#112 - Du 14 octobre au 05 novembre 2008

Actu Entretiens Zoom Portraits Extraits

  Interalli´┐Żs J - 4  
  Le D´┐Żcembre pour Zone  
  Cusset , Goncourt des lyc´┐Żens  
  Renaudot pour Mon´┐Żnembo  
  Goncourt pour Rahimi, la P.O.L position  
  Le Flore pour Garcia  
  Mort de l'´┐Żcrivain am´┐Żricain Michael Crichton  
  Femina et Medicis: c´┐Żt´┐Ż ´┐Żtrangers  
  Melnitz et Vollmann meilleurs ´┐Żtrangers  
  Blas de Robl´┐Żs M´┐Żdicis´┐Ż  

inscription
d´┐Żsinscription
 
Entretien avec Beno´┐Żt Duteurtre


Pourquoi avoir ´┐Żcrit ce livre ? D´┐Żou vient-il ?

Ce livre est li´┐Ż ´┐Ż plusieurs exp´┐Żriences, ou plut´┐Żt au rapprochement de plusieurs exp´┐Żriences. Il y a d´┐Żabord des ´┐Żl´┐Żments de mon adolescence au Havre, des souvenirs du port d'o´┐Ż les bateaux partaient vers New York. Plus tard, je suis all´┐Ż ´┐Ż New York et j´┐Ży ai retrouv´┐Ż certains ´┐Żchos : le port transatlantique, les paysages du Havre peints par Claude Monet au Metropolitan Museum. Il y avait pour moi comme un jeu de correspondances entre ces lieux. Mais c'est aussi un jeu de correspondance avec Paris, la ville ou l´┐Żon "monte" quand on est un jeune havrais, la ville de l'esprit "moderne" qui a longtemps inspir´┐Ż New York. Mon livre est une r´┐Żverie et une fantaisie autour de ces lieux-l´┐Ż.

Tu parles beaucoup de la modernit´┐Ż

Oui, j´┐Żai une th´┐Żorie sur la modernit´┐Ż. La modernit´┐Ż ´┐Żtait ´┐Ż l´┐Żorigine un ph´┐Żnom´┐Żne d´┐Żaffranchissement, de lib´┐Żration, de d´┐Żcouvertes extraordinaires. Mais elle s´┐Żest transform´┐Że en un syst´┐Żme oppressant et ferm´┐Ż sur lui-m´┐Żme. Et pas seulement dans l´┐Żart. Dans le domaine techniques par exemple. Au d´┐Żbut, la voiture, l'avion offraient la possibilit´┐Ż de se d´┐Żplacer davantage, de voyager, d´┐Żaller plus vite, etc. Aujourd'hui, cela n'est plus qu'un syst´┐Żme de surproduction. Le monde est noy´┐Ż par les voitures. L'indusrie du tourisme est devenue la n´┐Żgation m´┐Żme de l´┐Żid´┐Że de voyage´┐Ż Il y a dans mon livre un regard sur cette banlieuisation g´┐Żn´┐Żrale et sur ce qu´┐Żest la France aujourd´┐Żhui. Un pays qui vit dans une esp´┐Żce de cassure entre son discours culturel et sa r´┐Żalit´┐Ż si banale.

N´┐Żest-ce pas un regard en r´┐Żaction ?

Non. Je ne cesse d´┐Żexpliquer que je n´┐Żaime qu´┐Żune chose dans l´┐Żesprit moderne, c´┐Żest l´┐Żesprit de libert´┐Ż, de contestation, d´┐Żinsolence. Ce que je n´┐Żaime pas, c´┐Żest la modernit´┐Ż ´┐Żrig´┐Że en syst´┐Żme. C´┐Żest ce que j´┐Żattaque dans mon livre, la modernit´┐Ż incontest´┐Że et imp´┐Żrative.

Alors que r´┐Żponds-tu ´┐Ż l´┐Żimp´┐Żratif irrationnel de Rimbaud : Il faut ´┐Żtre absolument moderne ?

D'abord, j´┐Żai toujours pr´┐Żf´┐Żr´┐Ż Verlaine ´┐Ż Rimbaud´┐Ż Rimbaud, c'est la r´┐Żf´┐Żrence oblig´┐Że, ses po´┐Żmes sont placard´┐Żs dans le m´┐Żtro, on lui consacre des sites et des t-shirts et en faisant cela, on se croit "absolument moderne". Les pseudo-artistes imitent continuellement ce qui a d´┐Żj´┐Ż ´┐Żt´┐Ż fait un si´┐Żcle plus t´┐Żt en s´┐Żimaginant qu´┐Żils font quelque chose de nouveau. On fait du Marcel Duchamp en ´┐Żtant persuad´┐Ż que c´┐Żest ´┐Ż absolument moderne ´┐Ż. Pour moi, c´┐Żest absolument acad´┐Żmique. Aujourd´┐Żhui, il me semble plus insolent, en litt´┐Żrature, d'oser un vrai r´┐Żcit des temps modernes que de jouer ´┐Żternellement avec le langage et la d´┐Żconstruction.

Que t´┐Ż´┐Żvoque le terme de vaudeville ?

