#112 - Du 14 octobre au 05 novembre 2008

Actu Entretiens Zoom Portraits Extraits

  Interalli´┐Żs J - 4  
  Le D´┐Żcembre pour Zone  
  Cusset , Goncourt des lyc´┐Żens  
  Renaudot pour Mon´┐Żnembo  
  Goncourt pour Rahimi, la P.O.L position  
  Le Flore pour Garcia  
  Mort de l'´┐Żcrivain am´┐Żricain Michael Crichton  
  Femina et Medicis: c´┐Żt´┐Ż ´┐Żtrangers  
  Melnitz et Vollmann meilleurs ´┐Żtrangers  
  Blas de Robl´┐Żs M´┐Żdicis´┐Ż  

inscription
d´┐Żsinscription
 
Flashback : Blondin, comme les bl´┐Żs rebelles

 Premi´┐Żres et derni´┐Żres nouvelles
Antoine Blondin
La Table Ronde
Prix éditeur
15.00 euros

Il pensait avoir des difficult´┐Żs pour ´┐Żcrire, toujours, il ressentait l´┐Żangoisse de la page blanche, toujours, et dans ses nuits de la m´┐Żme couleur, braillait des hymnes ´┐Ż ses plus grandes passions : le sport, l´┐Żamiti´┐Ż, la litt´┐Żrature, l´┐Żalcool. Quand para´┐Żt en 1949 L´┐ŻEurope buissonni´┐Żre, roman d´┐Żune guerre peinte au couteau et au culot, l´┐Żancien ´┐Żtudiant en philosophie, qui subit l´┐Żenfer des camps de concentration pendant deux ans, choque. On n´┐Żattendait pas un r´┐Żcit aussi d´┐Żsinvolte sur une p´┐Żriode noire, achev´┐Że ´┐Ż peine quatre ans auparavant. Mais, avec Antoine Blondin, on allait lire ce qu´┐Żon allait lire, plus tard dans des journaux aux marges de la bien-pensance intellectuelle, dans les r´┐Żcits hom´┐Żriques du Tour de France estival, dans les nouvelles et les romans o´┐Ż des personnages juv´┐Żniles traversent les ´┐Żv´┐Żnements avec l´┐Żindiff´┐Żrence des d´┐Żsabus´┐Żs.

Le d´┐Żsespoir joyeux

Ironie et d´┐Żrision marquent les romans d´┐Żun auteur qui trouve dans l´┐Żalcool et la litt´┐Żrature les viatiques n´┐Żcessaires pour lutter contre le tragique de sa vie. Mis en sc´┐Żne dans Monsieur Jadis, ses liaisons dangereuses avec Madame la Bouteille r´┐Żsument son mode de traduction des questionnements existentiels qui le hantent : une d´┐Żmesure dans l´┐Żexercice de ses fonctions vitales, une course apr´┐Żs les limites ´┐Ż franchir, une irresponsabilit´┐Ż totale qui r´┐Żpond ´┐Ż une absence totale de sens. Les douze Premi´┐Żres et derni´┐Żres nouvelles in´┐Żdites, publi´┐Żes aujourd´┐Żhui par Alain Cresciucci, biographe de l´┐Żauteur, ne d´┐Żrogent pas ´┐Ż la r´┐Żgle. Ainsi dans ´┐Ż Prendre le quart ´┐Ż, texte que la soci´┐Żt´┐Ż Perrier avait command´┐Ż ´┐Ż Blondin sur (comble !) le th´┐Żme de la soif, c´┐Żest m´┐Żme l´┐Żirrationnel et l´┐Żincongru qui soulignent la vanit´┐Ż de toute chose. Lors d´┐Żun safari, quelques hommes racontent ainsi leur exp´┐Żrience limite de boire de l´┐Żeau : un capitaine narre celle qu´┐Żil ingurgita quand son bateau coula, le narrateur expose comment il s´┐Żentoura de plantes vertes et de qui´┐Żtude pour vivre l´┐Żirrempla´┐Żable jusqu´┐Ż´┐Ż ce qu´┐Żun ´┐Ż moment vint, o´┐Ż je r´┐Żsolus d´┐Żoublier cette aventure, d´┐Żcoiffai mes cousines, abattis le saule pleureur [´┐Ż] et pris une cuite d´┐Żanthologie ´┐Ż. Traduction : tout mais pas l´┐Żeau.

