#112 - Du 14 octobre au 05 novembre 2008

Actu Entretiens Zoom Portraits Extraits

  Interalli´┐Żs J - 4  
  Le D´┐Żcembre pour Zone  
  Cusset , Goncourt des lyc´┐Żens  
  Renaudot pour Mon´┐Żnembo  
  Goncourt pour Rahimi, la P.O.L position  
  Le Flore pour Garcia  
  Mort de l'´┐Żcrivain am´┐Żricain Michael Crichton  
  Femina et Medicis: c´┐Żt´┐Ż ´┐Żtrangers  
  Melnitz et Vollmann meilleurs ´┐Żtrangers  
  Blas de Robl´┐Żs M´┐Żdicis´┐Ż  

inscription
d´┐Żsinscription
 
Sarah K.477

 Sarah K.477
Sandrine Rotil-Tiefenbach
Que
Prix éditeur
17.00 euros



L´┐Żhistoire, presque simple : Sarah tombe raide dingue d´┐ŻArthur ´┐Żchauve, lunettes, yeux bleus- et imagine diff´┐Żrentes versions de leur premi´┐Żre relation sexuelle. (Arthur ne conna´┐Żt pas Sarah). ´┐Ż Sa bouche happe son nombril, le l´┐Żche. D´┐Żune main qui tra´┐Żne, il tire doucement sur un cordon de la jupe, [´┐Ż] puis la main se glisse sous l´┐Żun des pans, caresse la jambe. Elle tremble. Comme une petite feuille. A se briser. ´┐Ż. D'abord romanesques et sensuels, les ´┐Żpisodes deviennent de plus en plus spasmodiques et visc´┐Żraux. Sarah finit par se voir en nymphomane. ´┐Ż Au fait, combien ´┐Żtaient-ils, d´┐Żj´┐Ż ? Sept ? Huit ? Dix ? Davantage ? ´┐Ż.

Serait-ce tomber dans la facilit´┐Ż que de comparer Sarah K.477 avec La vie sexuelle de Catherine M. ? Ces deux romans peuvent tous deux para´┐Żtre inutilement provocants ou g´┐Żnialement lib´┐Żrateurs. Catherine montre une libert´┐Ż volontaire du corps, une sexualit´┐Ż assouvie par envie alors que Sarah doit baiser par besoin, son d´┐Żsir s´┐Żemparant de sa volont´┐Ż et rendant au corps son autonomie quasi bestiale. Sandrine Rotil-Tiefenbach traite ici d´┐Żun sujet plus pathologique que le ´┐Ż je suis directrice d´┐ŻArt-Press et je suis une chienne ´┐Ż de Catherine Millet (m´┐Żme si nous ne limiterons pas ce livre ´┐Ż cet intitul´┐Ż). En effet, il est ici question de nymphomanie.

La structure du livre r´┐Żv´┐Żle parfaitement ce combat entre le d´┐Żsir et le corps, entre la r´┐Żalit´┐Ż et le r´┐Żve. Deux r´┐Żcits, deux Sarah. Dans le r´┐Żle du ´┐Ż je ´┐Ż, Sarah, la jeune femme amoureuse, bovarique, qui aime faire l´┐Żamour. ´┐Ż Je suis une femme qui a un corps fait pour le plaisir et qui r´┐Żve d´┐Żhommes avec lesquels s´┐Ż´┐Żbattre et s´┐Żaimer at vitam aeternam, parce que c´┐Żest bon de faire l´┐Żamour, parce que c´┐Żest bon, c´┐Żest tout ´┐Ż. C´┐Żest l´┐Żh´┐Żro´┐Żne type des collections Harlequin. R´┐Żve de coucheries avec le gar´┐Żon de ferme, mais tout ce qu´┐Żelle a ce n´┐Żest qu´┐Żune sorte d´┐Ż´┐Żrection f´┐Żminine. ´┐Ż C´┐Ż´┐Żtait un chaud sp´┐Żcial, inconnu, qui venait du ventre. Il y avait quelque chose qui se passait l´┐Ż, entre mes jambes, pile au niveau du zinzin ´┐Ż. ´┐Ż Zinzin ´┐Ż? Alors que juste apr´┐Żs son autre moi va se faire violer par toute une troupe de th´┐Ż´┐Żtre. ´┐Ż Je ´┐Ż, c´┐Żest la jeune timide qui r´┐Żve de tr´┐Żpidations sexuelles, mais qui est assez ´┐Żquilibr´┐Że pour se dire que ´┐Ż certains r´┐Żves sont tr´┐Żs bien en tant que r´┐Żves. Mais nous ne les voudrions pas vrais. Jamais. ´┐Ż

