#112 - Du 14 octobre au 05 novembre 2008

Actu Entretiens Zoom Portraits Extraits

  Interalli´┐Żs J - 4  
  Le D´┐Żcembre pour Zone  
  Cusset , Goncourt des lyc´┐Żens  
  Renaudot pour Mon´┐Żnembo  
  Goncourt pour Rahimi, la P.O.L position  
  Le Flore pour Garcia  
  Mort de l'´┐Żcrivain am´┐Żricain Michael Crichton  
  Femina et Medicis: c´┐Żt´┐Ż ´┐Żtrangers  
  Melnitz et Vollmann meilleurs ´┐Żtrangers  
  Blas de Robl´┐Żs M´┐Żdicis´┐Ż  

inscription
d´┐Żsinscription
 
Entretien avec Emmanuel Pierrat


Emmanuel Pierrat : un homme ´┐Ż facettes multiples.
Chroniqueur juridique pour Livres Hebdo, avocat d´┐Żune deux-centaine d´┐Ż´┐Żditeurs Parisiens, ´┐Żditeur ´┐Ż la Musardine, pr´┐Żfaceur, enseignant, et ´┐Żcrivain au Dilettante´┐Ż

J´┐Żai envie de commencer par vous dire que vous ´┐Żtes quelqu´┐Żun ´┐Ż qui tout sourit´┐Ż Vous r´┐Żussissez tout ce que vous entreprenez ? Le proc´┐Żs Chronicar´┐Żt par exemple´┐Ż

Je vois que vous suivez l´┐Żactu´┐Ż Le proc´┐Żs a ´┐Żt´┐Ż tr´┐Żs amusant. Un dossier qui a n´┐Żcessit´┐Ż beaucoup de travail, mais amusant ´┐Ż plaider. Technikart poursuivait pour contrefa´┐Żon de marque, sachant que l´┐Żann´┐Że derni´┐Żre ils faisaient des couvertures ´┐Ż propos de l´┐Żaffaire ´┐Ż Je boycotte Danone.com ´┐Ż (je plaidais pour ces derniers). Et ils affichaient la prise de position suivante : fin ´┐Ż la dictature des marques, s´┐Żopposer au syst´┐Żme des marques, etc. Six mois apr´┐Żs, ils attaquent Chronicar´┐Żt et retournent leur veste´┐Ż

Votre domaine de pr´┐Żdilection et de r´┐Żussite est le droit. Pourquoi est-ce que vous ´┐Żcrivez ?

J´┐Żai toujours ´┐Żt´┐Ż m´┐Żl´┐Ż de pr´┐Żs ou de loin au livre. J´┐Żai ´┐Żtudi´┐Ż le droit de la propri´┐Żt´┐Ż intellectuelle principalement, et l´┐Żunivers de l´┐Ż´┐Żdition et de la litt´┐Żrature m´┐Ża toujours fascin´┐Ż. Je suis un grand lecteur depuis tout petit, et n´┐Żai pas toujours eu envie d´┐Ż´┐Żcrire, c´┐Żest vrai. Je suis un frappadingue de livres, bibliophile, bibliomane, bibliophage ; j´┐Żaime les livres, j´┐Żaime le style, j´┐Żaime l´┐Żencre et le papier, la typo, la maquette et la reliure. Mais j´┐Żaime aussi le Barreau et l´┐Żavocature, j´┐Żai donc r´┐Żuni les deux, et r´┐Żussi ´┐Ż traiter tous les jours avec des histoires de livres et d´┐Ż´┐Żdition, et ´┐Ż ´┐Żtre pay´┐Ż pour lire des manuscrits. Et forc´┐Żment, tous les gens qui travaillent dans l´┐Ż´┐Żdition se posent un jour la question : dois-je ´┐Żcrire ? Est-ce que je me lance, et est-ce que ´┐Ża vaudra quelque chose ? On a envie de voir si l´┐Żon est capable, de relever un d´┐Żfi.

Et on est un peu fou de le relever, ce d´┐Żfi ?

Ah, on est compl´┐Żtement frappadingue ! Surtout pour moi qui suis dans une position o´┐Ż je connais tout le monde, donc plus expos´┐Ż, attendu au tournant, et o´┐Ż je pourrais ´┐Żtre tir´┐Ż comme un pigeon´┐Ż Je devais ´┐Żtre cinq fois plus angoiss´┐Ż que la plupart des premiers romans ne le sont en temps normal.

Et l´┐Ż, ´┐Ża va mieux ?

