#116 - Du 27 mars au 20 avril 2009

Actu Entretiens Zoom Portraits Extraits

  VOX POPULI  
  Weyergans, nouvel immortel  
  Les mutuelles, elles assurent  
  Le prix des libraires pour Dominique Mainard  
  Le figaro se fait une biblioth´┐Żque  
  Wallace post mortem  
  Un buzz pour rien (ou pas grand chose)  
  C'est le Printemps ! (rires)  
  Un ruban pour J.K. Rowling  
  Orgueil, pr´┐Żjug´┐Żs et Zombies  

inscription
d´┐Żsinscription
 
Antoine Bello, parano mais presque


Une organisation secr´┐Żte tirant les ficelles de l´┐ŻHistoire, le Consortium de falsification du r´┐Żel, un h´┐Żros id´┐Żaliste, l´┐ŻIslandais Sliv Dartunghuver´┐Ż et le 11 septembre 2001 au centre de tout. Dans cette suite tr´┐Żs attendue des Falsificateurs, Antoine Bello, un ´┐Żcrivain pas comme les autres puisqu´┐Żil est multimillionaire et sarkozyste, tire le meilleur parti des th´┐Żories de la conspiration pour inventer la sienne. Mais qui est vraiment Antoine Bello ?

Le 11 septembre prend une place toute particuli´┐Żre dans Les Eclaireurs, Sliv quitte la petite Histoire pour se colleter avec la grande... Malgr´┐Ż l'´┐Żvidence de la question, je vous la pose tout de m´┐Żme : pourquoi le "nine-eleven" est-il abord´┐Ż avec autant de d´┐Żtails ?

J´┐Żai tout de suite su que le 11 septembre tiendrait une grande place dans ce livre. D´┐Żs lors qu´┐Żon retrouvait Sliv au d´┐Żbut des ann´┐Żes 2000, il me paraissait impossible de ne pas en traiter. Car enfin, on ne peut pas falsifier la r´┐Żalit´┐Ż, pr´┐Żtendre fa´┐Żonner l´┐Żhistoire et ne pas se sentir concern´┐Ż par les ´┐Żv´┐Żnements du 11 septembre qui, ´┐Ż de nombreux ´┐Żgards, marquent un avant et un apr´┐Żs : la premi´┐Żre attaque sur le sol am´┐Żricain, le d´┐Żbut officiel de la guerre entre l´┐ŻOccident et l´┐ŻIslam, etc. Pour autant, je tenais ´┐Ż trouver un angle nouveau pour raconter ces ´┐Żv´┐Żnements. Je ne voulais pas que Sliv soit a New York ce jour l´┐Ż et qu´┐Żil assiste aux attaques en direct. D´┐Żo´┐Ż l´┐Żid´┐Że qu´┐Żil soit au Soudan, au milieu d´┐Żune famille quasi int´┐Żgriste, entour´┐Ż de ses amis, mais ´┐Ż qui il ne peut pas r´┐Żv´┐Żler qu´┐Żil a particip´┐Ż ´┐Ż la cr´┐Żation d´┐ŻAl Qaida.

O´┐Ż ´┐Żtiez vous ce jour-l´┐Ż, ´┐Ż la minute pr´┐Żcise o´┐Ż vous avez appris pour les impacts ? Et, en tant que romancier et citoyen franco-am´┐Żricain, qu'avez vous ressenti ? Pour la premi´┐Żre fois, la r´┐Żalit´┐Ż d´┐Żpassait de loin la fiction.