J´┐Żaime assez cette tradition. D´┐Żailleurs, j´┐Żai ´┐Żcrit un livre sur l´┐ŻOp´┐Żrette pour montrer qu'Offenbach et ses successeurs ne sont pas des ringards, mais des insolents ! Ce n´┐Żest pas par hasard non plus si j´┐Żai appel´┐Ż mon premier roman L´┐Żamoureux malgr´┐Ż lui, en r´┐Żf´┐Żrence ´┐Ż Moli´┐Żre. Je me suis toujours senti proche de cette tradition qui regarde la soci´┐Żt´┐Ż avec ironie, cruaut´┐Ż et all´┐Żgresse, plut´┐Żt que d´┐Żune tradition plus noire et plus s´┐Żrieuse. Tous les grands romanciers que j´┐Żaime ont une sorte de g´┐Żnie comique : Balzac, Maupassant, Proust ou C´┐Żline. L´┐Żart du roman et le regard ironique sont li´┐Żs dans leur essence.

A cette dimension vaudevillesque, tu ajoutes aussi le fantastique. Est-ce qu´┐Żon peut vraiment parler du r´┐Żel et de la modernit´┐Ż avec ces formes ?

Dans Le voyage en France, j´┐Żai voulu pratiquer tous les degr´┐Żs de narration, de l´┐Żautobiographie pure jusqu´┐Żau fantastique pur, en passant par l´┐Żauto fiction et le conte. Ce livre est presque construit comme une suite de nouvelles, ou du moins comme quelque chose d´┐Żinterm´┐Żdiaire entre le roman et la nouvelle. Je voulais que chaque chapitre soit autonome, mais que l'ensemble forme un r´┐Żcit coh´┐Żrent dont la construction ressemble un peu ´┐Ż la forme de l´┐Żexistence, sans v´┐Żritable but, mais avec une diversit´┐Ż d'´┐Żpisodes.

Tu as quelques mots durs pour la litt´┐Żrature narcissique et f´┐Żminine´┐Ż

Oui. Voil´┐Ż encore une vieille resuc´┐Że du si´┐Żcle. On nous dit que c´┐Żest compl´┐Żtement nouveau, ce ton radical, cette veine exhibitionniste. Moi, je ne trouve pas ´┐Ża nouveau du tout. Et m´┐Żme si c´┐Ż´┐Żtait nouveau, il me semble que cette litt´┐Żrature ne conduit pas tr´┐Żs loin. Ce go´┐Żt de l´┐Żintrospection, de la psychologie, ces confessions sexuelles sont d'une terrible monotonie... Effectivement, c'est une litt´┐Żrature en grande partie f´┐Żminine, mais pas seulement. Il y a souvent derri´┐Żre un discours de revendication extr´┐Żmement agressif envers les hommes. Aujourd´┐Żhui, selon les Catherine Breillat, ce serait aux femmes d´┐Żexprimer leur violence et aux hommes de s´┐Żexcuser pour les souffrances du pass´┐Ż. Moi, je ne me sens pas coupable du pass´┐Ż, et je n'ai pas de compassion pour les souffre-douleur. Je n´┐Żaime pas ce pour quoi elles ´┐Żcrivent. J´┐Żai une conception beaucoup plus ludique de l´┐Żart.

Et toi, alors, pourquoi ´┐Żcris-tu ?

Il y a une phrase de Beckett : ´┐Ż bon qu´┐Ż´┐Ż ´┐Ża ´┐Ż.

C´┐Żest une fa´┐Żon un peu facile de r´┐Żsoudre la question, non ?

C´┐Żest vrai. J´┐Ż´┐Żcris parce que je crois ´┐Ż la possibilit´┐Ż du plaisir litt´┐Żraire. Aujourd´┐Żhui, le monde de l'art est envahi par les discours, il se commente sans fin lui-m´┐Żme, avec beaucoup de s´┐Żrieux. Il tourne autour de la question, comme pour oublier que les ressorts du plaisir litt´┐Żraire restent toujours un peu les m´┐Żmes : le r´┐Żcit, les personnages, l'humour, l'intrigue... Personne n'a le courage de mettre la main dans cette p´┐Żte l´┐Ż ´┐Ż qui constitue pourtant le propre de l'art du roman et peut nous conduire ´┐Ż la jubilation.

Donc jubilation ?

Oui.

Et qu´┐Żest-ce que tu penses personnellement de ton roman ?

Ah ! Forc´┐Żment, j´┐Ży suis attach´┐Ż puisque c´┐Żest le dernier que j´┐Żai ´┐Żcrit. En un sens, c´┐Żest mon plus vieux projet, un livre tr´┐Żs important pour moi. Mais rien ne dit que les projets les plus ambitieux donnent forc´┐Żment les meilleurs livres ! J'esp´┐Żre, mais ce n´┐Żest pas ´┐Ż moi de juger.

Propos recueillis par F.Z.


 
Tristan Garcia
Thomas Pynchon
Jean-Marc Roberts
Richard Powers
Enrique Vila-Matas
William Gibson
Lise Beninc´┐Ż
Julien Blanc-Gras
Bernard Soubiraa
Claro
  ARCHIVES
 
contact | © 2000-2008  Zone littéraire |