#113 - Du 15 novembre au 08 d´┐Żcembre 2008

Actu Entretiens Zoom Portraits Extraits

  Julien Santoni a du talent  
  Plus fort que Perec  
  Thomas L´┐Żlu, employ´┐Ż chez Monoprix !  
  Le Wepler ´┐Ż Pagano  
  Pour finir, le prix du Pamphlet 2008 !  
  D´┐Żc´┐Żs de Fran´┐Żois Caradec  
  Bilan des prix litt´┐Żraires 2008  
  Premiers romans prim´┐Żs  
  Goncourt au poil  
  Bramly, Interalli´┐Ż 2008  

inscription
d´┐Żsinscription
 
De profondiis

 Lignes de faille
Nancy Huston
Actes Sud
Prix éditeur
21.00 euros

Entretien avec Nancy Huston:
"Je ne suis pas militante"



Zone : Comme dans Dolce Agonia ou Prodige, vous utilisez une narration polyphonique, cors´┐Że cette fois par le fait que ce sont des enfants de 6 ans qui parlent, un langage r´┐Żput´┐Ż difficile ´┐Ż retranscrire´┐Ż D´┐Żo´┐Ż vous est venue l´┐Żid´┐Że ? Comment avez-vous contourn´┐Ż le probl´┐Żme ?

Nancy Huston :Avant tout, je n´┐Żai pas essay´┐Ż d´┐Żimiter le langage des enfants : ´┐Ża aurait manqu´┐Ż d´┐Żint´┐Żr´┐Żt, p´┐Żnible ´┐Ż lire, p´┐Żnible ´┐Ż ´┐Żcrire´┐Ż je n´┐Ży serai pas parvenue de toute fa´┐Żon ! C´┐Żest ´┐Żvidemment une convention, un artifice : j´┐Żai essay´┐Ż de respecter et de comprendre les enfants, ce qu´┐Żils pouvaient se dire m´┐Żme si ce n´┐Żest pas avec ce vocabulaire, cette ´┐Żloquence. Je me suis vraiment enferm´┐Że dans leur t´┐Żte, ce qui n´┐Ż´┐Żtait d´┐Żailleurs pas une exp´┐Żrience agr´┐Żable !
Cela faisait longtemps que j´┐Żessayais de comprendre pourquoi j´┐Żavais fait ce choix ´┐Ż on ne sait pas souvent soi m´┐Żme ´┐Ż je savais que j´┐Żavais envie d´┐Ż´┐Żcrire autour de l´┐Żenfance. Il y avait des citations, comme celle que je mets en exergue de Rilke, qui m´┐Żallaient doit au c´┐Żur, surtout quand on se rappelle de l´┐Żintensit´┐Ż de cette p´┐Żriode qu´┐Żest l´┐Żenfance, qui ne ressemble ´┐Ż aucune autre. Peut-´┐Żtre aussi parce que lorsque j´┐Żavais publi´┐Ż en 2004 Professeurs du d´┐Żsespoir, en lisant la vie des nihilistes, je me suis aper´┐Żue que m´┐Żme si tous crachent sur la famille, l´┐Żengendrement, les ph´┐Żnom´┐Żnes li´┐Żs ´┐Ż la maternit´┐Ż, ils ont en revanche une vraie tendresse vis-´┐Ż-vis d´┐Żeux-m´┐Żmes enfants. J´┐Żai trouv´┐Ż ce paradoxe int´┐Żressant. On respecte l´┐Żenfant qu´┐Żon a ´┐Żt´┐Ż.

Pourquoi 6 ans ?

6 ans, c´┐Żest une p´┐Żriode de la vie tr´┐Żs s´┐Żrieuse, tr´┐Żs grave, c´┐Żest juste avant l´┐Ż´┐Żge de raison : on a d´┐Żj´┐Ż les outils de la parole mais on est encore enferm´┐Ż dans la physicalit´┐Ż ; le b´┐Żb´┐Ż ne na´┐Żt que corps et sensations, petit ´┐Ż petit il se d´┐Żtache de ´┐Ża, notamment quand il rentre ´┐Ż l´┐Ż´┐Żcole, qu´┐Żil apprend les codes et conventions, il oublie que le corps le ma´┐Żtrisait d´┐Żj´┐Ż. A 6 ans, on est entre les deux, on est en train de r´┐Żfl´┐Żchir beaucoup ´┐Ż soi-m´┐Żme, la digestion, comment ´┐Ża fonctionne, qu´┐Żest-ce qui repousse ou pas´┐Ż
Je me souviens tr´┐Żs bien de mes 6 ans et ce que j´┐Żai appris en ´┐Żcrivant le livre c´┐Żest que j´┐Żai eu plein d´┐Żenfances diff´┐Żrentes, je me suis facilement identifi´┐Że ´┐Ż quatre enfants, j´┐Żaurais pu en faire quinze ! J´┐Żai ´┐Żt´┐Ż l´┐Żenfant ´┐Żblouie qu´┐Żest Erra, fascin´┐Że par les formes g´┐Żom´┐Żtriques, les chevaux, le man´┐Żge, tout ce qui est cirque, qui brille ; j´┐Żai ´┐Żt´┐Ż Sadie, obsessionnelle, complex´┐Że, qui sait cependant aussi taper sur les autres ; j´┐Żai ´┐Żt´┐Ż le petit Randall, un peu paum´┐Ż, tr´┐Żs angoiss´┐Ż, et puis Sol bien s´┐Żr, monstrueux, curiosit´┐Ż tous azimuts, intelligence impitoyable, m´┐Żgalomanie galopante. Je m´┐Żidentifie ´┐Ż chacun d´┐Żentre eux mais je ne raconte absolument pas mon histoire.

