#113 - Du 15 novembre au 08 d´┐Żcembre 2008

Actu Entretiens Zoom Portraits Extraits

  Julien Santoni a du talent  
  Plus fort que Perec  
  Thomas L´┐Żlu, employ´┐Ż chez Monoprix !  
  Le Wepler ´┐Ż Pagano  
  Pour finir, le prix du Pamphlet 2008 !  
  D´┐Żc´┐Żs de Fran´┐Żois Caradec  
  Bilan des prix litt´┐Żraires 2008  
  Premiers romans prim´┐Żs  
  Goncourt au poil  
  Bramly, Interalli´┐Ż 2008  

inscription
d´┐Żsinscription
 
Noeud de vip´┐Żres

 L´┐Ż o´┐Ż vous ne serez pas
Horacio Castellanos Moya
Les Allusifs
Prix éditeur
22.00 euros

Apr´┐Żs un Bal des vip´┐Żres rondement men´┐Ż et remarqu´┐Ż lors de la derni´┐Żre rentr´┐Że litt´┐Żraire, Horacio Castellanos Moya revient avec un roman o´┐Ż les masculins dominent, ´┐Ż d´┐Żfaut de
l´┐Żemporter, dans une Am´┐Żrique centrale tortur´┐Że et tortueuse.


Alberto Arag´┐Żn nage en pleine d´┐Żcadence. Au cr´┐Żpuscule de sa vie, il
´┐Żchoue, seul, dans une sombre chambre de Mexico o´┐Ż l´┐Żont recueilli sa
vieille femme de m´┐Żnage Blanca et une jeune femme r´┐Żpondant au
comique et anachronique sobriquet de l´┐ŻInfante. Lui qui a pourtant
´┐Żt´┐Ż, furtivement, ambassadeur au Salvador n´┐Ża plus pour luxe qu´┐Żune
fid´┐Żle timbale rouge, pr´┐Żcieux r´┐Żceptacle que ses gardes-malade
emplissent r´┐Żguli´┐Żrement de boissons plus ou moins alcoolis´┐Żes,
seules substances qu´┐Żil consent encore ´┐Ż ing´┐Żrer.
Comment et pourquoi donc est-il arriv´┐Ż ´┐Ż Mexico ? Bien malin celui
qui saura d´┐Żcrypter avec pr´┐Żcision le parcours de cet homme qui a
longtemps d´┐Żfendu des convictions r´┐Żvolutionnaires au c´┐Żt´┐Ż de la
gu´┐Żrilla avant de rejoindre le pouvoir exerc´┐Ż par la junte militaire
en tant que diplomate. Pas ´┐Żtonnant qu´┐Żil se sente traqu´┐Ż, percevant
derri´┐Żre chaque individu patibulaire, chaque inconnu qui le d´┐Żvisage
un peu plus que de coutume, un espion qui en voudrait ´┐Ż sa vie ´┐Ż sa
voiture et tous ses biens ont d´┐Żailleurs ´┐Żt´┐Ż myst´┐Żrieusement d´┐Żrob´┐Żs.
Revenir ´┐Ż Mexico, c´┐Żest pourtant renouer avec certains fant´┐Żmes du
pass´┐Ż, affronter l´┐Żineffa´┐Żable image d´┐Żun p´┐Żre aux engagements
familiaux et politiques irr´┐Żprochables, et cette jeune femme, cette
Infante qu´┐Żil ne peut s´┐Żemp´┐Żcher d´┐Żhumilier et de brimer, dont il ne
peut en r´┐Żalit´┐Ż pas se passer. Un poids bien lourd que son ´┐Żge et son
´┐Żtat de sant´┐Ż ne sauraient ´┐Żquilibrer. Ravivant les souvenirs au
cours de quelques rencontres opportunes, parviendra-t-il ´┐Ż introduire
quelque lumi´┐Żre dans son pass´┐Ż ? Rien n´┐Żest moins s´┐Żr. Pour nous,
simples lecteurs, une deuxi´┐Żme partie ´┐Żtait bien n´┐Żcessaire ´┐Ż
l´┐Ż´┐Żmergence d´┐Żun semblant de limpidit´┐Ż.

