#101 - Du 25 juillet au 20 ao´┐Żt 2007

Actu Entretiens Zoom Portraits Extraits

  Le Banquet du livre attaqu´┐Ż !  
  Harry Potter pirat´┐Ż  
  D´┐Żnominateur commun  
  Le Niger distingu´┐Ż par le Booker  
  La Fnac ´┐Ż l'assaut de l'Hexagone  
  Clochemerle pour Jourde  
  Save Our Souls !  
  Jackpot pour Petterson  
  Un seul miscellan´┐Że  
  Classement des ventes  

inscription
d´┐Żsinscription
 
Entretien avec Blandine Le Callet, la cerise de la rentr´┐Że !


Tous les m´┐Żdias le disent : le mariage est ´┐Ż la mode !Apr´┐Żs
le cin´┐Żma, c´┐Żest ´┐Ż la litt´┐Żrature de s´┐Żen emparer : Blandine Le
Callet en fait la trame d´┐ŻUne pi´┐Żce mont´┐Że, un premier
roman r´┐Żjouissant qui para´┐Żt ce mois-ci aux ´┐Żditions Stock.


Zone : A part votre ann´┐Że de naissance et que Une pi´┐Żce
mont´┐Że
est votre premier roman, on n´┐Żapprend rien de vous
avec la quatri´┐Żme de couverture : Vous avez toujours ´┐Żcrit ?
C´┐Żest votre seule occupation ?

Oui, j'ai toujours ´┐Żcrit. J'ai su que je voulais devenir ´┐Żcrivain vers
l'´┐Żge de dix ans, et depuis, il ne s'est pas pass´┐Ż un jour sans
que je pense ´┐Ż celui o´┐Ż je publierais un roman. Pourtant, j'ai
attendu d'avoir trente-cinq ans pour en terminer un -il y en a
beaucoup d'inachev´┐Żs, qui dorment dans des dossiers ! - et le
proposer ´┐Ż un ´┐Żditeur. Avec le recul, je me dis que cela peut
sembler vertigineux d'avoir attendu si longtemps. Sans doute y
avait-il la peur de me confronter au principe de r´┐Żalit´┐Ż, la peur
d'essuyer un refus de la part des ´┐Żditeurs. Mais j'avais aussi le
d´┐Żsir de ne pas mettre l'´┐Żcriture au centre de mon existence :
elle m'a toujours accompagn´┐Że, mais je n'ai jamais envisag´┐Ż de
ne faire qu'´┐Żcrire. J'ai la vie ordinaire d'une m´┐Żre de famille qui
travaille : je suis mari´┐Że, m´┐Żre de trois enfants ; j'enseigne le
latin ´┐Ż l'Universit´┐Ż, et je fais de la recherche en philosophie
ancienne et litt´┐Żrature latine. Les moments que je choisis de
consacrer ´┐Ż l'´┐Żcriture sont comme des parenth´┐Żses pr´┐Żcieuses
et vivifiantes ; mais elle n'ont de sens ´┐Ż mes yeux que parce qu'il
y a tout le reste ´┐Ż c´┐Żt´┐Ż.

Zone : Quand on interroge l´┐Żauteur d´┐Żun premier roman, on
se pose toujours la question : votre manuscrit est il un miracul´┐Ż
de la poste ou est-il parvenu directement sur le bureau de
l´┐Ż´┐Żditeur ?

Mon manuscrit est un "miracul´┐Ż de la poste" - l'expression que
vous employez me semble assez juste, car je vis cette aventure
comme une sorte de conte de f´┐Żes. En avril dernier, j'ai
commenc´┐Ż ma "tourn´┐Że des ´┐Żditeurs", avec mes manuscrits
dans un sac de voyage. Je ne connaissais absolument
personne dans le monde de l'´┐Żdition, et j'avais l'impression
d'´┐Żtre une sorte de Rastignac lanc´┐Ż ´┐Ż l'assaut de Saint Germain
des Pr´┐Żs. J'ai d´┐Żpos´┐Ż un manuscrit ´┐Ż l'intention de Jean-Marc
Roberts, ´┐Ż l'accueil des ´┐Żditions Stock, un jeudi matin ´┐Ż 11h30.
La pile ´┐Żtait d´┐Żj´┐Ż haute. J'ai souri ´┐Ż la jeune femme de la
r´┐Żception, et en marchant vers la porte, je me suis dit que c'´┐Żtait
la derni´┐Żre fois que je mettais les pieds dans cette maison. ´┐Ż
17h30, le m´┐Żme jour, je recevais un coup de fil de Jean-Marc
Roberts... Du coup, je me suis retrouv´┐Że avec une grande pile
de manuscrits non distribu´┐Żs sur les bras !

