#112 - Du 14 octobre au 05 novembre 2008

Actu Entretiens Zoom Portraits Extraits

  Interalli´┐Żs J - 4  
  Le D´┐Żcembre pour Zone  
  Cusset , Goncourt des lyc´┐Żens  
  Renaudot pour Mon´┐Żnembo  
  Goncourt pour Rahimi, la P.O.L position  
  Le Flore pour Garcia  
  Mort de l'´┐Żcrivain am´┐Żricain Michael Crichton  
  Femina et Medicis: c´┐Żt´┐Ż ´┐Żtrangers  
  Melnitz et Vollmann meilleurs ´┐Żtrangers  
  Blas de Robl´┐Żs M´┐Żdicis´┐Ż  

inscription
d´┐Żsinscription
 
Rencontre avec St´┐Żphane Guignon


Depuis quand ´┐Żcrivez-vous ?

Oh, depuis quinze ans. Mais je ne me consid´┐Żre pas du tout comme un ´┐Żcrivain. J'ai eu la chance d'´┐Żtre ´┐Żdit´┐Ż une fois, c'est tout. Et il ne faut pas croire que la deuxi´┐Żme publication est un acquis. Pour l'instant, je profite de la joie de voir mon livre exister. Apr´┐Żs on verra bien.

De la chance de vous trouver au Diable Vauvert ?

Absolument, je m'entends bien avec les gens qui y travaillent. J'aime la diversit´┐Ż des livres qui y sont publi´┐Żs. Parmi ceux que j'ai lu, cicatrices, de Toni Davidson que je recommande vivement. Extraordinaire construction, vraiment flippant, ce livre, qui ne recourt ´┐Ż aucun des m´┐Żcanismes classiques cens´┐Żs inspirer la peur.
Apr´┐Żs cinquante-trois refus essuy´┐Żs, c'´┐Żtait un choc que de recevoir ce coup de fil d'Anne Gu´┐Żrand, du Diable. C'´┐Żtait aussi une jouissance, lorsque je savais que & serait ´┐Żdit´┐Ż, que d'aller chercher chez les autres ´┐Żditeurs mon manuscrit refus´┐Ż. Je me sentais soulag´┐Ż malgr´┐Ż tout dans ces instants-l´┐Ż !

Quand vous ´┐Żtes-vous int´┐Żress´┐Ż ´┐Ż la litt´┐Żrature ?

J'ai ´┐Żt´┐Ż ´┐Żlev´┐Ż au milieu de trois mille livres. Mais je n'ai v´┐Żritablement commenc´┐Ż ´┐Ż lire que vers l'´┐Żge de dix-neuf. Et j'ai alors compris que je n'´┐Żcrivais pas encore, que je croyais ´┐Żcrire. J'ai eu des r´┐Żv´┐Żlations. Les ann´┐Żes suivantes, j'ai travaill´┐Ż dans un tout autre domaine : la banque !

Vous vous situez comment, relativement aux autres courants de la litt´┐Żrature contemporaine ?

C'est une question que je ne me pose pas. Nulle part en fait. Je me sens loin d'un Nicolas Rey par exemple, ou d'un Beigbeder. Mais il est certain que j'ai ´┐Żt´┐Ż influenc´┐Ż par bon nombre d'auteurs, et pas que des auteurs litt´┐Żraires au sens strict du terme : ceux de mon enfance, Brel, Brassens, Renaud, Coluche, Desproges, Allen; et plus tard, les r´┐Żv´┐Żlations, Enki Bilal en bande dessin´┐Że, Blier au cin´┐Żma, Vian, Bukowski, Thi´┐Żfaine, Beckett´┐Ż
Ces r´┐Żv´┐Żlations ont un point commun, l'absurde. Ne pas aborder la r´┐Żalit´┐Ż de front, passer par l'absurde pour montrer la r´┐Żalit´┐Ż. J'aime que l'on ressuscite un personnage tu´┐Ż plus t´┐Żt, parce que ce personnage a encore envie de dire quelque chose. La logique ne m'int´┐Żresse pas beaucoup.

Pourquoi n'aimez-vous pas la v´┐Żrit´┐Ż " toute nue " ?

A chacun sa v´┐Żrit´┐Ż, dixit Pirandello. La v´┐Żrit´┐Ż toute nue, c'est la r´┐Żalit´┐Ż. Et je ne l'aime pas dans un roman ou dans un film en tous cas. Si l'on veut de la v´┐Żrit´┐Ż toute nue, de la r´┐Żalit´┐Ż, pas la peine d'aller au cin´┐Żma, il suffit de sortir dans la rue.

