Zone Littéraire: Chroniques et actualité littéraire

Switch to desktop

Brèves

Brèves (467)

Les brèves de Zone

Les morts se rappellent parfois à nous. Les mots des écrivains morts encore davantage. 

Livres posthumes, ouvrages inachevés, fragments, peuvent rapidement atteindre le statut d'écrit culte, de fétiche, si la cote de l'auteur était déjà élevée de son vivant. Ainsi en va-t-il de Stieg Larsson et de sa série Millenium. Les trois premiers tomes, achevés, ont paru avec succès à travers le monde (chez Actes Sud en France) ces dernières années. A sa mort, sa veuve avait précisé que le tome 4 existait à 70%, le projet de son mari étant de créer une série d'une dizaine de volumes, sur le modèle d'un Balzac. Restait toutefois à lui donner une pleine cohérence et à l'achever pour le rendre lisible.... et vendable. Norstedts, l'éditeur suédois de la trilogie a confié cette tâche à David Lagercrantz, co-auteur de la biographie du footballeur Zlatan Ibrahimovic.

Les fans trépignent déjà. Espérons que l'épaisseur et la qualité de l'intrigue seront à la hauteur de leurs attentes, ne se réduisant pas à satisfaire ceux qui tiennent les cordons de ce qui représente incontestablement une énorme opération commerciale...

Mais laissons le bénéfice du doute à ce 4ème tome. Après tout le James Bond de Ian Fleming a également les qualités d'un phénix à qui l'on confère régulièrement à de grandes plumes la responsabilité de le faire renaître de ses cendres... Mikaël Blomkvist le mérite peut-être tout autant.

Thursday, 26 December 2013 20:33
Publié dans Brèves
Écrit par
En savoir plus...

Littérature et télévision ne font pas très bon ménage. Quelques adaptations sous forme de feuilletons formatés. Quelques émissions critiques, de plus en plus rares et souvent programmées tardivement, s'efforcent difficilement de promouvoir la création romanesque sur le petit écran... La réconciliation de ces deux supports passerait-elle par le jeu? C'est du moins ce que semble penser le concepteur de l'émission italienne Masterpiece, talent scrittori, diffusée en deuxième partie de soirée sur Rai 3. Le premier épisode a été diffusé avec succès le 17 novembre, présentant les 12 premiers candidats (70 au total ont finalement été retenus parmi les 5000 qui ont envoyé des manuscrits à la Rai). Un juy composé d'écrivains reconnus, parmi lesquels Giancarlo de Cataldo, auteur de Romanzo Criminale, évalue dans un premier temps le projet de chaque aspirant écrivain, avant que ce dernier ne passe par les différentes phases calilbrées pour ce type de talent show télédiffusé: écriture en direct, sour le regard des téléspectateurs, confessional pour livrer ses impressions, immersion et évaluation de son comportement au contact des autres candidats... La littérature sortira-t-elle grandie et requinquée d'un tel calibrage? Les bons sentiments des concepteurs sont intacts: ils visent sans complexe à revaloriser le "métier" insuffisamment connu d'écrivain. Ils se veulent également promoteur de la lecture dans un Italie où 46% des habitants ont déclaré avoir lu un livre dans le courant de l'année 2012.

Le défi est ainsi élevé pour le vainqueur de l'émission dont le roman sera publié par la maison d'édition Bompiani et tiré à 100.000 exemplaires: les vendre et les faire lire constituerait l'avenir de la littérature en Italie?

La bonne intention est sans doute là, mais la littérature en sortira-t-elle réellement grandie? Masterpiece ne contribuera-t-il pas qu'à réveiller la chimère selon laquelle un écrivain talentueux sommeille en chacun de nous? En attendant, la poste itailenne, convoyeuse des écrits aux maisons d'édition, en fera peut-être ses choux gras...

Thursday, 26 December 2013 19:48
Publié dans Brèves
Écrit par
En savoir plus...

Le siège d'Hector Bianciotti, resté vacant depuis sa disparition en juin dernier, a été réattribué à Dany Laferrière, à l'issue d'un vote qui l'a distingué dès le premier tour, face à Catherine Clément, Yves-Debis Delaporte, Arthur Pauly (le lycéen de 15 ans qui s'était fait remarqué par une magnifique lettre par le biais de laquelle il soumettait sa candidature à l'Académie), Jean-Claude Perrier et Georges Tayar. Il est ainsi le premier écrivain canadien, d'origine haïtienne, à faire son entrée sous la coupole. 

Remarqué dès son premier roman, Comment faire l'amour avec un nègre sans se fatiguer, paru en 1985, Dany Laferrière a depuis écrit une vingtaine de livres, dont L'énigme du retour (Grasset), pour lequel il a obtenu le prix Medicis en 2009.

Amoureux des lettres et de la poésie française, résidant au Canada depuis de nombreuses années, Dany Laferrière demeure très attaché à Haïti et a mis en oeuvre de nombreuses actions pour défendre et aider au développement de l'île, notamment après le tremblement de terre qui l'a frappée en 2010. Lorsqu'il a appris son élection à l'Académie, Dany Laferrière se trouvait ainsi à Port-au-Prince où il inaugurait le premier salon du livre de Haïti. Certainement pas la dernière action à noter dans ce domaine...

