#112 - Du 14 octobre au 05 novembre 2008

Actu Entretiens Zoom Portraits Extraits

  Interalli´┐Żs J - 4  
  Le D´┐Żcembre pour Zone  
  Cusset , Goncourt des lyc´┐Żens  
  Renaudot pour Mon´┐Żnembo  
  Goncourt pour Rahimi, la P.O.L position  
  Le Flore pour Garcia  
  Mort de l'´┐Żcrivain am´┐Żricain Michael Crichton  
  Femina et Medicis: c´┐Żt´┐Ż ´┐Żtrangers  
  Melnitz et Vollmann meilleurs ´┐Żtrangers  
  Blas de Robl´┐Żs M´┐Żdicis´┐Ż  

inscription
d´┐Żsinscription
 
Fin d´┐Żapr´┐Żs-midi

 Fin d´┐Żapr´┐Żs-midi
Grecia C´┐Żceres
L´┐ŻEclose
Prix éditeur
16.00 euros

Un roman latino-am´┐Żricain

Un roman tr´┐Żs complet sur la jeunesse, l´┐Żuniversit´┐Ż, les amours, la religion, les conversations et les activit´┐Żs entre jeunes. L´┐Żauteur ´┐Żtant p´┐Żruvienne, il y a aussi force rappels historiques, le tout dans une langue sobre, claire et lucide, et dans une pr´┐Żsentation soign´┐Że. Bravo.

Ce n´┐Żest pas le propos du livre, mais on le sent profond´┐Żment p´┐Żruvien dans sa modernit´┐Ż, par certains termes ( par exemple l´┐Żcuma, un fruit tr´┐Żs pris´┐Ż de la r´┐Żgion ) et rappels historiques. On y parle donc des Chiliens qui au XIXe si´┐Żcle amput´┐Żrent le P´┐Żrou d´┐Żune partie de son territoire au sud pour annexer ses mines, en interdisant au passage ´┐Ż la Bolivie toute sortie ´┐Ż la mer.

Il y a aussi quelques allusions ´┐Ż l´┐Żhistoire pr´┐Żcolombienne du pays m´┐Żritant l´┐Żattention du lecteur occidental, qui souvent en ignore la richesse. Par exemple, les c´┐Żtes P´┐Żruviennes sont naturellement d´┐Żsertiques en raison du froid Courant de Humboldt qui longe ses c´┐Żtes depuis l´┐ŻAntarctique, interdisant l´┐Ż´┐Żvaporation et par cons´┐Żquent les pr´┐Żcipitations. Or des si´┐Żcles durant, les P´┐Żruviens anciens avaient transform´┐Ż ces vall´┐Żes arides en plaines vertes´┐Ż Mais ´┐Ż depuis que les Espagnols ont mis le pied ici en cherchant ´┐Ż fonder une capitale proche de la mer, on ne sait jamais quand on doit ficher le camp, la d´┐Żsertification a commenc´┐Ż. Tout le m´┐Żcanisme d´┐Żlicat que les P´┐Żruviens avaient cr´┐Ż´┐Ż pour amener l´┐Żeau de la fonte des neiges, en se servant de mille canaux pour fertiliser la terre, tout cela fut saccag´┐Ż. Les canaux se remplirent de broussaille au point de dispara´┐Żtre, recouverts par le sable, on abandonna le travail communal de nettoyage et on choisit d´┐Żautres formes de pillage. Qu´┐Żimporte ce qui arriverait ensuite, l´┐Żimportant ´┐Żtait de remplir les poches aujourd´┐Żhui (p.40) ´┐Ż´┐Ż

L´┐ŻEnvironnement social

Ces rappels ´┐Ż part, c´┐Żest surtout un roman sur les jeunes d´┐Żaujourd´┐Żhui, en ´┐Żge d´┐Żaller ´┐Ż l´┐Żuniversit´┐Ż. L´┐Żauteur ainsi raconte leurs all´┐Żes ´┐Ż la mer toute proche, leurs ´┐Żchanges et activit´┐Żs universitaires. Et ce n´┐Żest pas sans sagesse que le p´┐Żre en souligne l´┐Żimportance ´┐Ż sa fille : ´┐Ż ton travail, c´┐Żest d´┐Żaller ´┐Ż l´┐Żuniversit´┐Ż, ma ch´┐Żrie. Pour le moment, c´┐Żest comme un travail pour toi et tu dois le faire comme il faut, parce que maintenant tu ne risques pas de mourir de faim, mais apr´┐Żs, s´┐Żil ne sort rien de productif de ce temps qui t´┐Żappartient ´┐Ż toi seule. Ce temps n´┐Żest pour personne d´┐Żautre que pour toi, mets-le ´┐Ż profit (p.105) ´┐Ż. On apprend aussi la rivalit´┐Ż entre les deux grandes universit´┐Żs de Lima, la la´┐Żque Universidad San-Marcos et la tr´┐Żs catholique Universidad Pontificia, qui se font face des deux c´┐Żt´┐Żs de la m´┐Żme avenue.