J´┐Żai l´┐Żimpression de m´┐Żen ´┐Żtre bien tir´┐Ż, avec quelques autres qui se sont distingu´┐Żs aussi, comme le livre de David Foenkinos, celui de Gilles Paris´┐Ż Quand on imagine les cinq cent romans de chaque rentr´┐Że qui vous tombent dessus, que le votre n´┐Żest qu´┐Żun parmi tant d´┐Żautres, et qu´┐Żil n´┐Ży en aura qu´┐Żune petite dizaine qui sera tir´┐Ż du lot pour ´┐Żtre regard´┐Ż et comment´┐Ż par la presse, ´┐Ża a de quoi vous angoisser, non ? Mon roman est volontairement court, tout petit, l´┐Żger ; et il risquait d´┐Ż´┐Żtre un peu ´┐Żcras´┐Ż sous le poids des autres !

Une presse int´┐Żressante ?

Surprenante ! J´┐Żai ´┐Żt´┐Ż remarqu´┐Ż par quelques bons magazines. Je pensais ´┐Żtre flingu´┐Ż par certaines personnes, comme Jean-Fran´┐Żois Kerv´┐Żan de France Soir, qui avait fait de moi un portrait assez agressif l´┐Żann´┐Że derni´┐Żre, et auquel j´┐Żavais r´┐Żpondu par une attaque en justice pour pouvoir ins´┐Żrer un droit de r´┐Żponse. Je m´┐Żattendais ´┐Ż ce qu´┐Żil me descende, et il se trouve qu´┐Żil a aim´┐Ż mon livre, et a ´┐Żt´┐Ż tr´┐Żs ´┐Żlogieux.

Vous l´┐Żavez invit´┐Ż ´┐Ż d´┐Żjeuner au moins, apr´┐Żs ?

Oui, il m´┐Ża r´┐Żpondu que je devais me d´┐Żp´┐Żcher car il ne me louperais pas la prochaine fois, si jamais il ne me trouvait pas ´┐Ż la hauteur´┐Ż

Vous faites tellement de choses ´┐Ż la fois. Quand trouvez-vous le temps de lire, d´┐Ż´┐Żcrire ?

La nuit (et l´┐Ż je me demande quand il trouve le temps de se consacrer ´┐Ż quelqu´┐Żun, mais je n´┐Żose poser la question). Je suis avocat le jour. La nuit et le week-end je suis chroniqueur juridique, r´┐Żdacteur d´┐Żarticles de droit, ´┐Żditeur de livres ´┐Żrotiques´┐Ż Et j´┐Ż´┐Żcris, maintenant.

Et ´┐Ża vous arrive de ne rien faire ?

Non.

L´┐Żactivit´┐Ż la plus dure ? Celle qui vous lance le plus de d´┐Żfis ?

L´┐Żavocature est assur´┐Żment plus difficile, celle o´┐Ż l´┐Żon prend le plus de coups, celle des activit´┐Żs qui est la plus physique. Mais la litt´┐Żrature est celle qui me met le plus ´┐Ż l´┐Ż´┐Żpreuve, c´┐Żest certain ; j´┐Żai plus d´┐Żentra´┐Żnement pour la premi´┐Żre´┐Ż Si l´┐Żon devait comparer les deux pratiques j´┐Żen serais d´┐Żj´┐Ż ´┐Ż mon cinq-centi´┐Żme roman !

Pourquoi Le Dilettante pour ce premier roman ? Alors que vous aviez sans doute d´┐Żautres ´┐Żditeurs qui vous tendaient la perche, plus importants, avec des propositions plus avantageuses financi´┐Żrement...

Je n´┐Żai propos´┐Ż mon manuscrit qu´┐Żau Dilettante. J´┐Żaurais pu l´┐Żenvoyer ´┐Ż l´┐Żun des 200 clients que je poss´┐Żde dans l´┐Ż´┐Żdition, qui l´┐Żauraient probablement publi´┐Ż, pour des tas de mauvaises raisons. Dont je ne voulais pas. J´┐Żavais confiance en Dominique Gautier, je savais qu´┐Żil serait un des seuls ´┐Ż me publier seulement s´┐Żil me trouvait bon. Je sais qu´┐Żil ne fait aucune concession, et je suis certain qu´┐Żil m´┐Ża choisi parce qu´┐Żil a aim´┐Ż mon texte.

Il vous a fait beaucoup retravailler ?

Sept ou huit remarques. Des changements de virgules. Il m´┐Ża fait enlever trois ou quatre noms d´┐Żanimaux que j´┐Żavais invent´┐Ż pour mon bestiaire´┐Ż

Pourquoi inventer des noms ? Ceux qui existent ne vous suffisent pas ?