Son autre moi c´┐Żest ´┐Ż elle ´┐Ż. Celle qui fascine la timide Sarah. Sarah, la nympho, dont le corps a pris son autonomie. Cette Sarah, elle, elle enl´┐Żve sa petite culotte dans un endroit public. Elle couche plusieurs fois avec Arthur. Et avec un type dans une cour sordide. Et avec pleins d´┐Żautres. Elle baise plus qu´┐Żelle ne fait l´┐Żamour. Sarah, c´┐Żest plut´┐Żt Clara Morgane, mais en t´┐Żl´┐Ż-r´┐Żalit´┐Ż. ´┐Ż Elle ´┐Ż c´┐Żest la Sydney Fox des tournantes, la James Bond girl des bars glauques. ´┐Ż Elle ´┐Ż c´┐Żest le petit diable sur l´┐Ż´┐Żpaule de ´┐Ż je ´┐Ż.

Mais l´┐Ż´┐Żme du livre ne tient pas en son contenu, qui rend compte du d´┐Żsir f´┐Żminin ´┐Ż la premi´┐Żre personne sur 118 pages parcel´┐Żes de trop petits paragraphes. C´┐Żest cette couverture : un clitoris gluant, b´┐Żant et offert. Un ´┐Ż Origine du monde ´┐Ż de Courbet, version photo, rappelant la sc´┐Żne du film muet dans Parle avec elle - le carton-p´┐Żte en moins. Plus qu´┐Żune vision de sexe cannibale, il s´┐Żagit l´┐Ż de la serrure qui ouvre sur le d´┐Żsir originel. Et c´┐Żest apr´┐Żs maintes entreprises infructueuses sur notre chaste esprit, que l´┐Żon arrive, planqu´┐Ż dans sa chambre, en ayant l´┐Żimpression d´┐Żavoir piqu´┐Ż un Reiser particuli´┐Żrement cochon des parents, ´┐Ż en saisir un sens un peu plus profond. Sarah K.477, n´┐Żest pas un roman pour provoquer, c´┐Żest un ´┐Żloge du d´┐Żsir, c´┐Żest un recueil de po´┐Żsie d´┐Żdi´┐Ż ´┐Ż l´┐Żart du cunnilungus et de la fellation : voil´┐Ż pour le premier roman de Sandrine Rotil-Tiefenbach -po´┐Żte de formation- et quatri´┐Żme publication des ´┐Żditions QUE. A chercher l´┐Żorigine du monde, on finira bien par trouver les amygdales´┐Ż

Sophie de Laboulaye



 
B´┐Żtes sans patrie
Uzodinma Iweala 
Sans elle
Alma Brami 
Crack
Tristan Jordis 
Son absence
Justine AUGIER 
Tribus modernes
J´┐Żr´┐Żme Baccelli 
Mill´┐Żnaire ´┐Ż Belgrade
Vladimir Pistalo 
Une jolie fille rien que pour moi
Aur´┐Żlie Antolini 
Festino ! Festino !
Elodie Issartel 
La porte des Enfers
Laurent Gaud´┐Ż 
Jerusalem
Gon´┐Żalo M. Tavares 
Lacrimosa
R´┐Żgis Jauffret 
H´┐Żros, personnages et magiciens
Vincent Ravalec 
L´┐Ż o´┐Ż vous ne serez pas
Horacio Castellanos Moya 
Crossfire
Miyuki Miyabe 
Keith Me
Amanda Sthers 
  ARCHIVES
 
contact | © 2000-2008  Zone littéraire |