Vous ´┐Żtes un peu mytho ? Avec les autres, avec vous-m´┐Żme ?

Non, j'ai simplement conscience que tout passe par un filtre de subjectivit´┐Ż. C'est pour cela que je mets en garde mon lecteur dans l'avertissement : " en revanche, ´┐Ż aucun moment, la v´┐Żrit´┐Ż n'y est, montr´┐Że toute nue. "

Vous dites aussi qu'il n'y aura que tr´┐Żs peu de sexe. C'est pour nous d´┐Żcourager ?

Il y en a quand m´┐Żme. "Six ou sept sc´┐Żnes de sexes." Ce livre refl´┐Żte qui je peux ´┐Żtre ´┐Ż certains moment, qui je pourrais ´┐Żtre, et pourtant ce n'est pas moi. Ce n'est pas ma petite histoire.

Seriez-vous pr´┐Żt ´┐Ż enculer une mouche, comme votre h´┐Żros ?

Oh, si elle est mignonne et qu'elle le demande gentiment, pourquoi pas.

Cette sc´┐Żne m'a fait hurler de rire...

Alors tant mieux. Lorsque le Diable Vauvert a d´┐Żcid´┐Ż d'´┐Żditer le roman, j'ai voulu supprimer cette sc´┐Żne. Trop au d´┐Żbut du roman, je ne voulais pas que cela le connote, et que certains lecteurs s'y arr´┐Żtent, pensant qu'il ne s'agirait que de cela par la suite. J'en ai fait part ´┐Ż mes ´┐Żditeurs, et ils ont hurl´┐Ż, arguant que c'´┐Żtait l´┐Ż une sc´┐Żne dr´┐Żle.

Vous laissez la part belle au femmes, dans cette histoire. Toutes des wonderwomans indispensables ´┐Ż la vie du h´┐Żros-looser...

Marion Mazauric a trouv´┐Ż elle-aussi que c'´┐Żtait un roman qui mettait la femme ´┐Ż l'honneur. Ce n'est pourtant pas ce ´┐Ż quoi j'ai pens´┐Ż en l'´┐Żcrivant. Je voulais simplement d´┐Żcrire quatre types de femmes, primordiales dans la vie de cet homme : sa m´┐Żre, son ´┐Żpouse, sa ma´┐Żtresse, sa s´┐Żur-meilleur pote. Elles n'ont rien de superwoumanes, elles sont toutes pleines de d´┐Żfauts et de failles. Mais c'est ce qui les rend attachantes, non ?

D'ailleurs, votre livre est l'un de seuls sur lesquels para´┐Żt une diablesse au lieu d'un petit diable pour le logo de la maison.

J'en suis tr´┐Żs content, de ce succube sur la couverture. Je crois que toutes les femmes du roman ont leur particularit´┐Ż. Claire et Julie n'ont rien ´┐Ż voir par exemple. Claire est ´┐Żb´┐Żniste, un boulot qui ne lui rapporte rien mais qui constitue ´┐Ż faire quelque chose, du tangible. Et Julie ne produit que du vent, ce qui lui rapporte gros et qui est valoris´┐Ż par la soci´┐Żt´┐Ż enti´┐Żre

Parlez-nous de ´┐Ż la m´┐Żre ´┐Ż, de son ´┐Ż attachement politique plus par habitude que par conviction ´┐Ż ´┐Ż

Ce n´┐Żest qu´┐Żun outil pour exprimer mon m´┐Żpris vis-´┐Ż-vis des gens qui font des th´┐Żories sur ce qu´┐Żils ne ma´┐Żtrisent pas. J´┐Żai autant de m´┐Żpris pour les gens qui ne lisent qu´┐Żun seul livre religieux que pour les gens qui parlent de religion et qui n´┐Żont pas lu le livre en question. Que ce soit la Bible, le capital, Mein Kampf ou peu importe. Il n´┐Ży a rien de plus intol´┐Żrable qu´┐Żun mec qui te raconte ce que c´┐Żest que l´┐ŻIslam sans avoir lu le Coran. Qui te sort sa th´┐Żorie sur l´┐Żh´┐Żro´┐Żne sans m´┐Żme toucher aux cigarettes.
Sur le plan politique, ´┐Ż elle ne sniffe plus la ligne du parti ´┐Ż. Le parti communiste ne repr´┐Żsente plus cette force et cette puissance qu´┐Żil a pu ´┐Żtre au temps de Marchais. Il ne surprend plus. On est loin des r´┐Żves de Karl Marx d´┐Ż´┐Żgalit´┐Ż entre les hommes. Ou de d´┐Żtention de l´┐Żoutil de production. Quarante ans de manifs et de lutte syndicale pour s´┐Żapercevoir que ´┐Ża m´┐Żne pas ´┐Ż grand chose´┐Ż Qu´┐Żon est trahi par les syndicats. Par les patrons. On est trahi d´┐Żs que l´┐Żon rentre dans un syst´┐Żme en fait.

