Displaying items by tag: angeles - Zone Littéraire - Zone Littéraire http://www.zone-litteraire.com Mon, 28 Mar 2016 09:50:01 +0200 MYOB fr-fr Los Angeles confidentielle http://www.zone-litteraire.com/litterature/interviews/los-angeles-confidentielle.html http://www.zone-litteraire.com/litterature/interviews/los-angeles-confidentielle.html
James Frey , L.A. Story (Flammarion)
Zone Littéraire
Ellen Salvi
L.A. Confidential
On l’avait repéré en 2004 lors de la sortie de son premier roman, Mille Morceaux. Depuis, James Frey a publié une suite (Mon ami Léonard) et fait beaucoup parlé de lui. En laissant croire que l’histoire de James, jeune drogué en rehab, était un récit autobiographique, l’auteur s’est attiré les foudres d’une partie des médias américains, Oprah Winfrey en tête. Nombreux sont ceux à ne pas avoir apprécié la supercherie littéraire. Quoi ?! Un écrivain qui entremêle la réalité à la fiction ? Avouez qu’il y avait de quoi pousser des cris d’orfraie… Le scandale passé, le mystificateur des lettres américaines publie aujourd’hui L.A. Story, roman total sur la cité des anges où les illusions perdues des personnages côtoient parfois les (trop) bons sentiments de leur créateur. Qu’importe, ce texte figure parmi les meilleurs de la rentrée. Rencontre.
L.A. Story est-elle une « tentative d’épuisement » – pour reprendre l’expression de Perec – de la cité des anges ? Pensez-vous avoir tout dit sur cette ville ? N’y aurait-il rien d’autre à ajouter ?
Los Angeles est une ville immense, avec environ douze millions d’habitants. Il y aura toujours plus de choses à dire, à écrire et d’histoires à raconter à son sujet. J’ai essayé d’écrire un roman qui saisirait l’état actuel de L.A, un roman qui pour la première fois, serait une œuvre littéraire pérenne et sérieuse et qui capterait cette ville dans son intégralité. Je voulais aussi tenter d’écrire Le Grand Roman Américain. Un roman à propos d’une ville mais aussi de mon pays. Seul le temps pourra dire si j’ai réussi ou pas.
Pourquoi avoir choisi Los Angeles ? D’autres villes américaines auraient-elles pu se prêter à cet exercice littéraire ?
J’ai vécu à L.A. pendant huit ans. J’adore cette ville. Pour moi, c’est une grande ville américaine, l’une des villes les plus incroyables au monde. Je pense aussi qu’il s’agit de la ville la plus représentative des Etats-Unis en ce moment, car on y trouve toutes les forces et les faiblesses de mon pays : l’économie, l’immigration, l’environnement, les disparités entre riches et pauvres, tout cela est présent à outrance à Los Angeles. C’est la ville du futur, dans vingt ans, ce sera la plus grande et la plus influente ville des Etats-Unis. Il n’y a pas d’autre ville américaine qui selon moi vaille la peine qu’on en parle en ce moment.
De nombreux écrivains américains (James Ellroy, Bruce Wagner, Michael Connely…) ont fait de Los Angeles un personnage de roman. Leurs livres vous ont-ils inspiré ?
J’ai lu ces auteurs, j’aime leurs romans, mais chacun d’entre eux parle d’un aspect spécifique de la culture angeline, principalement le crime et Hollywood. Moi, je voulais parler de la ville comme un tout, son histoire, ses habitants, son économie, sa beauté et son atrocité. Et il n’y avait aucun modèle pour ce type de roman.
Comment avez-vous abordé ce texte ? Aviez-vous une idée précise de la forme qu’il prendrait avant d’en commencer l’écriture ?
