#116 - Du 27 mars au 20 avril 2009

Actu Entretiens Zoom Portraits Extraits

  J.G. Ballard est mort  
  Le manuscrit in´┐Żdit de Nabokov sera publi´┐Ż  
  VOX POPULI  
  Weyergans, nouvel immortel  
  Les mutuelles, elles assurent  
  Le prix des libraires pour Dominique Mainard  
  Le figaro se fait une biblioth´┐Żque  
  Wallace post mortem  
  Un buzz pour rien (ou pas grand chose)  
  C'est le Printemps ! (rires)  

inscription
d´┐Żsinscription
 
Et si c'´┐Żtait vrai?

 Cr´┐Żpuscule Ville
Lolita Pille
Grasset

Lolita Pille s´┐Ż´┐Żloigne volontairement de son immense succ´┐Żs, Hell, et s´┐Żenvole carr´┐Żment vers l´┐Żanticipation sociale et la SF. Bon, on attend, on craint et nous voil´┐Ż embarqu´┐Żs dans Cr´┐Żpuscule ville, un thriller futuriste qui se sert habilement de la r´┐Żalit´┐Ż pour imaginer le pire...

Le pire n´┐Żest jamais certain, ´┐Ż ce qu´┐Żon a coutume de dire´┐Ż C´┐Żest bien l´┐Ż le propos de ce roman de science-fiction que la jeune romanci´┐Żre dans le vent nous livre comme un pied de nez ´┐Ż un certain milieu ´┐Żlitiste o´┐Ż il faisait bon la critiquer. En parfait t´┐Żmoin de son ´┐Żpoque, Miss Pille livre un exercice de style : la science-fiction, prenant ses fondations dans les tendances et d´┐Żviances ultra contemporaines : cyber-rencontres, t´┐Żl´┐Ż-r´┐Żalit´┐Ż, surconsommation, culte de l´┐Żapparence, obsession de la minceur, consommation banalis´┐Że des psychotropes, ville sans racailles ni ob´┐Żses´┐Ż Des id´┐Żes succulentes ponctuent le r´┐Żcit sombre et d´┐Żsesp´┐Żr´┐Ż de la romanci´┐Żre, comme ces implants bancaires qu´┐Żelle imagine veiller sur nos d´┐Żpenses, le Minist´┐Żre de l´┐Żapparence, le "gratte-brouillard" de Clair-Monde, la ville o´┐Ż se d´┐Żroule le r´┐Żcit´┐Ż
On cause ´┐Żgalement de Service de Protection contre soi-m´┐Żme, le S.P.S,qui combat les acc´┐Żs d´┐Żpressifs en interdisant le suicide et en pr´┐Żnant le bonheur absolu et obligatoire pour tous.
Le pire, oui, n´┐Żest jamais certain : tout y passe : Il faut ´┐Żtre heureux : le bonheur est obligatoire ´┐Ż Clair-Monde, et on y souffre d´┐Żmesur´┐Żment´┐Ż Quelle ´┐Żtonnante jeune femme qui sait si bien saisir les travers de son ´┐Żpoque et fait ce pari audacieux d´┐Żen tirer un roman d´┐Żanticipation !
Il y a Syde Paradine, le personnage principal du roman : flic tortur´┐Ż par une prise de conscience trop violente sur cette soci´┐Żt´┐Ż absurde dans laquelle il vit. V´┐Żritable arch´┐Żtype du personnage qui pense trop, celui courant dans cette litt´┐Żrature urbaine, d´┐Żj´┐Ż vu dans les romans de K-Dick, qui au fond, r´┐Żverait peut-´┐Żtre d´┐Żincarner son contraire, l´┐Żimb´┐Żcile heureux. Mais voil´┐Ż, il est assomm´┐Ż par cette conscience trop vive d´┐Żavoir particip´┐Ż ´┐Ż cette soci´┐Żt´┐Ż compl´┐Żtement borderline qui est en train de craquer et il ne supporte plus cette cit´┐Ż o´┐Ż r´┐Żgnent mensonge et trahison´┐Ż Puis il y a Blue, une jolie jeune femme avec qui il voudrait refaire un remake de mai 68, foutre le bordel et r´┐Żvolutionner Claire-Monde, alors qu´┐Żil sait que c´┐Żest impossible.

