#112 - Du 14 octobre au 05 novembre 2008

Actu Entretiens Zoom Portraits Extraits

  Interalli´┐Żs J - 4  
  Le D´┐Żcembre pour Zone  
  Cusset , Goncourt des lyc´┐Żens  
  Renaudot pour Mon´┐Żnembo  
  Goncourt pour Rahimi, la P.O.L position  
  Le Flore pour Garcia  
  Mort de l'´┐Żcrivain am´┐Żricain Michael Crichton  
  Femina et Medicis: c´┐Żt´┐Ż ´┐Żtrangers  
  Melnitz et Vollmann meilleurs ´┐Żtrangers  
  Blas de Robl´┐Żs M´┐Żdicis´┐Ż  

inscription
d´┐Żsinscription
 
Conte de la folie ordinaire

 Asile de fous
R´┐Żgis Jauffret
Gallimard
Prix éditeur
16.00 euros

L´┐Ż´┐Żtre humain est dou´┐Ż de parole ; c´┐Żest m´┐Żme l´┐Żune de
ses principales caract´┐Żristiques. Si l´┐Żon en doutait encore, R´┐Żgis
Jauffret nous le confirme ´┐Ż travers ce roman polyphonique qui
explore diff´┐Żrents registres et usages du langage tout en
d´┐Żbusquant les gros grains de folie plus ou moins tapis en
chacun de nous et de notre entourage.


" Il " est-il le p´┐Żre de ses enfants, simplement son mari, ou
encore son amant ? Est-il un riche banquier ou un simple
conducteur d´┐Żautobus ? Rien de tout cela et un peu tout en
m´┐Żme temps. Difficile d´┐Żobtenir le fin mot de l´┐Żhistoire tant nous
croulons sous la multiplication des affabulations. Celle dont on
apprend ainsi plus tard qu´┐Żelle se pr´┐Żnomme Gis´┐Żle se moque
en effet de tous les ´┐Żgards dus au lecteur traditionnel, ´┐Ż l´┐Żaff´┐Żt de
rep´┐Żres chronologiques et narratifs clairs. Au fil d´┐Żun r´┐Żcit en
tension constante entre un pass´┐Ż en permanence recompos´┐Ż et
un futur totalement imagin´┐Ż, elle ne cesse de se d´┐Żdire, de
revenir sur ses mots, voire de douter d´┐Żelle-m´┐Żme, nous menant
ainsi d´┐Żun bateau ´┐Ż l´┐Żautre avant de passer la barre ´┐Ż une
joyeuse ´┐Żquip´┐Że. Car ´┐Ż peine a-t-on achev´┐Ż de tenter de
d´┐Żm´┐Żler le vrai du faux dans les dires de la premi´┐Żre narratrice
que l´┐Żon est abreuv´┐Ż de ceux d´┐Żautres composants de la cellule
familiale, tous aussi aigris, hargneux et seuls les uns que les
autres´┐Ż
Autant de monologues, de complaintes et de critiques entre
lesquelles les rythmes et les tons varient - adoptant en cela avec
la virtuosit´┐Ż d´┐Żun cam´┐Żl´┐Żon la personnalit´┐Ż et le point de vue de
chaque protagoniste ´┐Ż et cependant unis par la constance du
bavardage. Les phobies des uns succ´┐Żdent alors aux
fantasmes et aux griefs des autres, au fil d´┐Żune intarissable
logorrh´┐Że aliment´┐Że jusqu´┐Ż´┐Ż ´┐Żtourdissement des lecteurs et
´┐Żtouffement des personnages m´┐Żmes.

Une parole de trop ?

