#112 - Du 14 octobre au 05 novembre 2008

Actu Entretiens Zoom Portraits Extraits

  Interalli´┐Żs J - 4  
  Le D´┐Żcembre pour Zone  
  Cusset , Goncourt des lyc´┐Żens  
  Renaudot pour Mon´┐Żnembo  
  Goncourt pour Rahimi, la P.O.L position  
  Le Flore pour Garcia  
  Mort de l'´┐Żcrivain am´┐Żricain Michael Crichton  
  Femina et Medicis: c´┐Żt´┐Ż ´┐Żtrangers  
  Melnitz et Vollmann meilleurs ´┐Żtrangers  
  Blas de Robl´┐Żs M´┐Żdicis´┐Ż  

inscription
d´┐Żsinscription
 
Jo´┐Żlle Losfeld, ´┐Żdition d'un malfaiteur...


S´┐Żil l´┐Żavait connu, Alexandre Dumas aurait probablement
ajout´┐Ż Gaspard de
Besse ´┐Ż ses h´┐Żros de cape et d´┐Ż´┐Żp´┐Że, anc´┐Żtre d´┐ŻArs´┐Żne Lupin
dans la plus pure tradition du
gentleman cambrioleur, et remis au jour par Jacques Bens. Une
existence ´┐Ż voir sur France
2 et ´┐Ż lire chez Jo´┐Żlle Losfeld. Rencontre avec l'´┐Żditrice.


Pourquoi avoir choisi de republier ce type de textes, d´┐Żun
genre populaire ´┐Ż la
tradition un peu d´┐Żlaiss´┐Że aujourd´┐Żhui ?


Jo´┐Żlle Losfeld : Pour moi, cette tradition ne s´┐Żest jamais
perdue, que ce soit en
tant que lectrice ou ´┐Żditrice puisque j´┐Żai continu´┐Ż ´┐Ż publier ce
genre de romans
r´┐Żguli´┐Żrement comme La Baronne tr´┐Żpass´┐Że de Ponson
du Terrail ou Les
Aventures du capitaine Corcoran
de Assolant. J´┐Żai toujours
aim´┐Ż cette litt´┐Żrature o´┐Ż
l´┐Żon ne s´┐Żennuie pas, insolente, au ton virulent et corrosif ´┐Ż
l´┐Ż´┐Żgard du pouvoir en place. Le
roman populaire a d´┐Żailleurs ´┐Żt´┐Ż souvent une sorte de
contre-pouvoir. C´┐Żest la premi´┐Żre
fois que je publie Jacques Bens, aujourd´┐Żhui d´┐Żc´┐Żd´┐Ż, et je
compte bien recommencer,
probablement des nouvelles. Jacques Bens est un ´┐Żcrivain tr´┐Żs
int´┐Żressant, un ´┐Ż Oulipien ´┐Ż,
qui a particip´┐Ż ´┐Ż l´┐Ż´┐Żcriture du Dictionnaire de l´┐ŻOulipo avec
Raymond Queneau,
qu´┐Żil connaissait tr´┐Żs bien, ainsi que Georges Perec, toute cette
bande-l´┐Ż´┐Ż D´┐Żapr´┐Żs sa
femme, il avait un vrai d´┐Żsir de renouer avec le roman populaire
dans sa dimension de
cape et d´┐Ż´┐Żp´┐Że, et a trouv´┐Ż son bonheur gr´┐Żce ´┐Ż gaspard, ce
personnage r´┐Żel de bandit
d´┐Żsint´┐Żress´┐Ż, Robin des Bois ne s´┐Żattaquant qu´┐Żaux riches et
qui est une bascule au
pouvoir de l´┐Ż´┐Żpoque. Il avait envie d´┐Żallier ´┐Ż ´┐Ża une belle histoire
d´┐Żamour (comment c´┐Żest
souvent le cas dans la tradition populaire, voyez Dumas´┐Ż) qui
sous-tend de fait tout son
livre. Non, vraiment Gaspard le Bandit fut pour moi une
d´┐Żcouverte qui m´┐Ża enchant´┐Że!

Lorsque vous avez d´┐Żcid´┐Ż de republier ce livre, vous saviez
qu´┐Żune adaptation serait propos´┐Że ?


