#113 - Du 15 novembre au 08 d´┐Żcembre 2008

Actu Entretiens Zoom Portraits Extraits

  Mort d'Harold Pinter  
  Julien Santoni a du talent  
  Plus fort que Perec  
  Thomas L´┐Żlu, employ´┐Ż chez Monoprix !  
  Le Wepler ´┐Ż Pagano  
  Pour finir, le prix du Pamphlet 2008 !  
  D´┐Żc´┐Żs de Fran´┐Żois Caradec  
  Bilan des prix litt´┐Żraires 2008  
  Premiers romans prim´┐Żs  
  Goncourt au poil  

inscription
d´┐Żsinscription
 
Roman au bois dormant


Parades ou le roman d'un r´┐Żveil apr´┐Żs vingt ans de coma. SUivre ses d´┐Żsirs n'a finalement rien d'ais´┐Ż. Quand la libert´┐Ż ne peut rien... Interview de Bernard Soubiraa.

Zone : Parades, le titre de votre deuxi´┐Żme roman est polys´┐Żmique et refl´┐Żte justement les diff´┐Żrents aspects de l´┐Żhistoire qui se joue. Pouvez-vous nous expliquer le choix de ce terme ?

Ce titre, Parades, comporte trois aspects : la parade amoureuse puisque les deux personnages principaux vont en rester aux pr´┐Żmices de la relation sentimentale. Il y aussi la parade th´┐Ż´┐Żtrale car il se sont connus dans un cours de th´┐Ż´┐Żtre o´┐Ż ils se sont initi´┐Żs ´┐Ż cet art. C´┐Żest un roman sur le th´┐Ż´┐Żtre, mais aussi sur tout ce que l´┐Żon s´┐Żemp´┐Żche de vivre. L´┐Ż intervient le sens p´┐Żjoratif du mot : le bouclier et ce que l´┐Żon est capable de mettre en place pour s´┐Żinterdire son propre d´┐Żsir. C´┐Żest effectivement la polys´┐Żmie qui m´┐Żint´┐Żressait dans le choix de ce terme.

Votre ´┐Żditeur pr´┐Żsente l´┐Żouvrage comme un roman sur la confusion des sentiments. Pourtant d´┐Żs le commencement, le lecteur per´┐Żoit le refus de S´┐Żbastien d´┐Żadmettre son homosexualit´┐Ż. N´┐Żest-ce donc pas davantage un roman d´┐Żinitiation sur le long processus de d´┐Żsinhibition du personnage ?

Oui, c´┐Żest cela. Finalement, au bout de vingt ans , il va revenir sur son pass´┐Ż et se demander pourquoi il a refus´┐Ż de vivre ce qu´┐Żil aurait pu vivre ´┐Ż l´┐Ż´┐Żpoque. ´┐Ż long processus de d´┐Żsinhibition ´┐Ż me para´┐Żtre ´┐Żtre une bonne expression. Mais la confusion des sentiments existe dans le caract´┐Żre passionnel de la relation qu´┐Żentretiennent S´┐Żbastien et Gabriel. L´┐Żamour se trouve tr´┐Żs parasit´┐Ż par la fascination, la rivalit´┐Ż, le d´┐Żsir d´┐Ż´┐Żtre l´┐Żautre. Il y a donc un sentiment d´┐Żamour fort que l´┐Żon peut d´┐Żfinir en tant que tel qui se nourrit d´┐Żun envers malsain que l´┐Żon peut r´┐Żsumer avec le terme justement de ´┐Ż rivalit´┐Ż ´┐Ż.

L´┐Żincapacit´┐Ż de S´┐Żbastien ´┐Ż vivre son amour et sa sexualit´┐Ż se r´┐Żpercute ´┐Żgalement sur son d´┐Żsir artistique puisqu´┐Żil s´┐Żemp´┐Żche aussi d´┐Ż´┐Żcrire. Par opposition, Gabriel, extraverti et lib´┐Żr´┐Ż parvient ´┐Ż s´┐Żexprimer en tant que com´┐Żdien. Selon-vous la sexualit´┐Ż et l´┐Żexpression artistique sont-elles intimement li´┐Żes et vice et versa ?