Le 11 septembre, j´┐Ż´┐Żtais ´┐Ż mon bureau ´┐Ż Paris. A 14h50, j´┐Żai re´┐Żu un coup de fil de la patronne de notre filiale am´┐Żricaine, situ´┐Że sur Broadway a 300 m´┐Żtres du World Trade Center, qui m´┐Żannon´┐Żait qu´┐Żun avion avait percut´┐Ż une des tours. Elle ne savait pas encore s´┐Żil s´┐Żagissait d´┐Żun attentat ou d´┐Żun accident. Tout le staff s´┐Żest mass´┐Ż aux fen´┐Żtres et a vu en direct l´┐Żimpact contre la deuxi´┐Żme tour. L´┐Ż, le doute n´┐Ż´┐Żtait plus permis. Les quarante personnes ont ´┐Żvacu´┐Ż les locaux et sont rentr´┐Żes chez elles ´┐Ż pied dans les cris et la fum´┐Że. Ce sont ces fameuses images que Sliv voit ´┐Ż la t´┐Żl´┐Żvision dans les Eclaireurs. Pour la petite histoire, nos bureaux ´┐Żtant si proches du WTC, ils ont ´┐Żt´┐Ż ferm´┐Żs pendant dix jours. Je suis retourn´┐Ż a New York un mois plus tard, un peu comme Sliv qui rencontre Harvey dans le livre au mois d´┐Żoctobre. Ce que je raconte est vrai : on sentait une odeur de br´┐Żl´┐Ż et les d´┐Żcombres fumaient encore.

Sans ´┐Żtre tr´┐Żs ´┐Żloign´┐Ż des romans d'espionnage, Les Falsificateurs/Eclaireurs n'en est tout de m´┐Żme pas un : il n'y a pas deux camps qui s'affrontent ! N'avez-vous pas ´┐Żt´┐Ż tent´┐Ż d'opposer le CFR ´┐Ż un ennemi h´┐Żr´┐Żditaire ?

Il serait difficile d'envisager un ennemi h´┐Żr´┐Żditaire pour le CFR dans la mesure o´┐Ż il suffit de r´┐Żv´┐Żler l'existence du CFR pour l'an´┐Żantir. Je trouve plus int´┐Żressant de regarder le CFR se d´┐Żbattre face ´┐Ż ses propres d´┐Żmons.

Vous n'´┐Żtes pas un ´┐Żcrivain comme les autres : vous faites du roman populaire avec une certaine complexit´┐Ż, habitez New York, votez ´┐Ż droite. ´┐Żcrit-on diff´┐Żremment loin de Saint-Germain-des-pr´┐Żs ? Mis ´┐Ż part l´┐Żhumour, on ne peut pas dire que le style soit votre pr´┐Żoccupation premi´┐Żre... l'histoire prime-t-elle avant tout ?

L'histoire ne passe pas avant tout mais elle est clairement l'´┐Żl´┐Żment le plus important de mes livres et j'ai toujours davantage appr´┐Żci´┐Ż les auteurs qui partageaient cette conception de la litt´┐Żrature. Pour autant, je ne suis pas d'accord avec ce que vous dites sur le style. Lisez mes deux premiers livres et vous verrez que je peux accorder beaucoup d'importance au style. Je pense juste que le sujet des Falsificateurs impose un style lin´┐Żaire, tr´┐Żs lisse, presque invisible. On peut pas falsifier efficacement si l'on cherche ´┐Ż se faire remarquer. De m´┐Żme, il me semble qu'un style trop litt´┐Żraire d´┐Żtournerait le lecteur de la qu´┐Żte du sens, qui reste le sujet principal du livre.

On vous sent tr´┐Żs proches de Sliv... Falsificateur, est-ce un peu la vie r´┐Żv´┐Że de Antoine Bello ? Avez vous avez rat´┐Ż une carri´┐Żre de d´┐Żmiurge que vous rattraperiez dans l'´┐Żcriture ?

Je ne crois pas avoir (encore) rate ma carri´┐Żre de d´┐Żmiurge. J'ai toujours envisag´┐Ż ma vie sous le signe de la cr´┐Żation : cr´┐Żation d'entreprise, ´┐Żcriture, cr´┐Żation d'un site Internet et d'une communaut´┐Ż de membres sur rankopedia.com. Cela dit, c'est au travers de l'´┐Żcriture que je me sens le plus libre.

