#112 - Du 14 octobre au 05 novembre 2008

Actu Entretiens Zoom Portraits Extraits

  Interalli´┐Żs J - 4  
  Le D´┐Żcembre pour Zone  
  Cusset , Goncourt des lyc´┐Żens  
  Renaudot pour Mon´┐Żnembo  
  Goncourt pour Rahimi, la P.O.L position  
  Le Flore pour Garcia  
  Mort de l'´┐Żcrivain am´┐Żricain Michael Crichton  
  Femina et Medicis: c´┐Żt´┐Ż ´┐Żtrangers  
  Melnitz et Vollmann meilleurs ´┐Żtrangers  
  Blas de Robl´┐Żs M´┐Żdicis´┐Ż  

inscription
d´┐Żsinscription
 
Rencontre avec Lina Lachgar


Premier ´┐Żtage du Flore. Comme pr´┐Żvu, je reconnais Lina Lachgar car une ´┐Żdition du Cornet ´┐Ż d´┐Żs est pos´┐Że sur sa table´┐Ż

Bonjour, Lina.

Bonjour´┐Ż Je donne rarement d´┐Żinterview car j´┐Żestime que quand on ´┐Żcrit un livre´┐ŻTout est dit !

A´┐Że ! Oui, mais je voulais vous rencontrer ! ! !

Ah !

Quand avez-vous d´┐Żcouvert Max Jacob ?

Un peu avant l´┐Żind´┐Żpendance de l´┐ŻAlg´┐Żrie, vers 1960. Et, en 1962, quand je suis venue en France, mon premier souci fut d´┐Żaller sur les lieux´┐Ż ´┐Ż Saint-Beno´┐Żt-sur-Loire.

Pourquoi Saint-Beno´┐Żt ?

C´┐Ż´┐Żtait le lieu qui m´┐Żinspirait le plus, et j´┐Ży retourne r´┐Żguli´┐Żrement depuis. En 1981, j´┐Żai fait un album o´┐Ż je suis all´┐Ż sur tous les lieux li´┐Żs ´┐Ż Max Jacob, avec le photographe Eric Lichengeur. J´┐Żai march´┐Ż sur ses traces avec la t´┐Żnacit´┐Ż qui m´┐Żest propre. De Quimper ´┐Ż la rue Ravignan, et je suis m´┐Żme all´┐Ż jusqu´┐Ż´┐Ż Drancy. Surtout, ´┐Ż cette ´┐Żpoque, j´┐Żai pu interviewer les derniers grands t´┐Żmoins qui m´┐Żint´┐Żressaient : Marcel Jouhandeau, Jean Hugo, Pierre Bertin et m´┐Żme Louis Aragon !

Max Jacob brouillait souvent les pistes et les dates. Est ce que les t´┐Żmoignages se recoupaient ?

Max Jacob a donn´┐Ż son opinion personnelle, son interpr´┐Żtation des faits´┐Ż Ce qui compte c´┐Żest que tous ces t´┐Żmoignages avaient un point commun : un unanime respect pour le po´┐Żte qu´┐Żil ´┐Żtait ; c´┐Żest ce qui revenait, sans conteste.

Lui qui a tant dout´┐Ż

Oui, mais tout auteur doute. ´┐Ż Saint-Beno´┐Żt-sur-Loire, il ´┐Żtait en retrait et, dans la solitude, on doute davantage.

Votre r´┐Żcit d´┐Żbute par une citation de la conf´┐Żrence de Nantes´┐Ż

Oui, c´┐Żest une conf´┐Żrence o´┐Ż il rappelle que Picasso, par son enthousiasme, est ´┐Ż l´┐Żorigine de sa carri´┐Żre de po´┐Żte. Et, je cite une autre phrase de Charles-Albert Cingria. Ces deux exergues sont deux cl´┐Żs pour " ouvrir " le r´┐Żcit et comprenne qui pourra !

D´┐Żvoilez-nous quand m´┐Żme vos intentions !