D´┐Żailleurs, le poids de l´┐Ż´┐Żducation religieuse sur la sexualit´┐Ż, f´┐Żminine notamment, transpire tout au long du texte : ´┐Ż les bonnes s´┐Żurs sont des ´┐Żtres tr´┐Żs ´┐Żtranges, complex´┐Żs, elles te transmettent d´┐Żs ta plus tendre enfance un regard sur le monde et les hommes´┐Ż On accorde le moins d´┐Żimportance au corps [´┐Ż] Elles nous d´┐Żgo´┐Żtaient de tout, elles nous parlaient des hommes comme de l´┐Żennemi, du diable [´┐Ż] je te jure, tu ´┐Żtais punie si tu te coiffais les cheveux, si ta jupe ´┐Żtait trop courte, si tu te mettais du vernis ´┐Ż ongles ou un peu de brillant sur les l´┐Żvres (p.69) ´┐Ż ´┐Ż Les gar´┐Żons, de leur c´┐Żt´┐Ż, n´┐Ż´┐Żtaient pas beaucoup mieux lotis : ceux ´┐Ż qui sortaient d´┐Żune ´┐Żcole de cur´┐Żs disaient ´┐Ż peu pr´┐Żs la m´┐Żme chose, mais il leur restait au moins le sport comme porte de sortie pour les ´┐Żnergies corporelles (p.69) ´┐Ż´┐Ż

Ces passages sont importants, car ils expliquent une part de la soci´┐Żt´┐Ż latino-am´┐Żricaine, son hypocrisie et ses drames : ´┐Ż une fille sortie d´┐Żune ´┐Żcole religieuse, comme mon amie Maga, ´┐Żtait expos´┐Że ´┐Ż tout, non seulement elle ne savait rien de rien, mais la contraception ´┐Żtait taboue, inaccessible y compris au service m´┐Żdical de l´┐Żuniversit´┐Ż. Ne connaissant pas leur corps, ni les filles ni les gar´┐Żons ne pouvaient ´┐Żviter l´┐Żexploration ´┐Ż l´┐Żaveuglette, surtout que, comme ils se croyaient tr´┐Żs adultes, ils n´┐Żabordaient m´┐Żme pas le sujet (p.55) ´┐Ż . Mais les hormones, elles, ´┐Żuvraient en d´┐Żpit des conventions : ´┐Ż je n´┐Żen peux plus d´┐Ż´┐Żtre vierge (p.71)"

Et les cons´┐Żquences sont parfois dramatiques : filles-m´┐Żres, r´┐Żpudiation ou mariage forc´┐Ż : ´┐Ż des tar´┐Żes qui en quittant l´┐Ż´┐Żcole devenaient folles, s´┐Żhabillaient et se maquillaient comme des papillons pour attirer le m´┐Żle, pires que leurs m´┐Żres, sans aucun contr´┐Żle sur soi en priv´┐Ż, qui pour la plupart se mariaient enceintes ´┐Ż vingt ans, pour calmer ensuite leurs ardeurs, ´┐Żlever leurs enfants et se voir remplac´┐Żes, un beau matin, par une petite bonne femme du commun (p.70) ´┐Ż´┐Ż Surtout lorsqu´┐Żon n´┐Ży a pas ´┐Żt´┐Ż pr´┐Żpar´┐Ż(e) :
´┐Ż la m´┐Żre resta seule, d´┐Żsesp´┐Żr´┐Że, ´┐Ż raconter ses souffrances ´┐Ż tout le monde, sans se rendre compte que les malheurs en cha´┐Żne ´┐Żloignent les gens comme les mauvaises odeurs (p.79) ´┐Ż.


