#112 - Du 14 octobre au 05 novembre 2008

Actu Entretiens Zoom Portraits Extraits

  Interalli´┐Żs J - 4  
  Le D´┐Żcembre pour Zone  
  Cusset , Goncourt des lyc´┐Żens  
  Renaudot pour Mon´┐Żnembo  
  Goncourt pour Rahimi, la P.O.L position  
  Le Flore pour Garcia  
  Mort de l'´┐Żcrivain am´┐Żricain Michael Crichton  
  Femina et Medicis: c´┐Żt´┐Ż ´┐Żtrangers  
  Melnitz et Vollmann meilleurs ´┐Żtrangers  
  Blas de Robl´┐Żs M´┐Żdicis´┐Ż  

inscription
d´┐Żsinscription
 
Oui j'adore Zadie Smith!

 Sourires de loup
Zadie Smith
Gallimard
Prix éditeur
22.87 euros

Zadie Smith,
Oui j´┐Żadore Zadie Smith !

´┐Żcrire sur Zadie Smith, c´┐Żest tasser 530 pages d´┐Żimagination en 3000 signes. Autrement dit pour ´┐Żcrire sur Zadie Smith, il faut ne surtout pas ´┐Żtre Zadie Smith. De toute fa´┐Żon, m´┐Żme si on voulait se transformer en Zadie Smith, je doute que l´┐Żon puisse y parvenir en un coup de baguette magique, car Zadie Smith c´┐Żest 530 pages d´┐Żimagination et le pouvoir des baguettes magiques n´┐Żest ´┐Żvalu´┐Ż, en g´┐Żn´┐Żral, qu´┐Ż´┐Ż dix-douze pages d´┐Żimagination. Grand maximum. Bon, je dilapide mon stock de signes sur Zadie Smith b´┐Żtement, alors que Zadie Smith, elle, ne dilapide jamais rien.
´┐Ża pourrait presque ´┐Żtre son titre de gloire ´┐Ż Zadie Smith, ou une accroche publicitaire : " Zadie Smith, celle qui ne dilapide rien ". Zadie Smith, du brut. Ah´┐Ż Zadie Smith. C´┐Żest s´┐Żr que je ne vais pas m´┐Żen sortir si je r´┐Żp´┐Żte son nom, Zadie Smith, toutes les phrases. Mais quand on aime, on ne compte pas (voil´┐Ż enfin du concret, un bon vieux dicton). Car oui on aime. Non, je ne me d´┐Żmultiplie pas soudainement en parlant de moi, mais depuis un mois, c´┐Żest le torrent d´┐Ż´┐Żloges.
" On " c´┐Żest tout le monde. Oui, tout le monde aime Zadie Smith. Alors, cela aurait pu ´┐Żtre chic de ne pas aimer, de faire son branchouille qui adore un livre mais qui n´┐Żose pas le dire parce que c´┐Żest devenu du dernier commun, d´┐Żaimer Zadie Smith. Mais faire la fine bouche avec Zadie Smith, ce serait comme refuser de parler quand on vient d´┐Ż´┐Żtre gu´┐Żri du mutisme.

La vraie question qui se pose finalement est : y a-t-il un avant et un apr´┐Żs Zadie Smith ? (´┐Ż partir de maintenant j´┐Żabr´┐Żge Zadie Smith par ZS, plus commode, non ?). Attention, je ne dis pas que ZS a invent´┐Ż un style, une langue, je ne dis pas que ZS influencera toutes les g´┐Żn´┐Żrations de journalistes-critiques comme Bret Easton Ellis l´┐Ża ´┐Żincontestablement- fait. Non, ZS est une renaissance. Un second souffle. ZS nous rappelle ´┐Ż l´┐Żordre pour nous dire que la litt´┐Żrature c´┐Żest l´┐Żimagination. Et avec un grand I. Je n´┐Żai pas trouv´┐Ż une seule page chez Zadie Smith qui ne m´┐Żait pas ´┐Żtonn´┐Ż, je n´┐Żai pas trouv´┐Ż un personnage qui n´┐Żait pas m´┐Żrit´┐Ż son paragraphe et qui, ´┐Ż tous les coups, aurait m´┐Żrit´┐Ż un livre.
Comme le Mangeclous de Cohen. C´┐Żest vrai, quand Cohen a ´┐Żcrit Solal, le valeureux Mangeclous ´┐Żtait trop ENORME pour ne pas m´┐Żriter son roman. La comparaison avec Cohen n´┐Żest pas due au hasard. Quand ZS dit, ´┐Ż propos d´┐Żun personnage, qu´┐Żil " parlait aux aubergines " comment ne pas penser ´┐Ż ces juifs ´┐Ż la folie charmante ? Ces juifs d´┐Żracin´┐Żs au-del´┐Ż des si´┐Żcles.

