#112 - Du 14 octobre au 05 novembre 2008

Actu Entretiens Zoom Portraits Extraits

  Interalli´┐Żs J - 4  
  Le D´┐Żcembre pour Zone  
  Cusset , Goncourt des lyc´┐Żens  
  Renaudot pour Mon´┐Żnembo  
  Goncourt pour Rahimi, la P.O.L position  
  Le Flore pour Garcia  
  Mort de l'´┐Żcrivain am´┐Żricain Michael Crichton  
  Femina et Medicis: c´┐Żt´┐Ż ´┐Żtrangers  
  Melnitz et Vollmann meilleurs ´┐Żtrangers  
  Blas de Robl´┐Żs M´┐Żdicis´┐Ż  

inscription
d´┐Żsinscription
 
Villa Vortex

 Villa Vortex
Maurice G. Dantec
Gallimard Coll. La Noire
Prix éditeur
24.00 euros



Deux morts ´┐Ż moins de 600 pages d´┐Żintervalle : voil´┐Ż pour le polar. La premi´┐Żre mort, faut que ´┐Ża tombe sur lui, Georges Kernal, en septembre 1991. Tableau du type : m´┐Żle, blanc, entre deux ´┐Żges, du Service D´┐Żpartemental de la Police Judiciaire de Cr´┐Żteil, ´┐Ż peine d´┐Żpressif´┐Ż ou plut´┐Żt totalement lucide. Portrait du cadavre trouv´┐Ż pr´┐Żs d´┐Żune centrale EDF : corps ´┐Żventr´┐Ż, mutilations et br´┐Żlures, support de toutes les saloperies de tortures possibles et inimaginables. Fut une gamine de 12 ans avant de devenir un objet. Et c´┐Żest ´┐Ż Kernal qu´┐Żon demande de vomir une enqu´┐Żte, qui m´┐Żne ´┐Ż d´┐Żcouvrir l´┐Żutilisation in-humaine de la petite, dans la gorge de laquelle on a voulu ins´┐Żrer une disquette en y tailladant un emplacement sur mesures, et qu´┐Żon a truff´┐Że d´┐Żappareils ´┐Żlectroniques. La deuxi´┐Żme mort, ´┐Ża retombera sur lui, simple comme un coup de fil.

Dissection d´┐Żun Occident occis

Aux th´┐Żmes aussi ´┐Żloign´┐Żs mais cong´┐Żn´┐Żres que la biologie mol´┐Żculaire et les westerns urbains, d´┐Żvelopp´┐Żs dans ses trois premiers romans, Maurice G. Dantec rajoute, dans Villa Vortex, l´┐Żexploration de la litt´┐Żrature christiano-mystique (en nous livrant ses fiches de lecture parfois de mani´┐Żre plaqu´┐Że), l´┐Żincursion dans tous les infra-mondes au gr´┐Ż de diverses enqu´┐Żtes (´┐Żconomie souterraine de la drogue, psychologie extr´┐Żme d´┐Żun violeur sid´┐Żen), l´┐Żassociation du m´┐Żta- (la biologie) et du post- (l´┐Żinformatique) humain et l´┐Żexposition implacable d´┐Żune g´┐Żopolitique du chaos dans laquelle l´┐Żauteur, son personnage et ses adjuvants composent un requiem pour les Lumi´┐Żres d´┐Żfuntes. Dans une mise en abyme qui ne fait qu´┐Żen cacher une autre sont ainsi reproduites une quinzaine de pages du Livre des morts, manuscrit d´┐Żun ´┐Żtre discret rencontr´┐Ż par Kernal aux abords de la centrale ´┐Żlectrique, Paul Nitzos, qui apr´┐Żs s´┐Ż´┐Żtre adonn´┐Ż au rock exp´┐Żrimental poursuit sa qu´┐Żte litt´┐Żraire dans une Yougoslavie under destruction et ´┐Żcrit, noir sur noir : ´┐Ż Nous ´┐Żtions ainsi les enfants impossibles de l´┐Żextermination de l´┐ŻOccident par lui-m´┐Żme, contre lui-m´┐Żme. Nous avions ´┐Żt´┐Ż accouch´┐Żs par le plus puissant monstre cannibale de l´┐ŻHistoire ´┐Ż (p.387).