Comme pour mieux donner ´┐Ż sentir l´┐Żhumanit´┐Ż ´┐Ż et donc la complexit´┐Ż ´┐Ż de toute situation, Blondin allie les contraires : un style classique et d´┐Żcal´┐Ż, avec imparfait du subjonctif et images scabreuses, situations banales et ´┐Żvocation de grands ´┐Żcrits, burlesque et tragi-comique. Dans ´┐Ż Le soir du 24 d´┐Żcembre 1950, il faisait froid ´┐Ż Nazareth ´┐Ż, l´┐Żauteur transporte la Nativit´┐Ż ´┐Ż l´┐Ż´┐Żpoque contemporaine, enl´┐Żve tout caract´┐Żre sacr´┐Ż au r´┐Żcit du Livre pour en faire une histoire irr´┐Żductiblement humaine et donc sujette ´┐Ż tout humour et jeux de mots. ´┐Ż Un charpentier nomm´┐Ż Joseph faisait les cent pas devant la porte d´┐Żune modeste cr´┐Żche de la banlieue de J´┐Żrusalem ´┐Ż. En bleu de travail, ´┐Ż ce charpentier ´┐Żtait ch´┐Żmeur ; sa femme ´┐Żtait enceinte ; la cr´┐Żche ´┐Żtait municipale ´┐Ż.

Assis sur un banc, le travailleur r´┐Żfl´┐Żchit ´┐Ż l´┐Żavenir de sa famille qu´┐Żil faudra nourrir quand la foule, inform´┐Że par la rumeur qu´┐Żun Joseph et une Marie attendent un enfant, vient entourer l´┐Żhomme pour louer l´┐Ż´┐Żtre ´┐Ż venir, agissant tel qu´┐Żun peuple biblique sachant son avenir l´┐Żaurait fait. Et dans ce m´┐Żlange des r´┐Żalit´┐Żs, c´┐Żest la litt´┐Żrature et ses genres qui est interrog´┐Że: litt´┐Żrature existentielle ou religieuse, psychologique au niveau de l´┐Żhomme, conte, fable´┐Ż Tout se m´┐Żle chez Blondin, comme dans cette ´┐Ż Histoire de No´┐Żl ´┐Ż qui fait retrouver un gamin et sa m´┐Żre, pauvres, dans un grand magasin, le soir du 24 d´┐Żcembre, o´┐Ż ils peuvent s´┐Żoffrir tout ce que la nuit des cadeaux leur permet´┐Ż tout ce que la nuit et ses r´┐Żves, parfois partag´┐Żs, leur permet.

Un gar´┐Żon d´┐Żhonneur*

Quand il ne d´┐Żtourne pas les lois des genres, comme dans ´┐Ż Mireille et les sir´┐Żnes ´┐Ż o´┐Ż la litt´┐Żrature de gare est vis´┐Że (beaux h´┐Żros, grands sentiments, un coup de th´┐Ż´┐Żtre et une ´┐Żcriture entre ironie et pr´┐Żciosit´┐Ż), Blondin appr´┐Żhende s´┐Żrieusement cet endroit exigu o´┐Ż se loge la faiblesse chez l´┐Ż´┐Żtre, qui t´┐Żmoigne de son humanit´┐Ż, quand le r´┐Żgne animal est la loi du plus fort (´┐Ż Histoire de No´┐Żl ´┐Ż et les deux gendarmes du d´┐Żbut, par exemple). Quand il n´┐Żessaie pas d´┐Żappr´┐Żhender la condition de l´┐Żhomme sur Terre, c´┐Żest encore dans les marges qu´┐Żil trouve ses sujets : la figure de l´┐Ż´┐Żcrivain devient aussi bien ic´┐Żne sacrificielle qu´┐Żobjet de d´┐Żrision (´┐Ż Une belle carri´┐Żre ´┐Ż).

