#101 - Du 25 juillet au 20 ao´┐Żt 2007

Actu Entretiens Zoom Portraits Extraits

  Le Banquet du livre attaqu´┐Ż !  
  Harry Potter pirat´┐Ż  
  D´┐Żnominateur commun  
  Le Niger distingu´┐Ż par le Booker  
  La Fnac ´┐Ż l'assaut de l'Hexagone  
  Clochemerle pour Jourde  
  Save Our Souls !  
  Jackpot pour Petterson  
  Un seul miscellan´┐Że  
  Classement des ventes  

inscription
d´┐Żsinscription
 
Nicolas Pages et Ariel Kenig


Nicolas Pages est n´┐Ż ´┐Ż Lausanne. A 34 ans, apr´┐Żs une trilogie autofictionnelle, il publie son dernier roman all´┐Żgorique, Super G. Ariel Kenig est n´┐Ż en r´┐Żgion parisienne. A 21 ans, il publie Camping Atlantic. A part ´┐Ża, ils acceptent l´┐Żid´┐Że d´┐Żune interview crois´┐Że entre deux stands du Salon du Livre.

Chapitre I : La rencontre
Qu'est-ce qui a d´┐Żcid´┐Ż votre rencontre ? Deux auteurs ont-ils forc´┐Żment des choses ´┐Ż se dire ?


A.K. : C´┐Żest Guillaume Robert, l'´┐Żditeur de Nicolas, qui s´┐Żest charg´┐Ż de tout. Il savait que j´┐Żaimais ton travail ´┐Ż tr´┐Żs pur, tr´┐Żs simple, mais avec ses revers sombres, d´┐Żun arrach´┐Ż. Et cela me donnait envie de voir qui ´┐Żtait derri´┐Żre.

N.P. : De mon c´┐Żt´┐Ż, je n´┐Żai jamais eu l´┐Żenvie particuli´┐Żre de rencontrer des ´┐Żcrivains. M´┐Żme quand j´┐Żappr´┐Żcie leur travail, je ne sais jamais quoi leur dire. Je me sens plus ´┐Ż l´┐Żaise avec des artistes contemporains. Et puis j´┐Żai lu ton livre´┐Ż Pour Ariel, c´┐Żest la rage qu´┐Żil y a dans son livre, ce cot´┐Ż pas lisse. J´┐Żai trouv´┐Ż son livre exceptionnel pour un premier roman, et tout cela a facilit´┐Ż la rencontre.

A.K. : C´┐Żest marrant, mais je n´┐Żarrive jamais ´┐Ż comprendre qu´┐Żon ne cherche pas rencontrer les auteurs que l´┐Żon aime. Surtout de la part d´┐Żun auteur. C´┐Żest vrai qu´┐Żil existe un risque ´┐Żnorme d´┐Ż´┐Żtre d´┐Ż´┐Żu, mais il y a tellement de choses ´┐Ż prendre, tellement de clefs. C´┐Żest la jeunesse qui me fait dire ´┐Ża, mais je regrette tellement d´┐Żavoir d´┐Żcouvert la litt´┐Żrature trop tard, d´┐Żavoir perdu du temps. Aujourd´┐Żhui, quand il y a une dizaine d´┐Ż´┐Żcrivains primordiaux pour moi, je me dis qu´┐Żils peuvent vraiment m´┐Żen apprendre´┐Ż

Chapitre II : Les personnages
Vos deux romans se focalisent sur un personnage principal : Louise pour Super G, Adonis pour Camping Atlantic. Vous souhaitiez r´┐Żhabiliter des h´┐Żros ?


N.P. : Apr´┐Żs avoir ´┐Żcrit trois livres au "je" [Je mange un oeuf, Les choses communes et Septembre], je souhaitais passer au "tu". Ce qui impliquait n´┐Żcessairement un seul interlocuteur. Et le personnage de Louise est venu naturellement. Elle synth´┐Żtisait les femmes que j'ai connues. Et le regard que ces femmes portent sur les hommes et leur destin. Elle ´┐Żtait assez forte, assez dense, pour que je n'aie pas ´┐Ż superposer plusieurs personnages.

A.K. : Elle ne s'ennuie pas vraiment...

N.P. : Elle est dans la tourmente. Pour larguer ce qu´┐Żelle doit larguer, elle a compris que ce sont les virages et les contours qui font le chemin de chacun, les passages oblig´┐Żs. Elle ne se tourne plus vers son pass´┐Ż, qui l´┐Żimmobilise. Elle fait ´┐Ż la fois du sur place et de la descente, sans jamais vraiment tomber. Et surtout, elle ne sait pas o´┐Ż elle va arriver.

A.K. : Pourtant, dans ton livre, il y a pas mal de moment o´┐Ż on pense qu´┐Żelle va tomber´┐Ż Tu voulais montrer une succession d´┐Ż´┐Żpreuves ?

N.P. : Tu la vois aussi victime que ´┐Ża ?

A.K. : Non, parce qu´┐Żau final, elle plie mais ne rompt pas.

N.P. : En fait, tous les ´┐Żl´┐Żments qui arrivent dans sa vie, elle les prend. Soit comme un signe, soit comme une simple justification de vivre ces aventures-l´┐Ż. Comme elle a conscience de ´┐Ża, elle continue effectivement son chemin tout droit. Les gens, finalement, qu´┐Żelle rencontre ne sont que des gens de passage.

A.K. : Je me suis demand´┐Ż si le fait que Louise reste droite n´┐Ż´┐Żtait pas une propre injonction. Un moyen de te donner confiance, de te rassurer pour les ann´┐Żes ´┐Ż venir. Une mani´┐Żre de te convaincre que tu ne tomberais pas.