Les deux morts embl´┐Żmatiques du polar dantecquien deviennent alors all´┐Żgories de l´┐Żagonie de notre civilisation, dont les sympt´┐Żmes se retrouvent ´┐Ż tous les niveaux des images romanesques : si la lutte des services r´┐Żgaliens pour s´┐Żapproprier l´┐Żenqu´┐Żte symbolise l´┐Żimpotence de la machine ´┐Żtatique, le rituel sacrificiel de gamines orchestr´┐Ż par un serial killer paroxystique et la mort finale de celui qui le traqua inlassablement jusqu´┐Ż´┐Ż TOUT comprendre laisse se d´┐Żvoiler l´┐Żabsurdit´┐Ż de laquelle se repa´┐Żt notre soci´┐Żt´┐Ż qui noie toute son essence dans le dissolvant du nihilisme.

Dantec, baron baroque

Car Dantec oblige. Si son roman se donne ´┐Ż lire comme un polar par´┐Ż de sa figure de flic alcoolique et de ses ´┐Żpisodes r´┐Żalistes (tel l´┐Ż´┐Żchange de proc´┐Żd´┐Żs entre police et malfrat qui consiste ´┐Ż rayer quelques lignes d´┐Żun casier contre quelques infos), l´┐Żauteur se livre aussi, et souvent par la voix de son personnage de papier, ´┐Ż une r´┐Żflexion qui exige du lecteur une r´┐Żaction. Dans les m´┐Żandres d´┐Żune telle enqu´┐Żte, fi des biens´┐Żances et de la retenue, seule l´┐Żattaque permet donc ´┐Ż Kernal de se d´┐Żfendre, de faire appel ´┐Ż un salaud parce qu´┐Ż ´┐Ż il faut des hommes mauvais pour combattre les ordures ´┐Ż (p.340), d´┐Żen arriver ´┐Ż cette conclusion qu´┐Żavant d´┐Żentrer dans la police, il avait ´┐Ż une vie innocente ´┐Ż et de rajouter in extremis, apr´┐Żs une virgule qui force la fin de la phrase, ´┐Ż et stupide ´┐Ż (p.40). Si vous prenez les qualificatifs pour vous, Kernal et Dantec ne vous d´┐Żmentiront s´┐Żrement pas.

Mais c´┐Żest dans la peinture du monde contemporain, dans le constat d´┐Żsabus´┐Ż de ce que les singularit´┐Żs ont ´┐Żt´┐Ż remplac´┐Żes par des abstractions de masse (p.456), dans un pessimisme dont l´┐Żobscurit´┐Ż ne sert qu´┐Ż´┐Ż mieux ´┐Żclairer les v´┐Żritables enjeux, que Dantec, dans un m´┐Żme mouvement qui signe sa position ambivalente dans le champ litt´┐Żraire, dresse un diagnostic ind´┐Żniablement int´┐Żressant et laisse pourtant un arri´┐Żre-raisonnement dans le cerveau (comme il y a des arri´┐Żre-go´┐Żts et des arri´┐Żre-pens´┐Żes), souvent d´┐Ż ´┐Ż des manques. Sans pr´┐Żter quelque attention aux philosophies de la Raison, l´┐Żauteur n´┐Żexplique ´┐Ż aucun moment pourquoi il n´┐Żoppose que le mysticisme chr´┐Żtien au nihilisme triomphateur. Et la d´┐Żnonciation du turbo-capitalisme d´┐Żvastateur ne jouit pas d´┐Żune place telle qu´┐Żelle puisse demeurer dans la rumination post-lecture. Un roman cath´┐Żdrale pour des fun´┐Żrailles souhait´┐Żes (?).

