#113 - Du 15 novembre au 08 d´┐Żcembre 2008

Actu Entretiens Zoom Portraits Extraits

  Julien Santoni a du talent  
  Plus fort que Perec  
  Thomas L´┐Żlu, employ´┐Ż chez Monoprix !  
  Le Wepler ´┐Ż Pagano  
  Pour finir, le prix du Pamphlet 2008 !  
  D´┐Żc´┐Żs de Fran´┐Żois Caradec  
  Bilan des prix litt´┐Żraires 2008  
  Premiers romans prim´┐Żs  
  Goncourt au poil  
  Bramly, Interalli´┐Ż 2008  

inscription
d´┐Żsinscription
 
Coeurs ´┐Ż vif

 P´┐Żle sang bleu
Aliz´┐Ż Meurisse
Allia
Prix éditeur
9.00 euros

Entre Rom´┐Żo et Julietteet Ronde, Aliz´┐Że Meurisse nous offre un premier roman ´┐Ż la fois visc´┐Żral et po´┐Żtique, dans lequel il est autant question d´┐Żamour que de vie et de mort et des moyens de les affronter dans une soci´┐Żt´┐Ż parfois hostile.

L´┐Żamour, la vie, la mort, les hommes. Apr´┐Żs tout, pourquoi vouloir se passer de ces th´┐Żmes certes rebattus mais universels quand la plume suit ? De temps ´┐Ż autre en effet ´┐Ż et heureusement ´┐Ż surgissent sur la sc´┐Żne litt´┐Żraire de nouvelles t´┐Żtes qui revisitent avec joie ce qui ne pourrait ´┐Żtre que des poncifs, leur infligeant un traitement ´┐Ż la fois pictural et verbal qui les affuble d´┐Żune nouvelle jeunesse.
L´┐Żunivers d´┐ŻAliz´┐Ż Meurisse se r´┐Żsume difficilement. Il s´┐Żexp´┐Żrimente plut´┐Żt. Tout en sensations et visions. Propuls´┐Ż quasiment sans transition d´┐Żune pens´┐Że ´┐Ż une autre, de la t´┐Żte d´┐Żun personnage ´┐Ż celle d´┐Żun autre, le lecteur est vite gris´┐Ż par ce rythme..
Le monde d´┐ŻAliz´┐Ż Meurisse n´┐Żest pas tr´┐Żs rose. Les personnages sont plut´┐Żt pauvres, souvent seuls, affrontent la pr´┐Żcarit´┐Ż ´┐Ż leur mani´┐Żre. Pas de fleur bleue donc, mais quelques princes r´┐Żvant d´┐Ż´┐Żtre charmants et des jeunes filles r´┐Żveuses. Quant ´┐Ż l´┐Żauto-appitoiement, il est aussit´┐Żt cong´┐Żdi´┐Ż d´┐Żs que l´┐Żid´┐Że ose effleurer l´┐Żesprit de l´┐Żun des protagonistes. Il y a donc les petits boulots et diverses combines plus ou moins honn´┐Żtes pour t´┐Żcher de vivre d´┐Żcemment; pas mal de solitudes. Mais aussi des amours vrais (Johnny et Manon ne seraient-ils pas des Rom´┐Żo et Juliette de notre ´┐Żpoque ?), de la fraternit´┐Ż, de l´┐Żamiti´┐Ż et surtout une grande attention aux menus d´┐Żtails du jour le jour et de l´┐Żenvironnement proche. Car la noblesse du sang (bleu) n´┐Żest pas forc´┐Żment issue de la g´┐Żn´┐Żtique. Elle tient bien plut´┐Żt ´┐Ż cette aptitude qu´┐Żont certains ´┐Ż d´┐Żnicher des trouvailles au c´┐Żur du quotidien le plus noir afin de traverser la vie un peu plus po´┐Żtiquement.