L'Islande tient une place particuli´┐Żre dans le livre. Est-ce le c´┐Żt´┐Ż "´┐Ż part" ´┐Ż ´┐Ż la fois g´┐Żographiquement et historiquement ´┐Ż du pays qui vous a attir´┐Ż pour choisir la nationalit´┐Ż de votre h´┐Żros ? Y ´┐Żtes-vous d´┐Żj´┐Ż all´┐Ż ?

Je ne connais pas l'Islande : je n'y suis jamais all´┐Ż. De mani´┐Żre g´┐Żn´┐Żrale, je m'efforce toujours de parler de choses que je ne connais pas. J'ai parl´┐Ż de la Patagonie dans les Falsificateurs mais j'y suis all´┐Ż pour la premi´┐Żre fois la semaine derni´┐Żre. J'ai choisi de rendre Sliv islandais car je voulais qu'il vienne d'un petit pays et, tant qu'´┐Ż faire, pourquoi ne pas choisir le plus petit ? Je voulais ´┐Żgalement qu´┐Żil ne soit pas marqu´┐Ż par une repr´┐Żsentation du monde fran´┐Żaise, am´┐Żricaine ou chinoise. J'ai v´┐Żcu quelques mois en Su´┐Żde et j'avais ´┐Żt´┐Ż frapp´┐Ż de voir que les Su´┐Żdois, m´┐Żme s'ils aimaient leur pays, portaient un regard beaucoup plus frais et ing´┐Żnu sur le monde.

Vous disiez qu´┐Ż"on peut pas falsifier efficacement si l'on cherche ´┐Ż se faire remarquer" ´┐Żcrire est-il donc un acte de falsification ? Un bon ´┐Żcrivain est-il un bon menteur ?

´┐Żcrire n'est pas forc´┐Żment un acte de falsification. Ce que je voulais dire par-l´┐Ż, c'est que je tenais ´┐Ż une certaine ad´┐Żquation entre le fond et la forme de mon roman. Je suis Sliv. J'invente Sliv et le CFR qui eux-m´┐Żmes inventent le Timor Oriental. Sliv est tenu ´┐Ż une certaine neutralit´┐Ż dans son style. Il me semble que, par transitivit´┐Ż, cette neutralit´┐Ż s'impose ´┐Ż moi ´┐Żgalement. Un ´┐Żcrivain n'est pas un menteur, c'est un conteur. Il n'a de comptes ´┐Ż rendre ´┐Ż personne. Mieux, il existe un contrat entre l'auteur et le lecteur : le premier raconte ce qu'il a envie de raconter et le second croit ce qu'il a envie de croire. Deux ´┐Żuvres illustrent bien cette id´┐Że : dans Le Meurtre de Roger Ackroyd, c´┐Żest ´┐Ż la fin que l´┐Żon d´┐Żcouvre que l'assassin est le narrateur. Le lecteur est souffl´┐Ż car, pendant tout le livre, il pensait "s'il ´┐Żtait coupable, il nous le dirait". Mais pourquoi le ferait-il ? M´┐Żme principe dans Usual suspects. L'histoire est racont´┐Że par Verbal Kint ´┐Ż le nom n'est ´┐Żvident pas anodin ´┐Ż et ´┐Ż la fin, on s'´┐Żtonne que le narrateur se soit r´┐Żserv´┐Ż le beau r´┐Żle !

Les th´┐Żories de la conspiration ont toujours ´┐Żt´┐Ż dans l'air du temps, depuis le Protocole des sages de Sion jusqu'au 11 Septembre. Vous en ´┐Żtes-vous inspir´┐Ż pour Les ´┐Żclaireurs / Les falsificateurs ?

