#0 - Du 20 f´┐Żvrier au 15 mars 2008

Actu Entretiens Zoom Portraits Extraits

  Roman 2.0  
  Livresque en public  
  Denis Olivennes quitte la Fnac pour le Nouvel Observateur  
  C´┐Żsars : les adaptations ont la cote  
  Goncourt, la pr´┐Żsidente donne l'exemple  
  Choix corn´┐Żlien pour Nabokov  
  Goncourt : les caves se rebiffent  
  C´┐Żcilia, ton lit est trop dur...  
  Double deuil dans le monde des livres  
  L'Encyclop´┐Żdie Google  

inscription
d´┐Żsinscription
 
L'imageur de mots


Les ´┐Żcrivains sont-ils de bons cin´┐Żastes ? Apr´┐Żs tout, du stylo ´┐Ż la cam´┐Żra, le foss´┐Ż est immense. Homme de l´┐Żimage, puisque tout ´┐Ż la fois dessinateur, photographe et r´┐Żalisateur, Philippe Pollet Villard se consacre aujourd´┐Żhui ´┐Ż l´┐Ż´┐Żcriture. Apr´┐Żs l´┐Żhomme qui marchait avec une balle dans la t´┐Żte, il sort son deuxi´┐Żme roman La Fabrique de souvenirs en janvier. Son exp´┐Żrience et son analyse des deux m´┐Żtiers r´┐Żv´┐Żlent avec justesse la r´┐Żalit´┐Ż du travail ´┐Ż accomplir des deux c´┐Żt´┐Żs de la barri´┐Żre´┐Ż

Zone : Vous ´┐Żtes avant tout un homme de l´┐Żimage, le monde des mots, ce n´┐Żest pas, ´┐Ż la base, votre univers de pr´┐Żdilection ?

PPV C´┐Żest vrai. J´┐Żai pour moi de n´┐Żavoir aucun dipl´┐Żme. J´┐Żai litt´┐Żralement cram´┐Ż mes ´┐Żtudes. Avec le recul, je trouve que c´┐Żest un avantage car j´┐Żai appris en suivant mon d´┐Żsir.
J´┐Żai voulu me lancer dans le travail de l´┐Żimage car dessiner ´┐Żtait la chose que je savais faire le mieux ´┐Żtant enfant et je l´┐Żai fait. Fabriquer l´┐Żimage, faire de la photo, du dessin anim´┐Ż, de la direction artistique, des films de pub, des clips. De l´┐Ż j´┐Żai eu envie d´┐Żapprendre le jeu. Je suis entr´┐Ż dans un cours de th´┐Ż´┐Żtre. En faisant des improvisations, j´┐Żai eu envie d´┐Ż´┐Żcrire des dialogues. Et petit ´┐Ż petit d´┐Żaller plus loin et d´┐Ż´┐Żcrire un livre. On se rend compte au bout d´┐Żun moment, milieux mis ´┐Ż part, que face au travail de l´┐Żimage ou ´┐Ż celui de l´┐Ż´┐Żcrit, on rencontre les m´┐Żmes peurs et les m´┐Żmes probl´┐Żmatiques. Une fois qu´┐Żon les d´┐Żpasse dans un domaine, on peut les d´┐Żpasser dans un autre.

Vous ´┐Żtes-vous lass´┐Ż de l´┐Żimage ?

J´┐Żaime l´┐Żimage en g´┐Żn´┐Żral, que se soit la sculpture, l´┐Żart antique, la photo de mode contemporaine. Mais aujourd´┐Żhui, je la trouve mortif´┐Żre. C´┐Żest en tout cas le sentiment qu´┐Żelle me procure : un effet n´┐Żvrotique. L´┐Ż´┐Żcriture peut l´┐Ż´┐Żtre aussi. Cependant l´┐Żimage est tr´┐Żs technique, il vous faut la ma´┐Żtriser. Elle r´┐Żclame tellement de param´┐Żtres, que vous pouvez difficilement partir dans une improvisation comme le ferait un musicien par exemple. Cette dimension m´┐Żallait tr´┐Żs bien parce qu´┐Żil faut faire des plans, des dessins´┐ŻPuis j´┐Żai ressenti un besoin d´┐Żavoir plus de libert´┐Ż d´┐Żaction. Dans le cin´┐Żma, les contraintes sont ´┐Żnormes. Sur le plan technique mais aussi sur le plan relationnel et affectif. Tout ce jeu d´┐Żsesp´┐Żrant de la s´┐Żduction. Les d´┐Żcisions passent par ce prisme l´┐Ż. Je trouve cette pratique d´┐Żplac´┐Że car en l´┐Żoccurrence elle d´┐Żplace le type qui a juste envie de raconter des histoires.

