#112 - Du 14 octobre au 05 novembre 2008

Actu Entretiens Zoom Portraits Extraits

  Le D´┐Żcembre pour Zone  
  Cusset , Goncourt des lyc´┐Żens  
  Renaudot pour Mon´┐Żnembo  
  Goncourt pour Rahimi, la P.O.L position  
  Le Flore pour Garcia  
  Mort de l'´┐Żcrivain am´┐Żricain Michael Crichton  
  Femina et Medicis: c´┐Żt´┐Ż ´┐Żtrangers  
  Melnitz et Vollmann meilleurs ´┐Żtrangers  
  Blas de Robl´┐Żs M´┐Żdicis´┐Ż  
  Chateaureynaud a de l'Imaginaire  

inscription
d´┐Żsinscription
 
Comment je me suis disput´┐Ż... la vie d'Elias

 On s'habitue aux fins du monde
Martin Page
Le Dilettante
Prix éditeur
19.00 euros

Oscillant entre saillies burlesques et aphorismes profonds,
Martin Page fait de son quatri´┐Żme roman une tragi-com´┐Żdie
r´┐Żjouissante qui n´┐Żest pas sans rappeler l´┐Żunivers d´┐Żun certain
Arnaud Desplechin. Confirmation d´┐Żun talent.



Le jeune Martin Page - il vient d´┐Żavoir 30 ans ´┐Ż persiste et signe.
Son premier roman, Comment je suis devenu stupide,
avait ´┐Żt´┐Ż justement remarqu´┐Ż en 2001 pour sa plume ac´┐Żr´┐Że et
l´┐Żhumour grin´┐Żant dont il ´┐Żtait impr´┐Żgn´┐Ż. On s´┐Żhabitue aux fins
du monde
prouve que l´┐Ż´┐Żcrivain n´┐Ża rien perdu de son acidit´┐Ż.
Cette fois, Page met en sc´┐Żne Elias, jeune producteur
successful, qui voit soudain les bases fondatrices de sa vie
s´┐Ż´┐Żcrouler en quelques jours. Ca commence par l´┐Ż´┐Żtrange
couple qu´┐Żil forme depuis 6 ans avec Clarisse, charmante jeune
femme au demeurant, mais qui a pris cette mauvaise habitude
de biberonner au whisky d´┐Żs le r´┐Żveil. Alors qu´┐ŻElias semble
´┐Żtre parvenu ´┐Ż d´┐Żtourner Clarisse de la bouteille, il se r´┐Żv´┐Żle
avoir un souci : ´┐ŻEt puis Clarisse me trompe.
_ L´┐Żidiote. Tu en es s´┐Żr ? Qu´┐Żest-ce qui te fait croire ´┐Ża ?
_Le fait qu´┐Żelle ait un amant a ´┐Żveill´┐Ż mes soup´┐Żons.´┐Ż

Elias se fait logiquement plaquer et la s´┐Żrie noire continue.
Manuel Caldeira, r´┐Żalisateur mondialement connu mais surtout
ami cher d´┐ŻElias, avec qui notre h´┐Żros fatigu´┐Ż devait partir en
tournage, lui d´┐Żmolit le portrait sans explication, et c´┐Żest un autre
ami proche, - mais ambitieux, donc tra´┐Żtre - Victor, qui prend la
place convoit´┐Że d´┐ŻElias. Ce dernier se retrouve avec le dossier
de Margot Lazarus, ´┐Żcrivain dont la vie personnelle encombr´┐Że
de drames amoureux sold´┐Żs par des suicides rat´┐Żs, int´┐Żresse
beaucoup la bo´┐Żte de production o´┐Ż il travaille.

Le roman tourne autour d´┐ŻElias, le parcours de cet homme qui
´┐Żest comme un miroir (´┐Ż) tout le monde se regarde en lui et
on ne le voit pas´┐Ż
´┐Ż. A mesure que son existence se
d´┐Żconstruit, que ses certitudes s´┐Żeffritent, que ce qu´┐Żil croyait ´┐Żtre
le socle de sa solidit´┐Ż s´┐Żeffondre, le personnage d´┐ŻElias gagne
au contraire en relief, sa d´┐Żconstruction environnementale
devenant le fondement de sa construction intime. C´┐Żest de toute
fa´┐Żon statistique : on ne peut que remporter de nouvelles
victoires quand on a tout perdu´┐Ż
L´┐Żauteur entoure son h´┐Żros mal en point de personnages hauts
en couleurs ´┐Ż une actrice rat´┐Że qui r´┐Żve toujours de r´┐Żles
inoubliables, un petit malfrat qui se rach´┐Żte une conduite et se
pique de devenir sc´┐Żnariste, un d´┐Żtective us´┐Ż, etc - o´┐Ż chacun
balade ses n´┐Żvroses ´┐Ż travers une existence assez terne, que
Page d´┐Żpeint avec justesse, sans forcer le trait : ´┐ŻParfois, on
se fait peur ´┐Ż avoir tant de forces, ´┐Ża a quelque chose de
monstrueux qu´┐Żon ait r´┐Żussi ´┐Ż vivre.´┐Ż

