#112 - Du 14 octobre au 05 novembre 2008

Actu Entretiens Zoom Portraits Extraits

  Interalli´┐Żs J - 4  
  Le D´┐Żcembre pour Zone  
  Cusset , Goncourt des lyc´┐Żens  
  Renaudot pour Mon´┐Żnembo  
  Goncourt pour Rahimi, la P.O.L position  
  Le Flore pour Garcia  
  Mort de l'´┐Żcrivain am´┐Żricain Michael Crichton  
  Femina et Medicis: c´┐Żt´┐Ż ´┐Żtrangers  
  Melnitz et Vollmann meilleurs ´┐Żtrangers  
  Blas de Robl´┐Żs M´┐Żdicis´┐Ż  

inscription
d´┐Żsinscription
 
Ab´┐Żmes d´┐Żcevants

 Falaises
Olivier Adam
L'Olivier
Prix éditeur
18.00 euros

En 2002, le troisi´┐Żme roman d´┐ŻOlivier Adam, ´┐ŻPoids l´┐Żger´┐Ż,
nous avait ravi ; son premier recueil de nouvelles, ´┐ŻPasser
l´┐Żhiver´┐Ż, avait ensoleill´┐Ż l´┐Żhiver litt´┐Żraire 2004. Paru en septembre,
"Falaises" nous laisse h´┐Żlas un peu sur notre faim.


Comme on est triste, quand on aime beaucoup un ´┐Żcrivain,
d´┐Ż´┐Żtre d´┐Ż´┐Żu par son dernier livre´┐Ż Le jeune (31 ans cette ann´┐Że)
et talentueux Olivier Adam est assur´┐Żment l´┐Żun des auteurs
fran´┐Żais les plus dou´┐Żs d´┐Żaujourd´┐Żhui. Et pourtant, ´┐Ż lire son
dernier roman, malgr´┐Ż le fait qu'il soit sur les listes des prix de
novembre, on a l´┐Żimpression qu´┐Żil a perdu cet on ne sait quoi de
force qui animait jusqu´┐Żici son ´┐Żcriture.

L´┐Żespace d´┐Żune ´┐Żni´┐Żme nuit d´┐Żinsomnie, sur le balcon glac´┐Ż de
sa chambre d´┐Żh´┐Żtel ´┐Ż Etretat, tandis que femme et fille r´┐Żvent ´┐Ż
c´┐Żt´┐Ż, le narrateur remonte par flash-back le cours de sa vie,
bris´┐Że ´┐Ż onze ans par le suicide de sa m´┐Żre. Ici, des falaises o´┐Ż
porte ce soir son regard, sa m´┐Żre s´┐Żest jet´┐Że 20 ans auparavant,
tandis que son p´┐Żre, son fr´┐Żre Antoine et lui-m´┐Żme, dormaient.
De souvenirs en rencontres, d´┐Żerrances en repos, Olivier raconte
ces vingt derni´┐Żres ann´┐Żes, o´┐Ż ´┐Żrester en vie a longtemps ´┐Żt´┐Ż
pour moi une activit´┐Ż ´┐Ż plein temps, un programme, un horizon´┐Ż
. Confront´┐Ż quotidiennement ´┐Ż la violence morale, parfois
physique, d´┐Żun p´┐Żre d´┐Żpass´┐Ż, il a, comme Antoine avant lui,
d´┐Żsert´┐Ż au plus vite une maison morte qui n´┐Żavait plus de foyer
que le nom. L´┐Ż-bas, ´┐Żil ne fallait jamais faire de bruit ni
hausser le ton, il ne fallait jamais rire ni chahuter (´┐Ż) il ne fallait
jamais lui r´┐Żpondre, jamais ´┐Żmettre d´┐Żavis contraire au sien,
jamais ´┐Żmettre d´┐Żavis tout court´┐Ż´┐Ż
Sans avoir jamais parl´┐Ż
avec lui, Olivier n´┐Ża recrois´┐Ż son p´┐Żre qu´┐Żune fois, par hasard,
dans un bar.
Quant ´┐Ż son fr´┐Żre Antoine, il est devenu marin et les fr´┐Żres se
voient chaque fois qu´┐Żil fait escale en France : nuit de d´┐Żfonce,
entre alcool et coca´┐Żne, qui se terminent toujours de la m´┐Żme
fa´┐Żon : ´┐ŻJamais nous n´┐Żavons su parler autrement de la mort
de maman qu´┐Żen nous mouchant sur le visage l´┐Żun de l´┐Żautre, en
m´┐Żlant nos larmes et en nous serrant dans la nuit d´┐Żhiver´┐Ż
.
Un jour Antoine n´┐Żest plus revenu. Lui non plus.
Tout au long de ces pages, souvent poignantes, parfois
fastidieuses, le narrateur revient ainsi sur ces trois existences
souffreteuses, sur ces trois hommes r´┐Żunis par la m´┐Żme
douleur mais aussi s´┐Żpar´┐Żs par elle, par la femme qui en fut
l´┐Żorigine. D´┐Żautres figures f´┐Żminines croiseront le chemin
tourment´┐Ż d´┐ŻOlivier, toutes dramatiques, un peu trop donc.
Seules figures positives, Claire, la femme qui accepta de
prendre en main l´┐Ż´┐Żpave qu´┐Żil ´┐Żtait devenu, Chlo´┐Ż, la fille n´┐Że de
ce couple bancal.