Zone : Publier un premier roman, c´┐Żest toujours un grand
plongeon dans l´┐Żinconnu : dans quel ´┐Żtat d´┐Żesprit ´┐Żtes-vous ?
Le fait d'´┐Żtre publi´┐Że est d´┐Żj´┐Ż en soi un tel cadeau, une telle
satisfaction personnelle, que je n'en demande pas davantage.
Tout ce qui viendra en plus sera comme un "bonus" - la cerise
sur la pi´┐Żce mont´┐Że, si vous pr´┐Żf´┐Żrez. Si mon livre pla´┐Żt et
rencontre un public, ce sera ´┐Żvidemment un grand bonheur.

Zone : Vous ´┐Żtes de la ´┐Ż rentr´┐Że janvier ´┐Ż, l´┐Żautre ´┐Żv´┐Żnement
´┐Żditorial apr´┐Żs septembre et la p´┐Żriode des prix : honn´┐Żtement,
vous avez lu /lirez plut´┐Żt le Renaudot ou le Goncourt ou l´┐ŻInteralli´┐Ż
2005 ? !

Je dois vous avouer que je lis tr´┐Żs peu de litt´┐Żrature
contemporaine, et que les prix litt´┐Żraires n'ont pas ´┐Ż mes yeux
un caract´┐Żre particuli´┐Żrement prescriptif. Apr´┐Żs une telle
r´┐Żponse, je suis sans doute "grill´┐Że"ad vitam aeternam pour ces
trois prix ! Plus s´┐Żrieusement, Nina Bouraoui ´┐Żtant un "auteur
Stock", je vais sans doute lire son livre dans un proche avenir.

Zone : Parlons de votre livre. Une pi´┐Żce mont´┐Że se d´┐Żroule
lors d´┐Żun mariage, celui de B´┐Żreng´┐Żre et Vincent, que l´┐Żon suit en
adoptant successivement le point de vue de diff´┐Żrents
personnages, les mari´┐Żs, leurs familles, des invit´┐Żs, le pr´┐Żtre´┐Ż
Pourquoi avoir choisi cet ´┐Żv´┐Żnement ? Il est symbolique pour
vous ?

J'ai choisi de raconter un mariage parce que c'est un
´┐Żv´┐Żnement qui compte pour un grand nombre de gens, un
´┐Żv´┐Żnement r´┐Żv´┐Ż, fantasm´┐Ż, sans doute surinvesti
symboliquement. Quand j'ai commenc´┐Ż ´┐Ż parler de ce projet
autour de moi, j'ai senti combien les gens ´┐Żtaient int´┐Żress´┐Żs. Ils
me racontaient des anecdotes survenues ´┐Ż des mariages, dont
certaines se retrouvent d'ailleurs dans le roman.
D'un point de vue romanesque et litt´┐Żraire, c'´┐Żtait un sujet en or.
D'abord, il y a une esth´┐Żtique du mariage, une mise en sc´┐Żne
que l'on voudrait ´┐Żl´┐Żgante, raffin´┐Że, depuis la robe de mari´┐Że
jusqu'´┐Ż la d´┐Żcoration des tables, en passant par la tenue des
enfants d'honneur. Et puis, c'est une f´┐Żte de famille, la r´┐Żunion -
et la confrontation - de gens parfois tr´┐Żs diff´┐Żrents. ´┐Ż partir de l´┐Ż,
il ´┐Żtait possible d'inventer autant de petits drames que de petites
com´┐Żdies. La c´┐Żr´┐Żmonie de mariage est aussi la mise en
sc´┐Żne - un peu th´┐Ż´┐Żtrale, un peu forc´┐Że - du bonheur d'un
couple. Cela conduit chacun ´┐Ż faire plus ou moins
consciemment le bilan de sa propre exp´┐Żrience, ´┐Ż r´┐Żfl´┐Żchir ´┐Ż
ses choix de vie : rester en couple, chercher l'´┐Żme s´┐Żur, rester
seul... Bref, il me semblait qu'une c´┐Żr´┐Żmonie de mariage ´┐Żtait
une sorte de laboratoire id´┐Żal pour observer - ´┐Ż ma modeste
´┐Żchelle - la com´┐Żdie humaine !

