#112 - Du 14 octobre au 05 novembre 2008

Actu Entretiens Zoom Portraits Extraits

  Interalli´┐Żs J - 4  
  Le D´┐Żcembre pour Zone  
  Cusset , Goncourt des lyc´┐Żens  
  Renaudot pour Mon´┐Żnembo  
  Goncourt pour Rahimi, la P.O.L position  
  Le Flore pour Garcia  
  Mort de l'´┐Żcrivain am´┐Żricain Michael Crichton  
  Femina et Medicis: c´┐Żt´┐Ż ´┐Żtrangers  
  Melnitz et Vollmann meilleurs ´┐Żtrangers  
  Blas de Robl´┐Żs M´┐Żdicis´┐Ż  

inscription
d´┐Żsinscription
 
Lieu et formule selon B´┐Żatrice Commeng´┐Ż

 Et il ne pleut jamais, naturellement
Béatrice Commengé
Gallimard
Prix éditeur
13.00 euros


B´┐Żatrice Commeng´┐Ż est plus qu´┐Żune femme de lettres, elle est une femme du lieu et de la formule. Derri´┐Żre cette tournure rimbaldienne se cache quelqu´┐Żun qu´┐Żon ne conna´┐Żt pas, ou mal ; on parle si peu d´┐Żelle, et encore moins de ses livres. Dommage. Pour elle, et pour nous surtout. L´┐Ż´┐Żnigme de son talent provient certainement du mot ´┐Ż roman ´┐Ż inscrit sur la couverture de son nouveau livre . Ce mot est tellement remis en cause depuis l´┐Ż´┐Żre du soup´┐Żon et le Nouveau Roman que son sens n´┐Żest plus ´┐Żvident. Surtout depuis l´┐Żapparition de l´┐Żauto-fiction, d´┐Żnomination g´┐Żn´┐Żrique ne voulant plus dire grand-chose : le pr´┐Żfixe auto, quand on respecte un tant soi peu l´┐Ż´┐Żtymologie grecque, signifie par soi-m´┐Żme, en soi-m´┐Żme, et s´┐Żaccorderait donc avec le terme fiction qui devrait ´┐Żtre une invention romanesque par soi-m´┐Żme, sur soi-m´┐Żme ´┐Ż la rigueur, ce qu´┐Ża fait ind´┐Żniablement fait Marcel Proust, au contraire de certaines personnes qui s´┐Ż´┐Żcrivent et s´┐Ż´┐Żcrient auteurs dans une hyst´┐Żrie m´┐Żgalomaniaque (alors qu´┐Żen toute humilit´┐Ż, seule l´┐Ż´┐Żuvre fait preuve). L´┐Ż´┐Żcriture de soi, certes, mais y a-t-il de quoi en faire un r´┐Żel mouvement litt´┐Żraire, car il ne s´┐Żagit de rien d´┐Żautre que´┐Ż d´┐Żautobiographisme ? Auquel cas il est plus sens´┐Ż d´┐Żappeler de tels textes des r´┐Żcits... Bref. La d´┐Żsignation ´┐Ż roman ´┐Ż plac´┐Że sous le titre semblant une d´┐Żcision ´┐Żditoriale, nous n´┐Żextrapolerons pas sur ce point qui ouvre essentiellement une piste de compr´┐Żhension.

B´┐Żatrice Commeng´┐Ż ´┐Żcrit la vie de sa famille, de ses parents, de son p´┐Żre plus pr´┐Żcis´┐Żment, en ´┐Żcho avec la vie du fulgurant po´┐Żte H´┐Żlderlin. Elle ´┐Żcrit ces vies comme des histoires, ou plut´┐Żt des fragments d´┐Żhistoires (´┐Ż Pi´┐Żce fugitive ´┐Ż peut-on lire en sous-titre d´┐ŻAlexandrines publi´┐Ż ´┐Ż La Table Ronde en 1995). C´┐Żest comme l´┐Żid´┐Że du bonheur, p. 63 : ´┐Ż Et je lui demande, au bout du compte, s´┐Żil en a une id´┐Że, lui, du bonheur, au bout de la vie. ´┐ŻDes instants´┐Ż, me r´┐Żpond-il. ´┐ŻDes instants heureux´┐Ż ´┐Ż. B´┐Żatrice Commeng´┐Ż se trouve ´┐Ż la fronti´┐Żre du roman et de l´┐Żautobiographie, et son ´┐Żquilibre est r´┐Żfl´┐Żchi. Elle est un ´┐Żcrivain qui ne romance pas ou peu, telle une historienne avant tout soucieuse de la r´┐Żalit´┐Ż des autres (p. 131 : ´┐Ż Personne ne le saura jamais. Ce sont les derniers mots parvenus jusqu´┐Ż´┐Ż nous, la derni´┐Żre phrase interrompue ´┐Żcrite pour nous par Friedrich H´┐Żlderlin ´┐Ż madame Suzette Gontard. Les autres, il faut les inventer. ´┐Ż). Au contraire, elle creuse la v´┐Żrit´┐Ż historique avec les mots, par le truchement des dates. La trame du temps permet de tisser l´┐Żhistoire des vies qu´┐Żelle investit comme un site arch´┐Żologique. Il suffit des lire Alexandrines ou Le ciel du voyageur pour s´┐Żen convaincre, ainsi que l´┐Żexcellente biographie d´┐ŻHenry Miller (publi´┐Że chez Plon, en 1991) qui lui a permis de peindre en filigrane et en parall´┐Żle un subtil portrait d´┐ŻAna´┐Żs Nin, dont elle a traduit presque toute l´┐Ż´┐Żuvre.