French Touche ´┐Ż volont´┐Ż

Avec Cr´┐Żpuscule Ville, Lolita Pille a beau sortir des probl´┐Żmatiques de trentenaires parisiens croulant sous les billets de 500 euros, s´┐Ż´┐Żloigner vers une litt´┐Żrature d´┐Żanticipation, on reconna´┐Żt son style, cabotin, nerveux, cynique. On aime et on en redemande, mais on sait alors qu´┐Żelle ne fera pas taire les critiques, pas enti´┐Żrement. Et de citer son acolyte double masculin, Fr´┐Żd´┐Żric Beigbeder, dans une bel hommage : "le type qui avait restreint le mariage ´┐Ż trois ans!" En somme, les personnages de ses deux premiers romans ont avanc´┐Ż dans le temps et se retrouvent aux prises des monstruosit´┐Żs n´┐Żes de leurs anciens vices. Sa plume ´┐Ż elle s´┐Żest aiguis´┐Że, a m´┐Żri - comme on dit - sans perdre de sa fougue. Cr´┐Żpuscule Ville abonde de r´┐Żf´┐Żrences litt´┐Żraires et cin´┐Żmatographiques proches de ce genre auquel elle se frotte courageusement : Huxley, K Dick, Ch´┐Żteaureynaud, Dantec´┐Ż Il y a de tout ´┐Ża dans ce roman qui se d´┐Żroule autour d´┐Żun long et dense champ lexical de la brume, du brouillard, mais o´┐Ż le soleil n´┐Żappara´┐Żt plus.
L´┐Żintrigue p´┐Żche un peu, on se perd, il faut tenir bon sur le fil t´┐Żnu de l´┐Żhistoire mais comment faire alors que l´┐Żon est concentr´┐Ż pour savourer le moindre d´┐Żtail futuriste, les clins d´┐Żoeils bien pens´┐Żs ´┐Ż une soci´┐Żt´┐Ż de surconsommation bien r´┐Żelle, qui font aussi toute la personnalit´┐Ż de la romanci´┐Żre ? Haletante, tremblante, la narration ne peut que happer un lecteur d´┐Żj´┐Ż boulevers´┐Ż par les pr´┐Żvisions de madame Irma Pille´┐Ż On aime ses tournures de styles cyniques, son arrogance intelligente servie par des pages et des pages de "p´┐Żtasseries du XVIe arrondissement", des heures d´┐Żobservation aiguis´┐Że de ses contemporains, avant d´┐Żen arriver ´┐Ż cette agr´┐Żable apocalypse.

Olivia Michel



 
Le fond des for´┐Żts
David Mitchell 
Boue
Guillermo Fadanelli 
Le choix de Juliette
Juliette Jourdan 
El ´┐Żltimo lector
David Toscana 
Un dieu un animal
J´┐Żr´┐Żme Ferrari 
Une parenth´┐Żse espagnole
Sylvie Gracia 
Dans ma maison sous terre
Chlo´┐Ż Delaume 
L'implacable brutalit´┐Ż du r´┐Żveil
Pascale Kramer 
Ici et Maintenant
Robert Cohen 
Mort d'un super h´┐Żros
Anthony MacCarten 
Best love Rosie
Nuala O´┐ŻFaolain 
Le minist´┐Żre des affaires sp´┐Żciales
Nathan Englander 
Ailleurs
Julia Leigh 
La Bombe et Moi
Anna Rozen 
B´┐Żtes sans patrie
Uzodinma Iweala 
  ARCHIVES
 
contact | © 2000-2009  Zone littéraire |