#113 - Du 15 novembre au 08 d´┐Żcembre 2008

Actu Entretiens Zoom Portraits Extraits

  Julien Santoni a du talent  
  Plus fort que Perec  
  Thomas L´┐Żlu, employ´┐Ż chez Monoprix !  
  Le Wepler ´┐Ż Pagano  
  Pour finir, le prix du Pamphlet 2008 !  
  D´┐Żc´┐Żs de Fran´┐Żois Caradec  
  Bilan des prix litt´┐Żraires 2008  
  Premiers romans prim´┐Żs  
  Goncourt au poil  
  Bramly, Interalli´┐Ż 2008  

inscription
d´┐Żsinscription
 
Lunar Park

 Lunar Park
Bret Easton Ellis
Robert Laffont
Prix éditeur
20.00 euros

Les chemins qu'emprunte Bret Easton Ellis le ram´┐Żnent
toujours ´┐Ż lui-m´┐Żme... Et pourtant, on sent poindre de nouvelles
interrogations chez l'auteur culte. Les p´┐Żr´┐Żgrinations d'Ellis le
pousseraient-elles, progressivement, en dehors de ses
sentiers rebattus ?


On n'entre pas dans Lunar Park comme on entre dans
n'importe quel roman. On s'y pr´┐Żpare, presque. A vrai dire, avant
de se caler au fond de son lit et d'ouvrir l'objet du d´┐Żlit, on ne
peut s'emp´┐Żcher de se poser plusieurs questions. Un peu
comme si l'on allait vivre un moment d´┐Żterminant... Tout ´┐Ż coup,
la pi´┐Żce se modifie autour de soi et la perception du temps et de
l'espace s'alt´┐Żre d'elle-m´┐Żme : le roman a d´┐Żj´┐Ż commenc´┐Ż son
oeuvre. Troubl´┐Ż, on se contente de caresser distraitement la
couverture perfor´┐Że et, les sourcils fronc´┐Żs, on se surprend ´┐Ż
esp´┐Żrer...
En fait, on est comme coinc´┐Ż dans un ab´┐Żme de
questionnements : ne risque-t-on pas d'´┐Żtre affreusement d´┐Ż´┐Żu,
en d´┐Żfinitive ? A-t-on bien fait de faire confiance, de nouveau ?
Va-t-on retrouver les th´┐Żmes f´┐Żtiches de l'auteur ? Le
narcissisme, la beaut´┐Ż, la d´┐Żch´┐Żance, la d´┐Żsillusion, le sexe,
les marques commerciales, les drogues... Les obsessions
d'Ellis vont-elles se mettre ´┐Ż fusionner, ´┐Ż foisonner ? Est-on sur
le point d'assister ´┐Ż une nouvelle d´┐Żmonstration de sa
complaisance l´┐Żgendaire ? L'auteur va-t-il continuer ´┐Ż se
moquer de nous, ´┐Ż se d´┐Żlecter de notre avidit´┐Ż, de notre soif ?
Va-t-il nous donner ´┐Ż manger ? Va-t-on se sentir de nouveau
montr´┐Ż du doigt ? Ne l'a-t-on pas un peu cherch´┐Ż, en m´┐Żme
temps ?

Le retour du Roi
Il faut dire que Bret Easton Ellis n'est rien de moins qu'un "enfant
de sa culture", comme l'avait d´┐Żj´┐Ż dit Stephen King ´┐Ż sa belle
´┐Żpoque, pour d´┐Żfendre sa propre prose. En somme, comme le
sous-entendait le roi de l'´┐Żpouvante, on ne fait jamais
qu'optemp´┐Żrer dans une norme pr´┐Ż-´┐Żtablie. On ne va donc
jamais r´┐Żellement et totalement ´┐Ż contre-courant. Les th´┐Żmes
marginaux, les histoires-chocs et les intrigues controvers´┐Żes
servent toujours, pour tout ou partie, ´┐Ż une cause d´┐Żj´┐Ż connue et
assimil´┐Że. Qui croit-on encore impressionner, ´┐Ż notre ´┐Żpoque,
dans une s´┐Żrie de sc´┐Żnes trash ? Pr´┐Żs de treize ans
auparavant, quand le monstrueux Patrick Bateman
d'American Psycho faisait grimacer le lecteur sensible et
le poussait m´┐Żme ´┐Ż refermer le livre, on pouvait presque parler
d'oeuvre g´┐Żn´┐Żrationnelle : les auteurs se mettaient ´┐Ż se l´┐Żcher
r´┐Żellement, et Bret Easton Ellis avait manifestement r´┐Żussi
quelque chose. Mais aujourd'hui ?

