#113 - Du 15 novembre au 08 d´┐Żcembre 2008

Actu Entretiens Zoom Portraits Extraits

  Julien Santoni a du talent  
  Plus fort que Perec  
  Thomas L´┐Żlu, employ´┐Ż chez Monoprix !  
  Le Wepler ´┐Ż Pagano  
  Pour finir, le prix du Pamphlet 2008 !  
  D´┐Żc´┐Żs de Fran´┐Żois Caradec  
  Bilan des prix litt´┐Żraires 2008  
  Premiers romans prim´┐Żs  
  Goncourt au poil  
  Bramly, Interalli´┐Ż 2008  

inscription
d´┐Żsinscription
 
Last exit to Glasgow

 Faut ´┐Żtre prudent au pays de la libert´┐Ż
James Kelman
Editions M´┐Żtaili´┐Ż
Prix éditeur
23.00 euros

´┐Ż la veille de son retour au pays natal apr´┐Żs douze ans d´┐Żabsence, un trentenaire Ecossais ´┐Żcume les bars de sa derni´┐Żre escale am´┐Żricaine. Tour d´┐Żhorizon de son existence, en images et surtout en paroles.

Nom : Brown
Pr´┐Żnom : Jeremiah
Signe particulier : d´┐Żtenteur d´┐Żune carte rouge de cat´┐Żgorie III. ´┐Ż Ca veut dire que j´┐Żai pas honte d´┐Ż´┐Żtre un ´┐Żtranger socialiste non assimil´┐Ż et non int´┐Żgr´┐Ż mais que je m´┐Żoppose fortement ´┐Ż ce qu´┐Żon me traite de s´┐Żculariste post-chr´┐Żtien d´┐Żcadent ´┐Ż tendances agnostiques. ´┐Ż
Confessions d´┐Żun marginal ? Rien n´┐Żest moins sur. Car c´┐Żest bien dans une longue tradition d´┐Żimmigration que s´┐Żinscrit le parcours de celui qui se pr´┐Żsente d´┐Żembl´┐Że comme un antih´┐Żros. En effet, comme tant d´┐Żautres au si´┐Żcle pr´┐Żc´┐Żdent, au terme d´┐Żune adolescence certainement un tantinet trop traditionnelle ´┐Ż son go´┐Żt, Jeremiah Brown a succomb´┐Ż aux sir´┐Żnes de la Terre promise et d´┐Żcid´┐Ż de quitter la vieille Europe. Barman, serveur, agent de s´┐Żcurit´┐Ż, sa vie sur le nouveau continent rel´┐Żve plus de l´┐Żacrobatie que de la stabilit´┐Ż esp´┐Żr´┐Że : accumulation de petits boulots entre combines et d´┐Żbrouille, n´┐Żanmoins agr´┐Żment´┐Że de tentatives d´┐Ż´┐Żcriture et de parties de poker. Une int´┐Żgration pas si rat´┐Że que cela n´┐Żanmoins puisque ce d´┐Żracinement volontaire lui a tout de m´┐Żme permis de rencontrer la femme de sa vie et de gouter a la paternit´┐Ż. N´┐Żanmoins, m´┐Żme sous le soleil am´┐Żricain, l´┐Żidylle est rarement ´┐Żternelle. Surtout si en toile de fond, la vie de boh´┐Żme le dispute a la pr´┐Żcarit´┐Ż.
Au final donc (au d´┐Żpart pour nous), une rupture consum´┐Że depuis deux ans, mais qu´┐Żil ressasse sans pouvoir en dig´┐Żrer les cons´┐Żquences, et des secrets espoirs de c´┐Żl´┐Żbrit´┐Ż ´┐Żchou´┐Że. Car derri´┐Żre le r´┐Żve am´┐Żricain miroitent toujours les paillettes d´┐Żune gloire facile et, sans se l´┐Żavouer, c´┐Żest bien un tel succ´┐Żs qu´┐Żil aurait souhait´┐Ż. Mais c´┐Żest de l´┐Żombre de sa compagne musicienne qu´┐Żil a du se contenter. Sous des airs d´┐Żune grande duret´┐Ż, c´┐Żest un c´┐Żur bris´┐Ż qui se d´┐Żvoile ´┐Ż la veille de son d´┐Żpart d´┐Żun territoire auquel plus rien ne le rattache d´┐Żsormais.

