Zone Littéraire: Chroniques et actualité littéraire

Switch to desktop

Encore un livre de merde...

Nick Flynn Nick Flynn DR

... Non on plaisante. Contes à rebours n'a pas le souffle d'Encore une nuit de merde mais donne l'occasion de refréquenter Nick Flynn qui, il faut bien l'avouer, nous manquait un peu.

Nick Flynn, c’est avant tout l’auteur d’Encore une nuit de merde dans cette ville pourrie, un roman coup de boule dans lequel l’auteur part à la recherche d’un père devenu SDF après des aventures que ne renieraient pas le baron de Munchausen. Les fans seront donc enchantés de voir revenir le fantasque Nick avec Contes à rebours, même si tout compte fait l'auteur est beaucoup moins barré que son paternel. La preuve : Contes à rebours compile des extraits de son journal intime – l’intimité sert toujours de point de départ chez Flynn – mis bout à bout pour contruire une sorte de petit manuel de la solitude, entre des réflexions sur la marche du monde, une paternité à assumer et une histoire familiale à oublier. Entre les dates et les anecdotes, l'ami Nick raconte ses joies, ses peines, ses désagréments d'auteur devenu politique après qu'il a dénoncé les atrocités commises à Abou Ghraib par les soldats américains.

Quête de justice

Souvenez-vous de ces images grotesques et hallucinantes de pyramides humaines et de soldats hilares dans la prison irakienne. Nick Flynn, récompensé en même temps qu'un autre auteur plus favorable que lui à ces pratiques, se jette par révolte personnelle dans une enquête qui le mènera à Istanbul rencontrer un de ces prisonniers. Manière de vengeance envers l'auteur honni mais aussi de quête : alcool, drogue, abandon, Nick Flynn a besoin d'ailleurs pour assumer le présent et la future naissance de son enfant. Romancier mais aussi ex marin, électricien ou éducateur, la personnalité dilettante et instable de Flynn sert de fil rouge à cet opus qui n'a décidément pas le souffle de son précédent - comment l'aurait-il pu ? - mais fera la blague, à condition que Gallimard se décide à éditer ses recueils de poésie (Some Ether, Blind Huber, The Captain Asks for a Show of Hands Ed. Graywolf, non traduit), qui semblent réellement être le coeur de son oeuvre. En attendant, on se contentera de ces précieux et dispensables Contes à rebours.

Contes à rebours
Nick Flynn,
trad. de l’anglais par Anne-Laure Tissut,
Ed. Gallimard,
336 p. / 20,50 euros.

Dernière modification le Friday, 31 August 2012 12:56

Zone Littéraire - 2011 - Tous droits réservés

Top Desktop version