Palsambleu !
Si les temps sont durs et que le romantisme n´┐Żest plus de mise, diff´┐Żrentes facettes de l´┐Żamour sont n´┐Żanmoins d´┐Żclin´┐Żes. Avec un petit faible pour l´┐Żamour passion, pas toujours donn´┐Ż ´┐Ż tout le monde, il faut bien l´┐Żadmettre, ni le plus raisonnable ou vivable.
Ces solitudes des grandes villes, Aliz´┐Ż Meurisse les agr´┐Żge. Comme autant de petites touches d´┐Żun tableau impressionniste, elle compose et d´┐Żvoile peu ´┐Ż peu ses personnages successifs, certains restant quelque peu dans l´┐Żombre tandis que d´┐Żautres profitent plus de la lumi´┐Żre. C´┐Żest ainsi que se lisent les courts chapitres de P´┐Żle sang bleu (entre deux et trois pages), compositions, natures mortes (´┐Ż le parc ´┐Ż, ´┐Ż la bague ´┐Ż, ´┐Ż draperies ´┐Ż) en r´┐Żalit´┐Ż profond´┐Żment humaines (´┐Ż Jalousie ´┐Ż, ´┐Ż Vanit´┐Ż ´┐Ż). Malgr´┐Ż les ´┐Żv´┐Żnements qui d´┐Żfilent, on a ainsi souvent le sentiment d´┐Ż´┐Żtre dans un pr´┐Żsent permanent. Pourtant, le pass´┐Ż n´┐Żest jamais tr´┐Żs loin. Quant au futur ?... Notamment lorsque le corps se rappelle ´┐Ż nous.
Il en r´┐Żsulte un tout ´┐Ż la fois chaotique et fluide, unifi´┐Ż par le fil des pens´┐Żes en perp´┐Żtuel mouvement. Il est m´┐Żme ´┐Żtonnant de constater la quasi-absence de dialogues tellement les id´┐Żes et les images fusent, instaurant des correspondances et des fulgurances qui se r´┐Żpondent les unes aux autres. Peut-´┐Żtre une mani´┐Żre de souligner l´┐Żincommunicabilit´┐Ż de certains sentiments. Ou bien une invite ´┐Ż adopter une nouvelle attitude au monde que l´┐Żun de ces personnages vient ´┐Ż souhaiter : ´┐Ż Il faudrait arr´┐Żter de se parler et commencer ´┐Ż ressentir ´┐Ż.
C´┐Żest alors aussi que les mots de l´┐Ż´┐Żcrit peuvent prendre le relais des mots de l´┐Żoral.
Du p´┐Żle sang bleu qui court dans les veines de l´┐Żun de ses personnages, Aliz´┐Ż Meurisse fait une mati´┐Żre ´┐Ż part enti´┐Żre. Dans une texte riche et dense, elle sait aussi prendre le temps, accorder leur place aux mots et aux images. La narration est ainsi ponctu´┐Że de moments po´┐Żtiques, ´┐Ż l´┐Żimage de ce grand-p´┐Żre qui, pour ne pas sacrifier son plaisir de la lecture aux coupures d´┐Ż´┐Żlectricit´┐Ż, coloriait ses dents (tant qu´┐Żil en avait) au Stabylo jaune et lisait ´┐Ż lueur de son sourire fluorescent´┐Ż
Un premier roman dur et noir ´┐Ż bien des ´┐Żgards et pourtant terriblement vivant.

Laurence Bourgeon



 
Mort d'un super h´┐Żros
Anthony MacCarten 
Best love Rosie
Nuala O´┐ŻFaolain 
Le minist´┐Żre des affaires sp´┐Żciales
Nathan Englander 
Ailleurs
Julia Leigh 
La Bombe et Moi
Anna Rozen 
B´┐Żtes sans patrie
Uzodinma Iweala 
Sans elle
Alma Brami 
Crack
Tristan Jordis 
Son absence
Justine AUGIER 
Tribus modernes
J´┐Żr´┐Żme Baccelli 
Mill´┐Żnaire ´┐Ż Belgrade
Vladimir Pistalo 
Une jolie fille rien que pour moi
Aur´┐Żlie Antolini 
Festino ! Festino !
Elodie Issartel 
La porte des Enfers
Laurent Gaud´┐Ż 
Jerusalem
Gon´┐Żalo M. Tavares 
  ARCHIVES
 
contact | © 2000-2008  Zone littéraire |