Avec Gramsci, sur le champ de bataille

C´┐Żest que le combat se focalise sur un seul champ, irr´┐Żductible et d´┐Żcisif : la culture et la litt´┐Żrature, ´┐Ż l´┐Żanalyse strat´┐Żgique desquelles l´┐Żauteur consacre son imposante quatri´┐Żme partie. Tout au long du roman, des fl´┐Żches stylistiques sont tir´┐Żes intelligemment, qui malm´┐Żnent la grammaire acad´┐Żmique pour faire primer l´┐Żexpression brute : ´┐Ż un dispositif [´┐Ż] avait ´┐Żt´┐Ż mis en place pour ´┐Ż non plus hypnotiser les masses ´┐Ż mais subjuguer´┐Ż ´┐Ż (p.332), ou encore des ´┐Ż ´┐Ż priori ´┐Ż francis´┐Żs ; qui saluent la puissance du cin´┐Żma dans la cr´┐Żation de mod´┐Żles narratifs : interrogatoire par tirades (p.80) et didascalies (p.524), suppression des tirets de prise de paroles pour tendre l´┐Żaction (p.433), multiplication des explications pour la ralentir (p.606), images de spectacle (p.714) ; qui composent avec la langue pour le meilleur : cr´┐Żation d´┐Żune ´┐Ż journuit ´┐Ż (p.524) ou pour le bien comme les saturations de mots, issus de vocabulaire diff´┐Żrents, dont on se demande parfois si elles sont ´┐Żtouffantes ou exigeantes.

Mais dans la quatri´┐Żme partie, l'arc est troqu´┐Ż contre le bazooka de l´┐Żanalyse litt´┐Żraire totale et cruciale. Alors ´┐Ż le monde [sortit] de l´┐ŻHistoire. Il entrait dans la Narration ´┐Ż (p.666), espace de la cr´┐Żation romanesque, ´┐Ż mi-chemin entre l´┐Żinvention et la r´┐Żdaction, o´┐Ż le personnage n´┐Żest pas encore ´┐Ż ou n´┐Żest d´┐Żj´┐Ż plus -, o´┐Ż le temps n´┐Żest qu´┐Żune mat´┐Żriau uniforme qui permet de faire appel ´┐Ż Rommel et Massoud pour venir aider le spectre du flic. Ce qui se traduit, dans la vulgate de Dantec, par l´┐Żexistence d´┐Żune ´┐Ż Centrale Litt´┐Żratron ´┐Ż apte ´┐Ż faire voyager au c´┐Żur du pass´┐Ż, au sein du futur et m´┐Żme hors de la chronologie, suivant ´┐Ż la ligne de fuite de la narration vers son infini (p.780). Trinit´┐Ż du personnage, Georges Kernal se fond donc dans Paul Nitzos et conquiert Franz Narkos pour contrer les forces occultes et d´┐Żambuler dans l´┐Żespace de la Litt´┐Żrature, o´┐Ż sa pr´┐Żsence au monde est aussi celle d´┐Żun ´┐Ż Non-Je ´┐Ż: ´┐Ż Moi, l´┐Żautre, Franz Narkos, j´┐Żavais dit´┐Ż ´┐Ż (p.736).