Jusqu´┐Żau bout de la nuit

La m´┐Żlancolie et la ranc´┐Żur stimulant sans aucun doute une certaine aptitude au verbiage, cette derni´┐Żre nuit am´┐Żricaine devient ainsi pr´┐Żtexte ´┐Ż un grand d´┐Żballage de son existence aux US of A, depuis ses p´┐Żrip´┐Żties professionnelles jusqu´┐Ż´┐Ż ses d´┐Żboires sentimentaux. Alternant entre de longs monologues int´┐Żrieurs o´┐Ż il apostrophe et invective aussi bien un entourage physiquement pr´┐Żsent que des compagnons du pass´┐Ż, et des dialogues r´┐Żels, Jeremiah Brown d´┐Żvoile successivement diff´┐Żrents pans de son existence et de sa personnalit´┐Ż. Aux mots de l´┐Ż´┐Żcriture ´┐Żchou´┐Że il substitue donc ceux d´┐Żune parole intarissable. Logorrh´┐Że symptomatique de la parano´┐Ża d'un anticonformiste ? D´┐Żlire de pers´┐Żcution nourri d´┐Żun grand complexe d´┐Żinf´┐Żriorit´┐Ż ? Ou bien r´┐Żelle inaptitude ´┐Ż l´┐Żhospitalit´┐Ż de la part de cette terre qui continue ´┐Ż appara´┐Żtre promise pour bon nombre d´┐Ż´┐Żtrangers ? La v´┐Żrit´┐Ż est certainement un peu entre les deux. Si notre jeune homme amuse d´┐Żabord par son ton acerbe au service d´┐Żun incomparable cynisme, servi par un talent certain de l´┐Żobservation qui p´┐Żtrifie en l´┐Żespace de deux lignes le tic le plus accidentel ´┐Ż d´┐Żfaut d´┐Ż´┐Żtre r´┐Żellement culturel, il peut ensuite agacer par l´┐Żinsistance avec laquelle il cultive une image de paria dans laquelle il semble se complaire. Mais toujours, l´┐Żautod´┐Żrision ressurgit et ce qui apparaissait comme de l´┐Ż´┐Żgocentrisme, en r´┐Żalit´┐Ż miroir d´┐Żun profond mal ´┐Żtre, est vite rattrap´┐Ż par une sensibilit´┐Ż et une ´┐Żcoute des classes les plus faibles ´┐Ż qui il souhaite donner voix. Pas de roman social pour autant, au sens classique du terme tout au moins. L´┐Żon sourit souvent aux t´┐Żmoignages des complications et des mesquineries humaines que, bien qu´┐ŻEurop´┐Żens, l´┐Żon a pu de m´┐Żme exp´┐Żrimenter au quotidien. L´┐Żon rit, plus jaune cette fois, ´┐Ż l´┐Żind´┐Żniable mauvaise foi de certaines autorit´┐Żs quant aux motifs expos´┐Żs pour justifier certains actes cens´┐Żs ´┐Żtres moraux ou autres´┐Ż

Une chose est sure, le temps des immigr´┐Żs n´┐Żest pas le m´┐Żme que celui des autochtones, car sans cesse le couperet de l´┐Żexpulsion menace. Y aurait-il la une explication de sa passion pour le poker per´┐Żu comme un antidote potentiel au cours t´┐Żnu et irr´┐Żversible de l´┐Żexistence inlassablement maitris´┐Że par les Parques ? A force de jouer sa vie aux d´┐Żs et de d´┐Żfier le destin par le jeu, la mise peut s´┐Żav´┐Żrer de plus en plus difficile a remporter. Et la fuite appara´┐Żt alors in´┐Żluctable. Mais ´┐Ż l´┐Żheure des vols ´┐Ż bas prix, cela ne rel´┐Żve-t-il pas autant du pari ?
Sans s´┐Ż´┐Żloigner d´┐Żun bar d´┐Żsert du Sud des Etats Unis, James Kelman accomplit la prouesse de nous embarquer dans un v´┐Żritable road movie existentialiste auquel l´┐Żoralit´┐Ż maitris´┐Że de son ´┐Żcriture donne toute son ampleur. Une v´┐Żritable voix qui s´┐Ż´┐Żl´┐Żve, nous amuse, nous interpelle et nous d´┐Żrange : de celles qu'on n´┐Żoublie pas.

Laurence Bourgeon



 
Mort d'un super h´┐Żros
Anthony MacCarten 
Best love Rosie
Nuala O´┐ŻFaolain 
Le minist´┐Żre des affaires sp´┐Żciales
Nathan Englander 
Ailleurs
Julia Leigh 
La Bombe et Moi
Anna Rozen 
B´┐Żtes sans patrie
Uzodinma Iweala 
Sans elle
Alma Brami 
Crack
Tristan Jordis 
Son absence
Justine AUGIER 
Tribus modernes
J´┐Żr´┐Żme Baccelli 
Mill´┐Żnaire ´┐Ż Belgrade
Vladimir Pistalo 
Une jolie fille rien que pour moi
Aur´┐Żlie Antolini 
Festino ! Festino !
Elodie Issartel 
La porte des Enfers
Laurent Gaud´┐Ż 
Jerusalem
Gon´┐Żalo M. Tavares 
  ARCHIVES
 
contact | © 2000-2008  Zone littéraire |