐Ż ´┐Ż faire entrer dans la collection ´┐Ż 6,10 ´┐Ż des textes philosophiques, on nous disait que pour ces textes, il n´┐Ży avait plus de lecteurs en poche et qu´┐Żil fallait les vendre ´┐Ż 40 ´┐Ż. C´┐Żest le cas pour Giordano Bruno : on a publi´┐Ż deux trait´┐Żs traduits du latin, in´┐Żdits en fran´┐Żais. Quand Les Belles Lettres ´┐Żditent les ´┐Żuvres de Giordano Bruno ´┐Ż 50 et 60 ´┐Ż, nous, nous les sortons ´┐Ż 6,10 ´┐Ż. R´┐Żsultat nous les avons vendus ´┐Ż 7 000 et 5 000 exemplaires. Tout comme il est possible de sortir un premier roman ´┐Ż 6,10 ´┐Ż.

Comment enrichissez-vous votre catalogue de titres aussi riches que Melville ou Miller tout en faisant un coup ´┐Żditorial avec les Miscellan´┐Żes ?

Quand je vais acheter les droits d´┐Żun livre ´┐Ż l´┐Ż´┐Żtranger et que je vois qu´┐Żil y a d´┐Żautres ´┐Żditeurs, je me retire. Ce qui m´┐Żint´┐Żresse par-dessus tout c´┐Żest de faire des choses que les autres ne font pas. Il faut innover. Et puis il ne faut pas oublier qu´┐Żon ´┐Żdite aujourd´┐Żhui des livres pour les nouvelles g´┐Żn´┐Żrations. On ne fait pas les livres comme on les faisait il y a trente ans. Editer c´┐Żest ´┐Żgalement comprendre son ´┐Żpoque, capter les aspirations. Ce qui forge la conscience du m´┐Żtier d´┐Ż´┐Żditeur, c´┐Żest le courage. Le courage de se mettre ´┐Ż dos des institutions enti´┐Żres. Le vrai travail intellectuel passe par cette bataille. En ce qui concerne les Miscellan´┐Żes de Mr Schott, quelle surprise ´┐Ża a ´┐Żt´┐Ż sur la place quand on a vu un ´┐Żditeur comme moi le publier. C´┐Żest une baffe aux maisons habitu´┐Żes aux best-sellers.

Que pr´┐Żparez-vous pour la rentr´┐Że de septembre ?

Nous sortons un premier roman, P´┐Żle sang bleu, d´┐ŻAliz´┐Ż Meurisse, une jeune auteur de 21 ans. Nous publions ´┐Żgalement L´┐Żagent de liaison, le deuxi´┐Żme roman tr´┐Żs ambitieux et tr´┐Żs r´┐Żussi d´┐ŻH´┐Żl´┐Żne Frappat. Au mois d´┐Żoctobre nous poursuivons avec les Miscellan´┐Żes culinaires de Ben Schott. Je sors une traduction in´┐Żdite d´┐Żun futuriste italien qui s´┐Żappelle Arnaldo Ginna, Les Locomotives avec des chaussettes. Et puis on s´┐Żaper´┐Żoit qu´┐Żon a publi´┐Ż ´┐Żgalement le Code de Perel´┐Ż de Palazzeschi et Sam Dunn est mort de Bruno Corra. Avec ses trois ´┐Żuvres, on se rend compte qu´┐Żon a les trois romans futuristes italiens qui ont compt´┐Ż. C´┐Żest la m´┐Żme chose avec la musique, on a publi´┐Ż un livre puis deux et aujourd´┐Żhui, avec quinze titres, on a tous les grands rock critiques anglo-saxons, ´┐Ż part Lester Bangs que je ne souhaitais pas faire. Tout ce qui para´┐Żt depuis en musique est int´┐Żressant mais moindre. Parce que nous avons les meilleurs.

Photo: ´┐ŻVal´┐Żrie Goin

Propos recueillis par Charles Patin O'Coohoon


 
Françoise Bourdin
Gideon Defoe
Leonora Miano
Gérard Berréby
Ariel Kenig
Begaudeau, Bertina et Rohé
Karine Tuil
Emmanuelle de Boysson
  ARCHIVES
 
contact | © 2000-2007  Zone littéraire |