Par jeu. Un peu ´┐Ż la Perec.

Justement, parlons r´┐Żf´┐Żrences. Quels sont les auteurs que vous avez r´┐Żquisitionn´┐Żs, qui vous ont infl´┐Żchi, qui ont une empreinte dans votre travail ?

C´┐Żest s´┐Żr, on est toujours dans la ´┐Ż lign´┐Że ´┐Ż de quelque chose, de quelqu´┐Żun. Mais ce livre est d´┐Żabord un livre con´┐Żu pour Le Dilettante. Ca peut para´┐Żtre abominable, pr´┐Żfabriqu´┐Ż, mais j´┐Żai commenc´┐Ż mon manuscrit en me disant qu´┐Żil n´┐Ży avait que l´┐Ż que je pouvais publier. Donc mon texte a ´┐Żt´┐Ż influenc´┐Ż par cette id´┐Że, par des livres que j´┐Żai trouv´┐Ż merveilleux chez cet ´┐Żditeur (Eric Holder, Martin Page´┐Ż).
Mais pas d´┐Żhommage v´┐Żritablement. J´┐Żai justement voulu, ´┐Żtant comme je le suis baign´┐Ż dans le milieu, lisant et corrigeant des textes qui foisonnent de r´┐Żf´┐Żrences et d´┐Żh´┐Żritages litt´┐Żraires, j´┐Żai donc tent´┐Ż de m´┐Ż´┐Żcarter de ce sch´┐Żma´┐Ż Je me suis censur´┐Ż ; alors que je pourrais ´┐Żtre un bon ´┐Żcrivain ´┐Ż la mani´┐Żre de, je pourrais ´┐Żtre un bon pasticheur. Je crois m´┐Żen ´┐Żtre ´┐Żcart´┐Ż, autant d´┐Żlib´┐Żr´┐Żment qu´┐Żinconsciemment. Et puis ce serait ennuyeux, imaginez les gens qui diraient : regardez Pierrat, qui publie sans difficult´┐Ż parce qu´┐Żil est ´┐Ż dedans ´┐Ż, et qui ´┐Żcrit ´┐Ż comme ´┐Ż´┐Ż Accus´┐Ż de plagiat´┐Ż ce serait un comble, non ?

Votre titre ?

J´┐Żen ai eu plusieurs. Le premier, c´┐Ż´┐Żtait L´┐Żapp´┐Żtit vient en nageant. Dominique Gautier trouvait que c´┐Ż´┐Żtait une mauvaise plaisanterie de fin de soir´┐Że avin´┐Że. Tr´┐Żs vex´┐Ż, je lui ai propos´┐Ż un autre titre, tr´┐Żs litt´┐Żraire et assez appropri´┐Ż, Contre-nature. Mais trop s´┐Żrieux et trop pr´┐Żtentieux. Comme je suis un pornographe inv´┐Żt´┐Żr´┐Ż, on en est venus ´┐Ż cette Histoire d´┐Żeaux, clin d´┐Ż´┐Żil ´┐Żvidemment´┐Ż

Pourquoi choisir pour personnage principal le pochard qu´┐Żest Sentinelle ? Pourquoi cette fascination pour le liquide ?

Ce n´┐Żest pas uniquement l´┐Żeau et l´┐Żabsinthe, la fum´┐Że aussi m´┐Żint´┐Żresse, d´┐Żailleurs Sentinelle fume de l´┐Żopium et de la datura. J´┐Żai moi-m´┐Żme un go´┐Żt tr´┐Żs prononc´┐Ż pour l´┐Żalcool, sans ´┐Żtre alcoolique et ne plus pouvoir ma´┐Żtriser ce penchant, mais je souhaitais en parler, autant que des substances stup´┐Żfiantes. De leurs effets. Et comme dans un premier roman, on n´┐Żest jamais tr´┐Żs loin de soi-m´┐Żme´┐Ż

Mais pourquoi un pauvre type ?

Pour mettre en sc´┐Żne un personnage qui ne ma´┐Żtrise rien. Sentinelle manque de se noyer dans la sc´┐Żne, se d´┐Żtruit en buvant et en fumant. Il a la possibilit´┐Ż de se sortir de sa torpeur, de sa d´┐Żpression chronique, de comprendre quelque chose via cette enqu´┐Żte un peu initiatique (il est compl´┐Żtement anti-cl´┐Żrical, Sentinelle ; il fallait bien que je le replonge dans une aventure qui le fasse s´┐Żattarder sur tout ´┐Ża, qui le fasse faire un travail personnel) sur l´┐Żinondation. Mais il rate tout, ´┐Ż cause d´┐Żun bel acte manqu´┐Ż. Il fait tout partir en fum´┐Że, et p´┐Żrit par le feu. Il y a une le´┐Żon biblique dans ce texte, qui montre que le p´┐Żcheur meurt par o´┐Ż il a p´┐Żch´┐Ż

Pourquoi la nostalgie du Bengale ?