D´┐Żraciner, voil´┐Ż aussi un mot. L´┐Żhumour provient souvent de ces immigr´┐Żs qui ont toujours trois trains de retard, qui n´┐Żarrivent pas ´┐Ż s´┐Żadapter, ou qui, c´┐Żest plus commode, finissent par reconstruire leur vie sur le m´┐Żme mod´┐Żle. Tout est pareil finalement, ´┐Ż part la t´┐Żl´┐Żvision qui rappelle aux personnages qu´┐Żils vivent en Angleterre (un de ces personnages est d´┐Żailleurs glu´┐Ż sur son fauteuil 24h/24h, il est ´┐Ż deux doigts de se greffer la t´┐Żl´┐Żcommande, et poss´┐Żde un bol pour uriner !). Les couleurs de tous ses pays sont les couleurs de son humour. Et la cr´┐Żdulit´┐Ż. Les t´┐Żmoins de J´┐Żhovah attendent la fin du monde, mais comme ´┐Ż chaque fois qu´┐Żils l´┐Żannoncent elle n´┐Żarrive pas, ils trouvent une autre date sans se d´┐Żmonter le moins du monde. C´┐Żest aussi ´┐Ża ZS, elle nous annonce la fin de quelque chose ´┐Ż chaque page, mais non, il y a toujours un malentendu du destin qui fait que ´┐Ża continue. Ca a du ´┐Żtre dr´┐Żlement dur de mettre le mot fin, la pauvre ZS a du se sentir comme une coureuse de marathon ´┐Ż qui on impose brutalement le 100m. ´┐Ża fait court, subitement.

Je m´┐Żarr´┐Żte moi aussi, ´┐Ż l´┐Żunique condition de parler de la magie de ses expressions, de ses trouvailles. C´┐Żest riche, si riche. ZS pourrait ´┐Żtre douze ´┐Żcrivains ´┐Ż la fois tant elle d´┐Żborde. Et je ne serais pas ´┐Żtonn´┐Ż que dans cinq si´┐Żcles, on la prenne pour un collectif. Tout comme Shakespeare.
PS : Pour ceux qui n´┐Żont jamais lu un de mes articles, sachez que je suis rarement aussi enthousiaste.

David Foenkinos



 
B´┐Żtes sans patrie
Uzodinma Iweala 
Sans elle
Alma Brami 
Crack
Tristan Jordis 
Son absence
Justine AUGIER 
Tribus modernes
J´┐Żr´┐Żme Baccelli 
Mill´┐Żnaire ´┐Ż Belgrade
Vladimir Pistalo 
Une jolie fille rien que pour moi
Aur´┐Żlie Antolini 
Festino ! Festino !
Elodie Issartel 
La porte des Enfers
Laurent Gaud´┐Ż 
Jerusalem
Gon´┐Żalo M. Tavares 
Lacrimosa
R´┐Żgis Jauffret 
H´┐Żros, personnages et magiciens
Vincent Ravalec 
L´┐Ż o´┐Ż vous ne serez pas
Horacio Castellanos Moya 
Crossfire
Miyuki Miyabe 
Keith Me
Amanda Sthers 
  ARCHIVES
 
contact | © 2000-2008  Zone littéraire |