Zone : Le passage de Bertrand, pr´┐Żtre dont la foi vacille et
qui b´┐Żcle le mariage, est particuli´┐Żrement fort : qu´┐Żest-ce qui
vous a souffl´┐Ż ce personnage ?

Je suis personnellement agnostique mais, ayant re´┐Żu une
´┐Żducation catholique, j'ai c´┐Żtoy´┐Ż un certain nombre de pr´┐Żtres,
dont certains ´┐Żtaient profond´┐Żment d´┐Żprim´┐Żs par l'aridit´┐Ż de leur
sacerdoce et le d´┐Żpeuplement des ´┐Żglises. Pour un grand
nombre de mariages, le passage par l'´┐Żglise r´┐Żpond ´┐Ż une
tradition familiale, un peu folklorique, plut´┐Żt qu'´┐Ż une v´┐Żritable
implication religieuse.
Et puis, j'ai un jour assist´┐Ż au mariage d'une cousine, o´┐Ż le
pr´┐Żtre a compl´┐Żtement b´┐Żcl´┐Ż la messe. J'en ai reparl´┐Ż avec elle,
et elle m'a avou´┐Ż qu'elle et son fianc´┐Ż n'avaient pas pr´┐Żpar´┐Ż
cette c´┐Żr´┐Żmonie avec beaucoup de s´┐Żrieux. Elle ´┐Żtait un peu
contrari´┐Że, mais au fond r´┐Żsign´┐Że : le pr´┐Żtre s'´┐Żtait en quelque
sorte veng´┐Ż de la l´┐Żg´┐Żret´┐Ż et du peu d'implication des fianc´┐Żs !
J'ai tout de suite eu l'id´┐Że d'en faire une histoire, o´┐Ż l'incident de
la messe de mariage serait, au-del´┐Ż du ressentiment envers les
mari´┐Żs, le sympt´┐Żme d'un d´┐Żsespoir profond.

Zone : Ce qu´┐Żon aime aussi dans votre livre c´┐Żest que
B´┐Żreng´┐Żre, l´┐Żh´┐Żro´┐Żne du jour, n´┐Żest pas un personnage pour
lequel on ressent vraiment de la sympathie. Vincent ou Marie
nous semblent au contraire plus humains. L´┐Żexposition de
caract´┐Żres si diff´┐Żrents nous poussent ´┐Ż une certaine
subjectivit´┐Ż d´┐Żappr´┐Żciation : vous m´┐Żme, vous avez pr´┐Żf´┐Żr´┐Ż ´┐Ż
´┐Żcrire ´┐Ż certains personnages parmi l´┐Żensemble ?

