#112 - Du 14 octobre au 05 novembre 2008

Actu Entretiens Zoom Portraits Extraits

  Interalli´┐Żs J - 4  
  Le D´┐Żcembre pour Zone  
  Cusset , Goncourt des lyc´┐Żens  
  Renaudot pour Mon´┐Żnembo  
  Goncourt pour Rahimi, la P.O.L position  
  Le Flore pour Garcia  
  Mort de l'´┐Żcrivain am´┐Żricain Michael Crichton  
  Femina et Medicis: c´┐Żt´┐Ż ´┐Żtrangers  
  Melnitz et Vollmann meilleurs ´┐Żtrangers  
  Blas de Robl´┐Żs M´┐Żdicis´┐Ż  

inscription
d´┐Żsinscription
 
L´┐Ż´┐Żge de sable

 L'´┐Żge de sable
Dzevad Karahasan
Robert Laffont
Prix éditeur
22.71 euros

Roman d´┐Żamour, roman ´┐Ż tiroir, parabole : comment croiser les voies litt´┐Żraires dans une qu´┐Żte ´┐Ż vocation philosophique ?

La quatri´┐Żme de couverture annonce s´┐Żrement ´┐Żuvre ´┐Żpico-philosophique. Parabole sur la folie de l´┐Żhomme ´┐Ż travers les ´┐Żges et sur la place de la femme dans l´┐Żunivers, L´┐Ż´┐Żge de sable se pr´┐Żsente comme un "conte" ´┐Ż tiroir, ´┐Ż la mani´┐Żre des Mille et Une Nuits´┐Ż Ni compl´┐Żtement ´┐Żpique ou philosophique, mais effectivement parabole et roman ´┐Ż tiroir, nous avons ici un texte hybride, aux facettes plus ou moins attirantes, mais surtout au sens qui demande ´┐Ż ´┐Żtre d´┐Żvoil´┐Ż. Livre ´┐Ż le´┐Żon dont la le´┐Żon n´┐Żest pas ´┐Żvidente. A d´┐Żfinir´┐Ż

Tout se d´┐Żcide ´┐Ż la fin en g´┐Żn´┐Żral. Dans le roman de Dzevad Karahasan, la lettre qui vient conclure le roman est plus une d´┐Żmarche ´┐Ż suivre qu´┐Żune r´┐Żponse aux questions suscit´┐Żes par la lecture : "Si tu souhaites encore me lire, viens me rejoindre. Aupr´┐Żs de moi, tu peux, tu dois ´┐Żtre le texte et son sens ´┐Ż la fois".

Voil´┐Ż ce qui pourrait r´┐Żsumer une partie de ce roman : une histoire d´┐Żamour assez traditionnelle dans laquelle se trouvent stigmatis´┐Żs les d´┐Żsaccords d´┐Żun jeune couple vou´┐Ż ´┐Ż l´┐Ż´┐Żchec. Faruk est un id´┐Żaliste, un jeune homme qui se vit comme marginal ; Azra est une jeune divorc´┐Że ; ils se sont rencontr´┐Żs en hurlant ´┐Ż la lune, un soir : c´┐Ż´┐Żtait peut-´┐Żtre le seul moment de r´┐Żelle harmonie entre eux (c´┐Żest du moins ce qu´┐Żest amen´┐Ż ´┐Ż croire le lecteur pendant toute la premi´┐Żre partie du roman). Faruk aime Azra, mais ´┐Ż sa mani´┐Żre, sans r´┐Żussir ´┐Ż lui faire vraiment comprendre ´┐Ż quel point elle compte pour lui; Azra est fascin´┐Że par Faruk, mais sans pouvoir pour autant s´┐Żabandonner ´┐Ż celui qui dresse involontairement une barri´┐Żre entre eux ; leurs affinit´┐Żs n´┐Żoccultent pas le sentiment d´┐Żincompr´┐Żhension qui s´┐Żpare Azra de Faruk ; enfin, Faruk parle, de lui, du monde ; et Azra ´┐Żcoute, cherche ´┐Ż comprendre et ne peut saisir celui qui lui ´┐Żchappe ´┐Ż travers ses discours.