Comment avez-vous abord´┐Ż le travail d´┐Ż´┐Żcriture ?

Je me suis dit : je vais y passer le temps qu´┐Żil faut, mais je vais ´┐Żcrire. Fabriquer un film est une ´┐Żpreuve. Il faut ´┐Żtre convaincu du film que l´┐Żon est en train de faire et il faut r´┐Żussir ´┐Ż convaincre les autres. C´┐Żest un v´┐Żritable engagement. A plus forte raison parce que je joue aussi dans mes films : l´┐Żinvestissement est donc aussi physique. L´┐Żengagement en ´┐Żcriture est diff´┐Żrent. Il faut trouver le courage de croire en soi afin de se mettre en situation de lecteur de soi m´┐Żme. Vous ne pouvez pas comme dans le cin´┐Żma vous retrancher derri´┐Żre l´┐Ż´┐Żnergie de votre ´┐Żquipe de tournage. Aucune excuse possible. Si un film ne se fait pas, on peut toujours se dire que c´┐Żest parce qu´┐Żon n'a pas re´┐Żu le budget, qu´┐Żon n'a pas pu avoir tel acteur´┐Ż Ecrire c´┐Żest se mettre face ´┐Ż soi et combattre ses peurs.
Quand j´┐Żai commenc´┐Ż, j´┐Żallais parall´┐Żlement ´┐Ż des cours de th´┐Ż´┐Żtre avec mes textes. Je lisais aux ´┐Żl´┐Żves des chapitres de l´┐Żhomme qui marchait avec une balle dans la t´┐Żte sur lequel je travaillais ´┐Ż l´┐Ż´┐Żpoque. Parfois eux s´┐Żemparaient d´┐Żun extrait qu´┐Żils lisaient ´┐Ż la premi´┐Żre personne. Cela donnait des choses assez extraordinaires pour l´┐Ż´┐Żcrivain que j´┐Ż´┐Żtais ´┐Ż ce moment.
J´┐Ż´┐Żtais sorti de mon ordinateur et j´┐Żavais r´┐Żussi ´┐Ż faire passer l´┐Ż´┐Żmotion chez les autres. Ce qui m´┐Ża convaincu d´┐Żaller encore plus loin dans l´┐Ż´┐Żcriture. J´┐Żavais tout simplement un vrai d´┐Żsir d´┐Ż´┐Żcrire.

Les liens entre la litt´┐Żrature et le cin´┐Żma ne sont plus ´┐Ż d´┐Żmontrer. Les adaptations litt´┐Żraires sont l´┐Żgions, les ´┐Żcrivains sc´┐Żnaristes nombreux, mais les ´┐Żcrivains r´┐Żalisateurs sont rares. Est-il difficile pour un ´┐Żcrivain de passer de l´┐Ż´┐Żcriture ´┐Ż la r´┐Żalisation ?

