#113 - Du 15 novembre au 08 d´┐Żcembre 2008

Actu Entretiens Zoom Portraits Extraits

  Julien Santoni a du talent  
  Plus fort que Perec  
  Thomas L´┐Żlu, employ´┐Ż chez Monoprix !  
  Le Wepler ´┐Ż Pagano  
  Pour finir, le prix du Pamphlet 2008 !  
  D´┐Żc´┐Żs de Fran´┐Żois Caradec  
  Bilan des prix litt´┐Żraires 2008  
  Premiers romans prim´┐Żs  
  Goncourt au poil  
  Bramly, Interalli´┐Ż 2008  

inscription
d´┐Żsinscription
 
Sembler et devenir

 Les autres
Alice Ferney
Actes Sud
Prix éditeur
21.00 euros

Une f´┐Żte d´┐Żanniversaire, un jeu pas si innocent sur la personnalit´┐Ż, et voici le destin des convives qui vacille. Les autres, sixi´┐Żme roman d´┐ŻAlice Ferney est une pierre ´┐Ż double tranchant

Six ans d´┐Żj´┐Ż depuis l´┐Żenchantement de La Conversation amoureuse, trois depuis la s´┐Żlection de Dans la guerre au Goncourt, Alice Ferney trace avec r´┐Żgularit´┐Ż son empreinte dans le paysage litt´┐Żraire fran´┐Żais. Depuis Gr´┐Żce et d´┐Żnuement en 1997, cette auteur a pris l´┐Żhabitude de m´┐Żrir trois ans chacun de ses romans. Les autres n´┐Ż´┐Żchappe pas ´┐Ż la r´┐Żgle, et se pr´┐Żsente comme un joli pav´┐Ż rose de 531 pages. On h´┐Żsite, on se demande si on arrivera au terme et puis on ouvre la premi´┐Żre page. Tiens, une pr´┐Żsentation comme au th´┐Ż´┐Żtre, puis des monologues : ´┐Żtrange´┐Ż Voici notre curiosit´┐Ż d´┐Żfinitivement piqu´┐Że.
A notre tour de vous pr´┐Żsenter les protagonistes : il y a d´┐Żabord Nina, la grand-m´┐Żre centenaire qui s´┐Żappr´┐Żte ´┐Ż partir en maison de retraite ; puis sa fille, la tendre Moussia, d´┐Żlaiss´┐Że depuis des ann´┐Żes par son mari Luc, mais qui a toujours sauvegard´┐Ż les apparences pour ses enfants, Niels le mal aim´┐Ż, brutal, provocateur, insupportable et Th´┐Żo, le pr´┐Żf´┐Żr´┐Ż, doux, compr´┐Żhensif, polisseur d´┐Żangle. Th´┐Żo va bient´┐Żt ´┐Żpouser l´┐Żadorable Estelle, intelligente et secr´┐Żte. Ce soir, Claude, le meilleur ami de Niels, pr´┐Żtentieux, content de lui, est l´┐Ż avec sa fianc´┐Że, la jolie, riche et apparemment frivole, Fleur. Enfin, est ´┐Żgalement pr´┐Żsente Marina, la r´┐Żvolt´┐Że permanente, meilleure amie de Th´┐Żo, venue avec son fils de 4 ans, Arthur ´┐Ż qui on ne conna´┐Żt pas de p´┐Żre. Pour l´┐Żanniversaire de Th´┐Żo, le perfide Niels offre ´┐Ż son fr´┐Żre un jeu, cens´┐Ż ´┐Żclairer les participants sur leur personnalit´┐Ż, vue par eux m´┐Żmes mais surtout par les autres. On s´┐Żen doutait, c´┐Ż´┐Żtait une tr´┐Żs mauvaise id´┐Że.

M´┐Żmento

L´┐Żart de foutre la merde en s´┐Żamusant, tel est, ´┐Ż peu pr´┐Żs, le but non avou´┐Ż de ce jeu auquel Niels, le vilain strat´┐Żge, persuade les autres invit´┐Żs, nettement plus dubitatifs, de jouer. Alors bien s´┐Żr, comme attendu par notre malsaine - mais si humaine - curiosit´┐Ż, il y aura des surprises, parfois tr´┐Żs grosses, qui seront r´┐Żv´┐Żl´┐Żes et on r´┐Żsistera courageusement ´┐Ż l´┐Żenvie de vous les dire. Mais l´┐Ż n´┐Żest pas l´┐Żimportant. Ce qui a amus´┐Ż Alice Ferney dans ce livre, c´┐Żest avant tout sa construction narrative, elle aussi ´┐Żcrite comme un jeu de points de vue.
En effet, au bout de la premi´┐Żre partie, soit au premier tiers du livre, la soir´┐Że s´┐Żest ´┐Żcoul´┐Że, achev´┐Że, les lecteurs comme les personnages sont au courant de tous les fameux secrets. Alors que la succession de leurs monologues nous inqui´┐Żtait par sa troublante ressemblance avec le Dolce Agonia de l´┐Żexcellente Nancy Huston, la seconde partie nous rassure. Le livre y reprend ´┐Ż son point de d´┐Żpart, avec une cam´┐Żra non plus dans la t´┐Żte des protagonistes, mais dans la pi´┐Żce o´┐Ż ils sont r´┐Żunis. La premi´┐Żre partie s´┐Żintitule ´┐Ż Choses pens´┐Żes ´┐Ż, la seconde ´┐Ż Choses dites ´┐Ż. On a enfin saisi le concept et on s´┐Żamuse comme l´┐Żauteur, de l´┐Ż´┐Żtonnante distorsion entre les mots et les pens´┐Żes, entre ce que l´┐Żon pense ´┐Żtre et ce que l´┐Żon donne ´┐Ż voir, volontairement ou malgr´┐Ż nous.

