#112 - Du 14 octobre au 05 novembre 2008

Actu Entretiens Zoom Portraits Extraits

  Interalli´┐Żs J - 4  
  Le D´┐Żcembre pour Zone  
  Cusset , Goncourt des lyc´┐Żens  
  Renaudot pour Mon´┐Żnembo  
  Goncourt pour Rahimi, la P.O.L position  
  Le Flore pour Garcia  
  Mort de l'´┐Żcrivain am´┐Żricain Michael Crichton  
  Femina et Medicis: c´┐Żt´┐Ż ´┐Żtrangers  
  Melnitz et Vollmann meilleurs ´┐Żtrangers  
  Blas de Robl´┐Żs M´┐Żdicis´┐Ż  

inscription
d´┐Żsinscription
 
Le renard dans le nom

 Le renard dans le nom
Richard Millet
Gallimard
Prix éditeur
11.00 euros


Voici une voix qui conte, celle d´┐Żune m´┐Żre. Il s´┐Żagit d´┐Ż"une histoire hors du temps, comme tout ce qu´┐Żon raconte, peu importe sa vraisemblance ou le poids d´┐Żun pass´┐Ż pesant comme autant de cailloux dans la bouche de celui qui parle". Nous sommes d´┐Żs lors invit´┐Żs ´┐Ż un monologue int´┐Żrieur rapport´┐Ż par le fils de cette m´┐Żre, proc´┐Żd´┐Ż d´┐Żj´┐Ż utilis´┐Ż dans Lauve le pur, paru en Folio poche l´┐Żan dernier. Ce tour narratif fait aussit´┐Żt du roman une intrigue cont´┐Że o´┐Ż les effets spectaculaires ne sont pas de mise. Tout ce qui sera dit sera charri´┐Ż dans le flux de la parole rythm´┐Że par la langue qui nous offre ´┐Ż lire et ´┐Ż entendre. Lire une musique, celle des mots, et entendre le bruissement des images dont regorge ce livre.

Ici, le sens devient et procure sensation. Nous sommes dans la vie, celle des mots peut-´┐Żtre, mais en reflet de l´┐Żexistence comme rarement on le voit. Les mots sont donc porteurs de sens et de sensations ´┐Ż la fois, ce qui permet ´┐Ż l´┐Żalchimie textuelle de s´┐Żexaucer. L´┐Żauteur a trouv´┐Ż son rythme intime dans la narration, et sa v´┐Żrit´┐Ż romanesque s´┐Żen ressent brusquement. Les paroles sont vivaces sous sa plume. Les mots remuent, nous remuent, pr´┐Żts ´┐Ż mordre la r´┐Żalit´┐Ż pour mieux la go´┐Żter, et la faire r´┐Żagir. Tout ´┐Ża parce que la voix qui conte est impliqu´┐Że, engag´┐Że dans son r´┐Żcit, tout comme on s´┐Żengage dans la r´┐Żalit´┐Ż de nos responsabilit´┐Żs quotidiennes, qu´┐Żelles soient lourdes ou l´┐Żg´┐Żres. "Car c´┐Żest un peu la m´┐Żme chose, n´┐Żest-ce pas, ce qui a eu lieu et ce qu´┐Żon raconte : l´┐Ż´┐Żpaisseur d´┐Żune voix, ce temps qui se ramasse dans la bouche, le temps devenu salive, air et sang, la travers´┐Że de cette for´┐Żt morale et spirituelle qu´┐Żon appelle la vie".

Le personnage principal dont il est question tient son destin dans son nom : Pierre-Marie Lavolps. Force du verbe sur nos vies : il y a un renard dans son nom (volpes, en latin), et cet animal tapi dans son patronyme comme dans son regard engendre la crainte aux alentours. Et toutes les autres familles voisines de revenir en ´┐Żcho au fil des pages, comme un clin d´┐Ż´┐Żil aux autres romans de Millet, car toutes ses pages forment une saga du terroir magnifi´┐Ż, r´┐Żunissant les ´┐Żtres et les ´┐Żl´┐Żments, les familles et les anonymes, les passants que nous sommes, lecteurs, et les acteurs de ces drames se jouant sous nos yeux. Nous sommes pris ´┐Ż parti, toujours, dans un roman de Richard Millet. Comme chez Sylvie Germain, nous sommes proches. Nous sommes l´┐Ż, actifs dans notre ´┐Żcoute qu´┐Żil favorise, qu´┐Żil suscite en donnant le ton de la confidence. La confidence entra´┐Żne la confiance. On a envie de tourner les pages. Qui est cet innocent au nom ´┐Ż la fois masculin et f´┐Żminin, ´┐Ż la gr´┐Żce adolescente un peu trouble et qui trouble ? Il y a la fascination de la beaut´┐Ż qui nous plonge dans cet ´┐Żtonnement vital. Notre peur aussi, face ´┐Ż cette fascination. Ce sera une histoire d´┐Żamour ´┐Żvidemment, comme toutes les histoires. Une histoire de d´┐Żsir ´┐Żgalement. Une histoire, en tout cas, pr´┐Żte ´┐Ż s´┐Żoffrir dans l´┐Żintelligence de sa g´┐Żn´┐Żrosit´┐Ż.

Si, ´┐Ż notre ´┐Żpoque, on publie trop souvent des immondices textuels n´┐Żapportant rien ´┐Ż personne sinon de l´┐Żargent ´┐Ż l´┐Ż´┐Żditeur et du divertissement st´┐Żrile au lecteur, nous pouvons affirmer que nous voyons en la personne de Richard Millet un ´┐Żcrivain allant ´┐Ż contre-courant. Un vrai texte est un texte f´┐Żcond, portant en lui des effluves essentiels et des vibrations n´┐Żcessaires qui provoqueront celui ou celle qui s´┐Ży aventurera, alors que pour certains ´┐Żditeurs, un bon texte est un texte mort, qui ne d´┐Żrangera personne et arrangera leur compte en banque.

Mais voil´┐Ż une voix qui compte, car son texte mord. Pour nous faire comprendre qu´┐Żon ne r´┐Żve pas les yeux ferm´┐Żs, mais grand ouverts sur le monde du langage qui peut faire de nous des hommes alertes.
Richard DALLA ROSA



 
B´┐Żtes sans patrie
Uzodinma Iweala 
Sans elle
Alma Brami 
Crack
Tristan Jordis 
Son absence
Justine AUGIER 
Tribus modernes
J´┐Żr´┐Żme Baccelli 
Mill´┐Żnaire ´┐Ż Belgrade
Vladimir Pistalo 
Une jolie fille rien que pour moi
Aur´┐Żlie Antolini 
Festino ! Festino !
Elodie Issartel 
La porte des Enfers
Laurent Gaud´┐Ż 
Jerusalem
Gon´┐Żalo M. Tavares 
Lacrimosa
R´┐Żgis Jauffret 
H´┐Żros, personnages et magiciens
Vincent Ravalec 
L´┐Ż o´┐Ż vous ne serez pas
Horacio Castellanos Moya 
Crossfire
Miyuki Miyabe 
Keith Me
Amanda Sthers 
  ARCHIVES
 
contact | © 2000-2008  Zone littéraire |