Vous d´┐Żnoncez quelque part le d´┐Żsengagement de la population ?

Les seuls responsables sont les partis. Le PC s´┐Ż´┐Żtiole ´┐Żnorm´┐Żment, c´┐Żest un bon indicateur.

Concern´┐Ż par ce que nous vivons sur le plan politique en France en ce moment ?

Bien s´┐Żr, comme beaucoup. Mais on en vient ´┐Ż voter blanc tant on a la d´┐Żsagr´┐Żable impression de ne pas ´┐Żtre entendu. Et on finit par ne plus voter du tout. Ce qui est terrible, finalement. Les citoyens sont tellement peu consult´┐Żs, et en viennent ´┐Ż s'en fiche faute de r´┐Żsultats concrets, de changement.

La fin de votre livre est presque proph´┐Żtique : une soci´┐Żt´┐Ż en d´┐Żb´┐Żcle, troisi´┐Żme conflit mondial dans un ´┐Żtat devenu totalitaire.

Pas une proph´┐Żtie, une vision ´┐Ż la rigueur, mais j'ai fait attention de ne pas l'ancrer dans un espace temps trop reconnaissable. Le seul moment o´┐Ż l'on sait qu'il s'agit de Paris, c'est lorsque je parle du Salon du livre et de la porte de Versailles

Pourquoi ce titre bizarre ? Ca peut porter pr´┐Żjudice, un truc pareil, on ne sait pas vraiment comment on doit le nommer...

J'ai entendu des gens qui disaient ´┐Ż et ´┐Ż ce qui me semble logique puisque c'est ainsi que l'on prononce ce sigle (pensez ´┐Ż ´┐Ż C&A; ´┐Ż). D'autres disent " esperluette " puisque c'est l'appellation de ce sigle. D'autres, habitu´┐Żs ´┐Ż travailler sur clavier, disent SHIFT 1; d'autres encore, moins inspir´┐Żs, le "St´┐Żphane Guignon". C'est Marion Mazauric qui a sugg´┐Żr´┐Ż ce titre. Il correspondait bien ´┐Ż l'esprit du roman, puisque c'est le nom d'une des h´┐Żro´┐Żnes qui ´┐Ż fait le lien ´┐Ż entre toutes les femmes du personnage principal, entre toutes les dimensions importantes de sa vie. Un lien universel, quoi ! Et puis cela semblait audacieux de n'inscrire que cela sur la couverture du livre, plus original, intriguant.

Parlez-nous un peu plus d´┐ŻEsperluette : que repr´┐Żsente elle ?

Elle repr´┐Żsente ces femmes qui cherchent ´┐Ż faire valoir leur ´┐Żgalit´┐Ż avec les hommes. Non pas ´┐Ż travers le travail ou le pouvoir, comme le fait Julie, mais d´┐Żavantages ´┐Ż travers une mentalit´┐Ż. Ce n´┐Żest pas par ce que c´┐Żest une femme qu´┐Żil faut la prendre pour une conne. Qu´┐Żelle est plus faible et qu´┐Żelle a pas des fa´┐Żons libres de s´┐Żexprimer ou de s´┐Żassumer. Je la voulais donc d´┐Żbarrass´┐Że d´┐Żun certain nombre de minauderies et de clich´┐Żs. Qu´┐Żelle soit monolithique et brut de d´┐Żcoffrage.

Mais il y a une autre raison, peut ´┐Żtre un peu plus honn´┐Żte. Le livre est ´┐Żcrit ´┐Ż ´┐Ż je ´┐Ż. Or je suis ´┐Ż la fois le personnage et Esperluette. Je voulais donc qu´┐ŻEsperluette aie des raisons de s´┐Żduire le personnage´┐Ż

Trois personnages sur cinq ne travaillent pas. Le Je se fait entretenir. Pourquoi cette omnipr´┐Żsence du fric ?