Pourquoi une personne qui ´┐Żcrit aurait envie de mettre en image ? On ne voit pas d´┐Żembl´┐Że le rapport entre les deux moyens d´┐Żexpressions. Qu´┐Żest ce qui fait qu´┐Żune personne se met ´┐Ż ´┐Żcrire, qu´┐Żune ait envie de jouer et qu´┐Żune autre fonctionne avec l´┐Żimage ? Chacun est diff´┐Żrent. Moi je pense en images, il est donc facile pour moi de r´┐Żfl´┐Żchir en termes de plans, de lumi´┐Żre etc. Pour ma part, je travaille de mani´┐Żre assez instinctive. J´┐Żai envie de raconter une histoire. Parfois elle me vient en images, parfois avec des mots. Mais je serai incapable de dire quels sont les liens entre les deux. En r´┐Żalit´┐Ż je ne crois pas qu´┐Żil soit facile de passer de l´┐Żun ´┐Ż l´┐Żautre sans difficult´┐Żs. Apr´┐Żs tout un charpentier ne saura pas ou n´┐Żaura pas forc´┐Żment envie de faire des meubles, pourtant les deux domaines ne sont pas si ´┐Żloign´┐Żs. Il en va de m´┐Żme pour l´┐Ż´┐Żcriture et la r´┐Żalisation. Ce sont deux m´┐Żtiers distincts. Le travail de l´┐Żimage r´┐Żclame nombre de comp´┐Żtences techniques: la lumi´┐Żre, le d´┐Żcors, la photographie, le cadrage, la direction des acteurs, ce dernier ´┐Żtant cons´┐Żquent quand on a fait qu´┐Ż´┐Żcrire des livres. Pourquoi des ´┐Żcrivains install´┐Żs iraient se coltiner un apprentissage aussi lourd ! Certes il y a beaucoup de films, pour ne pas dire une majorit´┐Ż, qui se font sur les ´┐Żpaules du premier assistant. C´┐Żest comme un n´┐Żgre. Il faudrait interroger des auteurs qui sont pass´┐Żs ´┐Ż la r´┐Żalisation et leur demander leur part de responsabilit´┐Ż dans le film. Un ´┐Żcrivain qui passe ´┐Ż la r´┐Żalisation cin´┐Żmatographique est motiv´┐Ż par un d´┐Żsir fort de le faire et de d´┐Żpasser quelque chose.

Vous vous avez fait l´┐Żapprentissage inverse...

Compl´┐Żtement. Ca ´┐Żt´┐Ż pour moi une v´┐Żritable abn´┐Żgation de m´┐Żextraire des probl´┐Żmatiques de l´┐Żimage pour me livrer ´┐Ż un exercice beaucoup plus ancien. L´┐Ż´┐Żcriture me donne un sentiment beaucoup plus profond. Une vraie satisfaction.

Pour terminer, parlez-nous un peu de vos films´┐Ż

Jacqueline dans ma vitrine est un long m´┐Żtrage dont je ne suis pas satisfait. Ma place sur le trottoir, la baguette et le Mozart des pickpockets sont des films qui fonctionnent sur un m´┐Żme registre : celui du tragi-comique. Tous se passent dans le m´┐Żme genre de quartiers : Barb´┐Żs, Pigalle et recr´┐Żent cette ambiance de rue. Ils mettent en sc´┐Żne des histoires de prostitu´┐Żes, de malfrats, de pickpockets. Tous ont en commun le registre comique mais ils sont aussi ´┐Ż la charni´┐Żre du tragique parce qu´┐Żils racontent tous l´┐Żhistoire de personnages en situation difficile ou ´┐Ż la d´┐Żrive qui essaient de s´┐Żen sortir. C´┐Żest un registre que je situerai entre le film social et la grosse com´┐Żdie. C´┐Żest peu exploit´┐Ż en France je trouve contrairement aux pays anglo-saxons o´┐Ż l´┐Żon fait beaucoup de com´┐Żdie sociales. En France on s´┐Żpare les deux genres. On a d´┐Żun c´┐Żt´┐Ż le film d´┐Żauteur ´┐Ż caract´┐Żre social et de l´┐Żautre la com´┐Żdie qui traite des histoires de couples et autres sujets.

Propos recueillis par Doreen Bodin


 
Julien Blanc-Gras
Bernard Soubiraa
Claro
Jo´┐Żl Egloff
Charles Robinson
Camille de Peretti
Antonio Antonio Casa Ros
Marc Solal
Marie-Hélène Lafon
Emmanuel Adely
  ARCHIVES
 
contact | © 2000-2008  Zone littéraire |