J’avais en tête sa structure, son architecture. Je savais que L.A. Story serait un mélange de styles narratifs : des textes courts ou longs, des listes, des faits, des statistiques… Je savais quels seraient les quatre fils narratifs et leurs personnages principaux. J’avais établi que le roman mêlerait fiction et réalité, que la fiction prendrait les traits de la réalité, et vice versa. Mais je n’avais pas de plan, j’ai écrit ce livre à l’instinct, en suivant mes pulsions au fil de la plume.
L.A. Story abonde en informations. Pouvez-vous nous parler de votre travail de recherche documentaire ?
J’ai fait mes recherches au fur et à mesure que j’écrivais. J’ai trouvé toutes les informations sur internet. Et ce que je n’ai pas pu trouver, je l’ai inventé !
Faits historiques, listes et autres miscellanées alternent avec quatre histoires principales. Les chiffres et les informations factuelles que vous avancez dans votre livre sont-ils vrais ?
Environ 70 % des informations sont réelles et vérifiables. Le reste ne l’est pas.
Amberton, Esperanza, Vieux Joe, Dylan et Maddie… Pourquoi avoir choisi de suivre ces cinq personnages en particulier ? Sont-ils représentatifs de l’ensemble des habitants de Los Angeles ?
Ce sont des archétypes de Los Angeles. Ils vivent dans des quartiers différents, et ont des cultures différentes. Ils représentent différents idéaux angelins.
Par endroits, votre écriture se fait très cinématographique. Vous avez été scénariste et réalisateur pendant près de dix ans. Ces expériences ont-elles influé sur votre style ?
Oui, cela m’a influencé. Cela m’a appris l’économie, l’usage d’une langue simple et directe. Cela m’a appris la structure et la narration. Cette expérience m’a montré qu’il ne fallait jamais céder au compromis, et ne jamais se laisser influencer par qui que ce soit. Hollywood a tendance à abâtardir les bons écrivains. Ceux-ci doivent se plier aux règles des personnes qui les financent. J’étais comme ça avant… plus maintenant.
Dans tous vos romans – L.A. Story ne déroge pas à la règle –, le réel et la fiction s’entremêlent. Ces deux dimensions sont-elles indissociables en littérature ?
Nous vivons dans un monde où il est difficile de faire la part des choses. Aujourd’hui, tout ce que les hommes politiques nous disent ne sont que des mensonges, la téléréalité domine la télévision, les infos changent selon la chaîne qui les diffuse, des religions basées sur des dieux fictifs déclenchent des guerres… C’est donc tout naturel que ces problèmes dérivent dans le monde littéraire.
Sous votre plume, Los Angeles se métamorphose en cité des illusions perdues. Pensez-vous que l’on soit forcément déçu par L.A. ?
L’Amérique est le pays des rêves. Los Angeles est la ville des rêves. Cette idée que n’importe qui peut venir y vivre et réaliser son rêve est bien réelle. C’est possible. C’est pour cela que la plupart des immigrés sont venus et viennent encore s’installer dans ce pays. Ils viennent pour réaliser leur rêve : pour certains, c’est la célébrité, l’argent, pour d’autres, c’est la carte verte et un repas sur la table tous les soirs. Parfois, leur rêve se réalise, mais la vérité, c’est que la plupart du temps, tous ces espoirs s’effondrent et ces personnes doivent affronter les conséquences de cet échec.
Votre premier roman, Mille morceaux, a fait l’objet d’une vive polémique outre-Atlantique. Près de cinq ans se sont écoulés depuis. Aujourd’hui, quel regard portez-vous sur cette affaire ?
C’était vraiment ridicule.
En 2004, vous confessiez à Zone Littéraire : « J’ai l’intention d’écrire beaucoup de livres. Je veux être l'un des auteurs les plus importants de mon temps. » Qu’en est-il aujourd’hui ? Êtes-vous toujours dans le même état d’esprit ?
Oui, tout à fait.
Pouvez-vous nous parler de vos projets ?