J'ai effectivement cr´┐Ż´┐Ż des personnages tr´┐Żs diff´┐Żrents, parfois
odieux, parfois attachants, souvent p´┐Żtris de contradictions. J'ai
ressenti une grande joie ´┐Ż les imaginer, ´┐Ż les "peaufiner" pour
les rendre le plus cr´┐Żdibles possible. J'aurais du mal ´┐Ż vous
dire lequel ´┐Ż ma pr´┐Żf´┐Żrence. Ils ont tous quelque chose qui me
pla´┐Żt ou m'´┐Żmeut. C'est vrai pour la petite fille, qui ressemble
beaucoup ´┐Ż celle que j'ai ´┐Żt´┐Ż. C'est vrai pour le pr´┐Żtre, pour la
grand-m´┐Żre frondeuse, et m´┐Żme pour Damien, le parfait salaud
qui re´┐Żoit la premi´┐Żre grande claque de son existence. Vraiment,
je les aime tous.
Quant ´┐Ż B´┐Żreng´┐Żre, malgr´┐Ż tous ses d´┐Żfauts, je ne crois pas
qu'on puisse la r´┐Żduire ´┐Ż un personnage antipathique ; en tout
cas, j'ai essay´┐Ż d'en faire quelqu'un de plus complexe que ´┐Ża. ´┐Ż
la fin du roman, on la d´┐Żcouvre moins s´┐Żre d'elle, assez
d´┐Żmunie, au fond. Elle a peur, soudain, de ne pas y arriver, de
ne pas r´┐Żussir sa vie, comme si elle avait pris d'un seul coup
conscience de la
fragilit´┐Ż de son bonheur.

Zone : vous abordez les th´┐Żmes de l´┐Żhandicap et de
l´┐Żhomosexualit´┐Ż, des ´┐Ż causes ´┐Ż qui vous tiennent ´┐Ż c´┐Żur ?

Je me sens pr´┐Żoccup´┐Że par toute forme de marginalisation des
personnes consid´┐Żr´┐Żes comme diff´┐Żrentes ou "d´┐Żviantes" au
sein de notre soci´┐Żt´┐Ż. J'ai consacr´┐Ż mes travaux de recherche ´┐Ż
la notion de monstruosit´┐Ż dans la Rome antique. Rien ne
renseigne mieux sur une civilisation que la fa´┐Żon dont elle d´┐Żfinit
et traite ceux qu'elle consid´┐Żre comme des "monstres" ou des
"anormaux". Quand on r´┐Żfl´┐Żchit aux conditions de vie faites
aujourd'hui aux prisonniers, aux malades mentaux, aux
personnes fragilis´┐Żes ´┐Żconomiquement, on entrevoit souvent
des aspects inhumains notre soci´┐Żt´┐Ż. C'est vrai que la pr´┐Żsence
dans mon roman d'une enfant trisomique et d'une jeune femme
homosexuelle n'est pas anodine. Le combat pour la
reconnaissance du mariage homosexuel est une cause qui me
tient ´┐Ż c´┐Żur, mais je ne me fais aucun souci : je suis s´┐Żre que
ce n'est qu'une question de temps. Je suis moins optimiste
concernant l'accueil r´┐Żserv´┐Ż aux enfants handicap´┐Żs...

Zone : pour finir, vous m´┐Żme, vous ´┐Żtes mari´┐Że ?
Oui. J'ai eu envie de me marier assez vite apr´┐Żs avoir rencontr´┐Ż
"l'homme de ma vie". La d´┐Żcision m'a sembl´┐Ż naturelle : ni
angoisse, ni ind´┐Żcision ! C'est sans doute parce que je n'ai
jamais "fantasm´┐Ż" sur le mariage. Pour moi, c'est ´┐Ż la fois une
mani´┐Żre festive d'officialiser une relation, et un contrat social, la
fa´┐Żon la plus commode d'organiser la vie en couple au sein de
la soci´┐Żt´┐Ż. C'est une d´┐Żcision ´┐Żvidemment tr´┐Żs importante, et je
garde de ce jour un souvenir ´┐Żmu, mais c'est un engagement
r´┐Żversible. Pour moi, le v´┐Żritable engagement, c'est de faire un
enfant avec quelqu'un. L´┐Ż, on est vraiment li´┐Ż ´┐Ż l'autre par
quelque chose qui ne pourra jamais se d´┐Żfaire, quoi qu'il arrive.



Une pi´┐Żce mont´┐Że, ´┐Żditions Stock, 17,50 euros

Propos recueillis par Ma´┐Ża Gabily


 
Françoise Bourdin
Gideon Defoe
Leonora Miano
Gérard Berréby
Ariel Kenig
Begaudeau, Bertina et Rohé
Karine Tuil
Emmanuelle de Boysson
Ornela Vorpsi
J´┐Żr´┐Żme Lambert
  ARCHIVES
 
contact | © 2000-2007  Zone littéraire |