Entre chien et loup
C'est bard´┐Ż de ces certitudes pompeuses que l'on se coule
dans ce Lunar Park aux promesses m´┐Żlancoliques. Et
l'on attend. Et c'est ainsi que Bret Easton Ellis parvient ´┐Ż nous
tirer contre lui, subrepticement, pour nous conter son histoire ´┐Ż
l'oreille... Les yeux ferm´┐Żs, on ´┐Żcoute l'´┐Żcrivain nous raconter
des morceaux de vie quotidienne, mais sur le mode de la fiction,
et l'on comprend tr´┐Żs vite qu'on va avoir bien du mal ´┐Ż d´┐Żm´┐Żler le
vrai du faux. Car l'auteur sait ce qu'il fait. Apr´┐Żs une succession
de sc´┐Żnes famili´┐Żres, qui rappellent volontairement les univers
d'American Psycho et de Glamorama, Ellis se
pla´┐Żt ´┐Ż emprunter les voies du fantastique. Et l´┐Ż, tout devient
possible...
Une peluche terrifiante du nom de Terby l'attaque sous son
propre toit, une banale f´┐Żte donn´┐Że ´┐Ż l'occasion d'Halloween
devient un cauchemar ´┐Ż l'´┐Żtat pur, la demeure toute enti´┐Żre
rejoue ´┐Ż elle seule les grands classiques de maisons
hant´┐Żes... R´┐Żves, hallucinations ou dangereux effets
secondaires ? L'auteur, qui se cache derri´┐Żre son double
litt´┐Żraire, ne cesse de tergiverser entre les possibles. On pense
´┐Ż Stephen King pour le style, mais globalement, on ne sait plus
trop vers quoi se tourner. Oeuvre hybride par excellence,
Lunar Park pourrait se d´┐Żfinir au carrefour de l'autofiction
et des genres de l'´┐Żpouvante, de la science-fiction, de l'´┐Żmotion
la plus pure... De quoi se complaire dans la diversit´┐Ż.

De p´┐Żres en fils
M´┐Żme si le vrai sujet du livre r´┐Żside ailleurs. Dans le conflit,
dans la confidence. Entre les lignes, on comprend tr´┐Żs vite
qu'Ellis ne fait que contourner un probl´┐Żme personnel, central et
mal r´┐Żsolu : celui de sa propre famille, et des rapports
inexistants qu'il entretient avec elle. Ainsi, on commence ´┐Ż
comprendre que son p´┐Żre, mais aussi son propre fils, Robby,
forment la partie la plus r´┐Żelle de toute l'oeuvre... Mais
puisqu'Ellis aime brouiller les pistes, une confession intime
peut tr´┐Żs vite ´┐Żtre troubl´┐Że par l'apparition d'un terrifiant Patrick
Bateman. Sorte de Michael Myers en mal d'action, le c´┐Żl´┐Żbre
golden boy qu'Ellis avait cr´┐Ż´┐Ż en 1992 va obliger son
auteur ´┐Ż voir une nouvelle forme de r´┐Żalit´┐Ż : sa propre vie... On
ne peut s'emp´┐Żcher de penser, alors, aux personnages
reparaissants de Balzac et ´┐Ż cette propension qu'ont les
personnages, parfois, de resurgir l´┐Ż o´┐Ż on les attend le moins.
Car finalement, face ´┐Ż Bateman, Ellis se retrouve tr´┐Żs vite face ´┐Ż
lui-m´┐Żme.Parfois, les auteurs prennent de nouvelles directions,
tout en gardant le m´┐Żme cap... Sans aller jusqu'´┐Ż parler de
r´┐Żelle maturit´┐Ż, on pourra relever que Bret Easton Ellis a amorc´┐Ż
la plus belle ´┐Żvolution de sa carri´┐Żre. A travers cette ´┐Żcriture en
miroir, on suppose qu'une certaine boucle est boucl´┐Że, et qu'un
cycle se referme. Alors on rouvre les yeux, on repose le livre et
on se pose de nouvelles questions. Une chose est s´┐Żre : Ellis a
jet´┐Ż un nouveau pav´┐Ż dans la mare, une oeuvre atypique... Une
oeuvre lunaire.

Julien Canaux



 
Mort d'un super h´┐Żros
Anthony MacCarten 
Best love Rosie
Nuala O´┐ŻFaolain 
Le minist´┐Żre des affaires sp´┐Żciales
Nathan Englander 
Ailleurs
Julia Leigh 
La Bombe et Moi
Anna Rozen 
B´┐Żtes sans patrie
Uzodinma Iweala 
Sans elle
Alma Brami 
Crack
Tristan Jordis 
Son absence
Justine AUGIER 
Tribus modernes
J´┐Żr´┐Żme Baccelli 
Mill´┐Żnaire ´┐Ż Belgrade
Vladimir Pistalo 
Une jolie fille rien que pour moi
Aur´┐Żlie Antolini 
Festino ! Festino !
Elodie Issartel 
La porte des Enfers
Laurent Gaud´┐Ż 
Jerusalem
Gon´┐Żalo M. Tavares 
  ARCHIVES
 
contact | © 2000-2008  Zone littéraire |