#113 - Du 15 novembre au 08 d´┐Żcembre 2008

Actu Entretiens Zoom Portraits Extraits

  Julien Santoni a du talent  
  Plus fort que Perec  
  Thomas L´┐Żlu, employ´┐Ż chez Monoprix !  
  Le Wepler ´┐Ż Pagano  
  Pour finir, le prix du Pamphlet 2008 !  
  D´┐Żc´┐Żs de Fran´┐Żois Caradec  
  Bilan des prix litt´┐Żraires 2008  
  Premiers romans prim´┐Żs  
  Goncourt au poil  
  Bramly, Interalli´┐Ż 2008  

inscription
d´┐Żsinscription
 
Il y aura un avant et un apr´┐Żs

 La belle vie
Jay McInerney
L'olivier
Prix éditeur
22.00 euros

Plus de dix ans apr´┐Żs Trente ans et des poussi´┐Żres, voici La belle vie selon Jay McInerney. Ou comment peut-on demeurer heureux, stable et confiant une fois pass´┐Ż le cap de la quarantaine ´┐Ż New York ? Surtout lorsque le 11 septembre est pass´┐Ż par l´┐Ż.

Ils ´┐Żtaient jeunes et beaux. Tout leur r´┐Żussissait et l´┐Żargent coulait ´┐Ż flot. On n´┐Ż´┐Żtait pas dans un feuilleton t´┐Żl´┐Ż na´┐Żvement id´┐Żaliste mais, il y a plus de dix ans, dans Trente ans et des poussi´┐Żres, le roman de Jay McInerney dont La belle vie constitue le pendant. Entre-temps, de l´┐Żeau a coul´┐Ż sous les ponts. Et surtout, le cataclysme du 11 septembre s´┐Żest abattu sur la ville.
Il existe entre ces deux livres la m´┐Żme fascination et le m´┐Żme malaise que l´┐Żon peut ´┐Żprouver au visionnage des Invasions barbares apr´┐Żs La chute de l´┐Żempire am´┐Żricain. Comme Denis Arcand, Jay McInerney r´┐Żunit le m´┐Żme groupe de personnages. Et s´┐Żils sont plus proches du milieu des golden boys new yorkais que de universitaires canadiens, ils gravitent n´┐Żanmoins dans un milieu intellectuel o´┐Ż cin´┐Żastes c´┐Żtoient ´┐Żditeurs et chefs cuisiniers. Autour de Corrine, ex-cambiste qui a renonc´┐Ż ´┐Ż la sp´┐Żculation financi´┐Żre quotidienne pour ´┐Żlever des enfants longtemps d´┐Żsir´┐Żs et de son mari ´┐Żditeur Russel, fourmille en effet tout un ´┐Żchantillon/panachage assez repr´┐Żsentatif de la jet-set branch´┐Że et fortun´┐Że de Manhattan.

Sont-ils tous devenus des ´┐Ż fant´┐Żmes ambulants ´┐Ż ?
Privil´┐Żgi´┐Żs donc, ils le sont ? Autant qu´┐Żartisans de leur r´┐Żussite. Comment alors expliquer cet essoufflement, cette perte d´┐Żenthousiasme qui les saisit, la disparition de cette propension permanente qu´┐Żils avaient ´┐Ż s´┐Ż´┐Żmerveiller de tout ce qui les entourait ? Certes, il y a l´┐Ż´┐Żge : le d´┐Żmon de midi pour certains, le cap de la quarantaine pour d´┐Żautres. La recherche du profit ´┐Ż tout prix peut-elle demeurer une fin en soi ? Comment faire face ´┐Ż ses responsabilit´┐Żs parentales alors m´┐Żme que les relations de couple s´┐Żeffritent ? Autant de questions que se posent Corrine et Luke, ´┐Żgalement repenti des tractations financi´┐Żres avec des vell´┐Żit´┐Żs d´┐Ż´┐Żcriture, d´┐Żabord s´┐Żpar´┐Żment, avant de se rejoindre. Aussi le hasard n´┐Żest-il peut-´┐Żtre pas total lorsqu´┐Żil les fait se rencontrer dans les d´┐Żcombres du World Trade Center.
La convergence du doute de ces personnages avec la catastrophe qui ´┐Żbranle leur pays d´┐Żpasse toutefois la simple astuce narrative bien qu´┐Żune telle co´┐Żncidence accentue ´┐Żvidemment les ´┐Żmotions. Les sentiments s´┐Żemballent, les r´┐Żactions s´┐Żacc´┐Żl´┐Żrent. Et les remises en question affleurent ´┐Ż tous les niveaux. Car, bizarrement, c´┐Żest un m´┐Żme halo de culpabilit´┐Ż qui entoure les deux situations. Or, si l´┐Żon peut s´┐Żattribuer la responsabilit´┐Ż d´┐Żun certain enlisement de ses relations de couple, sur qui renvoyer la faute du d´┐Żclenchement du 11 septembre ? Coupable ou non, ´┐Ż juste titre, Corrine se jette corps et ´┐Żme dans sa mission de sauveteuse, y trouvant autant une ´┐Żchappatoire qu´┐Żune nouvelle justification ´┐Ż son existence.