Je ne suis absolument pas client de ces th´┐Żories. Le plus souvent, ceux qui les propagent sont d'une grande malhonn´┐Żtet´┐Ż intellectuelle. Ils nous expliquent que Cheney et la CIA nous cachent des choses et ont sc´┐Żnaris´┐Ż la r´┐Żalit´┐Ż alors qu'ils font exactement la m´┐Żme chose et instruisent des proc´┐Żs ´┐Ż charge en n'utilisant que les ´┐Żl´┐Żments qui servent leur interpr´┐Żtation. Il est ´┐Żvidemment n´┐Żcessaire, et m´┐Żme salutaire, d'examiner les faits historiques avec un regard critique mais il faut le faire avec une scrupuleuse honn´┐Żtet´┐Ż. Ce n'est pas le cas des Messan, Bigard et autres charlatans.

Vous avez fond´┐Ż Ubiqus, une soci´┐Żt´┐Ż qui emploie maintenant pr´┐Żs de 400 salari´┐Żs. En quoi votre travail ´┐Ż la r´┐Żdaction de compte-rendus de r´┐Żunions d'entreprise ´┐Ż vous a-t-il inspir´┐Ż l'id´┐Że de la falsification ? Vos clients doivent ´┐Żtre inquiets : il n'y aurait pas de meilleure falsification que celle d´┐Żun compte-rendu !

Le m´┐Żtier de r´┐Żdacteur n'est pour rien dans la naissance du CFR. Cependant, il a puissamment aliment´┐Ż les Falsificateurs et les Eclaireurs. De m´┐Żme que Sliv para´┐Żt toujours surinform´┐Ż sur n'importe quel sujet, le r´┐Żdacteur Ubiqus assouvit sa curiosit´┐Ż naturelle en participant ´┐Ż des r´┐Żunions extr´┐Żmement diverses : le lundi, il couvre la pr´┐Żsentation des r´┐Żsultats d'Axa, le mardi, un colloque sur la pollution atmosph´┐Żrique, le mercredi un symposium sur l'alop´┐Żcie androg´┐Żn´┐Żtique, etc. Chaque fois, il s'expose ´┐Ż un nouveau microcosme et ´┐Ż un nouveau jargon. Je me rends bien compte que les r´┐Żunions jouent toujours un grand r´┐Żle dans mes livres : c'est, dans les organisations, le lieu o´┐Ż le pouvoir se conquiert, s'exerce et se fait renverser. Quand, comme moi vous avez assist´┐Ż ´┐Ż des milliers de r´┐Żunions, vous apprenez ´┐Ż reconna´┐Żtre les jeux d'alliance, les compromis dans la formulation des motions, etc. Cela dit, je tiens ´┐Ż rassurer les clients d'Ubiqus. Nos r´┐Żdacteurs sont absolument impartiaux et ne s'amusent jamais ´┐Ż d´┐Żnaturer un compte-rendu ! L'entreprise n'y survivrait d'ailleurs pas longtemps...

Avec une telle trame, vous pourriez multiplier les suites... Pourtant, quelque chose me dit que vous ne le ferez pas. Pourquoi ?

Naturellement, je pourrais ´┐Żcrire encore plusieurs volumes des aventures du CFR. Mais vous avez raison, je ne le ferai sans doute pas. Si j'´┐Żcris encore un opus, ce sera le dernier et il s'attachera ´┐Ż ´┐Żlucider l'´┐Żnigme du personnage de Lena. En tout cas, cela n'arrivera pas avant plusieurs ann´┐Żes. J'ai envie d'´┐Żcrire d'autres choses dans l'intervalle.

Quels sont vos projets ?
Je ne sais pas encore. Plusieurs th´┐Żmes trottent dans ma t´┐Żte mais aucun n'est assez avanc´┐Ż pour que je me lance. Mes projets maturent toujours lentement. Il faut du temps pour passer d'une id´┐Że ´┐Ż des personnages et ´┐Ż des situations.

Propos recueillis par Laurent Simon


 
Scott Heim
St´┐Żphane Guibourg´┐Ż
Maylis de Kerangal
Roxane Duru
Marie-Catherine Vacher
Nick McDonell
Tristan Garcia
Thomas Pynchon
Jean-Marc Roberts
  ARCHIVES
 
contact | © 2000-2009  Zone littéraire |