Dans l´┐Żavant-propos de D´┐Żsirs et r´┐Żalit´┐Żs, vous dites : ´┐Ż je n´┐Żai jamais parl´┐Ż que d´┐Żune seule chose, la relation entre le corps et l´┐Żesprit ´┐Ż. Je me suis alors demand´┐Ż si ce lien dans Lignes de Faille n´┐Ż´┐Żtait pas repr´┐Żsent´┐Ż par le grain de beaut´┐Ż qu´┐Żont chacun des personnages ?

Oui, c´┐Żest une image tr´┐Żs juste, m´┐Żme si je ne l´┐Żaurais pas formul´┐Ż comme cela. Moi, quand on me le demande, je dis que c´┐Żest le ´┐Ż symbole du symbole ´┐Ż. C´┐Żest un exemple de notre besoin de rendre les choses signifiantes : un grain de beaut´┐Ż en soi ne veut rien dire mais nous pouvons lui pr´┐Żter un sens, nous donnons un sens ´┐Ż tout ce qui nous entoure, ainsi une marque sur le corps devient un porte bonheur ou au contraire la mal´┐Żdiction, une maladie, tout est possible. Il se trouve que moi-m´┐Żme j´┐Żen ai plein, qui ont jou´┐Ż un r´┐Żle dans ma vie ne serait-ce que parce que j´┐Żen ai honte, j´┐Żen ai ´┐Żt´┐Ż fi´┐Żre etc. Mais aussi quand j´┐Żai lu l´┐Żhistoire de Guitta Sereny*, que j´┐Żai appris l´┐Żhistoire des enfants vol´┐Żs, elle-m´┐Żme raconte qu´┐Żelle a ´┐Żt´┐Ż une de ces femmes des association de personnes d´┐Żplac´┐Żes : elle allait dans les familles allemandes avec les photos, les lettres des parents ´┐Żplor´┐Żs, elle cherchait ´┐Ż rendre aux enfants adopt´┐Żs de force leur famille d'origine, mais c'´┐Żtait parfois difficile parents inconnus, d´┐Żc´┐Żd´┐Żs pendant la guerre...). Un jour, elle a vraiment reconnu une petite fille gr´┐Żce ´┐Ż son grain de beaut´┐Ż. Mais elle ajoute que pour cette petite, si ce grain de beaut´┐Ż avait mesur´┐Ż un millim´┐Żtre de plus, cela aurait signifi´┐Ż la mort car elle n´┐Żaurait pas ´┐Żt´┐Ż assez ´┐Ż parfaite ´┐Ż. Ce grain de beaut´┐Ż devient alors ´┐Ż la fois l´┐Ż´┐Żl´┐Żment de reconnaissance qui la ram´┐Żne ´┐Ż sa famille, et la possibilt´┐Ż d'´┐Żtre l´┐Żinstrument de mort.

Vous avez lu le livre de Gitta Sereny avant de vous mettre ´┐Ż ´┐Żcrire ?

Oui. J´┐Żai fortement r´┐Żagi ´┐Ż ce livre, pas parce que cela parle encore des m´┐Żfaits du nazisme, largement connus d´┐Żj´┐Ż, mais ´┐Ż cause de ce que les "fontaines de vie" impliquaient comme conception erron´┐Że de l´┐Żidentit´┐Ż humaine. Comme si c´┐Ż´┐Żtait possible de prendre les enfants, de leur donner d´┐Żautres parents, une autre langue comme si c´┐Ż´┐Żtait simplement de la mati´┐Żre mall´┐Żable ´┐Ż merci : je me suis demand´┐Ż ce qui avait pu se passer dans la t´┐Żte de ces gamins. X raconte par exemple qu´┐Żil y avait plusieurs enfants qui avaient tout oubli´┐Ż de leur langue maternelle ´┐Ż qui du coup les femmes des associations venaient leur chanter des chansons de leur pays : la m´┐Żmoire de ces enfants s´┐Żest alors r´┐Żveill´┐Że, l´┐Żh´┐Żmisph´┐Żre droit de leur cerveau, sensible ´┐Ż la musique, reconnaissant les chants. Je trouve ´┐Ża incroyable.
De toutes les horreurs qu´┐Żon conna´┐Żt de cette p´┐Żriode, approcher la reproduction de l´┐Żesp´┐Żce avec cette froideur scientifique proprement d´┐Żshumanis´┐Że comme c´┐Ż´┐Żtait le cas des "fontaines de vie" est hallucinant. Et effrayant.