L´┐Ż´┐Żchec de l´┐Żhistoire d´┐Żamour ne se dit qu´┐Żindirectement, par le biais de ces ´┐Żchanges quelque peu abstraits o´┐Ż Azra prend conscience de ce qui la s´┐Żpare de Faruk. Car Faruk est ce qu´┐Żon pourrait appeler un "bavard philosophique" qui se perd en ratiocinations souvent vaines et futiles (r´┐Żflexion sur les meubles modernes, sur la danse, sur la neige). Et c´┐Żest bien ce qui peut emb´┐Żter : voil´┐Ż Faruk qui parle et qui parle, voil´┐Ż Faruk qui d´┐Żbite raisonnements pseudo-philosophiques sur raisonnements pseudo-phlosophiques, voil´┐Ż Faruk qui risque de devenir antipathique´┐Ż Faut-il cependant prendre ces consid´┐Żrations au s´┐Żrieux ? Faut-il y lire de simples ´┐Żchos des pens´┐Żes de Faruk ou y trouver des paraboles qui doivent tirer leur sens de l´┐Żensemble du roman ? A chacun son avis´┐Ż A chacun son interpr´┐Żtation´┐Ż

Si, parabole il y a dans L´┐Ż´┐Żge de sable, c´┐Żest par le syst´┐Żme m´┐Żme du roman ´┐Ż tiroir. Azra apr´┐Żs sa s´┐Żparation avec Faruk s´┐Żinstalle chez ce dernier qui lui a laiss´┐Ż en "h´┐Żritage" un manuscrit. Il s´┐Żagit d´┐Żun r´┐Żcit qui se d´┐Żroule au 16´┐Żme si´┐Żcle et qui raconte une initiation qui finit mal. Ce r´┐Żcit contient lui-m´┐Żme un autre r´┐Żcit qui ouvre sur un autre temps. C´┐Żest sans doute ce dernier niveau dans la lecture qui se r´┐Żv´┐Żle le plus int´┐Żressant parce qu´┐Żil offre une illustration l´┐Żgendaire ´┐Ż la difficult´┐Ż de l´┐Żid´┐Żalisme dans le monde corrompu ´┐Ż travers l´┐Żhistoire d´┐Żun "djinn" qui cherche ´┐Ż se faire homme ´┐Ż travers l´┐Żamour mais qui par innocence, na´┐Żvet´┐Ż, et puret´┐Ż, ne le deviendra que dans la mort.

La construction du roman fait donc r´┐Żgresser le lecteur vers un temps mythique o´┐Ż se joue le destin de l´┐Żid´┐Żalisme et celui de la femme qui a d´┐Żcid´┐Ż de suivre celui qui l´┐Żincarne mais qui garde sa lucidit´┐Ż. La fin du roman op´┐Żre une remont´┐Że vers le temps pr´┐Żsent : la boucle est boucl´┐Że et la parabole peut fonctionner ´┐Ż plein : Faruk devient un "djinn" des temps modernes, celui qui n´┐Ża pas sa place dans ce monde et Azra appara´┐Żt comme la femme qui n´┐Ża pas su retenir celui-ci dans son monde. Ce n´┐Żest alors pas un hasard si l´┐Żhistoire d´┐ŻAzra et de Faruk qui se d´┐Żroule ´┐Ż Sarajevo commence avant l´┐Żencerclement de la ville par les forces serbes et s´┐Żach´┐Żve sous les bombes : un monde s´┐Ż´┐Żcroule et Azra peut comprendre et appr´┐Żcier, mais trop tard, la valeur de l´┐Żid´┐Żalisme.

"Tu peux me comprendre, toi, mon ami, puisque comme moi tu es toujours en qu´┐Żte de l´┐Żendroit o´┐Ż tu te sentiras ´┐Ż ta place, suffisamment au moins pour pouvoir en partir".

Dans le roman de Dzedan Karahasan, tout est question de place, c´┐Żest tout ce qu´┐Żon peut dire´┐Ż

Sylvain L.



 
B´┐Żtes sans patrie
Uzodinma Iweala 
Sans elle
Alma Brami 
Crack
Tristan Jordis 
Son absence
Justine AUGIER 
Tribus modernes
J´┐Żr´┐Żme Baccelli 
Mill´┐Żnaire ´┐Ż Belgrade
Vladimir Pistalo 
Une jolie fille rien que pour moi
Aur´┐Żlie Antolini 
Festino ! Festino !
Elodie Issartel 
La porte des Enfers
Laurent Gaud´┐Ż 
Jerusalem
Gon´┐Żalo M. Tavares 
Lacrimosa
R´┐Żgis Jauffret 
H´┐Żros, personnages et magiciens
Vincent Ravalec 
L´┐Ż o´┐Ż vous ne serez pas
Horacio Castellanos Moya 
Crossfire
Miyuki Miyabe 
Keith Me
Amanda Sthers 
  ARCHIVES
 
contact | © 2000-2008  Zone littéraire |