Dans ce livre aux allures de bilan, Olivier Adam dresse le portrait
tout en meurtrissures jamais referm´┐Żes, en coups accus´┐Żs et
rarement rendus, d´┐Żun homme qui se demande comment il est
encore l´┐Ż. Gliss´┐Żes ´┐Ża et l´┐Ż, un certain nombre de similitudes
avec l´┐Żauteur (pr´┐Żnom, ´┐Żge, activit´┐Ż, famille´┐Ż), nous trouble
momentan´┐Żment mais on se dit tr´┐Żs vite que l´┐Żint´┐Żr´┐Żt n´┐Żest pas
l´┐Ż. Peu importe la fiction, la r´┐Żalit´┐Ż, la part plus importante de
l´┐Żune ou l´┐Żautre ne fait pas d´┐Żun livre une r´┐Żussite. De fait, le
tableau est noir, tr´┐Żs noir, on a du mal ´┐Ż se sauver de l´┐Żasphyxie
d´┐Żsesp´┐Żrante qui se d´┐Żgage du texte et le tandem Claire/Chlo´┐Ż
nous semblent bien l´┐Żg´┐Żrement dessin´┐Ż pour pouvoir porter tant
de d´┐Żtresse sur les ´┐Żpaules. Alors que l´┐ŻAntoine de Poids
l´┐Żger
nous touchait de sa d´┐Żsarmante douleur, de ses
sombres mais belles contradictions, de ses sentiments qui ne
voulaient pas se nommer, l´┐ŻOlivier ici s´┐Ż´┐Żpanche un peu trop
pour provoquer notre ´┐Żmotion. On reste en lisi´┐Żre de sa douleur
affich´┐Że, on plonge sans se sentir concern´┐Ż dans cet ab´┐Żme
existentiel trop bavard. Bien s´┐Żr la plume dou´┐Że d´┐ŻOlivier Adam
est toujours aussi s´┐Żre et l´┐Żon ne regrette pas la lecture de ce
roman ma´┐Żtris´┐Ż, au style parfaitement cisel´┐Ż, aux mots qui
frappent, ´┐Ż d´┐Żfaut d´┐Ż´┐Żmouvoir. On regrettera en revanche le
vertige qu´┐Żaurait d´┐Ż nous donner la chute depuis ces falaises
glissantes et qui ne nous inspire, au final, qu´┐Żun tressaillement.

Ma´┐Ża Gabily



+ Entretien avec Olivier Adam (Ao´┐Żt 2004)

 
B´┐Żtes sans patrie
Uzodinma Iweala 
Sans elle
Alma Brami 
Crack
Tristan Jordis 
Son absence
Justine AUGIER 
Tribus modernes
J´┐Żr´┐Żme Baccelli 
Mill´┐Żnaire ´┐Ż Belgrade
Vladimir Pistalo 
Une jolie fille rien que pour moi
Aur´┐Żlie Antolini 
Festino ! Festino !
Elodie Issartel 
La porte des Enfers
Laurent Gaud´┐Ż 
Jerusalem
Gon´┐Żalo M. Tavares 
Lacrimosa
R´┐Żgis Jauffret 
H´┐Żros, personnages et magiciens
Vincent Ravalec 
L´┐Ż o´┐Ż vous ne serez pas
Horacio Castellanos Moya 
Crossfire
Miyuki Miyabe 
Keith Me
Amanda Sthers 
  ARCHIVES
 
contact | © 2000-2008  Zone littéraire |