#112 - Du 14 octobre au 05 novembre 2008

Actu Entretiens Zoom Portraits Extraits

  Interalli´┐Żs J - 4  
  Le D´┐Żcembre pour Zone  
  Cusset , Goncourt des lyc´┐Żens  
  Renaudot pour Mon´┐Żnembo  
  Goncourt pour Rahimi, la P.O.L position  
  Le Flore pour Garcia  
  Mort de l'´┐Żcrivain am´┐Żricain Michael Crichton  
  Femina et Medicis: c´┐Żt´┐Ż ´┐Żtrangers  
  Melnitz et Vollmann meilleurs ´┐Żtrangers  
  Blas de Robl´┐Żs M´┐Żdicis´┐Ż  

inscription
d´┐Żsinscription
 
Les impunis

 Les impunis
Thomas Firmiani
Fayard
Prix éditeur
18.00 euros


Un pays sans nom, o´┐Ż l´┐Żennemi est n´┐Żcessairement Turc, le rite forc´┐Żment orthodoxe, et l´┐Żempire fatalement en d´┐Żclin. Une ´┐Żpoque tout aussi ind´┐Żtermin´┐Że, qui pourrait ressembler au d´┐Żbut du vingti´┐Żme si´┐Żcle. Pour l´┐Żambiance, un m´┐Żlange d´┐Żl´┐Żt´┐Żre : utopie marxiste et police secr´┐Żte. Nous n´┐Żen saurons pas plus, et peu importe d´┐Żailleurs : une fois son d´┐Żcor d´┐Żop´┐Żrette Mittel Europa plant´┐Ż, Thomas Firmiani n´┐Ży d´┐Żroule qu´┐Żune intrigue quasi-symbolique, peupl´┐Że de personnages caricaturaux et ponctu´┐Że d´┐Żimprobables rebondissements : un meurtre politique, une enqu´┐Żte aux allures de Cluedo Bi´┐Żlorusse, un commissaire opini´┐Żtre, de fourbes politiciens, un majordome ma´┐Żtre-chanteur, un diplomate cynique hant´┐Ż par un impossible amour´┐Ż Le tout appara´┐Żt, ´┐Ż premi´┐Żre vue, comme le fruit obsc´┐Żne d´┐Żune orgie qui aurait r´┐Żuni Agatha Christie, Barbara Cartland, Dosto´┐Żevski et Julien Gracq.

Voire. Car au fil des pages, quelque chose se produit. Tout d´┐Żabord, la langue ´┐Żtonne, irrite, puis s´┐Żduit. Thomas Firmiani ´┐Żcrit un fran´┐Żais que l´┐Żon croyait disparu depuis les fr´┐Żres Goncourt. Un fran´┐Żais convenu et raisonnable, volontairement d´┐Żsuet, d´┐Żune ´┐Żl´┐Żgance obsol´┐Żte, mais qui se d´┐Żnude au fil des pages jusqu´┐Ż´┐Ż l´┐Ż´┐Żpure, au point de devenir l´┐Żillustration quasi-parfaite du concept m´┐Żme d´┐Ż´┐Żcriture bourgeoise. Sangl´┐Ż dans cette camisole litt´┐Żraire, Firmiani instaure une distance troublante entre la forme et le fond de son r´┐Żcit. Il s´┐Żabsente et d´┐Żconstruit de l´┐Żint´┐Żrieur ce roman aux allures si sages, comme l´┐Żorganisme engendre les cellules canc´┐Żreuses qui vont le r´┐Żduire en cendres. Le clich´┐Ż sans panache fait insensiblement place ´┐Ż la caricature grima´┐Żante, et le d´┐Żpaysement de pacotille devient un espace mental asphyxiant et d´┐Żsincarn´┐Ż. Ce travail de sape syst´┐Żmatique n´┐Ż´┐Żpargne pas les protagonistes, qui deviennent autant d´┐Żarch´┐Żtypes s´┐Żagitant au gr´┐Ż de vaines p´┐Żrip´┐Żties, souffrant de leur propre manque de substance, abandonn´┐Żs par leur cr´┐Żateur qui ne consent ´┐Ż leur redonner vie que par saccades, le temps de fulgurances pleines d´┐Żamertume qui n´┐Żauraient probablement pas laiss´┐Ż Cioran indiff´┐Żrent.