Le livre est travers´┐Ż par l´┐Ż´┐Żvocation du ´┐Ż Mal ´┐Ż qui s´┐Żvit dans le monde (guerres, racisme, etc.) : vous avez fait partie du mouvement pour la femme, vous avez toujours envie de prendre la parole ?

Je ne suis pas militante. Je ne prends en tous cas presque jamais position politique, j´┐Żai ´┐Żcrit une fois d´┐Żbut 2005 pour la page Rebonds de Lib´┐Żration car je souhaitais parler de mon voyage en Isra´┐Żl. L´┐Żun des buts de Lignes de faille, c´┐Żest justement de montrer comment les gens acqui´┐Żrent leurs opinions politiques : souvent nos pr´┐Żjug´┐Żs, nos haines, nos col´┐Żres, nos grandes causes, nos indignations, sont forg´┐Żes ´┐Ż cette ´┐Żpoque de l´┐Żenfance o´┐Ż l´┐Żon r´┐Żalise que les parents ne sont pas tout puissants comme on le pensait, qu´┐Żils peuvent avoir peur, ´┐Żtre humili´┐Żs, ´┐Żtre effondr´┐Żs.

Le racisme du personnage de Randall, par exemple ?
C´┐Żest un tout petit exemple. Si on pense par exemple ´┐Ż ce qu´┐Żon vu, v´┐Żcu cet ´┐Żt´┐Ż les enfants libanais ou isra´┐Żliens, la violence, la d´┐Żtresse, la panique, et leurs parents face ´┐Ż cela, d´┐Żsempar´┐Żs, d´┐Żpass´┐Żs, impuissants´┐Ż Cela laisse des traces, c´┐Żest ´┐Żvident.

* Guitta SERENY, The German trauma : experiences and reflexions 1938 -2001, Penguin, 2001.

______________________________________________________________________


Trenti´┐Żme ouvrage de Nancy Huston, Lignes de faille nous plonge dans l´┐Żab´┐Żme de ces secrets qui alourdissent les m´┐Żmoires familiales, plus encore lorsqu´┐Żils sont n´┐Żs de l´┐ŻHistoire.

On ne pr´┐Żsente plus Nancy Huston, auteur n´┐Że au Canada, qui vit ´┐Ż Paris depuis plus de vingt ans. Son avant-dernier roman, Dolce Agonia, paru en 2001, racontait une soir´┐Że de Thanksgiving, vue par tous les invit´┐Żs ´┐Ż tour de r´┐Żle, auxquels s´┐Żajoutait un narrateur de choix, rien moins que Dieu lui-m´┐Żme ! Dans Lignes de faille, pas de Dieu, mais une construction similaire dans sa polyphonie, assortie de cette particularit´┐Ż : quatre membres d´┐Żune m´┐Żme famille prennent la parole l´┐Żun apr´┐Żs l´┐Żautre, chacun pris ´┐Ż l´┐Ż´┐Żge de 6 ans, et ce ´┐Ż rebours´┐Ż