Pour B´┐Żatrice Commeng´┐Ż, un livre est souvent le confluent de deux th´┐Żmes centraux, l´┐Żespace et le temps, et de deux vies, voire plus. Le texte rel´┐Żve ainsi du tissage d´┐Żexistences : elle part sur les traces des autres, et leurs empreintes laiss´┐Żes ont souvent la forme de phrases. Ici, l´┐Żintertextualit´┐Ż r´┐Żv´┐Żle l´┐Żenjeu fondamental de son ´┐Żlan narratif : ne pas ´┐Żtre seule dans le langage, en respectant ouvertement la force de l´┐Żh´┐Żritage litt´┐Żraire, chose si rare ´┐Ż notre ´┐Żpoque et si flamboyante dans son int´┐Żgrit´┐Ż. Le style de B´┐Żatrice Commeng´┐Ż s´┐Żen ressent pleinement : concis, digne, sobre, il touche juste, parce qu´┐Żil sonne juste. Elle ´┐Żcrit pour la v´┐Żrit´┐Ż des mots justes, qui seuls peuvent traduire la r´┐Żalit´┐Ż la plus juste, ou du moins s´┐Żen rapprocher le plus possible. Car son ´┐Żcriture est un rapprochement : elle rapproche deux ´┐Żmes en une m´┐Żme page et nous rapproche de ceux qu´┐Żelle met en mots par la m´┐Żme occasion. Leur vie devient une histoire intime, presque l´┐Żhistoire d´┐Żun proche. Se sentir proche, voil´┐Ż l´┐Żenjeu de son ´┐Żcriture comme vision de l´┐Żautre, pour voir au travers des yeux de l´┐Żautre, pour pr´┐Żter sa vie, sa voix et son temps ´┐Ż l´┐Żautre, pour ´┐Żtre l´┐Żautre (´┐Ż Je veux voir ce que je crois qu´┐Ż "ils" ont vu ´┐Ż avoue-t-elle dans Le ciel du voyageur). Afin de travailler sa propre vision qui lui fait dire que ´┐Ż le rire [la] m´┐Żnera beaucoup plus loin que le vide ´┐Ż (p. 13), le vide de la mort qui envahit peu ´┐Ż peu le cerveau de son p´┐Żre.

Chez elle, l´┐Żamertume cependant ne gagne jamais. La jubilation du moment v´┐Żcu ´┐Żternellement comme du pr´┐Żsent renouvel´┐Ż, donc toujours vivant, se montre plus forte, pour notre plus grand bonheur de lecteurs. De ce livre nous sortons la t´┐Żte haute, le regard lav´┐Ż car lev´┐Ż vers le ciel, o´┐Ż la m´┐Żmoire des hommes est aussi changeante que les variations de la lumi´┐Żre, tout en demeurant le seul indice de survie clairvoyante dans un monde de brutes o´┐Ż les b´┐Żn´┐Żdictions du bon sens se font de plus en plus rares. Comme quoi, on en revient toujours au miracle, celui de l´┐Żintelligence comme antidote du malheur.

Richard DALLA ROSA



 
B´┐Żtes sans patrie
Uzodinma Iweala 
Sans elle
Alma Brami 
Crack
Tristan Jordis 
Son absence
Justine AUGIER 
Tribus modernes
J´┐Żr´┐Żme Baccelli 
Mill´┐Żnaire ´┐Ż Belgrade
Vladimir Pistalo 
Une jolie fille rien que pour moi
Aur´┐Żlie Antolini 
Festino ! Festino !
Elodie Issartel 
La porte des Enfers
Laurent Gaud´┐Ż 
Jerusalem
Gon´┐Żalo M. Tavares 
Lacrimosa
R´┐Żgis Jauffret 
H´┐Żros, personnages et magiciens
Vincent Ravalec 
L´┐Ż o´┐Ż vous ne serez pas
Horacio Castellanos Moya 
Crossfire
Miyuki Miyabe 
Keith Me
Amanda Sthers 
  ARCHIVES
 
contact | © 2000-2008  Zone littéraire |