Pourquoi un tel malaise face ´┐Ż cette lib´┐Żration de la parole, alors
m´┐Żme que l´┐Żon d´┐Żplore sans cesse le manque de
communication entre des ´┐Żtres qui ne vivraient plus que par
procuration, soumis au r´┐Żgime dictatorial d´┐Żimages
omnipr´┐Żsentes et st´┐Żr´┐Żotyp´┐Żes ? Un tel d´┐Żbordement de mots
serait alors salvateur, tel le reflux d´┐Żun mutisme accumul´┐Ż au fil
de nombreuses ann´┐Żes de silence´┐Ż Juste une illusion semble
nous dire R´┐Żgis Jauffret : si les hommes parlent, c´┐Żest avant tout
´┐Ż eux-m´┐Żmes. Entre monologues et dialogues de sourds, tous
s´┐Ż´┐Żcoutent parler et se r´┐Żv´┐Żlent totalement inaptes ´┐Ż l´┐Ż´┐Żchange.
En t´┐Żmoignent ces pages enti´┐Żres ou les tirets rythment
l´┐Ż´┐Żcriture, donnant l´┐Żillusion d´┐Żun dialogue quand bien m´┐Żme
qu´┐Żun locuteur unique et inchang´┐Ż accapare le discours. Notre
soci´┐Żt´┐Ż serait donc de fant´┐Żmes ´┐Żgo´┐Żstes et utilitaristes qui se
c´┐Żtoient quotidiennement dans le plus grand m´┐Żpris. Et le flot de
paroles ne serait qu´┐Żun masque visant ´┐Ż combler la
superficialit´┐Ż et le creux des rapports humains´┐Ż

L´┐Ż´┐Żcriture serait-elle alors pr´┐Żf´┐Żrable, plus utile, plus efficace
que la parole ? La mati´┐Żre en est pourtant la m´┐Żme, mais les
mots de l´┐Ż´┐Żcrit, moins spontan´┐Żs et plus mall´┐Żables puisque
susceptibles d´┐Ż´┐Żtre retravaill´┐Żs, permettraient un m´┐Żrissement
et une r´┐Żflexion plus aboutie. Sinc´┐Żre ou pas, l´┐Ż´┐Żcriture a le
m´┐Żrite certain de maintenir une intensit´┐Ż, et ce jusqu´┐Ż´┐Ż la
pirouette finale, qui, au d´┐Żtour d´┐Żune habile mise en abyme,
nous fait douter de l´┐Żauthenticit´┐Ż de la paternit´┐Ż jauffr´┐Żenne de
l´┐Ż´┐Żcrit m´┐Żme que nous tenons entre nos mains. Une v´┐Żritable
histoire de fous. Et de quoi douter de tout. Si tous ces ´┐Żtres vous
rebutent et que jamais vous ne souhaitez en rencontrer, restez
vigilants. Ils sont peut-´┐Żtre bien plus proches que ce que vous
ne souhaiteriez. L´┐Żenfer n´┐Żest pas toujours chez les autres´┐Ż
D´┐Żautant plus que certains peuvent avoir tendance ´┐Ż adopter une
vision extensive de la famille´┐Ż ´┐Ż l´┐Żissue de cette lecture, toute
ressemblance avec des personnes connues, notamment de
votre univers familial, ´┐Żtant totalement involontaire, elle est en
effet toutefois hautement probable. Si c´┐Żest votre cas, deux
solutions : recourir ´┐Ż une th´┐Żrapie de groupe -apr´┐Żs tout, les
f´┐Żtes de fin d´┐Żann´┐Że procurent un excellent motif de
rassemblement familial - ou bien souscrire au m´┐Żme rem´┐Żde
que les dames du Femina : lire le dernier Jauffret, et le l´┐Żadopter
au propre comme au figur´┐Ż.

Laurence Bourgeon



 
B´┐Żtes sans patrie
Uzodinma Iweala 
Sans elle
Alma Brami 
Crack
Tristan Jordis 
Son absence
Justine AUGIER 
Tribus modernes
J´┐Żr´┐Żme Baccelli 
Mill´┐Żnaire ´┐Ż Belgrade
Vladimir Pistalo 
Une jolie fille rien que pour moi
Aur´┐Żlie Antolini 
Festino ! Festino !
Elodie Issartel 
La porte des Enfers
Laurent Gaud´┐Ż 
Jerusalem
Gon´┐Żalo M. Tavares 
Lacrimosa
R´┐Żgis Jauffret 
H´┐Żros, personnages et magiciens
Vincent Ravalec 
L´┐Ż o´┐Ż vous ne serez pas
Horacio Castellanos Moya 
Crossfire
Miyuki Miyabe 
Keith Me
Amanda Sthers 
  ARCHIVES
 
contact | © 2000-2008  Zone littéraire |