Generation X

Un critique l´┐Ża tr´┐Żs bien dit, lorsqu´┐Żon arrive ´┐Ż la fin de ce livre qui nous r´┐Żv´┐Żle la ´┐Ż cl´┐Ż ´┐Ż de ce qui pr´┐Żc´┐Żde, on a envie de le relire enti´┐Żrement ´┐Ż l´┐Żenvers, ne serait-ce que pour retrouver le fil des d´┐Żtails jet´┐Żs l´┐Żair de rien dans les quatre r´┐Żcits. Si on devine rapidement une sombre histoire comme il y en eu tant durant la Seconde Guerre mondiale, il est difficile d´┐Żen imaginer exactement la trame et surtout ses cons´┐Żquences si diff´┐Żrentes pour chacun des membres de la famille.
On commence donc par Sol, jeune am´┐Żricain nourri au tout puissant Google, qui surfe entre images des violences de la guerre d´┐ŻIrak et sites pornos, avaleur insatiable d´┐Żinformation sans discernement, ´┐Ż ce point gangren´┐Ż par son ´┐Żpoque et son pays qu´┐Żil se prend pour Dieu. Sol est bient´┐Żt embarqu´┐Ż dans un ´┐Żtrange voyage ´┐Ż M´┐Żnich : avec ses parents, sa grand-m´┐Żre et son arri´┐Żre grand-m´┐Żre - qui ne se sont pas parl´┐Żes depuis 15 ans- il part ´┐Ż la rencontre de sa grande tante. Arrive ensuite Randall, le futur papa de Sol, gentil gar´┐Żon qui doit apprendre l´┐Żh´┐Żbreu rapidement : sa m´┐Żre, Sadie, conf´┐Żrenci´┐Żre r´┐Żput´┐Że, a d´┐Żcid´┐Ż que toute la famille allait quitter New York pour s´┐Ż´┐Żtablir ´┐Ż Ha´┐Żfa. Elle a en effet des recherches ´┐Ż mener sur l´┐Żobscur pass´┐Ż familial. Vingt ans plus t´┐Żt, en 1962, c´┐Żest Sadie elle-m´┐Żme qui raconte sa morne enfance chez ses grand-parents canadiens et vit dans l´┐Żespoir fou, bient´┐Żt combl´┐Ż, de retourner vivre avec sa m´┐Żre, Kristina/Erra, chanteuse fantasque et boh´┐Żme, en passe de devenir c´┐Żl´┐Żbre. L´┐Żhistoire de cette derni´┐Żre, petite fille filiforme r´┐Żvant de devenir la Grosse Dame du cirque, 6 ans en 1944, ´┐Żclaire pr´┐Żcis´┐Żment ces ´┐Ż lignes de faille ´┐Ż marquant si profond´┐Żment la surface de cette famille o´┐Ż ´┐Ż la c´┐Żl´┐Żbrit´┐Ż est h´┐Żr´┐Żditaire ´┐Ż.

Secrets et mensonges

Et de fait, devenir quelqu´┐Żun pour oublier qu´┐Żon ne sait pas d´┐Żo´┐Ż on vient : voil´┐Ż peut-´┐Żtre ce qui fonde l´┐Żidentit´┐Ż d´┐ŻErra, Sadie, Randall et Sol. Dans ce livre, Nancy Huston prouve sans jamais l´┐Żexprimer l´┐Żid´┐Że qu´┐Żun h´┐Żritage familial, qu´┐Żil soit r´┐Żv´┐Żl´┐Ż, cach´┐Ż, fantasm´┐Ż ou r´┐Ż´┐Żcrit, n´┐Żen demeure pas moins une donne ind´┐Żpassable pour les descendants. Si elle laisse par moment croire ´┐Ż l´┐Żinnocence propre ´┐Ż la jeunesse de ses protagonistes, ceux-ci finissent toujours par la perdre au profit d´┐Żun drame personnel ou d´┐Żune ´┐Żpoque. Car c´┐Żest aussi la force de ce roman, adjoindre ´┐Ż la petite voix de ces enfants l´┐Ż´┐Żme fissur´┐Że les ch´┐Żurs vocif´┐Żrants des p´┐Żriodes historiques dans lesquelles ils grandissent : de la guerre du Liban ´┐Ż la guerre d´┐ŻIrak, du nazisme au racisme, des ann´┐Żes 40 aux ann´┐Żes 2000.
A l´┐Żimage de la construction narrative du roman, complexe et exigeante, les r´┐Żcits imagin´┐Żs par Nancy Huston agrippent et enlacent le lecteur, qui subit ´┐Ż la fois le d´┐Żni et la ressemblance avec ces gamins ´┐Żcorch´┐Żs, surtout avide d´┐Żenfin partager le lourd secret d´┐ŻErra.

Ma´┐Ża Gabily



 
Mort d'un super h´┐Żros
Anthony MacCarten 
Best love Rosie
Nuala O´┐ŻFaolain 
Le minist´┐Żre des affaires sp´┐Żciales
Nathan Englander 
Ailleurs
Julia Leigh 
La Bombe et Moi
Anna Rozen 
B´┐Żtes sans patrie
Uzodinma Iweala 
Sans elle
Alma Brami 
Crack
Tristan Jordis 
Son absence
Justine AUGIER 
Tribus modernes
J´┐Żr´┐Żme Baccelli 
Mill´┐Żnaire ´┐Ż Belgrade
Vladimir Pistalo 
Une jolie fille rien que pour moi
Aur´┐Żlie Antolini 
Festino ! Festino !
Elodie Issartel 
La porte des Enfers
Laurent Gaud´┐Ż 
Jerusalem
Gon´┐Żalo M. Tavares 
  ARCHIVES
 
contact | © 2000-2008  Zone littéraire |