Il n´┐Żoublie pas non plus de brocarder l´┐Żunivers o´┐Ż ´┐Żvolue tout ce
petit monde, celui du cinema, celui des faux semblants. A coup
de formules lapidaires telles ´┐Ż La premi´┐Żre r´┐Żgle d´┐Żune
actrice est : ne mourrez pas en ´┐Żt´┐Ż. Les journalists sont en
vacances, votre mort passerait inaper´┐Żue´┐Ż
, ou de description
sans concession comme celle de la relation d´┐Żun producteur
avec ce qu´┐Żil ach´┐Żte : ´┐ŻL´┐Żid´┐Żal est de tomber sur quelqu´┐Żun
d´┐Żavide, alors tout s´┐Żillumine, la com´┐Żdie devient franche, la
rencontre d´┐Żune personne qui poss´┐Żde un ch´┐Żque et d´┐Żune
personne qui d´┐Żsire un ch´┐Żque. Comme un coup de foudre´┐Ż
,
c´┐Żest encore dans cette phrase, peut-´┐Żtre, qu´┐Żil est le plus juste :
´┐Ż Si tu aimes le cin´┐Żma, il ne fallait pas en faire Zo´┐Ż. Il fallait
acheter un ticket et entrer dans la salle´┐Ż
. C´┐Żest, de fait, la
solution la moins douloureuse car faire le choix, comme les
personnages de Page, de vivre par et pour ce monde de
l´┐Żillusion est un vrai sacerdoce : les Lumi´┐Żres n´┐Ż´┐Żclairent que de
rares ´┐Żlus et peuvent s´┐Ż´┐Żteindre ´┐Ż tout moment´┐Ż

Au final, une v´┐Żritable sympathie nous attache peu ´┐Ż peu ´┐Ż Elias
et ses petits camarades, ´┐Ż qui on aurait presque envie de tendre
la main ´┐Ż travers les pages et d´┐Żemmener prendre un verre
fraternel. Comme le r´┐Żalisateur Arnaud Desplechin
(Comment je me suis disput´┐Ż ma vie sexuelle, Rois
et Reine
etc) dont il partage la vision tragi-comique de
l´┐Żexistence, Martin Page a su cr´┐Żer un univers romanesque dont
l´┐Żhumanit´┐Ż profonde ´┐Żclate ´┐Ż chaque instant malgr´┐Ż un
environnement semblant toujours au bord de l´┐Żimplosion, o´┐Ż les
personnages, qu´┐Żils soient en rupture avec la soci´┐Żt´┐Ż ou au
contraire s´┐Ży confondent, sont touchants de v´┐Żrit´┐Ż.
Martin Page prouve avec On s'habitue aux fins du monde
qu´┐Żil est l´┐Żun des plus talentueux mais aussi l´┐Żun des plus tristes
des quelques clowns que comptent la sc´┐Żne litt´┐Żraire actuelle.

Ma´┐Ża Gabily



 
B´┐Żtes sans patrie
Uzodinma Iweala 
Sans elle
Alma Brami 
Crack
Tristan Jordis 
Son absence
Justine AUGIER 
Tribus modernes
J´┐Żr´┐Żme Baccelli 
Mill´┐Żnaire ´┐Ż Belgrade
Vladimir Pistalo 
Une jolie fille rien que pour moi
Aur´┐Żlie Antolini 
Festino ! Festino !
Elodie Issartel 
La porte des Enfers
Laurent Gaud´┐Ż 
Jerusalem
Gon´┐Żalo M. Tavares 
Lacrimosa
R´┐Żgis Jauffret 
H´┐Żros, personnages et magiciens
Vincent Ravalec 
L´┐Ż o´┐Ż vous ne serez pas
Horacio Castellanos Moya 
Crossfire
Miyuki Miyabe 
Keith Me
Amanda Sthers 
  ARCHIVES
 
contact | © 2000-2008  Zone littéraire |