Dans ce r´┐Żcit onirique, j´┐Żai essay´┐Ż de cr´┐Żer " une illumination ", un " op´┐Żra fabuleux ". Et ce r´┐Żcit n´┐Ża d´┐Żautre signification que d´┐Ż´┐Żtre ce qu´┐Żil est. Il faut lire la pr´┐Żface du Cornet ´┐Ż d´┐Żs o´┐Ż Max parle des " mots en libert´┐Ż ".

C´┐Żest du surr´┐Żalisme avant l´┐Żheure, et pourtant il y a une grande diff´┐Żrence entre Max et les Surr´┐Żalistes ´┐Ż

Oui, Dieu est entre eux. La foi les s´┐Żpare, c´┐Żest ´┐Żnorme comme diff´┐Żrence.

Revenons ´┐Ż Picasso, son attitude a ´┐Żt´┐Ż souvent critiqu´┐Że´┐Ż

Oui, mais il a ´┐Żt´┐Ż un des premiers ´┐Ż voir le g´┐Żnie de Max en le d´┐Żclarant plus grand po´┐Żte de l´┐Ż´┐Żpoque. Sa conduite apr´┐Żs, on en a beaucoup parl´┐Ż ; on ressasse sans cesse sa fameuse phrase : " Max est un ange, il ne risque rien " au moment o´┐Ż Max mourrait ´┐Ż Drancy et qu´┐Żil n´┐Żintervenait pas. Il y a eu des pol´┐Żmiques, et ce n´┐Żest pas mon sujet. Rappelons juste que Picasso s´┐Żest rendu ´┐Ż la messe mortuaire.

Au moment de son arrestation, il y a eu de nombreuses tentatives pour le sauver.

Oui, il ´┐Żtait tr´┐Żs aim´┐Ż et entour´┐Ż. Et les avis divergeaient ! Certains en faisaient un pitre, d´┐Żautres un po´┐Żte, ou un peintre´┐Ż

Et tout est vrai ?

Je pr´┐Żf´┐Żre l´┐Żavis de Malraux. Clara Malraux rapporte dans ses souvenirs que Malraux lui a dit qu´┐Żil ne connaissait personne de plus intelligent que Max Jacob. Ce n´┐Żest pas ´┐Żvident pour tous. Cocteau aussi l´┐Żestimait ´┐Żnorm´┐Żment.

Cocteau´┐Ż Vous l´┐Żavez rencontr´┐Ż, je crois. Votre second recueil a m´┐Żme ´┐Żt´┐Ż illustr´┐Ż par Cocteau, c´┐Żest bien ´┐Ża ?

Oui, c´┐Żest une histoire incroyable dont les d´┐Żtails restent en moi comme si c´┐Ż´┐Żtait hier. Je lui avais envoy´┐Ż une lettre avec quelques po´┐Żmes qui allaient ´┐Żtre publi´┐Żs et je lui ai dit que j´┐Żallais les lui d´┐Żdier. J´┐Ż´┐Żtais aux Bal´┐Żares, et je revois le petit groom m´┐Żapportant la r´┐Żponse de Cocteau. C´┐Ż´┐Żtait sacr´┐Ż pour moi. Je suis venue ´┐Ż Paris, j´┐Żai travers´┐Ż la mer. Et il m´┐Ża re´┐Żu avec une douceur et une d´┐Żlicatesse extr´┐Żmes ; il ´┐Żtait en peignoir de bain blanc ; l´┐Żappartement ´┐Żtait sombre. Il m´┐Ża dit : " tu es une enfant ". Je portais une cape comme portent les ´┐Żcoliers et cela lui a ´┐Żvoqu´┐Ż Dargelos. Il m´┐Ża prise dans ses bras. ´┐Ż cette ´┐Żpoque, il ´┐Żtait en plein tournage du Testament d´┐ŻOrph´┐Że. Ce jour-l´┐Ż tout a ´┐Żt´┐Ż extraordinaire, il m´┐Ża donn´┐Ż les dessins, et les a ins´┐Żr´┐Żs, pour ne pas les ab´┐Żmer, dans une revue de tourisme. Je suis sortie de chez lui dans un ´┐Żtat de folie avanc´┐Że, tenant les dessins comme si je tenais le Saint Sacrement, et j´┐Żai ´┐Żt´┐Ż renvers´┐Że par un automobiliste ! Et l´┐Żautomobiliste ´┐Żtait l´┐Żautomobiliste d´┐ŻOrph´┐Że !