Je suis en train d’écrire un roman intitulé : Le Testament ultime de la Sainte Bible. Mon interprétation du Messie s’il arpentait les rues de New York en quelque sorte. À quoi il ressemblerait, en quoi il croirait, comment il vivrait, et comment les gens réagiraient. Je me suis bien amusé à écrire ce roman et j’ai hâte qu’il soit publié.
freyOn l’avait repéré en 2004 lors de la sortie de son premier roman, Mille Morceaux. Depuis, James Frey a publié une suite (Mon ami Léonard) et fait beaucoup parlé de lui. En laissant croire que l’histoire de James, jeune drogué en rehab, était un récit autobiographique, l’auteur s’est attiré les foudres d’une partie des médias américains, Oprah Winfrey en tête. Nombreux sont ceux à ne pas avoir apprécié la supercherie littéraire. Quoi ?! Un écrivain qui entremêle la réalité à la fiction ? Avouez qu’il y avait de quoi pousser des cris d’orfraie… Le scandale passé, le mystificateur des lettres américaines publie aujourd’hui L.A. Story, roman total sur la cité des anges où les illusions perdues des personnages côtoient parfois les (trop) bons sentiments de leur créateur. Qu’importe, ce texte figure parmi les meilleurs de la rentrée. Interview

L.A. Story est-elle une « tentative d’épuisement » – pour reprendre l’expression de Perec – de la cité des anges ? Pensez-vous avoir tout dit sur cette ville ? N’y aurait-il rien d’autre à ajouter ?
Los Angeles est une ville immense, avec environ douze millions d’habitants. Il y aura toujours plus de choses à dire, à écrire et d’histoires à raconter à son sujet. J’ai essayé d’écrire un roman qui saisirait l’état actuel de L.A, un roman qui pour la première fois, serait une œuvre littéraire pérenne et sérieuse et qui capterait cette ville dans son intégralité. Je voulais aussi tenter d’écrire Le Grand Roman Américain. Un roman à propos d’une ville mais aussi de mon pays. Seul le temps pourra dire si j’ai réussi ou pas.
Pourquoi avoir choisi Los Angeles ? D’autres villes américaines auraient-elles pu se prêter à cet exercice littéraire ?
J’ai vécu à L.A. pendant huit ans. J’adore cette ville. Pour moi, c’est une grande ville américaine, l’une des villes les plus incroyables au monde. Je pense aussi qu’il s’agit de la ville la plus représentative des Etats-Unis en ce moment, car on y trouve toutes les forces et les faiblesses de mon pays : l’économie, l’immigration, l’environnement, les disparités entre riches et pauvres, tout cela est présent à outrance à Los Angeles. C’est la ville du futur, dans vingt ans, ce sera la plus grande et la plus influente ville des Etats-Unis. Il n’y a pas d’autre ville américaine qui selon moi vaille la peine qu’on en parle en ce moment.
De nombreux écrivains américains (James Ellroy, Bruce Wagner, Michael Connely…) ont fait de Los Angeles un personnage de roman. Leurs livres vous ont-ils inspiré ?
J’ai lu ces auteurs, j’aime leurs romans, mais chacun d’entre eux parle d’un aspect spécifique de la culture angeline, principalement le crime et Hollywood. Moi, je voulais parler de la ville comme un tout, son histoire, ses habitants, son économie, sa beauté et son atrocité. Et il n’y avait aucun modèle pour ce type de roman.
Comment avez-vous abordé ce texte ? Aviez-vous une idée précise de la forme qu’il prendrait avant d’en commencer l’écriture ?
J’avais en tête sa structure, son architecture. Je savais que L.A. Story serait un mélange de styles narratifs : des textes courts ou longs, des listes, des faits, des statistiques… Je savais quels seraient les quatre fils narratifs et leurs personnages principaux. J’avais établi que le roman mêlerait fiction et réalité, que la fiction prendrait les traits de la réalité, et vice versa. Mais je n’avais pas de plan, j’ai écrit ce livre à l’instinct, en suivant mes pulsions au fil de la plume.
L.A. Story abonde en informations. Pouvez-vous nous parler de votre travail de recherche documentaire ?