D´┐Żs lors, le roman n´┐Żest plus que le pr´┐Żtexte qu´┐Żutilise Firmiani pour d´┐Żvoiler, ´┐Ż l´┐Żinstar de ses personnages, ses propres interrogations : la fiction romanesque est-elle encore un vecteur vivant, ou plut´┐Żt un fantasme vaguement n´┐Żcrophile ? Est-il encore possible d´┐Ż´┐Żchapper aux figures impos´┐Żes, ou tout a-t-il d´┐Żj´┐Ż ´┐Żt´┐Ż ´┐Żcrit ? On pense, paradoxalement, ´┐Ż une ´┐Żuvre comme Ne pas toucher d´┐ŻEric Laurrent, paru l´┐Żan dernier aux ´┐Żditions de Minuit. Tout comme Firmiani racle jusqu´┐Ż´┐Ż l´┐Żos un certain type de litt´┐Żrature romantico-polici´┐Żre avec les impunis, il y dynamitait les codes du triangle amoureux femme/mari/meilleur ami, m´┐Żme si la volont´┐Ż d´┐Żatteindre les limites extr´┐Żmes d´┐Żun genre est finalement leur seul point commun. L´┐Ż o´┐Ż Laurrent se livrait ´┐Ż un exercice de style jouissif et optimiste, Firmiani signe plut´┐Żt un constat d´┐Ż´┐Żchec et semble ne pouvoir rien faire d´┐Żautre qu´┐Żavouer son impuissance ´┐Ż f´┐Żconder le r´┐Żcit. La vague intrigue progresse m´┐Żcaniquement, sans ´┐Żtat d´┐Ż´┐Żme. Le d´┐Żnouement pourrait n´┐Ż´┐Żtre que pr´┐Żvisible, s´┐Żil ne laissait cette impression gla´┐Żante d´┐Ż´┐Żl´┐Żgant d´┐Żsespoir. Mais il faut sauver les apparences ´┐Ż tout prix, et Firmiani s´┐Ży emploie. Il s´┐Żamuse m´┐Żme parfois, et truffe le roman de patronymes absurdes ´┐Ż l´┐Żexotisme racoleur, en guise d´┐Żultime pirouette. Pas plus que les autres, cette ficelle-l´┐Ż ne suffit ´┐Ż cacher que sa foi vacille. Est-ce pour cela que Thomas Firmiani n´┐Żest qu´┐Żun pseudonyme et que son ´┐Żditeur veille scrupuleusement ´┐Ż ne laisser filtrer aucun ´┐Żl´┐Żment biographique ´┐Ż son sujet ? Pas facile en effet d´┐Żavouer, quand on est aussi dou´┐Ż, que la litt´┐Żrature ne vous fait plus bander.

J´┐Żr´┐Żme Farssac



 
B´┐Żtes sans patrie
Uzodinma Iweala 
Sans elle
Alma Brami 
Crack
Tristan Jordis 
Son absence
Justine AUGIER 
Tribus modernes
J´┐Żr´┐Żme Baccelli 
Mill´┐Żnaire ´┐Ż Belgrade
Vladimir Pistalo 
Une jolie fille rien que pour moi
Aur´┐Żlie Antolini 
Festino ! Festino !
Elodie Issartel 
La porte des Enfers
Laurent Gaud´┐Ż 
Jerusalem
Gon´┐Żalo M. Tavares 
Lacrimosa
R´┐Żgis Jauffret 
H´┐Żros, personnages et magiciens
Vincent Ravalec 
L´┐Ż o´┐Ż vous ne serez pas
Horacio Castellanos Moya 
Crossfire
Miyuki Miyabe 
Keith Me
Amanda Sthers 
  ARCHIVES
 
contact | © 2000-2008  Zone littéraire |