#112 - Du 14 octobre au 05 novembre 2008

Actu Entretiens Zoom Portraits Extraits

  Interalli´┐Żs J - 4  
  Le D´┐Żcembre pour Zone  
  Cusset , Goncourt des lyc´┐Żens  
  Renaudot pour Mon´┐Żnembo  
  Goncourt pour Rahimi, la P.O.L position  
  Le Flore pour Garcia  
  Mort de l'´┐Żcrivain am´┐Żricain Michael Crichton  
  Femina et Medicis: c´┐Żt´┐Ż ´┐Żtrangers  
  Melnitz et Vollmann meilleurs ´┐Żtrangers  
  Blas de Robl´┐Żs M´┐Żdicis´┐Ż  

inscription
d´┐Żsinscription
 
A l'int´┐Żrieur du chien

 A l´┐Żint´┐Żrieur du chien
Jacques Tournier
Grasset
Prix éditeur
13.00 euros


"Pourquoi aurais-je du respect pour Agn´┐Żs ? Parce que Julia dormait pr´┐Żs d´┐Żelle avant de dormir pr´┐Żs de moi ?" Jean est un homme bless´┐Ż de ne plus aimer : Julia est morte. Agn´┐Żs, quant ´┐Ż elle, pleure m´┐Żlodieusement, implorant Jean de lui parler de cette d´┐Żfunte qu´┐Żelle a aim´┐Że, elle aussi. Dr´┐Żle de vie : la mort ne s´┐Żpare pas. Elle relie les vivants. D´┐Żun tombeau faisons une histoire !

Malheureusement, les souvenirs que l´┐Żon garde d´┐Żune personne ressemblent, parfois, ´┐Ż de pr´┐Żcieux tr´┐Żsors. Alors qu´┐Żil pourrait partager avec Agn´┐Żs sa plus belle sensibilit´┐Ż d´┐Żhomo sapiens, Jean appr´┐Żhende l´┐Żext´┐Żrieur de sa vielle baraque. "Seul enfin, la nuit dans les vitres." Monologue triste. Quand les hommes ne d´┐Żsirent plus la vie, ce sont des chiens. Et Jean ressemble au sien : "J´┐Żaboie, je plonge, je reviens avec un b´┐Żton dans la gueule, je fouille le dessous des buissons, je course les mouettes." Avis aux zoophiles : "Plus de pens´┐Żes, plus de regrets, plus de m´┐Żmoire. Plus rien d´┐Żhumain." Voix creuse, simple et seule : Laurent Mauvignier n´┐Ża qu´┐Ż´┐Ż bien se tenir ! Minimalisme esth´┐Żtique, pudeur, d´┐Żsirs ´┐Żtouff´┐Żs : A l´┐Żint´┐Żrieur du chien est un bel objet de fa´┐Żence. Pourquoi ne pas l´┐Żexposer au Mus´┐Że de S´┐Żvres ?

"J´┐Żai tent´┐Ż [´┐Ż] de n´┐Ż´┐Żtre plus qu´┐Żun animal ´┐Ż l´┐Żint´┐Żrieur d´┐Żun animal, sans me tenir sur mes gardes." Moins cocasse que le titre, l´┐Ż´┐Żcriture de Jacques Tournier pr´┐Żf´┐Żre ´┐Ż l´┐Żaboiement la prudence maladive d´┐ŻAgn´┐Żs. "Parler seule, c´┐Żest beaucoup de douleur. C´┐Żest aussi beaucoup de plaisir." Sans fougue, ni f´┐Żbrile ni terrible, l´┐Żex amante de Julia p´┐Żche par fadeur. M´┐Żtaphorique ´┐Ż ses heures perdues (c´┐Żest-´┐Ż-dire quasiment toutes), sa voix ´┐Żnerve plus qu´┐Żelle n´┐Żaffronte l´┐Żhumeur bougonne (et bien sentie) de Jean : "Il y a d´┐Żautres digues en nous, qui prot´┐Żgent des mar´┐Żes o´┐Ż les sentiments nous entra´┐Żnent." Peu d´┐Żangoisse, peu de verve.

L´┐Żapproche de ces deux ombres vivantes est lente, trop douce pour nous prendre ´┐Ż la gorge. Du joli cin´┐Żma par temps de pluie : pas m´┐Żchant, bien construit. Jacques Tournier, sans tomber dans le z´┐Żle de la d´┐Żmonstration, ´┐Żcrit dans le sens du poil. Sans animosit´┐Ż charmante, sans aimable faiblesse. Un roman solide, de qualit´┐Ż, dont la musique, malheureusement, ne colle pas tout ´┐Ż fait aux failles de l´┐Ż´┐Żtre humain.

Ariel Kenig



 
B´┐Żtes sans patrie
Uzodinma Iweala 
Sans elle
Alma Brami 
Crack
Tristan Jordis 
Son absence
Justine AUGIER 
Tribus modernes
J´┐Żr´┐Żme Baccelli 
Mill´┐Żnaire ´┐Ż Belgrade
Vladimir Pistalo 
Une jolie fille rien que pour moi
Aur´┐Żlie Antolini 
Festino ! Festino !
Elodie Issartel 
La porte des Enfers
Laurent Gaud´┐Ż 
Jerusalem
Gon´┐Żalo M. Tavares 
Lacrimosa
R´┐Żgis Jauffret 
H´┐Żros, personnages et magiciens
Vincent Ravalec 
L´┐Ż o´┐Ż vous ne serez pas
Horacio Castellanos Moya 
Crossfire
Miyuki Miyabe 
Keith Me
Amanda Sthers 
  ARCHIVES
 
contact | © 2000-2008  Zone littéraire |