Sexualit´┐Ż et cr´┐Żation sont effectivement compl´┐Żtement li´┐Żs. C´┐Żest d´┐Żailleurs une des lignes directrice du roman. Le long processus d´┐Żacceptation du d´┐Żsir que S´┐Żbastien ´┐Żprouvait pour Gabriel quand il avait vingt ans, l´┐Żam´┐Żne ´┐Ż reconna´┐Żtre ce d´┐Żsir ancien, ´┐Ż pouvoir aimer et enfin ´┐Ż pouvoir ´┐Żcrire. Il a fait des tentatives d´┐Ż´┐Żcriture lorsqu´┐Żil ´┐Żtait jeune mais c´┐Żest un d´┐Żsir qui comme le d´┐Żsir amoureux a ´┐Żt´┐Ż laiss´┐Ż en suspens. Revenir sur son pass´┐Ż et retrouv´┐Ż Gabriel, lui permet ´┐Ż la fois de s´┐Żinterroger sur cette confusion sentimentale et sexuelle et sur son propre destin artistique et sans doute de recommencer ´┐Ż ´┐Żcrire. Le roman, en tout cas, se termine sur cette question l´┐Ż. Parades peut donc se lire comme le roman que S´┐Żbastien aurait ´┐Żcrit apr´┐Żs coup : la mise en abyme d´┐Żun aboutissement.

Ces vingt ann´┐Żes que S´┐Żbastien met en suspens, repr´┐Żsentent-elles une volont´┐Ż de sa part ou les subit-il sans v´┐Żritablement en avoir conscience ?

Je pense que S´┐Żbastien ne se fait pas violence au moment o´┐Ż il abandonne le th´┐Ż´┐Żtre ou il d´┐Żcide de rompre tous liens avec Gabriel et de devenir professeur. Il se laisse surtout submerger par une impuissance, l´┐Żabsence de possibilit´┐Ż de vivre ce qu´┐Żil pourrait vivre car il ne trouve pas la force d´┐Żassumer ses d´┐Żsirs. C´┐Żest la Belle au bois dormant : vingt ans de sommeil et de vie automatique. Quand il se r´┐Żveille brutalement et qu´┐Żil regarde en arri´┐Żre, il peut alors penser cette p´┐Żriode et en parler. Mais il n´┐Ży a aucun mouvement volontaire au moment o´┐Ż S´┐Żbastien la vit.

C´┐Żest un personnage qui h´┐Żsite constamment. Il le dit d´┐Żailleurs au d´┐Żbut du roman : ´┐Ż j´┐Żai toujours h´┐Żsit´┐Ż, l´┐Żh´┐Żsitation fait partie de ma vie. C´┐Żest une respiration. ´┐Ż. Diriez-vous qu´┐Żil est l´┐Żche ou seulement t´┐Żtanis´┐Ż par la peur ?

Non, le terme ´┐Ż l´┐Żche ´┐Ż donne une dimension morale fausse. Je pense qu´┐Żil est plus juste de parler d´┐Żinconscient et de voile qui recouvre cette p´┐Żriode d´┐Żanesth´┐Żsie. Vingt ans de gestation entre ce qu´┐Żil a pu apercevoir de son d´┐Żsir et ce qu´┐Żil ´┐Żtait capable de vivre. Au moment o´┐Ż il se r´┐Żveille, il va ´┐Żtre capable d´┐Żaller au bout de sa recherche, des retrouvailles avec Gabriel et au-del´┐Ż de ´┐Ża, jusqu´┐Żau bout de son d´┐Żsir d´┐Ż´┐Żtre artiste.

Propos recueillis par Doreen Bodin


 
Marie-Catherine Vacher
Nick McDonell
Tristan Garcia
Thomas Pynchon
Jean-Marc Roberts
Richard Powers
Enrique Vila-Matas
William Gibson
Lise Beninc´┐Ż
Julien Blanc-Gras
  ARCHIVES
 
contact | © 2000-2009  Zone littéraire |