Le poids des mots

Ce qu´┐Żon a toujours aim´┐Ż chez Alice Ferney, c´┐Żest sa fa´┐Żon si douce, si tendre, si po´┐Żtique m´┐Żme, de dire la v´┐Żrit´┐Ż des choses, des sentiments, elle au contraire souvent dure. En ce sens, on aurait envie de vous lire la moiti´┐Ż du livre qui regorge de ces petites formules lapidaires vous allant droit au c´┐Żur, qui frappent en caressant, qui vous r´┐Żv´┐Żle ce que vous savez d´┐Żj´┐Ż. On se contentera de quelques phrases, telle celle de Luc, la nuit o´┐Ż il r´┐Żalise qu´┐Żil n´┐Żaime plus Moussia ´┐Ż j´┐Żai pris sa main dans la mienne et me suis endormi en la serrant, elle pouvait croire que c´┐Ż´┐Żtait l´┐Ż notre complicit´┐Ż et mon amour, pourtant c´┐Ż´┐Żtait ma piti´┐Ż pour elle ´┐Ż ; ou bien cette consid´┐Żration de la pas si l´┐Żg´┐Żre Fleur : ´┐Ż Au d´┐Żbut de l´┐Żamour, il n´┐Ży a ni qualit´┐Ż, ni d´┐Żfaut, il n´┐Ży a que l´┐Żamour. Un peu plus tard, toute la vie nous est rendue ! ´┐Ż, ou encore cette r´┐Żflexion de th´┐Żo regardant sa m´┐Żre ´┐Ż n´┐Żest-ce pas (´┐Ż) une r´┐Żgle singuli´┐Żre de la relation aux autres que nous les voyions mieux lorsqu´┐Żils ne nous regardent pas ? ´┐Ż, etc.
Sp´┐Żcialit´┐Ż de notre ´┐Żcrivain, se faire plus na´┐Żve qu´┐Żelle n´┐Żest et r´┐Żv´┐Żler quand on ne s´┐Ży attend plus la face obscure des histoires qu´┐Żelle raconte. A ce sujet, la derni´┐Żre partie du livre, ´┐Ż Choses rapport´┐Żes ´┐Ż, a ainsi cet avantage de nous faire d´┐Żcouvrir tout ce qu´┐Żon a d´┐Żj´┐Ż entendu sous un autre angle, plus authentique, qui nous livre la v´┐Żritable nature des liens qui unissent nos joueurs, et continue donc de nous surprendre.
Au milieu de ses louanges, on adressera toutefois quelques reproches. On avouera ainsi qu´┐Żon aurait aim´┐Ż un texte un tout petit peu plus court, un peu moins dans cette ´┐Żlaboration d´┐Żune forme parfaite, certaines discussions finissant par manquer, ´┐Ż force, de naturel. En ce sens, le personnage d´┐ŻEstelle notamment est un peu trop sentencieux, parlant presque comme un livre !

Cependant, ce serait de la mauvaise foi que de nier le plaisir qu´┐Żon a pris ´┐Ż lire cette auteur dont les pr´┐Żoccupations nous touchent par leur proximit´┐Ż, dont le style est toujours travaill´┐Ż avec gr´┐Żce. Et on esp´┐Żre qu´┐Żelle ne nous en voudra pas, parmi le floril´┐Żge de belles phrases dont elle nous a g´┐Żt´┐Ż, d´┐Żavoir choisi la plus simple pour en symboliser le c´┐Żur, dernier mots d´┐Żune vieille femme qui va mourir :
´┐Ż J´┐Żentends vos rires ´┐Ż.

Ma´┐Ża Gabily



 
Mort d'un super h´┐Żros
Anthony MacCarten 
Best love Rosie
Nuala O´┐ŻFaolain 
Le minist´┐Żre des affaires sp´┐Żciales
Nathan Englander 
Ailleurs
Julia Leigh 
La Bombe et Moi
Anna Rozen 
B´┐Żtes sans patrie
Uzodinma Iweala 
Sans elle
Alma Brami 
Crack
Tristan Jordis 
Son absence
Justine AUGIER 
Tribus modernes
J´┐Żr´┐Żme Baccelli 
Mill´┐Żnaire ´┐Ż Belgrade
Vladimir Pistalo 
Une jolie fille rien que pour moi
Aur´┐Żlie Antolini 
Festino ! Festino !
Elodie Issartel 
La porte des Enfers
Laurent Gaud´┐Ż 
Jerusalem
Gon´┐Żalo M. Tavares 
  ARCHIVES
 
contact | © 2000-2008  Zone littéraire |