Avec Villa Vortex, Dantec affirme tirer sa r´┐Żv´┐Żrence au polar, genre embl´┐Żmatique du roman avec un R, en ench´┐Żssant son intrigue dans un espace plus in(d´┐Ż)fini, appel´┐Ż ´┐Ż Quatri´┐Żme monde ´┐Ż, ´┐Żtude sur la litt´┐Żrature qui d´┐Żroute le lecteur en ce qu´┐Żelle se situe hors du r´┐Żcit mais inscrit tout de m´┐Żme les personnages dans un Anti-Monde du futur proche, o´┐Ż la Colonie des Sciences Sociales s´┐Żest alli´┐Że avec la Corporation du Tourisme Culturel pour contr´┐Żler les ´┐Żmes litt´┐Żraires en France. Tout est l´┐Ż : la litt´┐Żrature doit ´┐Żtre visionnaire ou ne doit pas ´┐Żtre. Po´┐Żsie de Mallarm´┐Ż, elle permet d´┐Żatteindre au noyau du r´┐Żel, de savoir ce que celui-ci deviendra. De finalement ´┐Żtre la vie r´┐Żelle. Constat qui chez le biologiste Dantec se traduit dans le corps : cataphore de la cr´┐Żation litt´┐Żraire dans l´┐Żintrigue romanesque elle-m´┐Żme, le Livre des Morts de Nitzos prend possession de la carcasse de Kernal (p.534). Traduction : la vraie vie est dans la litt´┐Żrature, seule la litt´┐Żrature permet de comprendre le vrai dans la vie.

Th´┐Żorie de l´┐Ż´┐Żcrit, th´┐Żorie de l´┐Ż´┐Żcrivain : ´┐Ż la page 634, dans l´┐Żinterstice de la cr´┐Żation, Kernal fait face ´┐Ż l´┐ŻAuteur pr´┐Żsent´┐Ż sous les traits d´┐Żun diable, qui par glissement s´┐Żmantique peut ´┐Żtre rapproch´┐Ż du d´┐Żmon, du daimon grec, de la figure de l´┐Żauteur romantique qui ´┐Żcrit, guid´┐Ż par une force sup´┐Żrieure. Un d´┐Żmiurge, objet de son Inspiration, qui notamment gr´┐Żce aux drogues peut entrer en correspondance avec l´┐Żessence du Monde (p.639) et, voyant rimbaldien, clamer ses proph´┐Żties ´┐Ż ses contemporains. En ce sens doivent ´┐Żtre accueillies les digressions sur le code g´┐Żn´┐Żtique et la Kabbale, porteurs de messages pour les volontaires initi´┐Żs. Dans cet esprit devrions-nous relire (et Dantec avec nous, souvent enferm´┐Ż dans son mysticisme chr´┐Żtien) la Circulaire du Grand Jeu. ´┐Ż Nous ne voulons pas ´┐Żcrire, nous nous laissons ´┐Żcrire ´┐Ż signait Roger Gilbet-Lecomte. Car Dantec fait partie de ceux-ci qui tiennent la litt´┐Żrature pour un moyen d´┐Żacc´┐Żs au monde, au r´┐Żel ; de ceux-ci qui appr´┐Żhendent la chose litt´┐Żraire de mani´┐Żre totale. Dantec, sous le soleil du d´┐Żmon, nous br´┐Żle de son obscure clart´┐Ż.


Olivier Stroh



 
B´┐Żtes sans patrie
Uzodinma Iweala 
Sans elle
Alma Brami 
Crack
Tristan Jordis 
Son absence
Justine AUGIER 
Tribus modernes
J´┐Żr´┐Żme Baccelli 
Mill´┐Żnaire ´┐Ż Belgrade
Vladimir Pistalo 
Une jolie fille rien que pour moi
Aur´┐Żlie Antolini 
Festino ! Festino !
Elodie Issartel 
La porte des Enfers
Laurent Gaud´┐Ż 
Jerusalem
Gon´┐Żalo M. Tavares 
Lacrimosa
R´┐Żgis Jauffret 
H´┐Żros, personnages et magiciens
Vincent Ravalec 
L´┐Ż o´┐Ż vous ne serez pas
Horacio Castellanos Moya 
Crossfire
Miyuki Miyabe 
Keith Me
Amanda Sthers 
  ARCHIVES
 
contact | © 2000-2008  Zone littéraire |