N.P. : Effectivement, ´┐Ża me donne confiance. C´┐Żest le fantasme du positif. Pour la premi´┐Żre fois, je voulais quelque chose de positif. Alors je me suis accroch´┐Ż ´┐Ż la lame du rasoir, ´┐Ż la cime. Mais pour Camping Atlantic, c´┐Żest vrai qu´┐ŻAdonis fonce dans le tas : dans la famille et dans le camping. Il va tout droit.

A.K. : Le plus beau reproche qu´┐Żon m´┐Żait fait, c´┐Żest que les personnages n´┐Żavaient pas le choix, qu´┐Żils ´┐Żtaient dans un d´┐Żterminisme total et que jamais je ne leur donnais la libert´┐Ż de s´┐Żen sortir. Mais en m´┐Żme temps, si j´┐Żai fais ´┐Ża, c´┐Żest par r´┐Żaction au ´┐Ż tout relatif ´┐Ż. Au ´┐Ż tout est possible ´┐Ż. Le pape a beau mourir, tous les chemins ne m´┐Żnent pas ´┐Ż Rome, m´┐Żme si on peut en avoir l´┐Żimpression. Mon passage oblig´┐Ż, c´┐Ż´┐Żtait d´┐Ży aller frontalement et de d´┐Żvaler la pente.

N.P. : Adonis est plus impulsif, il fonce dans les murs. Louise, c´┐Żest vrai, est plus retenue. Elle se cache ´┐Żnorm´┐Żment. Adonis comprend, il est compl´┐Żtement actif alors que Louise est dans la r´┐Żaction.

A.K. : C´┐Żest clair qu´┐ŻAdonis, de par son ´┐Żge, a moins v´┐Żcu. Et le contexte joue. Il se d´┐Żbat dans une caravane, alors que Louise se d´┐Żbat dans une sorte de temple... dans la for´┐Żt.

N.P. : Dans ton livre comme dans le mien, l´┐Żenvironnement bouleverse les choses.

A.K. : Les choix spatiaux ont un vrai sens. Louise et ses voyages, Adonis et son petit camping. D´┐Żun c´┐Żt´┐Ż, il y a une m´┐Żmoire qu´┐Żil faut atomiser, ´┐Żparpiller dans le monde pour se soulager, et de l´┐Żautre, une m´┐Żmoire vide, d´┐Żinstinct. Et c´┐Żest normal : tu as la m´┐Żmoire lourde, plus lourde que moi, quoique tu t´┐Żen d´┐Żbarrasses ´┐Ż chaque livre. Dans Les choses communes, ´┐Żvidemment, qui est fait de ´┐Ż je me souviens´┐Ż ´┐Ż, mais aussi dans le reste.

N.P. : ´┐Ża´┐Ż

Chapitre III : Les influences
La transition est faite... vous nous parlez de vos influences ?


N.P. : Il y a eu Marguerite Duras, Bret Easton Ellis´┐Ż J´┐Żai ´┐Żcrit Je mange un ´┐Żuf ´┐Ż la suite de ´┐Ża. Puis il y a eu Joe Brainard, plus que Georges Perec, qui a inspir´┐Ż Les choses communes, et, ensuite, un ´┐Żcrivain absolument incroyable : Agota Kristof, qui a fait quatre petits livres qui furent une grande claque. Je viens des arts plastiques et Je mange un ´┐Żuf, qui ´┐Żtait un support, a fait que j´┐Żai continu´┐Ż ´┐Ż ´┐Żcrire.

A.K. : En fait tu as toujours ´┐Żt´┐Ż d´┐Żcomplex´┐Ż vis-´┐Ż-vis de la litt´┐Żrature´┐Ż

N.P. : Bah´┐Ż ´┐Ż chaque fois, c´┐Żest de l´┐Ż´┐Żcriture conceptuelle. Je me fixe un cadre puis je remplis. C´┐Żest pour ´┐Ża que je travaille avec une date butoir. Je d´┐Żconstruis le livre avant de le construire.

A.K. : Evidemment Ellis est g´┐Żnial, m´┐Żme si on se l´┐Żapproprie dans tous les sens. Duras, aussi, qui a le rire communicatif, parfois, mais niveau influence, il y a eu Nicolas Pages´┐Ż et puis c´┐Żest tout, non ? (Rires) Plus s´┐Żrieusement, j´┐Żaime tellement de livres. Ce qui est diff´┐Żrent des influences proprement dites : on peut ´┐Żtre influenc´┐Ż par trois lignes d´┐Żun auteur que l´┐Żon n´┐Żaime pas sp´┐Żcialement.

N.P. : Et c´┐Żest quoi tes trois lignes que t´┐Żas pr´┐Żf´┐Żr´┐Ż dans mes livres alors ?

A.K. : C´┐Żest ´┐Ż Nicolas Pages est n´┐Ż ´┐Ż Lausanne. Il a 34 ans. Super G est son quatri´┐Żme roman. ´┐Ż ´┐Ża claque trop.


Super G, Nicolas Pages, Flammarion
A noter : sortie en poche de Je mange un oeuf, de Nicolas Pages, chez J'ai Lu

Camping Atlantic, Ariel Kenig, Deno´┐Żl



Propos recueillis par Charles Patin O'Coohoon

Propos recueillis par


 
Françoise Bourdin
Gideon Defoe
Leonora Miano
Gérard Berréby
Ariel Kenig
Begaudeau, Bertina et Rohé
Karine Tuil
Emmanuelle de Boysson
Ornela Vorpsi
J´┐Żr´┐Żme Lambert
  ARCHIVES
 
contact | © 2000-2007  Zone littéraire |