JL : Absolument pas ! J´┐Żavais achet´┐Ż les droits avant de
savoir que l´┐Żadaptation
´┐Żtait en tournage car les droits du film avaient ´┐Żt´┐Ż c´┐Żd´┐Żs avant
que j´┐Żintervienne. Du coup
je n´┐Żai pas du tout suivi le tournage mais j´┐Żai demand´┐Ż en
revanche de pouvoir mettre une
photo du film sur ma couverture, ce qui m´┐Ża ´┐Żt´┐Ż accord´┐Ż. Il est
int´┐Żressant d´┐Żailleurs de
constater que m´┐Żme si le t´┐Żl´┐Żfilm n´┐Ża pas encore ´┐Żt´┐Ż diffus´┐Ż, le
livre se vend d´┐Żj´┐Ż
r´┐Żguli´┐Żrement. Quant au film lui-m´┐Żme, si j´┐Żai ´┐Żt´┐Ż d´┐Żabord
surprise de voir un Gaspard de
Besse de 40 ans (car il est sens´┐Ż en avoir 15 dans le roman !),
j´┐Żai tr´┐Żs vite oubli´┐Ż ce d´┐Żtail
tant l´┐Żinterpr´┐Żtation de Jean-Hugues Anglade est formidable :
peu importe l´┐Ż´┐Żge d´┐Żailleurs,
il est avant tout cr´┐Żdible et c´┐Żest le droit du cin´┐Żma de se
r´┐Żapproprier une histoire ´┐Ż sa
convenance.

Justement, vous m´┐Żme, que pensez vous de l´┐Żadaptation
des romans en g´┐Żn´┐Żral ? B>

JL : Comme je le dis plus haut, l´┐Ż´┐Żcriture
cin´┐Żmatographique a le droit, voire
m´┐Żme doit, prendre ses distances avec le texte narratif dont elle
s´┐Żinspire. C´┐Żest une autre
travail et le mot adaptation dit bien son r´┐Żle, ´┐Ż adapter ´┐Ż un
roman est en retranscrire si
possible l´┐Żesprit, mais pas forc´┐Żment le reste. D´┐Żailleurs, j´┐Żai
souvent trouv´┐Ż les
adaptations faisant presque du mot-´┐Ż-mot peu r´┐Żussies. Ce
n´┐Żest pas du tout une trahison
mais l´┐Żexpression d´┐Żun autre point de vue, celui du r´┐Żalisateur
qui saura alors montrer son
originalit´┐Ż.

Vous avez vu le film, Jean-Hugues Anglade nous ´┐Żvoquait
tout ´┐Ż l´┐Żheure les difficult´┐Żs
d´┐Żadaptation du dialogue pour qu´┐Żil soit le plus r´┐Żaliste possible
par rapport ´┐Ż l´┐Ż´┐Żpoque,
tout en ´┐Żtant lisible aujourd´┐Żhui : un pari r´┐Żussi selon vous ?


JL : Assur´┐Żment ! Non seulement l´┐Żesprit du livre est
respect´┐Ż mais la restitution
au cin´┐Żma des dialogues est tout ´┐Ż fait correcte. A aucun
moment je n´┐Żai eu l´┐Żimpression
d´┐Żavoir un langage archa´┐Żque, o´┐Ż l´┐Żon sente l´┐Żeffort de
transposition. Ceci ´┐Żtant, l´┐Ż´┐Żcriture
de Jacques Bens lui-m´┐Żme associait le c´┐Żt´┐Ż populaire de la
langue de l´┐Ż´┐Żpoque et un
langage moderne par l´┐Żhumour qui s´┐Żen d´┐Żgage. Apr´┐Żs tout, les
romans populaires c´┐Żest
un peu ´┐Ża : des textes moqueurs pr´┐Żsentant une histoire
s´┐Żrieuse mais racont´┐Że avec
humour´┐Ż

Propos recueillis par Ma´┐Ża Gabily.

Gaspard Le bandit, de Jacques Bens,
Editions Joelle Losfeld, 353 pages, 18 euros.

Propos recueillis par


 
Tristan Garcia
Thomas Pynchon
Jean-Marc Roberts
Richard Powers
Enrique Vila-Matas
William Gibson
Lise Beninc´┐Ż
Julien Blanc-Gras
Bernard Soubiraa
Claro
  ARCHIVES
 
contact | © 2000-2008  Zone littéraire |