Ca me fait plaisir qu´┐Żon le sente, en sous-entendu. C´┐Żest le probl´┐Żme essentiel de nos soci´┐Żt´┐Żs. Ceux qui n´┐Żont pas d´┐Żargent dorment dehors. Et puis ils meurent si l´┐Żhiver est trop rude. Le pognon est devenu l´┐Żinqui´┐Żtude principale de notre soci´┐Żt´┐Ż qui fait tout pour qu´┐Żon ne puisse pas se passer de lui. Et le seul moyen l´┐Żgal de gagner honn´┐Żtement sa vie, c´┐Żest de travailler. Le travail est une marche forc´┐Że d´┐Żguis´┐Że.

Cette attitude des h´┐Żros relativement au travail n´┐Żest elle pas un peu facile, alors qu´┐Żils sont parfois eux-m´┐Żme rentiers ?

Si, mais on se l´┐Żavoue, et mon h´┐Żros met lui-m´┐Żme le nez dans cette contradiction. Il veut vivre de n´┐Żimporte quelle fa´┐Żon ; mais pas comme un bourgeois, alors que la fa´┐Żon la plus simple qui s´┐Żoffre ´┐Ż lui pour ´┐Żchapper au travail est de suivre cette femme renti´┐Żre. Et donc de vivre comme un prolo bourgeois.

Une critique de la bourgeoisie ?

Je d´┐Żfinis la bourgeoisie comme un monde install´┐Ż. Il y a des gens qui gagnent tr´┐Żs peu d´┐Żargent qui ont des attitudes de bourgeois. On ne peut pas d´┐Żfinir les bourgeois comme une cat´┐Żgorie sociale. C´┐Żest d´┐Żavantage une attitude. ´┐Ż c´┐Żest comme les cochons´┐Ż ´┐Ż dit Brel. Ils sont install´┐Żs, ils sont fig´┐Żs. Or tout ce qui est fig´┐Ż meurt par d´┐Żfinition. Au contraire, on peut gagner beaucoup d´┐Żargent, mais remettre sa vie en cause r´┐Żguli´┐Żrement. Le bourgeois ne se pose pas de question, ne prends pas de risque. Il a trouv´┐Ż une solution, ne veut pas chercher autre chose, et pense avoir touch´┐Ż le bonheur absolu. Le confort est un pi´┐Żge dont personne n´┐Żest ´┐Ż l´┐Żabri. Or la vie doit ´┐Żtre l´┐Żoppos´┐Ż du confort. En amour par exemple, si on se retrouve dans une situation de confort, c´┐Żest que la rupture n´┐Żest pas loin. Il faut que ´┐Ża bouge. Il faut des risques, des angoisses, des peurs, des reprises, des emballements. Que ce soit anim´┐Ż. Il n´┐Ży a rien de pire de se r´┐Żveiller au plumard ´┐Ż cot´┐Ż de quelqu´┐Żun et de trouver ´┐Ża normal.

Je consid´┐Żre que rien n´┐Żest acquis. Ce n´┐Żest pas par ce que j´┐Żai ´┐Żt´┐Ż publi´┐Ż une fois que j´┐Żai la na´┐Żvet´┐Ż de croire que je le serais encore automatiquement.

Pr´┐Żparez-vous quelque chose d´┐Żautre ?

Non, mais j´┐Żavais d´┐Żj´┐Ż commenc´┐Ż ´┐Ż constituer un recueil de nouvelles avant m´┐Żme que le Diable ne me contacte pour l´┐Ż´┐Żdition. Je m´┐Ży suis re-consacr´┐Ż depuis quelques semaines et souhaite leur pr´┐Żsenter pour la fin de l´┐Żann´┐Że. Je pr´┐Żpare ´┐Żgalement un r´┐Żcit long pour plus tard´┐Ż

Nicolas Tretiakow

Propos recueillis par


 
Tristan Garcia
Thomas Pynchon
Jean-Marc Roberts
Richard Powers
Enrique Vila-Matas
William Gibson
Lise Beninc´┐Ż
Julien Blanc-Gras
Bernard Soubiraa
Claro
  ARCHIVES
 
contact | © 2000-2008  Zone littéraire |