Les exigences qu´┐ŻAntoine Blondin s´┐Żimposait dans l´┐Ż´┐Żcriture avaient quelque chose de paralysant pour celui-ci qui tirait le fil de son roman d´┐Żun seul mouvement, r´┐Żdigeait pratiquement sans rature, en peu de temps, dans la tension : pourquoi ´┐Żcrire un mot si on doit l´┐Żenlever apr´┐Żs ? Cette apparente assurance ne doit cependant pas cacher la simplicit´┐Ż de sa condition : ´┐Żcrire n´┐Żest pas facilit´┐Ż. Dans ´┐Ż Prendre le quart ´┐Ż, nouvelle au th´┐Żme si autobiographique, le narrateur qui dit ´┐Ż je ´┐Ż ne peut que rappeler l´┐Żauteur mais c´┐Żest un autre personnage qui, ´┐Żcrivain, raconte la gen´┐Żse-m´┐Żme de la nouvelle ou encore le r´┐Żle de l´┐Żeau, ´┐Żquivalent ´┐Ż celui de la madeleine de Proust. Blondin, si peu s´┐Żr de ce qu´┐Żil est, de la condition de l´┐Ż´┐Żcrivain, n´┐Żose se pr´┐Żsenter entier dans ses nouvelles ou, ´┐Ż l´┐Żinverse, propose une satire de la R´┐Żpublique des lettres germano-pratine dans ´┐Ż Une belle carri´┐Żre ´┐Ż.

D´┐Żbutant par ´┐Ż il ´┐Żtait une fois ´┐Ż, il introduit, jubilatoire, toutes les complexit´┐Żs d´┐Żune litt´┐Żrature r´┐Żaliste dans la forme id´┐Żaliste du conte : son texte devient satire de m´┐Żurs litt´┐Żraires qui ressemblent furieusement ´┐Ż un tableau contemporain. Un auteur sans tare ni particularit´┐Ż, donc sans succ´┐Żs, est pouss´┐Ż par son ´┐Żditeur ´┐Ż se mettre en sc´┐Żne et se d´┐Żcouvre un b´┐Żgaiement combattu dans sa jeunesse. La dictature de la mode s´┐Ż´┐Żtant m´┐Żme invit´┐Że entre les pages, tout le monde se d´┐Żcouvrit b´┐Żgue et un lectorat grandissant permit ´┐Ż ce nouvel auteur riche de s´┐Żinstaller dans le fauteuil d´┐Żun jury litt´┐Żraire. Les jeux de mots et de notes donne physiquement sa place ´┐Ż l´┐Żironie au milieu de phrases au fran´┐Żais limpide (´┐Ż Le d´┐Żnombrement de Bethl´┐Żem de Bruegel ´┐Ż).

Blondin, en dilettante s´┐Żrieux, se promena ainsi dans les lettres comme un sursitaire qui trouva l´┐Ż son expression privil´┐Żgi´┐Że et le leurre de l´┐Ż´┐Żternit´┐Ż. ´┐Ż Sans le d´┐Żmon de la litt´┐Żrature, il f´┐Żt devenu un excellent joueur de 421 ´┐Ż.

* Roman de Blondin, La Table ronde, 1960

Olivier Stroh



 
B´┐Żtes sans patrie
Uzodinma Iweala 
Sans elle
Alma Brami 
Crack
Tristan Jordis 
Son absence
Justine AUGIER 
Tribus modernes
J´┐Żr´┐Żme Baccelli 
Mill´┐Żnaire ´┐Ż Belgrade
Vladimir Pistalo 
Une jolie fille rien que pour moi
Aur´┐Żlie Antolini 
Festino ! Festino !
Elodie Issartel 
La porte des Enfers
Laurent Gaud´┐Ż 
Jerusalem
Gon´┐Żalo M. Tavares 
Lacrimosa
R´┐Żgis Jauffret 
H´┐Żros, personnages et magiciens
Vincent Ravalec 
L´┐Ż o´┐Ż vous ne serez pas
Horacio Castellanos Moya 
Crossfire
Miyuki Miyabe 
Keith Me
Amanda Sthers 
  ARCHIVES
 
contact | © 2000-2008  Zone littéraire |