Thursday, 26 December 2013 19:24
Publié dans Brèves
Écrit par
En savoir plus...

Jeff Bezos, le patron d'Amazon, n'est jamais à court d'idées neuves (et provocatrices?). 

La dernière en date? La possibilité de mettre en place un système de livraison de paquets par drones depuis les entrepôts jusqu'aux clients vivant dans un rayon de 16 km, qui passeraient commande sur le site d'Amazon. Le projet, baptisé "Prime Air", se veut écologique.

Reste néanmoins à voir si le bon vieux scooter, voire le vélo, n'est pas encore préférable à ces objets volants peu identifiés qui ne pourraient transporter des charges dépassant les 2,3kg. 

Avant même la question de la pertinence, c'est à une série de tests de sécurité et de questions législatives qu'Amazon va avoir à faire face pour élargir au domaine commercial l'utilisation des drones. Si cela "n'est pas de la science-fiction" selon Bezos lui-même qui estime que cette mise en application pourrait voir le jour d'ici 4 à 5 ans, la guerre de tranchée juridique et sécuritaire semble inévitable.

L'enjeu étant de savoir si le livre, le produit culturel de façon plus large, pourrait y gagner...

A suivre donc.

Sunday, 08 December 2013 23:27
Publié dans Brèves
Écrit par
En savoir plus...

Dernier de cette rentrée littéraire à être attribué, le prix Medicis n'est pas en reste quant à la qualité de ses lauréats. Sous la présidence enthousiaste d'Anne F. Garréta, les jurés ont distingué Marie Darrieussecq pour Il faut beaucoup aimer les hommes (POL) et Toine Heijmans pour son premier roman, En mer (traduit du néerlandais par Danielle Losman, Christian Bourgois éditeur). Il s'agit du premier ouvrage de langue néerlandaise récompensé par le Medicis étranger. Dans la catégorie essai, Svetlana Alexievitch s'est vue récompensée pour La fin de l'homme rouge ou le temps du désenchantement (Actes Sud).

Wednesday, 13 November 2013 22:42
Publié dans Brèves
Écrit par
En savoir plus...

Par la voix de Diane de Margerie, sa présidente, les dames du Femina ont rendu publics les noms des lauréats de l’édition 2013.

C’est l’écrivain d’origine camerounaise Léonora Miano qui l’emporte pour son septième roman, La saison de l’ombre (Grasset), dans lequel elle réexplore l'histoire africaine et le sort réservé aux autochtones de ce continent - et des femmes en particulier - par les esclavagistes blancs venus d'ailleurs, à travers le cas d'un clan imaginaire: les Mulongo.

Dans la catégorie étranger, l’écrivain Richard Ford s’est vu récompensé pour son dernier roman, Canada (publié aux éditions de l'Olivier, traduit par Josée Kamoun).
En ce qui concerne les essais,  Jean-Paul et Raphaël Enthoven ont été distingués pour le Dictionnaire amoureux de Proust (Plon/Grasset) qu’ils ont co-écrit.

Thursday, 07 November 2013 08:17
Publié dans Brèves
Écrit par
En savoir plus...

Pour son premier ouvrage de fiction (Maël Renouard est par ailleurs l'auteur d'essais, sur Julien Gracq entre autres, de traductions de Franz Hessel et Keynes et de nombreux articles) Maël Renouard s'est vu récompensé par le prix Décembre à l'issue d'un vote paisible. Le prix lui a en effet attribué dès le premier tour, face à Naissance de Yann Moix et Haute époque de Jean-Yves Lacroix. 

A travers la figure d'un professeur chargé de réécrire les opéras traditionnels en leur octroyant la touche ouvrière-Mao, La réforme de l'opéra de Pékin interroge les liens entre la culture et le pouvoir, et ses possibles inversions au cours du temps... Vaste projet pour l'ouvrage d'un jeune auteur, directement sorti au format de poche (Payot-Rivages).

Tuesday, 05 November 2013 23:39
Publié dans Brèves
Écrit par
En savoir plus...

Plus de débats du côté du Goncourt en revanche puisqu'il a fallu 12 tours aux jurés pour s'accorder et finir par récompenser Pierre Lemaïtre pour Au revoir là-haut (Albin Michel) qui l'emporte donc devant Frédéric Verger pour Arden, Jean-Philppe Toussaint pour Nue et Karine Tuil pour L'invention de nos vies.

Réussite totale pour celui qui publie des romans policiers depuis une dizaine d'années et dont Au revoir là-haut, qui suit les désaxés de la Première guerre mondiale, était la première incursion hors de ce genre. Satisfaction également pour les éditions Albin Michel qui n'avaient pas obtenu ce prix depuis 2003 avec La maîtresse de Brecht, de Jacques-Pierre Amette

Tuesday, 05 November 2013 22:59
Publié dans Brèves
Écrit par
En savoir plus...

Zone Littéraire - 2011 - Tous droits réservés

Top Desktop version