Les Amours

Cela dit, le roman n´┐Żest pas un portrait noir de ces exc´┐Żs, m´┐Żme s´┐Żil ne se voile pas la face. En fait, il d´┐Żcrit surtout le comportement normal des jeunes et leur d´┐Żcouverte de l´┐Żamour : ´┐Ż les jours se passaient en ´┐Żchanges de petits billets, de po´┐Żmes d´┐Żdicac´┐Żs et jeux de mots. Bien entendu, tout pr´┐Żtexte ´┐Żtait bon pour se fr´┐Żler, se toucher la main, s´┐Żappuyer sur une ´┐Żpaule (p.82) ´┐Ż´┐Ż Parfois, on est confront´┐Ż ´┐Ż des gens ayant plus d´┐Żexp´┐Żrience : ´┐Ż moi qui voulais simplement une oreille complaisante, j´┐Żaffrontais le regard inquisiteur de quelqu´┐Żun qui avait d´┐Żj´┐Ż fait sa route sur les chemins du c´┐Żur (p.150) ´┐Ż´┐Ż

Et comme la jeunesse ignore souvent son inexp´┐Żrience : ´┐Ż il n´┐Ży a pas de pire insulte ´┐Ż vingt ans que de s´┐Żentendre dire qu´┐Żon est ´┐Żvide´┐Ż, surtout quand on se consid´┐Żre particuli´┐Żrement profonde et spirituelle. Cela me fit l´┐Żeffet d´┐Żune gifle, je devins rouge de rage (p.76) ´┐Ż. Les ´┐Żchanges soulignent cette immaturit´┐Ż, qui use et abuse des clich´┐Żs et raccourcis, comme ici :
- Mais les femmes aussi peuvent choisir, parce que s´┐Żexhiber pour ´┐Żtre choisie par le premier tar´┐Ż qui passe et simplement parce que c´┐Żest un homme´┐Ż
- Mais l´┐Żhomme prend aussi un risque, la fille peut dire non.
- Hou l´┐Ż l´┐Ż, ´┐Ża, ´┐Ża n´┐Żarrive presque jamais, tu sais´┐Ż

C´┐Żest ce manque de pr´┐Żparation ´┐Ż la vie que Grecia C´┐Żceres semble d´┐Żnoncer par la voix de ses protagonistes. Le livre n´┐Ża pas de relents f´┐Żministes, mais certains passages rappellent que hommes et femmes ne sont pas aussi ´┐Żgaux qu´┐Żon veut bien le croire : ´┐Ż une convention de plus, mais tr´┐Żs pernicieuse car elle substituait aux v´┐Żritables protagonistes leurs copies conformes au mod´┐Żle de soumission consentie et r´┐Żciproque. Que donne la fille ? Son corps, son temps et sa conscience, c´┐Żest-´┐Ż-dire tout. Que donne le gar´┐Żon ? Il donne sa main, sa voiture et une visite chez sa petite amie avant sa bringue du soir. Il n´┐Ży a aucune exclusivit´┐Ż, son corps et son temps continuent ´┐Ż lui appartenir et quant ´┐Ż sa conscience, comme il n´┐Żen a pas, il ne peut l´┐Żoffrir ´┐Ż personne (p.83) ´┐Ż.

En fait, l´┐Żauteur semble tr´┐Żs lucide, et dit clairement ce qu´┐Żelle pense des transports humains : ´┐Ż tout est pr´┐Żtexte ´┐Ż ´┐Żcrire, Maga, tu vois´┐Ż Tout le monde joue ´┐Ż l´┐Żamiti´┐Ż ou ´┐Ż l´┐Żamour, et au bout du compte, que reste-t-il ? Une feuille arrach´┐Że ´┐Ż un cahier, des mots ´┐Żcrits ´┐Ż l´┐Żencre noire ou bleue, une d´┐Żdicace (p.52) ´┐Ż´┐Ż
A m´┐Żditer.

Philippe Cesse



 
B´┐Żtes sans patrie
Uzodinma Iweala 
Sans elle
Alma Brami 
Crack
Tristan Jordis 
Son absence
Justine AUGIER 
Tribus modernes
J´┐Żr´┐Żme Baccelli 
Mill´┐Żnaire ´┐Ż Belgrade
Vladimir Pistalo 
Une jolie fille rien que pour moi
Aur´┐Żlie Antolini 
Festino ! Festino !
Elodie Issartel 
La porte des Enfers
Laurent Gaud´┐Ż 
Jerusalem
Gon´┐Żalo M. Tavares 
Lacrimosa
R´┐Żgis Jauffret 
H´┐Żros, personnages et magiciens
Vincent Ravalec 
L´┐Ż o´┐Ż vous ne serez pas
Horacio Castellanos Moya 
Crossfire
Miyuki Miyabe 
Keith Me
Amanda Sthers 
  ARCHIVES
 
contact | © 2000-2008  Zone littéraire |