C´┐Żest un pays qui m´┐Ża beaucoup marqu´┐Ż. J´┐Ży ai fait mon service militaire pendant deux ans, en 1992, ´┐Ż Calcutta ; j´┐Ż´┐Żtais attach´┐Ż culturel de l´┐Żambassade de France ´┐Ż 800 km de l´┐Żambassade, paum´┐Ż, tout seul, un peu comme Sentinelle´┐Ż

Quelle r´┐Żalit´┐Ż aux ´┐Żv´┐Żnements que vous d´┐Żcrivez ?

Je me suis appuy´┐Ż sur des tas de choses concr´┐Żtes. L´┐Żinondation de 1910 s´┐Żest vraiment produite, et c´┐Żest un sujet qui m´┐Ża toujours fascin´┐Ż. Je n´┐Żai pas eu besoin d´┐Żaller fouiner, de faire un travail de documentation, puisque je connaissais d´┐Żj´┐Ż de longue dates toutes les anecdotes que je d´┐Żcris (celle du rhino ´┐Żcroul´┐Ż apr´┐Żs avoir travers´┐Ż Paris et empaill´┐Ż dans la Grande Galerie de l´┐ŻEvolution, etc.). Tout est vrai -je l´┐Żai soigneusement dat´┐Ż dans mon livre d´┐Żailleurs- ´┐Ż l´┐Żexception de certaines petites libert´┐Żs prises avec les faits et les dates, que j´┐Żexplique ´┐Ż la fin. La d´┐Żb´┐Żcle qu´┐Ża connu Paris a ´┐Żt´┐Ż incroyable, et j´┐Żai voulu en reparler´┐Ż

Jules et Eglantine, seule histoire romantique du roman´┐Ż

Un interm´┐Żde d´┐Żamour et de sexe ne pouvait concerner Sentinelle, il n´┐Żest pas du tout charnel, il est trop d´┐Żconnect´┐Ż de la sexualit´┐Ż et de la vitalit´┐Ż qu´┐Żelle implique´┐ŻIl n´┐Żaime rien, ni les b´┐Żtes (je m´┐Żexclame : il les mange ! ´┐Ż il r´┐Żpond : c´┐Żest sa revanche´┐Ż-) ni les hommes. Jules et Eglantine servent ici de contrepoint. Ce n´┐Ż´┐Żtait pas pour faire concurrence ´┐Ż Daniel Pennac et inclure une amourette gnian-gnian et gentille dans le r´┐Żcit´┐Ż

Ils entrent avec les autres couples d´┐Żanimaux dans l´┐Żarche´┐Ż Vous vouliez vraiment sauver l´┐Żhumanit´┐Ż donc ? Cette histoire est une histoire de vie, pas de mort´┐Ż

Non, c´┐Żest une histoire de mort. Sentinelle est anim´┐Ż de l´┐Ż´┐Żnergie du d´┐Żsespoir, celle qui vous fait sursauter avant la fin, mais il est perdu.

Fini pour le premier roman. Vous ´┐Żtes-vous d´┐Żj´┐Ż remis ´┐Ż l´┐Żop´┐Żration de ´┐Ż frappadingue ´┐Ż qui consiste ´┐Ż passer vos nuits sur un ordinateur ?

Evidemment ! La prochaine histoire se passera ´┐Ż Calcutta, puisque je souhaite ´┐Żvoquer certaines choses qui me viennent de l´┐Ż-bas´┐Ż

Donc peu de chances que vous choisissiez la Belgique comme d´┐Żcor un jour ?

Vous plaisantez, j´┐Żaime beaucoup la Belgique ! Mais avant d´┐Żarriver ´┐Ż captiver le public sur la Belgique´┐Ż

Propos recueillis par J. L. N.


 
Tristan Garcia
Thomas Pynchon
Jean-Marc Roberts
Richard Powers
Enrique Vila-Matas
William Gibson
Lise Beninc´┐Ż
Julien Blanc-Gras
Bernard Soubiraa
Claro
  ARCHIVES
 
contact | © 2000-2008  Zone littéraire |