Et vous avez parl´┐Ż de Max Jacob ?

Non, je ne le connaissais pas suffisamment. Quand on est po´┐Żte, on est automatiquement stigmatis´┐Ż par Rimbaud ; et, seulement apr´┐Żs, on va vers les autres d´┐Żcouvertes.

Votre r´┐Żcit est chaleureux ´┐Ż Ne serait-ce que dans le titre : Les Pantoufles de Max Jacob.

Il faut citer le texte que Claude Michel Cluny a ´┐Żcrit pour la quatri´┐Żme de couverture : " Si quelques m´┐Żchantes f´┐Żes se pench´┐Żrent sur le berceau breton de Max Jacob, son fac´┐Żtieux fant´┐Żme peut avoir le bonheur d´┐Żen rencontrer de plus affectueuses. Il faut ´┐Żtre " f´┐Że" pour marcher " ´┐Ż pas de tr´┐Żfle " dans les pantoufles du pauvre Max, et le prendre par la main, le temps d´┐Żun malicieux songe. " On doit se laisser envahir par la po´┐Żsie, se laisser imbiber´┐Ż

C´┐Żest ce que dit Max Jacob, et c´┐Żest que vous faites dans ce texte. Par la mani´┐Żre, votre po´┐Żsie est un hommage ´┐Ż Max Jacob´┐Ż

Oui, j´┐Żai essay´┐Ż d´┐Ż´┐Żtre proche de lui. J´┐Ż´┐Żprouve de l´┐Żadmiration pour Max et Dieu sait si c´┐Żest un mot redoutable ! Et j´┐Żai aussi de la complicit´┐Ż avec lui. Voil´┐Ż le mot, de la complicit´┐Ż. Par les mots mais aussi par des points communs : nos origines juda´┐Żques, par exemple. Mon but est de faire conna´┐Żtre l´┐Ż´┐Żuvre de Max Jacob ; je veux ´┐Żtre en retrait.

C´┐Żest votre c´┐Żt´┐Ż Saint-Beno´┐Żt-sur´┐ŻLoire !

Oui !

Dans le texte, vous ´┐Żtes en retrait´┐Ż Vous vous fondez dans le r´┐Żve mais il y a Miss Hastings, et cette voix me semble proche de vous.

Miss Hastings a exist´┐Ż, c´┐Ż´┐Żtait la femme de Modigliani et Max en parle dans le Cornet ´┐Ż d´┐Żs. Vous avez raison, je parle ´┐Ż travers elle. Il me fallait avoir une voix dans le r´┐Żcit, et je la prends ´┐Ż travers elle.

Elle proph´┐Żtise que l´┐Żon reviendra sur Max Jacob !

On parle beaucoup de lui´┐Ż

´┐Ż ce moment de l´┐Żinterview, l´┐Ż´┐Żdition du Cornet ´┐Ż d´┐Żs a myst´┐Żrieusement disparu ; on la retrouve, apr´┐Żs contorsions, dans le recoin d´┐Żun banquette.

Il ne veut pas qu´┐Żon parle de lui !

Oh ! Bien au contraire, il adorait ´┐Żtre le centre, il adorait plaire.

Il a ´┐Żt´┐Ż servi, alors´┐Ż

Propos recueillis par David Foenkinos


 
Tristan Garcia
Thomas Pynchon
Jean-Marc Roberts
Richard Powers
Enrique Vila-Matas
William Gibson
Lise Beninc´┐Ż
Julien Blanc-Gras
Bernard Soubiraa
Claro
  ARCHIVES
 
contact | © 2000-2008  Zone littéraire |