#113 - Du 15 novembre au 08 d´┐Żcembre 2008

Actu Entretiens Zoom Portraits Extraits

  Julien Santoni a du talent  
  Plus fort que Perec  
  Thomas L´┐Żlu, employ´┐Ż chez Monoprix !  
  Le Wepler ´┐Ż Pagano  
  Pour finir, le prix du Pamphlet 2008 !  
  D´┐Żc´┐Żs de Fran´┐Żois Caradec  
  Bilan des prix litt´┐Żraires 2008  
  Premiers romans prim´┐Żs  
  Goncourt au poil  
  Bramly, Interalli´┐Ż 2008  

inscription
d´┐Żsinscription
 
Au nom du fils

 La porte des Enfers
Laurent Gaud´┐Ż
Actes Sud
Prix éditeur
19.00 euros

Pour son cinqui´┐Żme roman, Laurent Gaud´┐Ż ne quitte pas l´┐ŻItalie mais surprend avec cette version moderne et bouleversante d´┐Żune descente aux Enfers. Au sens litt´┐Żral du terme.

La vraie surprise de ce livre qui vous tient au corps et au c´┐Żur, c´┐Żest bien cela, le fait que la descente aux Enfers de son h´┐Żros ne soit pas figur´┐Że mais bien r´┐Żelle, et que cela paraisse tout ´┐Ż fait cr´┐Żdible. Renouant avec l´┐Żaspect ´┐Żpique qu´┐Żon avait tant aim´┐Ż dans La Mort du Roi Tsongor, Gaud´┐Ż se livre ici ´┐Ż un r´┐Żcit familial comme dans Tsongor et surtout Le Soleil des Scorta, prix Goncourt 2004. Cette fois, ce ne sont plus dans les Pouilles qu´┐Żil nous emm´┐Żne mais ´┐Ż Naples, dans son ambiance crasseuse et populaire, ses quartiers pauvres et interlopes. Entre 1980 et 2002, trois r´┐Żcits s´┐Żentrem´┐Żlent, ceux de Matteo, le p´┐Żre d´┐Żvast´┐Ż, Giuliana la m´┐Żre vengeresse, et Filippo, le fils revenu d´┐Żentre les morts. Tous sont unis par le drame qui frappa leur famille un jour de juin 1980, lorsque le trop jeune Filippo meurt, victime d´┐Żune balle perdue dans un combat de rue. Giuliana ne pardonne pas ´┐Ż Matteo son incapacit´┐Ż ´┐Ż se venger, et s´┐Żen va, l´┐Żabandonnant ´┐Ż son chagrin inconsolable.

Les Tragiques

Ce qui frappe dans ce roman, c´┐Żest sa dimension infiniment tragique qui doit beaucoup ´┐Ż la lecture probable des dramaturges antiques et qui hantent l'oeuvre th´┐Ż´┐Żtrale et romanesque de Gaud´┐Ż. Ici rien ne manque : outre l´┐Ż´┐Żl´┐Żment r´┐Żel des Enfers l´┐Żgendaires, on trouve en effet le th´┐Żme de la vengeance, les h´┐Żros soumis ´┐Ż la fatalit´┐Ż divine et qui vont se battre contre la rudesse de leur destin´┐Żes humaines. A cet ´┐Żgard, Giuliana est la digne repr´┐Żsentante d´┐Żune lign´┐Że d´┐Żh´┐Żro´┐Żnes tragiques, dont elle a la duret´┐Ż face au malheur,la folie, la vengeance insens´┐Że, la passion d´┐Żraisonnable. Comme Electre ou Antigone, elle n´┐Żh´┐Żsite pas ´┐Ż se dresser contre les lois humaines et divines, refusant d´┐Żaccepter l´┐Żinacceptable, s´┐Żent´┐Żtant dans ce refus au m´┐Żpris de sa propre vie, toute ´┐Ż cet amour maternel rendu d´┐Żvorant par la perte. Face ´┐Ż cette pasionaria, Matteo para´┐Żt d´┐Żmuni avec son silence pudique d´┐Żhomme meurtri, ses errances dans les nuits grises napolitaines pour tenter d´┐Żoublier sa peine. Il va reprendre espoir lorsqu´┐Żil entrevoit au hasard de rencontres improbables la possibilit´┐Ż d´┐Żenfin accomplir la demande de sa femme : ramener leur fils du n´┐Żant.

´┐Ż Ce qui est ´┐Żcrit ici est vivant l´┐Ż-bas ´┐Ż

Derni´┐Żre phrase de la derni´┐Żre page, on appr´┐Żcie encore le sens des jolis mots que Gaud´┐Ż a toujours poss´┐Żd´┐Ż en plus de son don de conteur. On aime ce livre dont comme dans l´┐ŻEn´┐Żide, la descente aux Enfers constitue le pivot. Toujours le mythe. Ici ce n´┐Żest pas En´┐Że
qui descend chez Had´┐Żs chercher le p´┐Żre, mais le p´┐Żre qui va chercher le fils, comme Orph´┐Że tenta de ramener Eurydice. De cet ´┐Żpisode particuli´┐Żrement romanesque, on retient surtout la vision tr´┐Żs personnelle de l´┐Żauteur, pour qui les morts restent en vie tant
que les vivants pensent ´┐Ż eux, tandis que la mort s´┐Żinsinue dans la chair des vivants d´┐Żs qu´┐Żils sont confront´┐Żs ´┐Ż la disparition d´┐Żun ´┐Żtre cher. A travers ce r´┐Żcit prenant, Laurent Gaud´┐Ż brasse tout ´┐Ż la fois la question difficile de la perte d´┐Żun enfant, l´┐Żappr´┐Żhension du deuil, la douleur de ceux qui restent, et les relations filiales, tout en renouant avec les mythes, un moment o´┐Ż les fronti´┐Żres entre hommes et dieux ´┐Żtaient bien moins infranchissables. Profond´┐Żment contemporain malgr´┐Ż son enracinement mythologique, ce roman foisonnant rend inoubliables les voix de la famille de Nittis dont l´┐Ż´┐Żcho intime raisonne longtemps.

Ma´┐Ża Gabily



+ Lire la chronique du Soleil des Scorta

 
Mort d'un super h´┐Żros
Anthony MacCarten 
Best love Rosie
Nuala O´┐ŻFaolain 
Le minist´┐Żre des affaires sp´┐Żciales
Nathan Englander 
Ailleurs
Julia Leigh 
La Bombe et Moi
Anna Rozen 
B´┐Żtes sans patrie
Uzodinma Iweala 
Sans elle
Alma Brami 
Crack
Tristan Jordis 
Son absence
Justine AUGIER 
Tribus modernes
J´┐Żr´┐Żme Baccelli 
Mill´┐Żnaire ´┐Ż Belgrade
Vladimir Pistalo 
Une jolie fille rien que pour moi
Aur´┐Żlie Antolini 
Festino ! Festino !
Elodie Issartel 
La porte des Enfers
Laurent Gaud´┐Ż 
Jerusalem
Gon´┐Żalo M. Tavares 
  ARCHIVES
 
contact | © 2000-2008  Zone littéraire |