Si on le cherche´┐Ż

C´┐Żest donc Pepe Pindonga, d´┐Żtective priv´┐Ż r´┐Żcemment autoproclamm´┐Ż
en mal d´┐Żenqu´┐Żtes, qui s´┐Żefforce de d´┐Żm´┐Żler l´┐Ż´┐Żcheveau d´┐Żune mort qui
semble pourtant ´┐Żtre l´┐Ż´┐Żv´┐Żnement le moins suspect de toute la vie
d´┐ŻAlberto Arag´┐Żn. Et ce ´┐Ż la demande d´┐Żun myst´┐Żrieux meilleur ami
´┐Żtrangement soucieux d´┐Ż´┐Żclaircir cette disparition. Changement de
voix et changement de rythme donc, mais pas vraiment de mode de vie.
Car l´┐Żenqu´┐Żteur et son sujet partagent une m´┐Żme passion pour les
femmes et l´┐Żalcool. Motiv´┐Ż tant par l´┐Żavancement de son enqu´┐Żte que
par les potentielles rencontres (f´┐Żminines) qu´┐Żelle peut lui
apporter, Pepe Pindonga recoupe les t´┐Żmoignages, intrigue, voyage ´┐Ż
Mexico et conclut. T´┐Żl´┐Żscopages et digressions s´┐Żaccumulent dans
cette investigation aussi polici´┐Żre que vaudevillesque. Car lorsque
Castellanos Moya confie la narration ´┐Ż l´┐Żun de ses personnages, c´┐Żest
enti´┐Żrement qu´┐Żil la lui d´┐Żl´┐Żgue. Rien n´┐Żest donc ´┐Żpargn´┐Ż au lecteur
en terme d´┐Żatermoiements, de doutes et d´┐Żobsessions. En t´┐Żmoignent
ces phrases qui ´┐Żpousent les flux de conscience d´┐Żun narrateur en
pleine qu´┐Żte, s´┐Żapaisant au fur et ´┐Ż mesure qu´┐Żil en d´┐Żcouvre
davantage sur lui-m´┐Żme.

Tout est chaos

Certes, l´┐Żarri´┐Żre-plan historique est omnipr´┐Żsent et mieux vaut ´┐Żtre
un petit peu renseign´┐Ż sur l´┐Ż´┐Żvolution politique de cette r´┐Żgion
d´┐ŻAm´┐Żrique centrale pour se rep´┐Żrer dans les va-et-vient, compromis
et diverses tractations auxquels s´┐Żest livr´┐Ż Alberto Arag´┐Żn. Mais
Castellanos Moya poss´┐Żde un r´┐Żel sens du rythme et un talent de
portraitiste aussi humaniste que caricaturiste. Et il en faut pour
tirer du chaos politique salvadorien une ´┐Żnergie, aussi d´┐Żsesp´┐Żr´┐Że
soit-elle, qui anime une r´┐Żjouissante galerie de personnages. Si l´┐Żon
croit parfois voir d´┐Żfiler les s´┐Żquences d´┐Żun invraisemblable film
maffieux ´┐Ż quels meilleurs surnoms que Perez le d´┐Żsoss´┐Ż, Pompon,
l´┐ŻInfante ou encore Jeremy Irons ? ´┐Ż c´┐Żest bien la fragilit´┐Ż humaine
qui appara´┐Żt en n´┐Żgatif : la culpabilit´┐Ż, les remords, les
faiblesses et surtout l´┐Żimportance de la fid´┐Żlit´┐Ż et de l´┐Żengagement.
A l´┐Żimage de l´┐Żinstabilit´┐Ż de ceux qui les dirigent, les personnages
tat´┐Żnnent, ´┐Ż grand renfort de virilit´┐Ż, sur les sillons de leur
existence. C´┐Żest bien ce qui justifie la dimension chaotique de cette
lecture sans cesse remuante, souvent ´┐Ż bout de souffle, mais toujours
ma´┐Żtris´┐Że. Car en d´┐Żpit de la d´┐Żliquescence ambiante, une ´┐Żnergie et
une verve se d´┐Żgagent de ce texte, ´┐Ż tel point qu´┐Żon a l´┐Żimpression
d´┐Żentendre penser les personnages et que l´┐Żon n´┐Ża qu´┐Żune h´┐Żte :
´┐Żcouter parler leur auteur.
Si c´┐Żest un livre excessif par bien des abords, c´┐Żest que la demi-
mesure ne saurait ´┐Żtre tol´┐Żr´┐Że quand les manipulations de quelques
uns sont responsables du d´┐Żsespoir de tous les autres. Il faut
parfois apprendre ´┐Ż d´┐Żborder pour ´┐Żtablir des r´┐Żsonances ´┐Żtrangement
actuelles´┐Ż

Laurence Bourgeon



 
Mort d'un super h´┐Żros
Anthony MacCarten 
Best love Rosie
Nuala O´┐ŻFaolain 
Le minist´┐Żre des affaires sp´┐Żciales
Nathan Englander 
Ailleurs
Julia Leigh 
La Bombe et Moi
Anna Rozen 
B´┐Żtes sans patrie
Uzodinma Iweala 
Sans elle
Alma Brami 
Crack
Tristan Jordis 
Son absence
Justine AUGIER 
Tribus modernes
J´┐Żr´┐Żme Baccelli 
Mill´┐Żnaire ´┐Ż Belgrade
Vladimir Pistalo 
Une jolie fille rien que pour moi
Aur´┐Żlie Antolini 
Festino ! Festino !
Elodie Issartel 
La porte des Enfers
Laurent Gaud´┐Ż 
Jerusalem
Gon´┐Żalo M. Tavares 
  ARCHIVES
 
contact | © 2000-2008  Zone littéraire |