Une recette pour la belle vie ?

Mesurant l´┐Żampleur et la port´┐Że de ce que cet ´┐Żv´┐Żnement aurait d´┐Żind´┐Żl´┐Żbile et d´┐Żinoubliable dans l´┐Żhistoire de son pays, McInerney a eu l´┐Żintelligence de ne pas y r´┐Żagir de fa´┐Żon totalement ´┐Żpidermique. A la lumi´┐Żre du recul qu´┐Żil a pris, il ´┐Żtudie de quelle mani´┐Żre ce s´┐Żisme en plein c´┐Żur de ce que l´┐Żon consid´┐Żre comme la plus grande d´┐Żmocratie du monde affecte l´┐Żindividu dans ce qu´┐Żil a de plus personnel. Comment ´┐Ż la fois rien ne sera plus jamais comme avant (comme une irr´┐Żversible perte d´┐Żinnocence) et comment il est vain de se complaire dans ses lamentations. La belle vie n´┐Ża cependant rien du roman d´┐Żun moraliste d´┐Żune nouvelle ´┐Żre. Et s´┐Żil ne se prive d´┐Żaucune satire de la jet set new yorkaise, pour notre plus grand plaisir, ce n´┐Żest pas pour inviter les Occidentaux ´┐Ż faire ´┐Ż tout prix amende honorable d´┐Żun mode de vie forc´┐Żment ind´┐Żcent, mais bien plut´┐Żt le r´┐Żsultat d´┐Żune saine autod´┐Żrision et d´┐Żune n´┐Żcessaire lucidit´┐Ż. Ainsi nous r´┐Żgale-t-il d´┐Żune galerie de portraits pr´┐Żtexte ´┐Ż d´┐Żvelopper une critique acerbe de la superficialit´┐Ż et des diktats d´┐Żune soci´┐Żt´┐Ż moderne qui s´┐Żefforce d´┐Ż´┐Żtre heureuse et bien pensante ´┐Ż et derri´┐Żre laquelle on ressent un certain v´┐Żcu. En t´┐Żmoignent ces mots sur les restaurants branch´┐Żs ou le coude ´┐Ż coude n´┐Żest pas qu´┐Żune mani´┐Żre de dire ´┐Ż et ou ceux qui n´┐Żavaient pas l´┐Żhabitude des transports en commun pouvaient au moins profiter d´┐Żun simulacre du charme de l´┐Żintimit´┐Ż qui les caract´┐Żrisait. ´┐Ż
C´┐Żest cette plume qui vide le r´┐Żcit de cette rupture, de cette parenth´┐Żse, de toute amertume. Aucune recette miracle ne vous sera donc ici d´┐Żlivr´┐Że pour mener la vie telle qu´┐Żon la qualifie commun´┐Żment de belle. Mais un appel ´┐Ż exister et ´┐Ż aller de l´┐Żavant, toujours.

Laurence Bourgeon



 
Mort d'un super h´┐Żros
Anthony MacCarten 
Best love Rosie
Nuala O´┐ŻFaolain 
Le minist´┐Żre des affaires sp´┐Żciales
Nathan Englander 
Ailleurs
Julia Leigh 
La Bombe et Moi
Anna Rozen 
B´┐Żtes sans patrie
Uzodinma Iweala 
Sans elle
Alma Brami 
Crack
Tristan Jordis 
Son absence
Justine AUGIER 
Tribus modernes
J´┐Żr´┐Żme Baccelli 
Mill´┐Żnaire ´┐Ż Belgrade
Vladimir Pistalo 
Une jolie fille rien que pour moi
Aur´┐Żlie Antolini 
Festino ! Festino !
Elodie Issartel 
La porte des Enfers
Laurent Gaud´┐Ż 
Jerusalem
Gon´┐Żalo M. Tavares 
  ARCHIVES
 
contact | © 2000-2008  Zone littéraire |