J’ai fait mes recherches au fur et à mesure que j’écrivais. J’ai trouvé toutes les informations sur internet. Et ce que je n’ai pas pu trouver, je l’ai inventé !
Faits historiques, listes et autres miscellanées alternent avec quatre histoires principales. Les chiffres et les informations factuelles que vous avancez dans votre livre sont-ils vrais ?
Environ 70 % des informations sont réelles et vérifiables. Le reste ne l’est pas.
Amberton, Esperanza, Vieux Joe, Dylan et Maddie… Pourquoi avoir choisi de suivre ces cinq personnages en particulier ? Sont-ils représentatifs de l’ensemble des habitants de Los Angeles ?
Ce sont des archétypes de Los Angeles. Ils vivent dans des quartiers différents, et ont des cultures différentes. Ils représentent différents idéaux angelins.
Par endroits, votre écriture se fait très cinématographique. Vous avez été scénariste et réalisateur pendant près de dix ans. Ces expériences ont-elles influé sur votre style ?
Oui, cela m’a influencé. Cela m’a appris l’économie, l’usage d’une langue simple et directe. Cela m’a appris la structure et la narration. Cette expérience m’a montré qu’il ne fallait jamais céder au compromis, et ne jamais se laisser influencer par qui que ce soit. Hollywood a tendance à abâtardir les bons écrivains. Ceux-ci doivent se plier aux règles des personnes qui les financent. J’étais comme ça avant… plus maintenant.
Dans tous vos romans – L.A. Story ne déroge pas à la règle –, le réel et la fiction s’entremêlent. Ces deux dimensions sont-elles indissociables en littérature ?
Nous vivons dans un monde où il est difficile de faire la part des choses. Aujourd’hui, tout ce que les hommes politiques nous disent ne sont que des mensonges, la téléréalité domine la télévision, les infos changent selon la chaîne qui les diffuse, des religions basées sur des dieux fictifs déclenchent des guerres… C’est donc tout naturel que ces problèmes dérivent dans le monde littéraire.
Sous votre plume, Los Angeles se métamorphose en cité des illusions perdues. Pensez-vous que l’on soit forcément déçu par L.A. ?
L’Amérique est le pays des rêves. Los Angeles est la ville des rêves. Cette idée que n’importe qui peut venir y vivre et réaliser son rêve est bien réelle. C’est possible. C’est pour cela que la plupart des immigrés sont venus et viennent encore s’installer dans ce pays. Ils viennent pour réaliser leur rêve : pour certains, c’est la célébrité, l’argent, pour d’autres, c’est la carte verte et un repas sur la table tous les soirs. Parfois, leur rêve se réalise, mais la vérité, c’est que la plupart du temps, tous ces espoirs s’effondrent et ces personnes doivent affronter les conséquences de cet échec.
Votre premier roman, Mille morceaux, a fait l’objet d’une vive polémique outre-Atlantique. Près de cinq ans se sont écoulés depuis. Aujourd’hui, quel regard portez-vous sur cette affaire ?
C’était vraiment ridicule.
En 2004, vous confessiez à Zone Littéraire : « J’ai l’intention d’écrire beaucoup de livres. Je veux être l'un des auteurs les plus importants de mon temps. » Qu’en est-il aujourd’hui ? Êtes-vous toujours dans le même état d’esprit ?
Oui, tout à fait.
Pouvez-vous nous parler de vos projets ?
Je suis en train d’écrire un roman intitulé : Le Testament ultime de la Sainte Bible. Mon interprétation du Messie s’il arpentait les rues de New York en quelque sorte. À quoi il ressemblerait, en quoi il croirait, comment il vivrait, et comment les gens réagiraient. Je me suis bien amusé à écrire ce roman et j’ai hâte qu’il soit publié.
James Frey
L.A. Story
Ed. Flammarion
]]>
niwininon@gmail.com (Ellen Salvi) Interviews Thu, 12 Nov 2009 17:38:16 +0100